chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hellbringer - Awakened From The Abyss

Chronique

Hellbringer Awakened From The Abyss
La scène Australienne a toujours été symbole d’une grande qualité musicale, en effet quel que soit le style elle s’y est toujours illustrée malgré un grand manque de reconnaissance pour certaines de ses formations. Cet exemple pourrait convenir à merveille au trio de Canberra qui depuis presque une décennie œuvre dans l’ombre pour perpétuer l’héritage du vieux Thrash et du Speed à l’ancienne, car après ses débuts sous le nom de FORGERY le combo emmené par les jumeaux Bennett (Luke à la basse et au chant, et Josh derrière les fûts) s’est produit un peu partout dans le monde tout en ne restant connu que par une poignée d’initiés. De plus depuis l’excellent « Dominion of Darkness » il s’est pratiquement écoulé quatre années pour entendre de nouvelles compos, seul le single « Horror From The Grave » sorti en 2014 a permis de meubler un peu ce long silence, il faut dire que les gars ayant multiplié les tournées n’ont pas eu énormément de temps pour revenir en studio, cependant ce second opus a réussi à enfin voir le jour et poursuit l’œuvre de son prédécesseur sans pour autant la reprendre tel quel.

En effet on peut être tenté de penser qu’ils ont suivi le mouvement lancé par GRUESOME, car si les américains reprennent et assument ouvertement et sans vergogne l’héritage de DEATH, les australiens ont sans doute eu envie de faire la même chose avec SLAYER, car si l’ombre de Tom Araya et ses acolytes a toujours un peu plané au-dessus de leurs têtes ce coup-ci ils n’ont pas hésité à piocher allègrement dans les trois premiers albums des américains que ça soit dans la manière de chanter, le jeu de batterie et même au niveau des riffs et des solos.

Du coup on n’est absolument pas étonné quand on entend monter progressivement les larsens d’ouverture de « Fall of the Cross » avant que le tempo ne s’emballe et que la double se fait prépondérante, tout en sachant ralentir pour proposer un court passage mid-tempo histoire de recharger ses batteries pour mieux repartir à fond la caisse et faire prendre son pied à l’auditeur avec ce titre très simple et primitif mais sacrément burné et qui donne le ton général du disque, à savoir aucune compromission, de la vitesse et de l’accroche. Si après cette première compo on peut avoir l’impression d’être un Marty Mc Fly actuel revenant plus de trois décennies en arrière la suite ne fera que se confirmer, le nouvel exemple se nomme « Coven of Darkness » où là dès le départ on croirait une reprise de « Captor of Sin » entre un tempo et un jeu de batterie très similaires et surtout un solo d’entrée qui reprend dans les grandes lignes celui du regretté et surdoué blondinet, avant qu’ensuite l’ensemble ne se fasse plus lourd et lorgne du côté de « At Dawn They Sleep où même le phrasé se mette à y ressembler étrangement. Bref pendant six minutes le trio nous offre une vraie tuerie à la grosse variété de rythmes et à l’ambiance rétro volontairement mise en avant, notamment avec la production qui laisse de la place à la réverb’ tant aux fûts qu’au chant et où les instruments sont mis sur un pied d’égalité. « Reign in Blood » est majoritaire sur « Realm of the Heretic » et « Iron Gates », chez ce premier on retrouve le roulement de batterie de départ (ressemble presque trait pour trait à « Epidemic ») puis la vitesse et le sens du riff de cet album culte, et sur le second le gros côté mid-tempo de « Postmortem » dont on ne peut s’empêcher de taper du pied.

Une fois ceux-ci terminés c’est « Hell Awaits » qui est mis à l’honneur avec « Spectre of Rebirth » (qui reprend une partie des roulements et des structures de « Crypts of Eternity » où se même deux parties aux tempos bien distincts), et « Awakened from the Abyss » plus direct et où on sent poindre un peu de « Praise of Death ». Enfin tout cela se termine avec « Dark Overseer » qui rend hommage à « Show No Mercy » via les parties plus lourdes de « Black Magic » et « Die by the Sword » conjugués à des solos typiques de la paire Jeff Hanneman/Kerry King, d’ailleurs le mimétisme a été poussé jusque dans la production stéréo car malgré qu’il n’y ait qu’un seul guitariste chez les australiens ils se sont amusés à donner l’illusion qu’il y’en ait un deuxième dans leur effectif en recréant un son de duel sur les leads, du coup si on ne fait pas attention on peut se faire avoir.

En tout cas si ce nouvel opus est totalement différent du précédent il est cependant tout aussi réussi et légèrement plus rentre-dedans pour revenir un peu aux sources de leur EP éponyme, finalement son seul défaut est sa durée extra-courte (d’à peine plus d’une demi-heure) car on en reprendrait bien encore une dose, mais après coup elle se révèle parfaite car cela lui évite de tomber dans la redondance et la répétition. Alors certes on pourra lui reprocher un manque évident de prise de risques, une trop grande propension à reprendre les idées d’un des leaders historique du Thrash mais tout est tellement bien en place et addictif qu’on pardonne volontiers cela à ses géniteurs qui vont sans nul doute enfin obtenir un peu plus de reconnaissance totalement méritée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
19/02/2017 21:14
note: 8/10
Enfin chopé. Je me rappelais pas que Hellbringer sonnait autant Slayer haha. Très bon en tout cas, surtout à une époque où Slayer n'est plus que l'ombre de lui-même.
fayfay citer
fayfay
18/01/2017 09:20
Le meilleur album de Slayer depuis 20 ans Gros sourire
Batu citer
Batu
18/01/2017 02:15
Hell Awaits Pt.2.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hellbringer
Thrash / Speed
2016 - High Roller Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (10)  7.75/10

plus d'infos sur
Hellbringer
Hellbringer
Thrash / Speed - 2010 - Australie
  

tracklist
01.   Fall of the Cross
02.   Coven of Darkness
03.   Realm of the Heretic
04.   Iron Gates
05.   Spectre of Rebirth
06.   Awakened from the Abyss
07.   Dark Overseer

Durée : 33 minutes

line up
parution
19 Août 2016

Essayez aussi
Power From Hell
Power From Hell
Profound Evil Presence

2019 - High Roller Records
  
Chainbreaker
Chainbreaker
Lethal Desire

2019 - Hells Headbangers Records
  
Evil One
Evil One
Militia Of Death

2010 - Manitou Music
  
Division Speed
Division Speed
Division Speed

2015 - High Roller Records
  
Vulture
Vulture
The Guillotine

2017 - High Roller Records
  

The Harrowed
The Harrowed
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique