chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
151 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Shadowspawn - The Biology Of Disbelief

Chronique

Shadowspawn The Biology Of Disbelief
Si l’on ne cesse de vanter à juste titre le renouveau de la scène Danoise après une longue période de vaches maigres, il faut bien reconnaître que le nom de SHADOWSPAWN reste cependant totalement inconnu pour énormément de monde… ce qui n’est pas étonnant en soi, tant celui-ci s’est montré peu productif depuis ses débuts il y’a presque dix ans. Si cela est notamment lié à des mouvements de personnel récurrents en interne comme à des changements systématiques de labels, la signature aujourd’hui chez ses compatriotes d’Emanzipation Records ainsi qu’une certaine stabilisation de ses membres, peut laisser penser que les choses sont en train d’aller dans le bon sens pour le combo. Pourtant tout cela n’est pas si simple et bien que le catalogue du petit frère de Mighty Music ne cesse de s’étoffer et soit en général d’un niveau fort convenable, il faut bien reconnaître que sur ce coup-là il n’y a pas vraiment de quoi sauter au plafond ni de s’enthousiasmer en continu, tant l’ensemble est trop déséquilibré et basique pour marquer durablement les esprits.

Car outre une production moderne et un peu synthétique qui manque à la fois clairement d’âme et de puissance, une certaine monotonie se fait vite ressentir de par des compositions un peu pantouflardes qui ont tendance à se montrer vite monotones (malgré une durée générale qui ne s’éternise jamais trop), qui finissent par faire oublier que l’autre moitié de cet album est d’un niveau plus correct et voire même agréable. En effet sans être grandiose quelques morceaux offrent un rendu particulièrement intéressant via des passages rampants et remuants qui rappellent un peu BOLT THROWER, comme sur le mélodique « Return To Ashes » où apparaissent aussi quelques passages propices au headbanging. D’ailleurs quand les mecs lâchent réellement les chevaux leur musique est de suite bien plus appréciable, à l’instar du rapide et varié « Rite Of Passage » où toute leur palette technique est mise à l’honneur aidée en cela par un dynamisme implacable, à l’instar des remuants et endiablés « In The Light Of Darkness » et « The Biology Of Disbelief », qui misent bien plus sur la rapidité et l’explosivité et cela s’avère être un choix payant. Il est cependant dommage que ces réussites soient les seules de cet opus, car même quand l’explosivité est mise en avant (via « Under The Blood Red Moon » et « Dark Dawn Take Me ») l’écriture se révèle être trop répétitive et redondante pour arriver à captiver en profondeur. Et quand ça n’est pas cela qui pose problème c’est carrément le manque de rythme criant des morceaux qui va être un véritable défaut, il ne faut en effet pas longtemps pour s’en apercevoir tout d’abord avec le plan-plan et doomesque « Obliteration Exceptional » (qui malgré sa courte durée tombe de suite à plat), ou encore avec « Daughters Of Lot » qui ne décolle jamais tout en se montrant pépère et sans idées (un constat qui se confirmera sur le tout aussi pataud « Decreating The Prestine »).

Se contentant de recycler les mêmes plans sur la longueur de façon plus ou moins réussie le groupe - malgré toute sa bonne volonté, ne peut espérer guère mieux que la situation où il se trouve à l’heure actuelle, ce qui est vraiment dommage quand on voit l’expérience accumulée par chacun des vétérans présents (dont plusieurs ont joué notamment dans BLOODBORN MACHINE). Si l’on appréciera les quelques plages au-dessus de la mêlée qui donnent clairement envie de remuer la tête cela est trop léger pour pouvoir grimper davantage dans la hiérarchie, vu que le reste de l’écoute se fera d’une façon distraite et sera de toute manière oubliée dès que l’ultime seconde de musique aura retentit. Autant dire qu’il y’a clairement beaucoup mieux au sein du royaume nordique et qu’il fait peu de doute que l’entité restera encore pour longtemps coincée dans la deuxième division locale d’où il lui sera difficile de s’extirper, tant c’est beaucoup trop lambda, scolaire et mou du genou pour captiver le plus grand nombre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
04/06/2021 10:28
Certes rien ne vaut un bon vieux Illdisposed, Exmortem ou un Panzerchrist.
Mais en groupe plus récent on peut aussi citer Visceral Bleeding dans un style peut être très balisé et un peu répétitif mais probablement plus intéressant.
Tout ça pour dire que c'est une scène rarement évoquée mais ne manquant pas d'atouts !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Shadowspawn
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Shadowspawn
Shadowspawn
Death/Thrash - 2012 - Danemark
  

tracklist
01.   Under The Blood Red Moon
02.   Obliteration Exceptional
03.   Daughters Of Lot
04.   In The Light Of Darkness
05.   Return To Ashes
06.   Rite Of Passage
07.   The Biology Of Disbelief
08.   Decreating The Prestine
09.   Dark Dawn Take Me
10.   Bite The Pain

Durée : 41 minutes

line up
parution
16 Avril 2021

Essayez plutôt
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Nocturnal

2007 - Metal Blade Records
  
Macabre
Macabre
Sinister Slaughter

1993 - Nuclear Blast Records
  
Submission
Submission
Code of Conspiracy

2009 - Blistering Records
  
Nightfall
Nightfall
LYSSA
(Rural Gods & Astonishing Punishments)

2004 - Black Lotus Records
  
Sepulcher
Sepulcher
Panoptic Horror

2018 - Edged Circle Productions
  

Exmortus
Ride Forth
Lire la chronique
BLACK METAL : Les 100 groupes les plus influents des origines à nos jours !?
Lire le podcast
Destinity
In Continuum
Lire la chronique
Demolizer
Upgrade (EP)
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Criminal
Sacrificio
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Witching Hour
...and Silent Grief Shadows...
Lire la chronique
Metal Méan Festival 2021
Bütcher + Bölzer + Doodswen...
Lire le live report
La Voûte #8 - Monothéiste
Lire le podcast
Hellish
Poison (EP)
Lire la chronique
Best of BLACK METAL 1998 !
Lire le podcast
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Ekulu
Unscrew My Head
Lire la chronique
At The Gates
The Nightmare of Being
Lire la chronique
Sakrifiss, Une vision du black metal
Lire le présentation
Dead Heat
World At War
Lire la chronique
Pig Destroyer
Pornographers of Sound (Live)
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast