chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
84 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Syphilic - Erotishock Therapy

Chronique

Syphilic Erotishock Therapy
En attendant un The Great Wall Of Gina qui ne sortira sans doute jamais, Brian Forgue offre à tous les fans frustrés de Mutilated un album solo sous le nom évocateur de Syphilic. Amis de la débauche, de la perversion, de l'humour d'enfoiré et du bon gros death métal qui tâche, venez donc vous aussi vous palûcher comme le gros dégueulasse de l'immonde pochette devant la pauvre demoiselle qui se fait électrocuter les parties sensibles, car ce Erotishock Therapy pourrait bien vous émoustiller.

Syphilic est donc le projet solo de Brian Forgue, chanteur de Mutilated et Gutrot (entre autres). Une petite démo 2 titres en 2005 sera le seul témoignage des frasques solitaires du sieur avant la sortie en cette belle et heureuse année 2007 d'un full-length. Un full-length intéressant à plus d'un titre...

Tout d'abord parce que la fripouille de Détroit ne nous sort pas un clone de ses groupes. Mais s'il l'on devait vquand même rapprocher Syphilic d'une des formations de sa tête pensante, c'est plus du côté de Mutilated qu'il faudrait aller. Pas d'ultra guttural brutal slammoshing death metal à la Gutrot donc. Plutôt un brutal death classique assez orienté old-school d'ailleurs mais avec une ou deux expérimentations surprenantes. En particulier la fin ambiante de "Fuck Protest", totalement inattendue mais carrément réussie. N'ayez pas peur amis intégristes, on nage quand même pratiquement tout le temps dans un death métal sale et brutal avec pléthore de blasts (2-3 gravity même), de très bons riffs (souvent accompagnés d'inévitables harmoniques sifflantes) et pas mal de changements de rythme (notamment quelques ralentissements bien lourds über jouissifs avec de la double à fond comme sur "Mother Daughter Bonding") qui font de cet Erotishock Therapy un album tout sauf linéaire. Les riffs sont d'ailleurs une des qualités principales de ce 1er opus car pas forcément super originaux mais suffisamment travaillés et personnels pour ne pas sonner dans la redite comme des millierss d'autres groupes.

Ces riffs, souvent sinistres, contrastent avec l'hilarité des nombreux samples utilisés sur la bête: Crève, Smoochy, Crève, Bad Santa, du Lewis Black et Tourettes Guy ("Suck my dick, or cock!", certains ici doivent connaître!) entre autres ainsi que des vidéos ou de l'audio directement enregistrés par Brian himself. En même temps c'est de l'humour gras et cynique donc il y a quand même un lien! Ces samples sont la plupart du temps insérés en début ou en fin de morceau (ce qui évite de casser le rythme), les introduisant ou les concluant de manière sympathique (l'intro de "BTK" est mythique!). Et en plus ils ne prennent pas trop de place, avis aux réfractaires!

12 morceaux, 45 minutes, des samples marrants, de la bonne musique bien brutale mais qui ne s'empêche pas de varier un peu: on n'a pas le temps de s'ennuyer. Pour être sûr de son fait toutefois, Brian a invité des potes, et pas n'importe lesquels. La crème de la gutturalité est en effet présente ici avec Justin Boehm (Orchidectomy), Blue Jensen et Randy Thompson (Guttural Secrete; enfin plus pour Randy maintenant) et Adam Mason (Goratory, Sexcrement) pour ce qui est des guest vocals, et Clitoruss (Mutilated) sur le solo bizarroïde perdu au milieu des samples de l'interlude "Iceman".

Mais comme dans la vie, il y a toujours des trucs qui ne vont pas, Erotishock Therapy n'est pas un opus parfait. Il y a par exemple des passages (souvent mid-tempi) qui affaiblissent le niveau d'ensemble, qui reste cependant bien supérieur à la moyenne. Autre reproche: la voix, ultra gutturale mais malheureusement ultra répétitive aussi. Forgue aurait pu varier et nous sortir un peu autre chose que ces gargouillis putrides incompréhensibles que j'aime bien, mais pas pendant trois-quarts d'heure! L'apport des guest susmentionnés n'y change rien. Enfin, la BAR car oui, comme dans 99% des one-mand bands, il y a une boîte à rythme! Ah mais attendez! Non, elle sonne bien cette conne et puis c'est qu'elle est programmée intelligemment! Hé bien oui figurez-vous que ce qui s'impose en général comme le gros point faible de ce genre de "groupes" ferait ici presque figure d'atout tant elle est toujours bien placée et ne sonne pas trop robotique! Ce qui m'empêche d'apprécier pleinement les groupes de Shawn Whitaker (Insidious Decrepancy/Viral Load) ne me gêne pas le moins du monde chez Syphilic. Hey mec, file tes samples de batterie à Shawn (bon trop tard il a trouvé un batteur!).

Quelques lourdeurs dans cette thérapie à l'érotichoc mais qui ne nuisent pas gravement à l'écoute: au final voilà une bien bonne surprise que ce 1er opus de Syphilic. Ce qui est d'autant plus satisfaisant, c'est que Brian Forgue n'est pas tombé dans la facilité en nous livrant un demi Gutrot/Mutilated ou en nous pondant du slam death ou de l'ultra technique, les deux tendances actuelles du death. Non ici simplement du death comme on l'aime: brutal et sincère. Le mec s'est fait plaisir et a saisi l'occasion pour réunir une belle brochette de stars de l'UG. En espérant qu'il y en ait d'autres!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Syphilic
Brutal Death
2007 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  9/10

plus d'infos sur
Syphilic
Syphilic
Brutal Death - 2005 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Fuck Protest
02.   Back Acne Buffet
03.   Iceman
04.   Mother Daughter Bonding
05.   Green Seed
06.   BTK
07.   Nursing Home Kneebash
08.   Prog
09.   Toilet Water Island
10.   Family Ties
11.   Urineat
12.   Play Catch, You Lose

Durée : 44'59

Essayez aussi
Odious Mortem
Odious Mortem
Devouring The Prophecy

2004 - Unique Leader Records
  
Exmortem
Exmortem
Nihilistic Contentment

2005 - Earache Records
  
Fit For An Autopsy
Fit For An Autopsy
Hellbound

2013 - Steamhammer Records (SPV)
  
Spiritual Dissection
Spiritual Dissection
Mors Ultima Ratio

2009 - Autoproduction
  
Atheretic
Atheretic
Apocalyptic Nature Fury

2006 - Galy Records
  

The Agony Scene
Get Damned
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique