chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Night In Gales - The Last Sunsets

Chronique

Night In Gales The Last Sunsets
On les croyait morts et enterrés mais il faut croire que les Allemands n'avaient pas l'intention de raccrocher. 10 ans après le contesté et contestable "Necrodynamic" (2001), le combo d'outre Rhin nous revenait en force avec un line-up quasi-inchangé et un son tout droit tiré des plus grandes heures du death mélodique des années 90. "Five Scars" c'était il y a déjà 7 ans. Avec le départ de Björn Gooßes en 2012 qui préférait se concentrer sur The Very End, on les croyait de nouveau morts et enterrés mais il faut croire que les Allemands n'avaient toujours pas l'intention de raccrocher. Et comme ils n'étaient pas remontés encore assez loin dans leur passé, c'est leur chanteur originel Christian Müller qu'ils sont allé chercher pour reprendre le poste vacant, chanteur qui au final n'avait pas encore signé d'album avec eux. Nous voilà donc quasiment 25 ans en arrière. Arriveront-ils à revenir jusqu'à leur naissance ? C'est ce que la thérapie nous dira. En attendant, "The Last Sunsets" ne nous rajeunit pas.

Bien que né dans le années folles de la scène de Göteborg, Night in Gales n'a jamais vraiment réussi à se faire un nom. Considéré comme un suiveur plutôt qu'un leader, le groupe avait finalement su évoluer vers un style plus personnel, notamment avec "Nailwork" et "Necrodynamic" profitant des capacités vocales du grand Björn Gooßes. Leur come-back en 2011 assumait pleinement un retour aux sources tout en conservant une certaine patte reconnaissable par le travail vocal. Étant le seul élément qui les différenciait de la masse, le départ de Björn avait de quoi préoccuper. Quelques années plus tard, nous y voilà. Prenez un zest de mélodie du In Flames de la grande époque et mélangez-le à une bonne dose d'At The Gates et vous aurez une idée de ce qui vous attend ici. A l'exception de la production ultra puissante signée Dan Swanö, "The Last Sunsets" est un album qu'on aurait pu entendre au siècle précédent, proposant un death/thrash mélodique direct et sans fioritures, ni arrangement, ni once de modernité. N'y voyez pas un jugement négatif de ma part, au contraire, les Allemands n'essaient pas d'apporter du relief à leur bébé par de vulgaires artifices et misent sur leur capacité à produire du riff qui déboîte. Sur ce plan, le groupe surprend par l'énergie déployée par ses compositions, que l'on doit notamment au jeu de batterie de l'ami Ricci et la prestation vocale démoniaque de Müller qui a décidément des faux airs de Tompa. Seuls les frères Basten déçoivent un peu sur leur incapacité à nous sortir des solos dignes de ceux de "Nailwork". Ça manque vraiment.

Côté écriture, le travail est plus contrasté avec tantôt des ambiances froides et malsaines plus ou moins lourdes, tantôt des mélodies plus naïves et lumineuses... S'il est clairement plus générique dans le premier cas, le groupe n'en demeure pas moins plus convaincant que dans le second où le propos sonne souvent hors-sujet ("The Abyss", "Dust and Form"). Les titres les plus forts sont d'ailleurs ceux qui s'y aventurent le moins tels que l'efficace single "The Mortal Soul", l'intro "The Last Sunsets" ou encore les redoutables "The Spears Within" et "Kingdom of the Lost". On peut également regretter cette habitude d'user de fondus pour introduire et terminer leur morceaux ("Circle of Degeneration", "In Pain, In Silence", "Dust and form", "Dark Millenium"). Ce n'est pas nouveau venant de leur part certes, mais cette technique a tendance pour moi à casser le rythme et l'impact des titres, à croire qu'ils ne savent parfois ni comment commencer, ni comment finir...

Je dois avouer que voir Night in Gales jouer de nouveau les seconds couteaux du mélodeath me rend profondément triste et le pire finalement réside dans ce doute que j'ai en leur capacité à retrouver une identité propre. "The Last Sunsets" c'est un peu le "At War with Reality" des Allemands, un album qui sent bon la naphtaline et qui trouvera une résonance toute particulière auprès de ceux qui ont grandi avec l’essor de metal des années 90. De part son manque d'ambition et son côté rétro assumé, on peine à en retenir grand chose mais on passe malgré tout un bon moment à bouger la tête sur ces sonorités de notre enfance. C'est déjà ça.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Mitch citer
Mitch
25/02/2018 22:34
note: 7/10
Tout pareil !
Jamais réellement accroché à Night In Gales cela dit mais je dois avouer qu'il caresse bien dans le sens du poil l'adepte du death mélodique à l'ancienne (sous perfusion At The Gates et Gates Of Ishtar). Petite pique nostalgique "nineties" qui fera effet un court instant, rien de bien mémorable mais une musique qui fait le job (carrée et aguicheuse).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Night In Gales
Death/Thrash mélodique vintage
2018 - Apostasy Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (6)  8.22/10

plus d'infos sur
Night In Gales
Night In Gales
Death/Thrash mélodique vintage - 1995 - Allemagne
  

vidéos
The Abyss
The Abyss
Night In Gales

Extrait de "The Last Sunsets"
  

tracklist
01.   The Last Sunsets  (03:53)
02.   Dark Millenium  (03:15)
03.   The Mortal Soul  (03:59)
04.   The Passing  (01:41)
05.   Architects of Tyranny  (03:46)
06.   The Abyss  (03:33)
07.   The Spears Within  (02:43)
08.   Circle of Degeneration  (03:26)
09.   Kingdom of the Lost  (04:22)
10.   Cessation  (01:28)
11.   In Pain, In Silence  (03:46)
12.   Dust and Form  (03:54)

Durée : 40 min.

line up
parution
23 Février 2018

voir aussi
Night In Gales
Night In Gales
Ten Years Of Tragedy (MCD)

2005 - Autoproduction
  
Night In Gales
Night In Gales
Necrodynamic

2001 - Massacre Records
  
Night In Gales
Night In Gales
Towards The Twilight

1997 - Nuclear Blast Records
  
Night In Gales
Night In Gales
Nailwork

2000 - Nuclear Blast Records
  
Night In Gales
Night In Gales
Five Scars

2011 - Lifeforce Records
  

Essayez aussi
Exmortus
Exmortus
Slave To The Sword

2014 - Prosthetic Records
  
Subliminal Fear
Subliminal Fear
Uncoloured World Dying

2007 - Burning Star Records
  
The Forsaken
The Forsaken
Manifest of Hate

2000 - Century Media Records
  
Amoral
Amoral
Reptile Ride

2007 - Spikefarm Records
  
Expulsion
Expulsion
Wasteworld

2009 - Deepsend Records
  

Toxic Holocaust
Conjure And Command
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Survive
Lire la chronique
Exmortus
The Sound Of Steel
Lire la chronique
Le NSBM... un thème arisk !
Lire le podcast
Nuclear Assault
The Plague (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique