chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
91 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Metal Church - Generation Nothing

Chronique

Metal Church Generation Nothing
L'annonce de la reformation de Metal Church en 2012, même avec le line-up du dernier album en date This Present Wasteland (2008), a été accueillie avec ferveur chez moi. Le groupe n'a plus le rayonnement des années 1980 et du début des années 1990 et encore moins le même visage puisque seul le guitariste Kurdt Vanderhoof s'accroche encore, mais, ayant découvert le combo sur le tard, je me réjouissais de la possibilité de pouvoir l'acclamer sur scène. Je voyais également d'un bon œil l'arrivée d'un nouveau disque malgré la nette baisse de qualité depuis un certain temps. Bref, j'avais la foi. Et ce n'est pas l'horrible pochette (c'est quoi ce truc?! Une saucisse? Un bretzel?) qui me la fait perdre, Metal Church étant de toute façon un habitué des immondices visuelles (rappelez-vous Hanging In The Balance!). Non, ce qui me l'a fait perdre, c'est l'écoute de ce Generation Nothing insignifiant.

Bien sûr, n'étant pas un grand optimiste de nature et sachant pertinemment que les Américains ne ressortiraient plus jamais d'album aussi glorieux que les cinq premiers, je ne m'attendais pas à un carton. Mais en fait, je l'ai eu, mon carton. Un vrai putain d'album en carton. Et pas que parce qu'il s'agit d'un digipack. Generation Nothing s'avère tout simplement l'une des productions les plus faibles des Californiens.

Alors pourquoi un tel désastre? N'exagérons pas non plus. Generation Nothing n'est pas grandiose mais ce n'est pas non plus une bouse infâme, d'où un 5/10 peu reluisant mais qui aurait pu tomber plus bas. On reconnaît ainsi sans peine la patte du groupe qui, même toujours marqué par Metallica, possède une vraie personnalité. Et la patte Metal Church, ça vaut déjà quelques points. On retrouve donc ce mélange heavy/power/thrash typiquement américain qui penche plus ou moins d'un côté selon les morceaux. Metal Church démarre d'ailleurs tambour battant sur un "Bulletproof" pas renversant mais pêchu, tournant autour d'un riff simple, rapide et efficace. Une urgence qu'on retrouvera également sur "Scream". Pour le reste, le rythme se fait en général plus posé, mid-tempo, avec des titres parcourus de riffs plus ou moins thrashy, sans oublier les passages en son clair sympathiques (arpèges, acoustique) que la formation a toujours affectionnés comme sur "Noises In The Wall", "Suiciety", "Hits Keep Comin'" et "The Media Horse", ainsi que des solos fréquents et pas mauvais, même si loin du panache d'antan. Sur les 50 minutes de musique que nous offre Generation Nothing, quelques moments de bravoure se détachent nettement. Au-delà de certains riffs rappelant le temps de quelques secondes de quoi était capable Metal Church (ceux en intro de "Dead City", "Jump The Gun" et "Close To The Bone" entre autres malgré le caractère très légèrement saccadé du dernier), plusieurs morceaux arrivent à sortir la tête de l'eau. "Bulletproof", qui a le mérite d'entrer directement dans le vif du sujet, "Noises In The Wall", qui renoue un peu avec les longs titres à tiroirs du quintette de San Francisco, "Suiciety", qui, malgré un titre au jeu de mot pourri et un refrain ultra merdique, brille notamment grâce à sa lead sublime vers la quatrième minute, et "Hits Keep Comin'", qui prouve que l'on peut faire bien avec de l'ultra classique.

Mais soyons honnêtes. Ces quelques pistes agréables auraient toutes été les plus mauvaises sur n'importe lequel des cinq premiers opus de Metal Church. Je vous laisse donc imaginer la médiocrité des autres titres, notamment le title-track "Generation Nothing" d'une pauvreté affligeante juste sauvé par un solo acceptable. C'est criant comme Kurdt Vanderhoof, compositeur de l'intégralité de ce dixième full-length, manque ici d'inspiration, surtout niveau riff, malgré quelques éclairs de génie ici ou là qui empêchent le naufrage total du navire Metal Church. Il faut dire qu'il était aidé par des musiciens talentueux à la grande époque. Difficile dès lors de ne pas déplorer la perte de Craig Wells et John Marshall que Jay Reynolds puis Rick van Zandt n'ont jamais su remplacer pour épauler un Kurdt Vanderhoof bien trop seul et qui semble avoir perdu la flamme depuis un moment déjà. La production froide et sans relief ne fait qu'accentuer la faiblesse et le manque de folie des compositions.

L'autre responsable de l'échec de Generation Nothing porte le nom de Ronny Munroe. Pas du tout une surprise puisqu'en dix ans dans l'Église, je n'ai jamais pu m'y faire. Lui non plus n'a jamais été à la hauteur de ses brillants prédécesseurs. Mike Howe avait su faire oublier David Wayne, pas Ronny Munroe. Le bonhomme n'a pas les épaules assez larges pour succéder à deux des plus grands chanteurs metal. Attention, je ne dis pas que Munroe est un mauvais chanteur. Pas du tout. Il est même techniquement tout à fait au point, chante toujours juste, a une voix puissante, sait moduler quand il faut et peut même monter haut dans les aigus comme il le fait à plusieurs reprises avec réussite. Mais, non seulement il ne possède pas le charisme vocal de Wayne et Howe, il peine aussi à trouver des lignes de chant intéressantes et mémorables. Il faudra donc se contenter de quelques refrains juste corrects ("Dead City", "Scream", "Hits Keep Comin'"). À sa décharge, même Wayne et Howe n'auraient pu sublimer des morceaux aussi banals.

Generation Nothing ne va ainsi jamais au-delà du "pas mal" ou du "sympa". Même si je n'attendais pas un miracle de la part d'un groupe qui n'a rien sorti de marquant depuis 20 ans, ce nouvel album reste une vraie déception. Autrefois pionnier d'un thrash racé aux accents heavy/NWOBHM, Metal Church n'est plus bon qu'à nous sortir un power/thrash/heavy fade, rehaussé de quelques épices bien trop rares. Tout le monde n'en a d'ailleurs rien à foutre de cet album, que ce soit le public ou même les labels puisque l'opus est sorti fin octobre sur l'obscur Rat Pak Records. Allez, arrêtons de tirer sur l'ambulance. Je ne prends aucun plaisir à descendre un groupe qui a su pondre un paquet de chefs-d'œuvre mais qui n'a jamais eu la reconnaissance qu'il aurait méritée. Fallait-il ressusciter une formation déjà plus en odeur de sainteté? J'en doute désormais car ça fait plus de peine qu'autre chose de voir ce qu'est devenu l'un des anciens fleurons du metal US...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Metal Church
Heavy/Power/Thrash
2013 - Rat Pak Records
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (14)  7/10

plus d'infos sur
Metal Church
Metal Church
Heavy/Power/Thrash - 1980 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Bulletproof
02.   Dead City
03.   Generation Nothing
04.   Noises In The Wall
05.   Jump The Gun
06.   Suiciety
07.   Scream
08.   Hits Keep Comin'
09.   Close To The Bone
10.   The Media Horse

Durée : 53'19

line up
parution
22 Octobre 2013

voir aussi
Metal Church
Metal Church
The Dark

1986 - Elektra Records
  
Metal Church
Metal Church
XI

2016 - Nuclear Blast Records
  
Metal Church
Metal Church
Metal Church

1984 - Ground Zero Records
  
Metal Church
Metal Church
Damned If You Do

2018 - Nuclear Blast Records
  

Essayez plutôt
Nevermore
Nevermore
The Obsidian Conspiracy

2010 - Century Media Records
  
Heretic
Heretic
From The Vault... Tortured And Broken (Compil.)

2013 - Metal Blade Records
  
Mystic Prophecy
Mystic Prophecy
Ravenlord

2011 - Massacre Records
  
Children Of Bodom
Children Of Bodom
Chaos Ridden Years (DVD)
(Stockholm Knockout Live)

2006 - Spinefarm Records
  
Garagedays
Garagedays
Dark And Cold

2011 - Massacre Records
  

Meshuggah
Destroy / Erase / Improve
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Les belles gueules du Black Metal
Lire le podcast
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast