chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abraxas - Damnation

Chronique

Abraxas Damnation
L'EP Wretched Existence, première sortie officielle d'Abraxas, m'avait fait pas mal d'effet. Sorti en 2009 chez Relapse Records, l'opus développait un brutal death metal à l'ancienne très prometteur. Rien d'étonnant après tout avec un tel line-up puisque le groupe compte dans ses rangs le guitariste/bassiste Makoto Mizoguchi (Internal Suffering, Pyrexia, Vile) épaulé par Mike Hrubovcak (Monstrosity, Vile, Divine Rapture) au chant et du batteur Lance Wright (Quinta Essentia, Vile). Sa durée éphémère, un quart d'heure pour quatre titres, le rendait d'autant plus efficace. Mais frustrant. D'où mon attente la bave aux lèvres d'un premier full-length annoncé dans la foulée. Il ne viendra finalement qu'en juin dernier non pas chez Relapse mais chez... Sevared Records! Un changement de label surprenant, le label de Barrett Amis n'ayant pas la même renommée que l'usine de Pennsylvanie. Mais ça on s'en fout. Ce qui est important par contre, c'est que ce Damnation s'avère malheureusement moins excitant que Wretched Existence...

L'album partait pourtant bien en reprenant les couleurs infernales de l'artwork, à nouveau très réussi, ainsi que les quatre morceaux de l'EP. Morceaux qui se placent d'ailleurs sans problème parmi les meilleurs de la galette. Et en fait, Abraxas n'a pas totalement changé entre les deux sorties. Surtout pas au niveau des riffs en tout cas, dans la lignée de ceux bouillonnants de Wretched Existence. Là où on sent une évolution à l'inverse, c'est au niveau des rythmiques. Le trio new-yorkais laisse ainsi s'exprimer davantage ses influences thrash déjà présentes sur l'œuvre précédente mais qui ne m'avaient pas autant sauté aux oreilles qu'ici. La bonne reprise de "To The Wall" de Sepultura (Schizophrenia, 1987) en est le symbole le plus frappant. Du coup, on se retrouve avec des compositions moins brutales et rapides malgré la part belle faite aux rythmiques thrashies. Abraxas restant un groupe de death metal, on a toutefois toujours le droit à pas mal de blast-beats, clairement les passages les plus bandants de l'opus. Et quand ça lève le pied, ce sont les riffs mid-tempo groovy et headbangants qui prennent le relais.

Tout ça n'est pas si mal en fin de compte. Mais outre une baisse d'intensité embêtante, Damnation souffre d'une trop grande répétitivité, et ce malgré des rythmiques changeantes. La faute en revient principalement aux riffs qui, malgré leur qualité indéniable, varient peu. D'autant plus dommage qu'Abraxas est une véritable usine à riffs comme peu de groupes en sont capables. Mais les conséquences ne tardent pas à se faire sentir: ça tourne vite en rond. Un défaut qu'évitait Wretched Existence et ses quinze minutes de temps de jeu. Damnation a lui la mauvaise idée d'en compter 50 réparties sur 13 morceaux, bien trop long pour le style surtout avec un tel manque de variété. On n'en aurait pas voulu aux Américains s'ils avaient écarté 4-5 pistes de la tracklist, par exemple "Through Blood We Return" et "Crowned Rebellion" qui font un début d'album plutôt quelconque, juste sauvé par l'intro instrumentale "Astaroth" au jeu de riff intéressant alimenté par quelques bonnes leads mélodiques sombres. L'enchaînement "Leviathan Of Blood And Fire", "Damnation Uncreation" et "Universal Collapse" n'était pas non plus indispensable. Un trio une nouvelle fois secouru par "Receptacle Of Sin", un interlude acoustique bien foutu même s'il sonne quelque peu déplacé. Dans un autre secteur, Abraxas aurait pu travailler davantage les mélodies dans ses solos, tous chaotiques et sans grand intérêt. Quant à Mike Hrubovcak, son chant growlé qu'il diversifie par quelques screams est loin d'être époustouflant. Correct mais générique, on ne peut pas dire qu'il tire les morceaux vers le haut.

Damnation n'est toutefois pas un mauvais album. Il comporte tout un tas de bons riffs (les plus véloces et virulents, les autres étant plus banals) et les séquences blastées, bien que moins nombreuses que sur les titres de Wretched Existence, restent assez jouissives, bien aidées aussi par un son de batterie organique qui claque bien. Mais Abraxas a voulu ici mettre l'accent sur les sonorités thrash et le groove au détriment de la brutalité, à l'image d'une production claire et puissante mais pas assez épaisse pour du death metal. C'est bien de vouloir varier les plaisirs mais du coup, les passages intenses se font plus rares et l'opus se retrouve paradoxalement handicapé par une trop grande monotonie. Et sur 50 minutes, ça ne pardonne pas. On aurait ainsi préféré davantage de blast-beats et 20 minutes de moins pour une meilleure efficacité. Le résultat est donc sans appel: pas mal mais vite lassant. Moi déçu!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
31/10/2019 13:25
note: 7.5/10
La même chose pour moi, un bon album malheureusement moins frontal que l'EP à cause surtout d'une durée bien trop longue (où quelques titres dispensables auraient pu être mis de côté). Dommage car sans ça il aurait gagné en densité !
AxGxB citer
AxGxB
18/12/2011 10:37
note: 6.5/10
Effectivement, petite déception également. J'ai trouvé aussi le EP plus percutant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abraxas
Death Metal Thrashy
2011 - Sevared Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (3)  6.67/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Abraxas
Abraxas
Death Metal Thrashy - 2009 † 2012 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Astaroth
02.   Through Blood We Return
03.   Crowned Rebellion
04.   A Species Untrue
05.   Ingrowing Masochistic Perversion
06.   Folding for Our Demise
07.   Leviathan Of Blood And Fire
08.   Damnation Uncreation
09.   Universal Collapse
10.   Receptacle Of Sin
11.   To The Wall (Sepultura cover)
12.   Eternally Erased
13.   Agony Absolution

Durée : 50'37

line up
parution
2 Juin 2011

voir aussi
Abraxas
Abraxas
Wretched Existence (EP)

2009 - Relapse Records
  

Essayez plutôt
Charon
Charon
Sulphur Seraph
(The Archon Principle)

2012 - Sepulchral Voice Records
  

Kalmah
Swampsong
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique
METALHERTZ - Bilan 2019
Lire le podcast
Sodom
Out Of The Frontline Trench...
Lire la chronique
BLACK METAL 1995-1996 : Top 10 et Pas top 3 !
Lire le podcast
Bilan 2019
Lire le bilan
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Oath Of Cruelty
Summary Execution At Dawn
Lire la chronique
Les Sakrif'or 2019 (Et compo inédite de Véhémence)
Lire le podcast
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique