chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Moribund Scum - Only Death

Chronique

Moribund Scum Only Death
Ah, l’Allemagne…
L’Allemagne et ses bières, ses Fraulein, ses « bitte » (d’amarrage, évidemment, vous croyez quoi ?), le Wacken, et ses groupes de metal tous styles confondus, parmi lesquels le thrash tient le haut du panier.
Le Big Four teuton, selon l’expression consacrée, aura ainsi contribué à répandre l’aura et la légende d’une scène qui n’a rien à envier à ses consœurs européennes.
C’est dans ce contexte que Moribund Scum débarque parmi nous avec son metal de tradition, consacrant la sortie physique de son deuxième album (après une sortie numérique restée bien confidentielle courant décembre 2019).

Issu des terres saxonnes, de Brunswick plus exactement, Moribund Scum emprunte à ses glorieux ainés paiens l’aspect sinon guerrier, du moins virulent associé à leur tumultueuse histoire.
« …Only Death », notre héros du jour, fait donc suite à une démo, un split, ainsi qu’un premier skeud, et le moins qu’on puisse dire, c’est que nos gaziers attaquent pied au plancher avec un « Servility » servi sur un plateau de riffs en acier trempé. La Ruhr, ça vous parle ?
Ca joue vite, ça joue fort, et on se dit que, si le fumet punk/crust que l’on peut déjà humer se confirme par la suite, ça jouera bref.
La seconde piste, au très évocateur titre de « Conservative Punks » me fait un tantinet tiquer : je crains en effet que ce crossover), de niveau moyen ne vienne tout gâcher.
Et puis, quel intérêt à mélanger les styles jusqu’à plus soif ? A brouiller les pistes au point de ne plus voir le bout du chemin ?

Fort heureusement, ce petit écart est vite rattrapé et quelques « Ugh » à la Tom Warrior viennent nous rappeler une chose : ici on cause metal, et velu qui plus est.
Les posers, veuillez passer votre chemin, Scheisse !
Les gars n’ont pas inventé la roue, mais l’affaire tourne plutôt rondement.
De fait, la cylindrée présentée n’est pas une grosse berline, mais plutôt un petit sporster hargneux et véloce : les Saxons sautent à pieds joints chez les métallurgistes de tradition que sont Destruction et Sodom, parfois un peu chez Kreator.
A un niveau général, leur statut indique thrash/death, mais on navigue bien ici en plein thrash à baskets.
Concernant l’aspect « death », on notera tout de même certains riffs plus maousses apparaissant de temps à autre (« Servility », et son riff d’ouverture, poilu sous les bras et lourd comme un Panzer), ou au hasard le morceau-titre biberonné chez Krupp (« Only Death », pour les distraits).
Le riffing est précis à défaut d’être transcendant, mais parfois subtil (j’en veux pour preuve ces petites incursions qui m’ont fait penser aux Nippons ni mauvais de Ritual Carnage époque, « I, Infidel »).
Les zicos mouillent le tricot et ne ménagent pas leur peine pour nous donner le « la » ou nous faire hurler à la lune (« World Sick », « Famine »).

Mais…voici à peu près tout ce que vous pourrez attendre de cette énième resucée (j’en vois qui rigolent au fond) des groupes précités, usant à peu près des mêmes ficelles utilisées depuis en gros trente-cinq ans.
Triste constat me direz-vous ?
Oui et non, car le bilan est plus contrasté que cela.
En effet, que vous soyez fan des groupes précités, ou que vous cherchiez le cousin perdu de Toxic Holocaust (avec un Joel Grind qui se serait gargarisé à la soude caustique), vous trouverez ici votre bonheur.
D’autant que les musiciens, à défaut d’être originaux maitrisent à la perfection leurs instruments, ceci étant surement du à la quantité astronomique de concerts donnés (allez voir leur page FB pour vous faire une idée, vous verrez qu’ils ne font pas semblant, notamment pour un groupe indépendant).

A réserver donc aux aficionados d’une époque révolue, mais qui auront à cœur d’investir leurs Deutsch Marks à bon escient et surtout dans un disque dont le contenu voit son curseur placé à mi-chemin entre qualité et tradition.
Ceci étant, oubliez toute écoute dans votre salon où le disque, voire la cassette (voui voui, nostalgiques je vous dis !) risquerait de prendre la poussière plus que de raison.
La teneur même du produit exigera une écoute dans votre jardin, autour d’un bon barbecue avec vos potes qui…euh,... ben non en fait.
Bon, conservez le barbecue et invitez votre chat, puis hurlez à la mort « Sacred Hell » à vos voisins médusés.
Ils adoreront, parole de scout.
On peut être confinés, mais pas con, in fine !!!!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Moribund Scum
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Moribund Scum
Moribund Scum
Thrash - 2010 - Allemagne
  

tracklist
01.   Servility  (04:55)
02.   Conservative Punks  (02:40)
03.   World Sick  (03:11)
04.   Flat Earth Bollox  (02:55)
05.   ...Only Death  (04:39)
06.   Famine  (05:50)
07.   Sacred Hell  (04:07)

Durée : 28:17

parution
27 Mars 2020

Essayez aussi
Terrifier
Terrifier
Weapons Of Thrash Destruction

2017 - Test Your Metal Records
  
Num Skull
Num Skull
Ritually Abused

2014 - Relapse Records
  
Abandoned
Abandoned
Thrash Notes

2006 - Dockyard 1
  
Overkill
Overkill
The Wings Of War

2019 - Nuclear Blast Records
  
Devastation
Devastation
Signs Of Life

1989 - Combat Records
  

Vader
The Art Of War (EP)
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique