chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Darkest Hour - The Eternal Return

Chronique

Darkest Hour The Eternal Return
« One nation under the gun… », le rouleau compresseur Hidden Hands Of A Sadist Nation résonne encore et encore chez les anciens adeptes lorsque l'on parle de Darkest Hour (ah ce « Veritas, Aequitas » à vous prendre les tripes…). Pourtant limité à ce petit bijou de noirceur après un enragé So Sedated, So Secure, le très mélodique Undoing Ruin avait aussi su faire son effet et convertir un plus large public. Dans ce cercle vicieux de conquête de nouveaux disciples, le « mainstream » (refrains au chant clair dans la mouvance « core ») et peu inspiré Deliver Us signera le divorce avec ceux réfractaires à cette direction « catchy » prise par Undoing Ruin. Pour couronner le tout, le soliste extraterrestre Kris Norris quittera la bande peu de temps après (vous savez le monsieur responsable de Hidden Hands Of A Sadist Nation et des soli infaisables), remplacé par Michael Carrigan, monstrueux lead guitariste d'At All Cost. Invité d'honneur lors de la tournée d'At The Gates aux USA et conscient de leur évolution à des années lumières de leurs débuts, Darkest Hour reprend ses rennes et annonce un retour aux sources avec un sixième album au titre explicite The Eternal Return.

A l'instar d'un Nightrage sorti il y a quelques jours, je dois vous avouer avoir pris ce The Eternal Return de manière assez blasé, sans rien attendre d'exceptionnel en retour. Pourtant Darkest Hour gomme tous les odieux aspects de Deliver Us, fini le chant clair et les mélodies niaises en complet décalage avec leurs paroles engagées. La band de Washington privilégie le titre « direct » et non mielleux comme à la bonne époque : riffs death/thrash incisifs à la suédoise, tempo accéléré et chant déchaîné sont au menu. Un John dorénavant sous hormones, le bonhomme tapant d'avantage dans les graves (l'alcool peut-être) voire carrément dans un pattern death (le terrible « Bitter » ou « Black Sun ») ! L'environnement reste quant à lui très mélodique et reprend ce qu'avait laissé Undoing Ruin. Mélodies et refrains accrocheurs à foison donc : le tube « The Tides », « Blessed Infection », « Distorted Utopia » ou « Black Sun » sauront rassasier l'adepte du riff qui colle, la nouvelle recrue remplaçant Kris Norris n'y étant pas étrangère. Ceux connaissant At All Cost auront déjà eu un avant goût des capacités du monsieur, les autres écoutez donc « The Tides » et son solo interminable pour en juger.

Pourtant la « furie », ce mot si cher au groupe et dans leurs gênes punk/hardcore n'est toujours pas revenu marquer les esprits. Malgré une certaine patate dans la musique (« Bitter » et sa minute de folie !), on est encore à des années lumières d'un « vrai » Darkest Hour post-apocalyptique. Cela reste bien mou du genou, le principal fautif étant sans nul doute ce son (sans Devin Townsend cette fois) exécrable de propreté (So Sedates, So Secure paraît « raw » à côté) et peinant en puissance (Fredrik Nordström en rigole encore) créant un réel fossé entre ce qui est joué et le rendu final. Et puis il faut avouer que la bande possède encore des reliquats amorphes de Deliver Us, ce qui n'aide pas foncièrement la chose… En dehors de ça, on trouvera un Darkest Hour encore peu inspiré (« Transcendence » est un bon exemple) sans les hits habituels malgré une maîtrise certaine de son sujet. Ajoutez à çà une durée bien courte (une petite demi-heure) et vous aurez le sentiment mitigé que je peux avoir après moult écoutes.

Honorablement ficelé et exécuté avec brio (avec qui ?), The Eternal Return n'est pourtant pas le « retour » tant attendu. En effet Darkest Hour déversera en demi-teinte son énergie dévastatrice (production et composition) et jouera la carte de la facilité en ne faisant que le strict minimum pour passer sa mention « bien ». Espérons juste que la bande passe la troisième car elle risque d'être oubliée très vite sans un vrai déclic. Wait and listen.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Mikaël citer
Mikaël
29/08/2009 12:12
J'aurais pensé que tu aurais aimé l'album plus que ça. Plus de chant clair, aucun vrai tube à la "Convalescence". Je le trouve aussi brouillon que les premiers albums, peut être pas dans la prod comme tu dis, mais pour le reste oui
NightSoul citer
NightSoul
28/07/2009 15:45
note: 7/10
J'ai pas retenu grand chse de cet album mais je le trouve meilleur que "Deliver Us" ça c'est clair!
9a s'éloigne un peu (beaucoup) de l'orientation prise pas "Undoing Ruin, ça tabasse de bout en bout avec certains passages bien sympa (No God par exemple) mais j'ai du mal à y retrouver la gniak d'antan et ce qui m'avait fait adorer "Hidden Hands Of A Sadist Nation"... L'album est bon mais je ne pense pas que j'y retounerai à la différence de ses prédécesseurs...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Darkest Hour
Death/Thrash/Hardcore mélodique
2009 - Victory Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (5)  7.3/10
Webzines : (18)  7.23/10

plus d'infos sur
Darkest Hour
Darkest Hour
Death/Thrash/Hardcore mélodique - 1995 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Devolution of the Flesh
02.   Death Worship
03.   The Tides
04.   No God
05.   Bitter
06.   Blessed Infection
07.   Transcendence
08.   A Distorted Utopia
09.   Black Sun
10.   Into the Grey

line up
parution
23 Juin 2009

voir aussi
Darkest Hour
Darkest Hour
Godless Prophets & The Migrant Flora

2017 - Southern Lord Recordings
  
Darkest Hour
Darkest Hour
Archives (Compil.)

2006 - A-F Records
  
Darkest Hour
Darkest Hour
So Sedated, So Secure

2001 - Victory Records
  
Darkest Hour
Darkest Hour
The Mark Of The Judas

2000 - Join The Team Player Records
  
Darkest Hour
Darkest Hour
Hidden Hands Of A Sadist Nation

2003 - Victory Records
  

Essayez aussi
The Kandidate
The Kandidate
Facing The Imminent Prospect Of Death

2012 - Napalm Records
  
Sordid Leader
Sordid Leader
Serpent Aeon (EP)

2010 - Autoproduction
  

Annihilator
Refresh The Demon
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique
Bilan 2020
Lire le bilan
BM : Les polémiques à deux balles (et un peu plus)
Lire le podcast
Darkness
Over And Out (EP)
Lire la chronique
Zombiefication
At The Caves Of Eternal
Lire la chronique
Messiah
Fracmont
Lire la chronique
Loudblast
Manifesto
Lire la chronique
Harlott
Detritus Of The Final Age
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Töxik Death
Sepulchral Demons
Lire la chronique
Deathstorm
For Dread Shall Reign
Lire la chronique
S.D.I.
80s Metal Band
Lire la chronique
Mors Principium Est
Seven
Lire la chronique
French Black Metal : Nouveaux groupes ! Pas que de la MERDE !
Lire le podcast
Paradox
Product Of Imagination
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
Demolizer
Thrashmageddon
Lire la chronique
Heathen
Empire Of The Blind
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique