chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bütcher - 666 Goats Carry My Chariot

Chronique

Bütcher 666 Goats Carry My Chariot
Bien que Bütcher ait ouvert son enseigne en 2002 du côté d'Anvers, je ne n'y avais encore jamais pénétré. Il faut dire aussi que les Belges ne présentaient pas un étal très fourni avec deux malheureux amuse-gueules avant de raccrocher leur tablier en 2007 puis de rouvrir sept ans plus tard pour enfin proposer une première pièce de choix en 2017, Bestial Fükkin' Warmachine, en collaboration avec l'épicerie locale Babylon Doom Cult Records. Le combo remet le couvert début 2020, cette fois avec les voisins français d'Osmose Productions, pour nous en servir une deuxième. Il faudra encore attendre la fin de l'année dernière et un lobbying acharné de pas mal de monde pour que je daigne enfin m'asseoir à la table des Bouchers d'outre-Quiévrain.

Pourtant, illustré par une pochette pareille, appuyé par une maison de disques culte et auréolé d'une étiquette speed metal alléchante, 666 Goats Carry My Chariot aurait dû tomber dans les priorités. D'autant que l'on y retrouve le batteur LV Speedhämmer des excellents Schizophrenia et Skelethal. Depuis l'enregistrement, l'ancien bassiste de Evil Invaders AH Wrathchylde est venu prêter main forte au groupe ainsi que le guitariste Max Mayhem (Evil Invaders). Sur ce 666 Goats Carry My Chariot, c'est toutefois bien un trio qui fait tout ce boucan. En plus de Speedhämmer, nous avons le chanteur R Hellshrieker (ex-Battallion) et la tête pensante KK Ripper (ce pseudo, ça veut tout dire ! ) chargé de la guitare, de la basse, des chœurs et de la composition.

Il n'aura pas fallu longtemps à l'écoute de l'opus pour me ranger derrière l'avis général. "Buzz" complètement justifié pour Bütcher qui fait là vraiment très fort ! Quel pied, ce truc ! Par contre, si modernisme et originalité sont vos chevaux de bataille (peu de risques que vous ayez cliqué sur la chronique cela dit vu le titre de l'album on ne peut plus cliché), vous pouvez d'ores et déjà faire demi-tour. Ici, on se vautre corps et âme dans la nostalgie et le passéisme pour un retour dans les années 1980 à la gloire du trüe metal sur fond de blackened speed/thrash old-school mené la plupart du temps le couteau entre les dents comme dirait un certain collègue. À tel point que l'on a l'impression que chaque plan, chaque riff, a été pensé comme un hommage à un groupe en particulier. Ça c'est du riffing à la Whiplash ("45 RPM Metal", "Metallström/Face the Bütcher", "Sentinels of Dethe"). Là c'est plutôt du Slayer (riff à 2'26 de "Metallström/Face the Bütcher", rythmique vocale des couplets de "Sentinels of Dethe" calquée sur "Reborn"). Ah tiens on entre en territoire black/thrash sur le morceau-titre épique mid-tempo (neuf minutes !) et son intro acoustique à la Desaster enchaîné par un riff 100% Deströyer 666. Hey encore du D666 avec "Viking Funeral" et du Desaster sur "Brazen Serpent" ! "Sentinels of Dethe" à 1'10 et 2'01 ça sent le Nifelheim. Wow du Hellhammer ("Viking Funeral" à 2'02 et "Brazen Serpent" à 4'43) ! Oh ça sonne comme l'intro de "Am I Evil?" de Diamond Head ("Metallström/Face the Bütcher") ! Haha le chanteur imite King Diamond ("666 Goats Carry My Chariot", 5'51) ! Ça fait pas penser à Destruction là ("Sentinels of Dethe" à 0'35) ?! Des séquences comme celles-ci, il y en a tout au long de l'œuvre. On peut aussi rajouter les influences de Agent Steel, Bathory ou encore Venom et rapprocher Bütcher de nos chers compatriotes de Hexecutor et des déglingos norvégiens de Deathhammer. Il est également amusant de noter que l'album commence gentiment en mode heavy metal (la petite lead mélodique sur l'intro instrumentale "Inauguration of Steele"), passe ensuite à du speed plus frénétique à base de tchouka-tchouka endiablé pour finir sur du black/thrash plus extrême avec même une ou deux blastouilles.

Alors oui tout cela fait très patchwork et certains enchaînements s'avèrent un peu mal amenés et manquent de cohérence. Non, Bütcher ne brille pas par sa personnalité. On pourra aussi reprocher une fin en eau de boudin sur l'outro instrumentale acoustique "Exaltation of Sulphur" qui nous propose certes un joli couple de guitares mais trop vite séparé car aussi éphémère que l'intro (1'15). Un peu plus de développement n'aurait pas été du luxe, d'autant que cela partait plutôt bien. Mais comment leur tenir rigueur de ce côté fourre-tout quand le résultat s'avère aussi efficace et incroyablement jouissif ? Les guitares sont aiguisées et abattent un travail formidable avec des riffs inspirés et des solos bien à l'ancienne, le rythme reste saignant quasiment tout du long et il y a un aspect fou-furieux des plus jubilatoires qui s'en dégage, en particulier grâce au chant de possédé au timbre arraché de Hellshrieker qui n'a pas volé son nom. Ce dernier ne se montre peut-être pas aussi habité que le mec de Stälker, autre tuerie speed de l'année précédente, mais son registre varié qui va des montées aigües à du growl, ses intonations enragées et son débit souvent rapide apportent beaucoup de folie à l'opus. Une sacrée performance et si on évoquait le manque de personnalité, le frontman apporte au moins beaucoup de caractère. Il faut prendre 666 Goats Carry My Chariot pour ce qu'il est : un gros kiff rétrograde, une ode aux années 1980. Très tendance ces derniers temps mais parmi la palanquée de groupes s'adonnant à ce type de plaisir conservateur, Bütcher et son nouvel album font très certainement partie de ce qu'il se fait de mieux.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Astraldeath citer
Astraldeath
01/04/2021 14:22
note: 8.5/10
Je m'y suis aussi mis récemment et mon constat est le même que le tien, quelle claque ! Première moitié en full speed et seconde moitié plus orientée black "posé", aucune lassitude. Et dans ce contexte-là, le côté cliché au maximum est ultra-plaisant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bütcher
Blackened Speed/Thrash
2020 - Osmose Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Bütcher
Bütcher
Blackened Speed/Thrash - 2002 - Belgique
  

tracklist
01.   Inauguration of Steele (instrumental)  (01:15)
02.   Iron Bitch (Unholy Wielder of the Blade)  (04:34)
03.   45 RPM Metal  (03:42)
04.   Metallström/Face the Bütcher  (04:27)
05.   Sentinels of Dethe  (03:58)
06.   666 Goats Carry My Chariot  (09:19)
07.   Viking Funeral  (02:43)
08.   Brazen Serpent  (05:23)
09.   Exaltation of Sulphur (instrumental)  (01:15)

Durée : 36:36

line up
parution
31 Janvier 2020

Essayez aussi
Witches Hammer
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation

2020 - Nuclear War Now! Productions
  
Wraith
Wraith
Absolute Power

2019 - Autoproduction
  
Vectis
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)

2020 - Helldprod Records
  

Cataract
Killing The Eternal
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Ekulu
Unscrew My Head
Lire la chronique
At The Gates
The Nightmare of Being
Lire la chronique
Sakrifiss, Une vision du black metal
Lire le présentation
Dead Heat
World At War
Lire la chronique
Pig Destroyer
Pornographers of Sound (Live)
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Nekromantheon
Visions Of Trismegistos
Lire la chronique
Spellforger
Upholders Of Evil (EP)
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Apprends le LATIN avec le Black Metal.
Lire le podcast
Bütcher
666 Goats Carry My Chariot
Lire la chronique
La Voûte #4 - Gormenghast
Lire le podcast
The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique