chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Night In Gales - Five Scars

Chronique

Night In Gales Five Scars
Dix ans. Oui, dix ans que j'attendais le successeur du passable "Necrodynamic". Enfin à vrai dire, je n'attendais plus tant que ça après que la sortie de l'EP "Ten Years Of Tragedy" se soit soldée par un silence radio total ressemblant fort à un split. Mais non mais non, les allemands préparaient en secret leur retour, un retour plein de surprises avec notamment la réapparition de leur ancien logo (légèrement retravaillé, plus agressif) et un deal avec le label Lifeforce Records. Concernant le contenu de ce tant attendu cinquième album (en ce qui me concerne), tous ces signes auraient dû me mettre la puce à l'oreille... Je dois être vraiment fatigué en ce moment pour ne pas avoir tilté plus tôt.

Comment exister lorsqu'on a toujours évolué dans l'ombre d'autres formations durant toute sa carrière ? De leurs débuts dans le death mélodique (1997) jusqu'à leur évolution heavy/thrash (2001) en passant par leur période thrash/death (la meilleure assurément avec le pavé "Nailwork"), Night In Gales n'a jamais réussi à se tailler un nom. Leur EP "Ten Years Of Tragedy" sorti en 2005 ayant eu l'effet d'un pétard mouillé, le groupe a du repenser sa stratégie de pénétration du marché et a finalement décidé d'effectuer un véritable retour aux sources, reniant presque 15 ans de recherche musicale. Leur cuvée 2011 se concentre donc uniquement sur un death mélodique des plus classiques comme on en faisait au milieu des années 90, si classique qu'on a rarement l'occasion d'en entendre aujourd'hui. Miser sur la nostalgie est un pari risqué. Mais pourquoi pas après tout ? Leur compatriotes de Thulcandra ont bien trouvé un public avec leur Dissection-style alors pourquoi ne pas essayer de faire revivre les fantômes de l'âge d'or de la scène de Göteborg ? Le problème dans ce genre de situation, c'est que seul un album d'exception peut faire la différence.

Franchement, j'y ai cru au départ. Le visuel un peu passé, la production signée Dan Swanö, l'intro au violon qui sent bon le très très vieux At The Gates et l'enchainement avec le démoniaque "This Neon Grave"... Totalement classique, totalement vu et revu, mais putain quels riffs, quelles grattes, quelle ambiance et ce chant écorché vif qui rappelle tant de bons souvenirs. Aaaahh ces 2 premiers titres portaient tant de promesses. A ce moment, j'étais prêt à oublier le thrash/death poisseux d'un "Nailwork" et les quelques bons titres heavy/thrash rock'n roll de "Necrodynamic". Passé cette claque, la suite me laissait un peu de marbre, comme si le molasson "The Days Of Mute" (le plus mauvais titre) vous injectait une telle dose d'anesthésiant qu'il vous était impossible d'apprécier la suite. Pire encore, les premières écoutes me renvoyaient en pleine face tous les autres défauts de cet album : le refrain moisi de "Five Scars", les violons et le chant pleurnichards de "The Tides of November", les conclusions en eau de boudin de "Void Venture" et "A Mouthful Of Death". Et pourtant...

Et pourtant, quand on prend la peine de l'écouter, on se rend compte que "Five Scars" se montre les trois quarts du temps aussi efficace qu'un bon vieux coup de pelle derrière une nuque. Pour oser revenir à un style si éculé, les allemands ont du revoir plusieurs fois leur copie, peaufiner leur approche, et ça s'entend autant que ça se ressent. Car la véritable force de cet album réside avant tout dans son atmosphère, froide, sombre et malsaine, comme pouvaient l'être les premiers At The Gates ; l'artwork illustre d'ailleurs assez bien ce que dégage leur musique. Musicalement, Night In Gales est également revenu aux fondamentaux, à savoir un death mélodique très... mélodique sans un brin de modernité (excepté la production) basé principalement sur les guitares qui enchainent les leads, et une base rythmique sans fioritures, notamment un jeu de batterie presque aussi linéaire que celui d'Adrian Erlandsson ou Anders Jivarp dans les années 90. Personnellement, je n'aurais pas craché sur un peu plus d'originalité vu le niveau technique des musiciens : des solos à l'image de ceux de "Nailwork" n'auraient pas fait tâche par exemple, les quelques uns présents étant assez fadasses. En tous cas, ces choix artistiques siéent à merveille au chant rapeux de Björn qui n'a rien perdu de sa personnalité et de sa hargne, un excellent hurleur assurément. Certains apprécieront sans doute moins son chant clair, surtout ceux qui découvriront le groupe. Utilisé de manière totalement différente comparé à "Necrodynamic", il représente désormais la part de lumière de leur musique, c'est à dire ce que vous risquez de regretter ici (moi le premier) car les passages les plus calmes sont loin d'être les meilleurs ("The Days Of Mute", "The Tides of November", "Blackmouth Blues") ; toutefois quand ce chant clair est couplé aux hurlements, l'ensemble dégage énormément de puissance ("The Whiteout", "Bloodsong"). Dommage que cette association ne soit pas plus répandue. Mais ce qui rend cet album si direct et jouissif, c'est la quantité de riffs imparables que l'on trouve dans chaque composition, qu'ils soient rapides ou plus lourds et lancinants. Comment résister aux introductions de "This Neon Grave" et "Bloodsong", aux couplets de "Endtrip" et "Five Scars", ou aux refrains de "A Mouthful Of Death" et "Void Venture"... Ca faisait longtemps que je n'avais pas entendu un death mélodique aussi bien équilibré entre mélodie, groove et violence.

Il reste toutefois une marge non négligeable de progression dont le principal axe se situe au niveau de la dynamique des morceaux. En effet, comme je l'évoquais un peu plus haut, les passages les plus calmes et lumineux n'apportent pas grand chose, cassant le rythme d'un ensemble qui entre ses accès de rage et ses moments de dépression, aurait mérité de ne jamais voir le ciel. Reste enfin la question de la personnalité dont certains ne manqueront pas d'en évoquer l'absence, à juste titre sans doute : "Five Scars" ressemble souvent plus à un hommage qu'à une approche évolutive du genre. Pour moi, Night In Gales parvient néanmoins à insérer sa griffe aussi mince soit-elle, notamment dans l'intégration du chant clair et par quelques accès de brutalité finalement pas si communs au style.

Pour conclure, je dirais que sans être un chef-d'oeuvre, "Five Scars" est loin d'être le chant du cygne d'une formation coincée en deuxième division. Au contraire, cette renaissance laisse enfin entrevoir un avenir pour le groupe, une remise en question artistique qui ressemble fort à un véritable nouveau départ. Loin d'être parfait, ce cinquième album nous propose néanmoins un death mélodique comme on en fait plus, sale et rugueux, loin de toutes ces formations ayant transformé cette branche en metal aseptisé pour métrosexuels. Et avec l'éviction des passages calmes et une recherche plus poussée de leur identité, les allemands pourraient même inscrire leur nom au panthéon du style vu le potentiel de cette galette. Il n'y a plus qu'à espérer que la suite ne soit pas pour 2021.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
27/11/2011 11:46
note: 7.5/10
Interview de Bjorn Goosses en ligne Sourire
Invité citer
WITHDRAWN
23/11/2011 12:09
Groupe quasi inconnu en France que j'ai découvert par internet y a quelques années. J avais beaucoup aimé "Thunderbeast" et "Nailwork" et un peu moins "Necrodynamic" qui m'avait "surpris". Un groupe qui se réinvente à chaque album mais qui avait déjà fait un gros retour en arrière sur le EP de 2005 et que j'avais trouvé assez "bof". J'ai écouté 1 titre ou 2 et pour l'instant j'ai également trouvé ça "bof".
Je dois l'écouter un peu + en détails mais je crains qu'ils n'arrivent pas à faire aussi recherché dans les ambiances, riffs et solos que sur "Thunderbeast" et "Nailwork".
Dead citer
Dead
13/11/2011 11:29
note: 7.5/10
@mysweetshadow : de rien Sourire

@mitch et nightsoul: le début d'album n'est pas super excitant mais à partir de "Void Venture", y a de bons pavés comme "Bloodsong", "Endtrip" ou "Whiteout". Faut persévérer un peu.
Mitch citer
Mitch
13/11/2011 04:25
NightSoul a écrit : J'ai écouté l'album et comme Dead le soufflet retombe vite passé les 2 premiers titres (intro comprise).
Autant le dire tel quel, je me suis fait chier passé ces titres...
Pour un bon groupe allemand qui fait du bon melodeath oldschool façon At The Gates, mieux vaut aller voir du côté de Fragment Of Unbecoming pour rester chez les teutons.


Pas mieux !
NightSoul citer
NightSoul
12/11/2011 22:21
note: 6/10
J'ai écouté l'album et comme Dead le soufflet retombe vite passé les 2 premiers titres (intro comprise).
Autant le dire tel quel, je me suis fait chier passé ces titres...
Pour un bon groupe allemand qui fait du bon melodeath oldschool façon At The Gates, mieux vaut aller voir du côté de Fragment Of Unbecoming pour rester chez les teutons.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Night In Gales
Death mélodique ''Recette de grand-mère''
2011 - Lifeforce Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  5.67/10
Webzines : (19)  7.08/10

plus d'infos sur
Night In Gales
Night In Gales
Death/Thrash mélodique vintage - 1995 - Allemagne
  

tracklist
01.   Epitaph
02.   This Neon Grave
03.   Days Of the Mute
04.   Five Scars
05.   Void Venture
06.   The Tides Of November
07.   Life Denied
08.   Endtrip
09.   Whiteout
10.   A Mouthful Of Death
11.   Bloodsong
12.   Blackmouth Blues
13.   The Wake

Durée : 44 min.

line up
parution
8 Novembre 2011

voir aussi
Night In Gales
Night In Gales
Ten Years Of Tragedy (MCD)

2005 - Autoproduction
  
Night In Gales
Night In Gales
Nailwork

2000 - Nuclear Blast Records
  
Night In Gales
Night In Gales
Thunderbeast

1998 - Nuclear Blast Records
  
Night In Gales
Night In Gales
Towards The Twilight

1997 - Nuclear Blast Records
  
Night In Gales
Night In Gales
The Last Sunsets

2018 - Apostasy Records
  

Entombed
Left Hand Path
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique