chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
121 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Shadowspawn - Blasphemica

Chronique

Shadowspawn Blasphemica
Après le rendu mitigé de « The Biology Of Disbelief » on espérait sans trop y croire que SHADOWSPAWN allait redresser la barre, tant celui-ci a toujours été un honnête artisan de la deuxième division Danoise mais auquel il a toujours manqué des disques plus homogènes et des morceaux vraiment marquants pour se détacher de la redoutable concurrence nationale. Du coup il était évident que ce troisième album signifiait celui de la dernière chance pour le quintet s’il voulait encore arriver à grimper dans la hiérarchie, au risque sinon de rester définitivement à ouvrir les concerts des autres et dont on a déjà oublié la prestation dès qu’il a quitté la scène. Affublé d’un nouveau batteur le combo revient donc ici avec dix nouveaux titres de Death/Thrash classique et impeccable mais auquel il manque toujours cette folie, tant ça reste balisé et sans surprises mais aussi particulièrement ennuyeux et insipide. Si son prédécesseur avait au moins le mérite d’offrir quelques moments sympathiques ici il n’y en a hélas nulle trace, vu que malgré le fait d’avoir raccourci la durée de ses compositions (une seule arrive au cap des quatre minutes) celles-ci s’embourbent presque instantanément dans un ennui qui ne va pas quitter l’auditeur jusqu’à la dernière seconde... qui sera au mieux tolérant en écoutant d’une oreille distraite voire au pire franchement énervé, et n’attendant que le moment où tout cela se termine.

Car si au final l’ensemble ne s’éternise pas on va avoir la sensation permanente que tout cela dure une plombe et se répète à l’infini en étant sans idées ni imagination, car tout ça ne va qu’être un recyclage permanent du côté des riffs et de la construction générale des plages. Dès le départ avec « Bonesong » on sait à quoi on va avoir droit sur la durée, à savoir de cours instants où ça tabasse correctement et où la vitesse apparaît... hélas de façon trop éphémère, vu que les gars vont trop vite appuyer sur la pédale de frein et pas qu’un peu tant cela va être récurrent, et ainsi manquer complètement de puissance et de couilles. En effet que ce soit « Blasphemica » ou encore « Desert Serpent » on va vite être mis en situation d’emmerdement intersidéral tant c’est répétitif et prévisible au possible, et surtout plombé par une rythmique qui ne change quasiment pas et montre de gros signes de faiblesse quand c’est calé sur un train de sénateur. Si après ce démarrage moisi on va espérer et croire à un léger mieux sur le sympathique et légèrement convaincant « Color Me Dead » (où ça s’agite un chouia) et le surprenant et dense « Lacerations » (qui voit l’apparition de claviers d’obédience Black symphonique et d’un solo mélodique agréable), pour le reste ce court espoir va vite être douché une fois ces deux réalisations arrivées à leurs termes où l’on va retrouver les mêmes travers que précédemment.

Si « Vanity Of The Wicked » va voir les gars enfin se réveiller en mettant enfin de la virulence et de l’énergie dans leur musique, il ne va pas falloir quand même s’attendre à sauter au plafond tant il n’y a rien de mémorable là-dedans et c’est bien trop générique pour en conserver quelque chose sur la durée. Mais bon au moins il y’avait le mérite de voir le tempo s’exciter un peu, car pour le reste entre le bourratif et plat « Absolution In Flesh », l’interminable et balourd « Sacrament Of Deceit », ou les chiants « Echoes Of Human Debris » / « Thrive In Sadness » il n’y a absolument rien à sauver sur le fond comme la forme. Entre l’écriture qui tombe dans des abîmes de médiocrité en reprenant en permanence les mêmes riffs peu inspirés, un chant monotone et un nouveau frappeur qui doit clairement se faire chier (tant il accélère avec parcimonie se contentant d’offrir des passages à la double où ça rampe sans motivation), on aura donc bien compris qu’il n’y a rien à retenir de ce ratage complet qui n’intéressera personne ou presque et qui confirme que ses auteurs sont clairement relégués encore un échelon plus bas, et qu’ils ne risquent pas de regrimper plus haut à l’avenir tant ils ne semblent pas avoir appris de leurs erreurs passées. A l’heure où le niveau de leur royaume comme celui de l’international est de plus en plus relevé il est regrettable que les Danois continuent à s’empêtrer dans un tel maelstrom inutile, qui comblera sans peine les soldeurs du quartier Saint-Michel ou remplira les promotions des labels sur le net mais ils seront bien les seuls... les fans ayant depuis longtemps quitté le navire et passés à d’autres choses bien plus intéressantes et digestes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Shadowspawn
Death/Thrash Metal
2023 - Emanzipation Productions
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Shadowspawn
Shadowspawn
Death/Thrash Metal - 2012 - Danemark
  

tracklist
01.   Intro
02.   Bonesong
03.   Blasphemica
04.   Desert Serpent
05.   Color Me Dead
06.   Lacerations
07.   Vanity Of The Wicked
08.   Absolution In Flesh
09.   Sacrament Of Deceit
10.   Echoes Of Human Debris
11.   Thrive In Sadness

Durée : 36 minutes

line up
parution
27 Octobre 2023

voir aussi
Shadowspawn
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief

2021 - Emanzipation Productions
  

Essayez plutôt
Symbyosis
Symbyosis
On the Wings of Phoenix

2005 - Hidden Association
  
The Black Dahlia Murder
The Black Dahlia Murder
Unhallowed

2003 - Metal Blade Records
  
A House Cursed
A House Cursed
By Triage (EP)

2008 - Autoproduction
  
In Thy Dreams
In Thy Dreams
Highest Beauty

2001 - War Music
  
HateSphere
HateSphere
Hatesphere

2001 - Scarlet Records
  

Defleshed
Reclaim the Beat
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Vigilante
V
Lire la chronique
Cosmic Jaguar
El era del jaguar
Lire la chronique
Darkness
Blood On Canvas
Lire la chronique
Lethal Blaster
Velocidad sangrienta
Lire la chronique
LIXIVIAT FESTIVAL #2
Blockheads + Feastem + P.L....
Lire le live report
La photo mystère du 16 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Extinct
Incitement Of Violence
Lire la chronique
Phantom
Transylvanian Nightmare (EP)
Lire la chronique
Alpha Warhead
Code Red
Lire la chronique
Agressor
Neverending Destiny
Lire la chronique
Strivers
Precious Core
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Tommyknockers
Mean Things
Lire la chronique
Verbal Razors
By Thunder and Lightning
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Phantom
Handed To Execution
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Assylum
Far Beyond Madness
Lire la chronique
Karabiner
Unbeaten (EP)
Lire la chronique
Aborted
Vault Of Horrors
Lire la chronique
Atrophy
Asylum
Lire la chronique
Battlecreek
Maze of the Mind
Lire la chronique
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Suicidal Angels
Profane Prayer
Lire la chronique