chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
183 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Heathen - Empire Of The Blind

Chronique

Heathen Empire Of The Blind
Je ne vais pas vous faire l’article du vieux briscard ayant exhumé la première veste à patches de l’histoire, HEATHEN, j’ai découvert en 2009 avec « The Evolution Of Chaos ». Passé entre les mailles du tape-trading quand j’étais au bahut, le groupe de Lee Altus ne figure donc pas dans la boîte à souvenirs des joyaux thrash ayant électrisé mon adolescence. Pourtant, lorsqu’on s’adonne à un peu d’archéologie (j’ai ouvert la page wiki du groupe, en gros), tous les marqueurs Bay Area nous sautent à la gueule avec un nombre incalculable de figures du genre ayant traîné leurs guêtres au sein de la formation de San Francisco : Jason Viebrooks, Jon Dette et Paul Baloff, pour ne citer qu’eux, ça parle forcément aux amateurs de TESTAMENT ou encore EXODUS!

Même si sa formation remonte à 1984, HEATHEN est loin de tenir la même cadence de production que ses illustres camarades de jeu. Pas une affaire de talent mais plutôt question de circonstances ; outre d’incessants changements de line-up, HEATHEN n’a pas survécu à l’évolution de la scène dans les années 90, ne refoulant les planches qu’en 2001 pour le concert de soutien aux deux grands Chuck (Billy/Schuldiner), Thrash Of The Titans. Plus surprenant, alors que le contexte de la fin des années 2000 s’avérait bien plus favorable à son retour, HEATHEN n’a pas enchaîné après trois années à promouvoir l’excellent « The Evolution Of Chaos » (superbe prestation au Hellfest). Onze piges plus tard, Jon Torres (basse) et Daren Minter (batterie) se sont fait la malle, cédant respectivement leur place à Jason Mirza (PSYCHOSIS) et Jim DeMaria (TOXIK).

Le noyau du groupe ainsi préservé, HEATHEN livre donc « Empire Of The Blind », son quatrième effort studio seulement en 35 ans d’existence. Où l’on retrouve un digne représentant du genre qui nous occupe, jouant habilement sur ses forces naturelles. Le chanteur David White, en premier lieu, qui excelle dans le registre heavy sans pour autant crever le plafond des aigus. Une sobriété appréciable, d’autant que le bonhomme nous sert souvent des refrains imparables (« Empire Of The Blind », « Sun In My Hand » et surtout « The Blight »). La paire de guitariste ensuite, qui joue comme à son habitude la carte de l’épate avec une avalanche de soli on ne peux plus délectables, leur registre ultra mélodique combinant à merveille avec le registre de White. Comme s’il passait de SLAYER à METALLICA, Lee Altus adapte son jeu et forme un duo redoutable avec Kragen Lum, dans ce qui ressemble souvent à une déclaration d’amour à Alex Skolnick (le magnifique final de « In Black »). A TESTAMENT, HEATHEN emprunte donc un goût prononcé pour les leads de haut vol (« Sun In My Hand »), quand il n’entame pas les hostilités instrumentales façon « Reign Of Terror » sur « The Fine Red Mist ». Braconnant sur les terres d’EXODUS et METALLICA sur le plan rythmique (et même le ANNIHILATOR shamallow sur « Shrine Of Apathy » et ses arpèges caractéristiques), HEATHEN achève de bétonner l’ensemble avec des ficelles assez grosses mais fort prisées des amateurs.

Où l’on relève peu ou prou les mêmes défauts dans la cuirasse que sur « The Evolution Of Chaos », à savoir quelques trous d’air dans le tracklisting empêchant HEATHEN de rallier les sommets. Passé la redoutable « The Blight » (un classique instantané) et l’efficace title track, « Dead And Gone » fait un peu pâle figure, à l’image de la paire « Blood To Bet Let »/« In Black », coincée entre deux titres de plus grande envergure (« Sun In My Hand » et « Shrine Of Apathy »). Même constat pour « Devour » et son riff marqué au fer rouge par … TESTAMENT, encore et toujours. Moins à l’aise lorsqu’il la joue mid-tempo, HEATHEN n’a pas non plus sous le coude une section rythmique du tonnerre ; des riffs pas tous de première main et un batteur au jeu rudimentaire ternissent un peu le bilan, quand bien même le feu d’artifice des guitares masque en partie ces imperfections.

Ces réserves émises, « Empire Of The Blind » reste globalement excellent, comme en témoigne l’exercice réussi de l’instrumental thrash, un passage obligé pour toute formation qui se respecte. Caviardée d’envolées néoclassiques chères au père Yngwie, « A Fine Red Mist » serait absolument géniale si son riff principal était un peu moins fonctionnel. Plus resserré que sur « The Evolution Of Chaos », le tracklisting met également en valeur les titres les moins vindicatifs du lot, la chaleur 80’s qui se dégage de « Sun In My Hand » et « Shrine Of Apathy » grossissant le capital sympathie de la galette. La speedée « The Gods Divide » bouclant le programme de manière plus que convenable, HEATHEN fait donc mieux qu’un TESTAMENT ayant un peu déçu cette année avec l’inégal « Titans Of Creation ». A défaut d’un album parfait, on s’en contentera largement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
04/10/2020 11:32
note: 8.5/10
Thomas Johansson a écrit : Merci pour la coquille sinon.

Gaffe: la coquille y était à 2 reprises... Il en reste une
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
04/10/2020 10:14
note: 8/10
C'est la jurisprudence "Emotion N°13"! Merci pour la coquille sinon.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
30/09/2020 23:50
note: 8.5/10
Haha, pour ne pas changer mon Toto, on a le même avis global sur l'album, mais des avis radicalement opposés sur les détails: je trouve que "Shrine Of Apathy" (et non pas "Blood Of Apathy") est la purge de l'album - du Annihilator roudoudou sans la classe. Par contre pour le reste, que du bonheur.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
30/09/2020 08:30
note: 8/10
Il faut croire qu'avec l'âge je deviens bon public ! J'ai essayé d'y aller sur les 2 premiers mais les progs maigrelettes d'époque je peux plus. D'autant moins gêné par la lessiveuse nuclear blast que je fais tourner la plupart des albums en bagnole
InnerDam citer
InnerDam
29/09/2020 23:32
note: 6/10
oh je n'avais pas vu en plus. Nuclear Blast..
Décidemment ce label transforme en plomb tout ce qu'il touche!
InnerDam citer
InnerDam
29/09/2020 23:30
note: 6/10
Je rejoins l'avis général, un sacré gachis que cet album! Surtout quand on connait le talent des bonhommes derrière. C'est dommage car pour les jeunots disons qui découvrent, cela ne leur donnera peut être pas envie d'écouter les putains d'albums qu'ils ont sorti à leur début. Dommage..
Un des secrets les mieux gardés du thrash qui se vautre comme ça..
Pour Exhorder, n'en parlons même pas.
Keyser citer
Keyser
28/09/2020 14:01
note: 7/10
Pas un mauvais album mais décevant pour ma part. Les riffs baissent en qualité (trop de saccades et de trucs bateau modernes) et le chant se montre moins convaincant. Reste effectivement des leads de haut vol et une certaine efficacité toujours présente. Mais pour un groupe de ce calibre qui a sorti 3 tueries, c'est un peu maigre.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
28/09/2020 13:05
note: 8/10
D'accord avec toi pour Exhorder, leur dernier en date n'était pas terrible. Après, même si sur le plan des riffs il n'y a effectivement rien d'extraordinaire ici, ça envoie tellement niveau leads que ça suffit à mon bonheur.
Astraldeath citer
Astraldeath
28/09/2020 12:05
note: 2/10
Je met rarement des notes aussi basses et pourtant ce disque mérite à peine mieux selon moi. La section rythmique ultra plate : quelle hérésie venant du groupe qui a lâché un "Hypnotized" sur Victims of Deception en 91 avec une rythmique tellement ardue et bien ficelée que même en la réécoutant mille fois je la retiens pas par coeur.

Autrement, j'ai franchement pas tenu jusqu'à la moitié. Son horrible façon Exhorder moderne, avec des riffs insipides qui font parfois groove, des mélodies du tiers monde quand à côté t'as Breaking the Silence... je préfère limite le Testament, qui était pas foufou non plus.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Heathen
Thrash metal
2020 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  5.88/10
Webzines : (8)  6.91/10

plus d'infos sur
Heathen
Heathen
Thrash metal - 1984 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   This Rotting Sphere  (1:44)
02.   The Blight  (4:38)
03.   Empire Of The Blind  (5:52)
04.   Dead And Gone  (3:57)
05.   Sun In My Hand  (4:55)
06.   Blood To Be Let  (3:37)
07.   In Black  (4:38)
08.   Shrine Of Apathy  (4:59)
09.   Devour  (3:35)
10.   A Fine Red Mist  (5:16)
11.   The Gods Divide  (3:35)
12.   Monument To Ruin  (0:38)

Durée : 47:16

line up
parution
18 Septembre 2020

voir aussi
Heathen
Heathen
Victims Of Deception

1991 - Roadrunner Records
  
Heathen
Heathen
The Evolution Of Chaos

2010 - Mascot Records
  

Essayez aussi
Tankard
Tankard
B-Day

2002 - AFM Records
  
Annihilator
Annihilator
All For You

2004 - AFM Records
  
Anthrax
Anthrax
The Greater Of Two Evils (Compil.)

2004 - Nuclear Blast Records
  
Lethal Mind
Lethal Mind
When Logic Fails (EP)

2008 - Autoproduction
  
Demolizer
Demolizer
Thrashmageddon

2020 - Mighty Music
  

Déception de l'année
Overkill
Immortalis
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique
Bilan 2020
Lire le bilan
BM : Les polémiques à deux balles (et un peu plus)
Lire le podcast
Darkness
Over And Out (EP)
Lire la chronique
Zombiefication
At The Caves Of Eternal
Lire la chronique
Messiah
Fracmont
Lire la chronique
Loudblast
Manifesto
Lire la chronique
Harlott
Detritus Of The Final Age
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Töxik Death
Sepulchral Demons
Lire la chronique
Deathstorm
For Dread Shall Reign
Lire la chronique
S.D.I.
80s Metal Band
Lire la chronique
Mors Principium Est
Seven
Lire la chronique
French Black Metal : Nouveaux groupes ! Pas que de la MERDE !
Lire le podcast
Paradox
Product Of Imagination
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
Demolizer
Thrashmageddon
Lire la chronique
Heathen
Empire Of The Blind
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique