chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Scornforger - Neighbours Are Livin' Dead

Chronique

Scornforger Neighbours Are Livin' Dead
En pleine pause au beau milieu de la saison 2 de The Walking Dead, j'ai bien cru un moment me retrouver en manque de zombies, de chairs déchirées et d'éclaboussures de liquides corporels en tout genre. C'était sans compter sur ce premier opus de Scornforger, jeune quatuor sudiste originaire de cette belle région PACA, qui devrait combler tous les amateurs des réjouissances sus-citées. Jeune certes (formé en 2010) mais pas réellement débutant puisqu'on retrouve parmi ses quatre membres trois officiant également chez Dividead et deux chez Unchained. Après un premier essai sous la forme d'une démo en 2010 (« Thrash Till You Puke ») dont on retrouve ici les cinq titres, Scornforger se lance donc dans l'aventure de l'autoproduction avec ce « Neighbours Are Livin' Dead » qui, sans apporter rien de nouveau sous le soleil thrash, devrait au moins contenter une partie des fans de chair fraîche et de décibels enragés.

Pour commencer je me dois de saluer la grande qualité de l'objet en lui même qui, pour une autoproduction, n'a pas a rougir de la comparaison avec les sorties officielles tant en ce qui concerne l'artwork que le son tous deux très réussis. On nage en effet en pleine apocalypse zombie à base de chair pourrissante, de boyaux canins déchiquetés, de voisine paniquée et de soldat prêt à éradiquer toute forme de vie (ou de non-vie) subsistante. Et si le fameux soldat a comme un faux air du « Tapping The Vein » de Sodom ce n'est peut-être pas un simple détail. Non pas que le trio allemand soit l'influence la plus palpable de nos français mais simplement le reflet du côté hommage qui se dessine très rapidement à l'écoute de ce « Neighbours Are Livin' Dead ». Le tracklisting n'y sera d'ailleurs pas étranger puisque si la plupart des titres baignent dans le thème gore de rigueur ici, les lyrics du premier titre « Thrash till you puke » ne sont qu'un patchwork de titres d'albums illustres qui ont probablement bercé les quatre membres et bon nombre de metalheads (à commencer par votre serviteur). Il va sans dire que l'originalité n'est évidemment pas le propos ici et que les influences de Scornforger sont aussi bien dissimulées que les tentatives de Sarkozy de récupérer les voix du Front National. Annihilator (« Thrash till you puke ») et Megadeth (« 1692 ») sont les principaux noms qui viennent à l'esprit dès cette entame d'album et reviendront régulièrement jusqu'au bout tant le riffing semble grandement inspiré des pères Waters et Megadave, ce qui est au moins gage d'une qualité minimum vous en conviendrez. Et il faut reconnaître que côté six cordes Thibaud Vuille a su concocter des riffs qui, malgré un arrière goût de déjà entendu, parviennent à rester dans l'ensemble assez accrocheurs et n'ont pas peur de revêtir quelques atours plus mélodiques. Il en va de même pour les soli plutôt bien exécutés dans l'ensemble (pas de quoi se tirer sur la nouille non plus) mais relativement classiques. Ce qui toutefois fera dans une certaine mesure l'originalité de ce « Neighbours Are Livin' Dead » c'est surtout cette voix globalement dans un registre thrash hurlée mais qui s'aventure assez fréquemment dans des sonorités plus death et même black à certains moments donnant au rendu un petit côté Toxic Holocaust pas dégueu. La section rythmique accompagne d'ailleurs ces quelques digressions avec notamment un petit nombre de blasts histoire de montrer qu'on n'a pas peur d'avoir les boules.

Bref, à l'instar de tous ces films de morts-vivants au scénario tenant en triple exemplaire sur un ticket de métro, on repassera pour ce qui est de l'originalité. Toutefois Scornforger, sans réinventer le style, fait preuve de suffisamment de qualités pour mériter au moins l'attention des amateurs du style. Cousus de fil blanc certes mais quand même rudement entraînant pour la plupart (« Nuclear Leak » par exemple, dont le riff principal aurait presque des faux airs du Suicidal Tendencies époque "How Will I Laugh Tomorrow" [Sorry?!]), les onze titres s'enfilent d'une traite sans problème, mis en valeur par un son et un mix qui, comme je le disais au début, sont tout à fait remarquables pour une autoproduction avec notamment une basse qui sait se faire entendre quand il faut. « Neighbours Are Livin' Dead » s'avère être au final une bonne surprise, en espérant que la suite puisse être un brin plus personnelle tout en restant aussi efficace.


Show no mercy, Kill'em all, Hell is here
We've reached the South of heaven
The pleasure to kill is stronger than all
Ultra-violence is the law

The Legacy of Cowboys from hell
Has risen from the Abyss
So far, so good... so fucking what?
Thrash metal Made me do it!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Tankkore citer
Tankkore
15/01/2012 13:34
Les Russes de MANIC DEPRESSION ont fait le même titre hommage avec les noms d'albums cultes sur leur dernier album "Impending Collapse" !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Scornforger
Thrash Metal
2011 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (8)  6.83/10

plus d'infos sur
Scornforger
Scornforger
Thrash Metal - 2010 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Living dead united
02.   Thrash till you puke
03.   1692
04.   Blood calls Blood
05.   Hell Ride
06.   Panic Attack
07.   Non Believer
08.   Blood Countess
09.   Nuclear Leak
10.   Scornforger
11.   Satan's Whore

line up
Essayez aussi
Hellish
Hellish
The Spectre Of Lonely Souls

2018 - Unspeakable Axe Records
  
Witchburner
Witchburner
Demons

2010 - Evil Spell Records
  
Atrophy
Atrophy
Violent By Nature

1990 - Roadrunner Records
  
Overkill
Overkill
The Killing Kind

1996 - Edel Music
  
Dust Bolt
Dust Bolt
Violent Demolition

2012 - Napalm Records
  

Pestilence
Consuming Impulse
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Panzer Squad
Ruins
Lire la chronique
Dreadful Fate
Vengeance
Lire la chronique
Nuclear Assault
Handle With Care
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 16 - And the Legend Leaves Town ...
Lire le podcast
Black Metal de Pologne, mais pas Behemoth, ni Graveland, mais plutôt....
Lire le podcast
Hellish
The Spectre Of Lonely Souls
Lire la chronique
Skeletonwitch
Devouring Radiant Light
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Survive
Lire la chronique
Exmortus
The Sound Of Steel
Lire la chronique
Le NSBM... un thème arisk !
Lire le podcast
Nuclear Assault
The Plague (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique