chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Charred Walls Of The Damned - Cold Winds On Timeless Days

Chronique

Charred Walls Of The Damned Cold Winds On Timeless Days
Un all-star band. Voilà ce qu'est Charred Walls Of The Damned. Jugez plutôt: Richard Christy (Control Denied, Death, Iced Earth...) à la batterie, Steve DiGiorgio (Sadus, Obituary, Death, Testament, Control Denied, Iced Earth, Autopsy...) à la basse et Tim "Ripper" Owens (Judas Priest, Iced Earth, Yngwie Malmsteen...) au chant. Seul le guitariste Jason Suecof, plus connu en tant que producteur (Trivium, DevilDriver, God Forbid, Job For A Cowboy...) que pour son activité chez Capharnaum ou Crotchduster, ne connait pas la même célébrité. Avouez que le line-up est plutôt alléchant. Mais des all-star bands, on en a déjà connus un bon paquet et la plupart se sont révélés sans grand intérêt. Charred Walls Of The Damned suit-il le même chemin? Oui et non j'ai envie de dire. Car ce Cold Winds On Timeless Days, deuxième offrande de la jeune formation après un opus éponyme dont je n'ai pas entendu la moindre note, est un album à la fois plaisant et frustrant. Plaisant parce qu'il y a de la qualité et du savoir-faire et frustrant parce qu'avec de tels musiciens, on devient forcément plus exigeant et on en attend plus. Explications.

Malgré un nom à consonance death metal, Charred Walls Of The Damned joue une sorte de heavy/power/thrash ultra mélodique gavé de leads et solos en tout genre et aux sonorités plutôt modernes. Pensez notamment à Iced Earth, groupe dans lequel ont évolué trois des quatre membres de CWotD. Rien d'étonnant donc! Et le combo a bien préparé le terrain en emballant son deuxième essai dans une jolie pochette et en concoctant une production aux petits oignons, claire et propre, qui colle bien au style classieux des Américains. Un style qui fait la part belle aux mélodies puisque Jason Suecof, auteur d'une performance très honorable, enchaîne les leads et les solos de bon goût (le solo rapide à 3'06 sur "Lead The Way" et la lead aérienne de "Guiding Me" sont même carrément excellents), sans non plus trop en faire. Également au programme, de jolis arpèges (les débuts de "Timeless Days", "Cold Winds" et "Guiding Me", "Ashes Falling Upon Us" et "Avoid The Light" vers la fin) et quelques séquences acoustiques agréables ("Timeless Days", "The Beast Outside My Window"). Le tout est porté par la batterie solide de Christy qui, sans impressionner, fait le boulot en sachant autant groover que bourrer. On aura même la très bonne surprise d'entendre blaster le monsieur à plusieurs reprises sur "Ashes Falling Upon Us", "The Beast Outside My Window" et les ouvertures étonnamment brutales de "Zerospan" sur un riff véloce jouissif et "Avoid The Light" suivi d'une combo tchouka-tchouka endiablé + tremolo, deux des meilleurs passages de l'opus. On reste loin du brutal death bien sûr, et l'impact des blast-beats se trouve quelque peu réduit en raison de la production gentillette, mais voilà tout de même une très bonne idée qui pourrait d'ailleurs être davantage exploitée.

Car Cold Winds On Timeless Days est un peu trop mou dans l'ensemble. Les New-Yorkais ont le temps de varier leurs rythmiques sur des morceaux de cinq minutes en moyenne et ils le font. Mais en général, c'est à du mid-tempo un peu mou du genou qu'on a le plus souvent droit. Dommage quand on voit ce dont le groupe est capable quand il blaste ou qu'il balance des riffs plus thrash. Et ô grand malheur, l'album dure presque une heure! Honnêtement, à moins de sortir un truc vraiment génial, moi les albums d'une heure, ça me gonfle! Difficile dès lors de ne pas décrocher en cours de route, conséquence du vrai problème de Cold Winds On Timeless Days: son manque de mémorabilité. L'écoute de l'album est agréable, les mecs jouent bien mais aucun air ne reste vraiment en tête, on ne se surprend pas à siffloter un refrain sous la douche. La faute, notamment à Tim Owens, l'éternel remplaçant. Rien à redire sur son chant heavy, c'est techniquement au poil et j'adore quand il monte haut dans les aigus. Mais il faut bien l'avouer, Ripper ne sait pas composer des mélodies de voix catchies. Les refrains à reprendre à tue-tête, il ne connait pas. Pire: je ne sais pas si c'est parce que son timbre me rappelle trop les deux bouses qu'il a chiées avec Judas Priest mais je trouve que son chant ne véhicule aucune émotion. Ce n'est pas avec lui qu'on se prendra à lever le poing et à vouloir partir à la conquête du monde ou à frissonner sur une belle ballade. Et puisqu'on en est à égratigner les stars, j'ai du mal à comprendre l'intérêt d'avoir un monstre comme DiGiorgio si c'est pour le sous-exploiter. Sa basse s'avère audible tout du long certes mais il faut attendre le cinquième morceau, "Lead The Way", pour l'entendre prendre des initiatives. Des moments comme l'intro de "Forever Marching On" avec l'instrument seul et quelques nappes de claviers (qui restent au passage très discrets sur l'album) ou la basse funky de "On Unclean Ground", on en voudrait plus! On refermera le cahier des doléances sur certains riffs trop faciles et des passages syncopés des plus dispensables.

Voilà pourquoi Cold Winds On Timeless Days est à la fois plaisant et frustrant. On aurait pu avoir un très bon disque mais au lieu de cela on se retrouve avec une œuvre juste sympathique, loin de l'excellent The Scourge Of The Light de Jag Panzer pour rester dans le même registre. Et finalement, c'est Jason Suecof, le moins connu, qui est à créditer de la meilleure prestation avec un bon travail sur les leads. Nul doute qu'avec 20 minutes de moins, une vitesse moyenne accélérée, de vraies prises de risques et un chanteur plus charismatique que Ripper, ce deuxième album de Charred Walls Of The Damned aurait été bien plus marquant et efficace.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
09/10/2016 19:32
note: 8/10
A mon sens, CWotD est la suite spirituelle de Control Denied et du projet de Schuldiner. Avoir le Christy et Di Giorgio avec un chanteur plutôt Heavy, sous une instru assez bourrine... Allez, je suis sûr qu'ils faisaient un big up à Schuldiner avant chaque session d'enregistrement, et pourquoi pas s'ouvraient une bière en se remémorant les moments passés avec lui.

Du coup, je pense que ce groupe, ça passe ou ça casse. J'ai vu soit des personnes être très critiques et trouver le groupe chiant, soit d'autres - dont moi - qui y entendent quelque chose de pêchu et de fort qu'on entend pas forcément ailleurs. J'ai trouvé que c'était une bonne pioche !

Tandis que leur dernier album est devenu vachement plus convenu, et là c'est franchement dommage !
Tant pis.
von_yaourt citer
von_yaourt
28/12/2011 16:43
L'album pèche surtout par comparaison avec le premier en fait. Même si j'aimais déjà pas Owens il était un cran au dessus à la fois dans la brutalité et le côté prog. Vraiment dommage donc, même s'il reste de bons moments.
Niktareum citer
Niktareum
13/11/2011 23:47
Album/groupe sans grand intérêt...
von_yaourt citer
von_yaourt
13/11/2011 21:27
Je l'ai pas écouté en entier mais je suis d'accord et c'était déjà le problème du premier album : c'est sympa mais sans prise de risques, Owens est chiant (comme toujours) et les musiciens pourraient faire mieux. Ça m'énerve que Christy se cantonne à un jeu basique alors qu'il a fait des choses merveilleuses avec Death et Burning Inside. Ils pourraient virer un peu plus prog, ça ne déplairait à personne.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Charred Walls Of The Damned
Heavy/Power/Thrash Mélodique
2011 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (17)  7.54/10

plus d'infos sur
Charred Walls Of The Damned
Charred Walls Of The Damned
Thrashened Power Metal - 2009 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Timeless Days
02.   Ashes Falling Upon Us
03.   Zerospan
04.   Cold Winds
05.   Lead The Way
06.   Forever Marching On
07.   Guiding Me
08.   The Beast Outside My Window
09.   On Unclean Ground
10.   Bloodworm
11.   Admire The Heroes
12.   Avoid The Light

Durée : 57'56

line up
parution
11 Octobre 2011

voir aussi
Charred Walls Of The Damned
Charred Walls Of The Damned
Creatures Watching Over The Dead

2016 - Metal Blade Records
  

Essayez plutôt
Children Of Bodom
Children Of Bodom
Chaos Ridden Years (DVD)
(Stockholm Knockout Live)

2006 - Spinefarm Records
  
Nevermore
Nevermore
The Obsidian Conspiracy

2010 - Century Media Records
  
Anthrax
Anthrax
Worship Music

2011 - Nuclear Blast Records
  
Garagedays
Garagedays
Dark And Cold

2011 - Massacre Records
  
Heretic
Heretic
From The Vault... Tortured And Broken (Compil.)

2013 - Metal Blade Records
  

Slayer
Reign In Blood
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique