chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
165 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mortal Scepter / Deathroned - Mortal Scepter / Deathroned

Chronique

Mortal Scepter / Deathroned Mortal Scepter / Deathroned (Split 12")
Sorti durant les fêtes de fin d’année, ce split franco-français est malheureusement passé un petit peu inaperçu parmi tous les amateurs de Thrash. C’est dommage car on tient là deux des meilleurs représentants du genre dans notre beau pays. D’abord les Dunkerquois de Mortal Scepter dont le premier album s’apprête à sortir chez Xtreem Music. Ensuite les Parisiens de Deathroned, plus discrets mais néanmoins toujours très efficaces lorsqu’il s’agit de balancer du tchouka-tchouka et autres riffs éclairs.
Paru chez les Allemands de Dying Victims Productions (en même temps que la réédition bienvenue du premier EP d’Hexecutor), ce split présenté au format 12’’ propose trois morceaux par groupe dont une reprise pour chacun d’entre eux et se voit illustré par leur bon camarade Jon Whiplash (ex-Skelethal). Un artwork très réussi et sans équivoque qui en dit long sur ce qui nous attend ici.

Sur la face A, on retrouve Mortal Scepter avec deux nouveaux morceaux (dont un figurant également sur l’album Where Light Suffocates) et une reprise de Death avec le titre "Left To Die". Trois ans après l’excellent As Time Sharpens The Sentence, rien ne semble avoir changé pour le groupe de Dunkerque qui poursuit coûte que coûte dans la voie d’un Thrash old school largement influencé par les écoles allemandes et sud-américaines. Le bien nommé "Punitive Expedition" nous replonge ainsi avec grand plaisir dans les grandes heures des premiers albums de Kreator, Sodom, Destruction et Sepultura. Un Thrash un brin foutraque, mené le couteau entre les dents et servi par une production évidemment un peu désuète et pourtant terriblement efficace (ah, les délices de cette batterie sans artifice qui n’a de cesse de cavaler !). Si la transition avec ce titre vraisemblablement plus récent qu’est "Perish With The Flesh" aurait dû se faire sans heurt (Mortal Scepter n’ayant pas décidé de revoir sa copie ni de changer de registre), on est tout de même un petit peu surpris par ce choix qui consiste à placer entre ces deux morceaux un titre qui vraisemblablement n’est pas issu des mêmes sessions d’enregistrements. Dommage car l’homogénéité de l’ensemble sans retrouve forcément un poil chamboulé. Cependant, le titre est vraiment très bon et ne fait clairement pas tâche ici. Mortal Scepter termine sa participation avec un titre que le groupe joue souvent en live et probablement l’un de mes morceaux préférés de Death, le redoutable "Left To Die". Evidemment la reprise n’égalera jamais la version originale imaginée par le grand Chuck Schuldiner mais même passé à la moulinette Thrash, qu’il est agréable de scander le refrain de ce morceau exceptionnel :
"Time stands still as you pass away
No more tomorrow this is your last day
On this fucking earth"


Face B, les Parisiens de Deathroned se rappellent à nos bons souvenirs après un peu plus de deux ans d’absence et la sortie de leur sympathique EP The Curse Of Power. Là encore largement influencé par la scène allemande de la fin des années 80, le Thrash de Deathroned ne se distingue pas particulièrement de celui de ses homologues de Dunkerque (si ce n’est à travers sa production et la voix aux envolées plus haut perchée d’Arno Mazzari). Sodom, Assassin, Darkness et Violent Force sont les noms auxquels ont pensent à l’écoute de ces trois titres. Servi par une production un peu plus épaisse (et homogène), la musique des Parisiens n’en est certainement pas moins intense et survoltée. D’ailleurs la place accordée à la basse dans le mixage final n’est pas étranger à ce sentiment d’urgence dans lequel baigne chacune de ces trois compositions. Des compositions finalement assez différentes les unes des autres. D’abord "Night Of The Sinner" qui du haut de ses cinq minutes va prendre le temps de se développer à travers une longue introduction typiquement Thrash faite pour s’échauffer la nuque avant une deuxième moitié bien plus virulente. "Speed Takeover" est comme son nom l’indique un titre hyper rapide qui ne s’embrasse d’aucune fioriture. Et puis pour terminer il y a cette reprise des Allemands de Violent Force (comme c’est étonnant) qui permet au groupe de dévoiler une facette un poil plus mélodique sans renier bien évidemment quoi que ce soit.

Retours gagnants pour ces deux groupes de Thrash français qui hormis quelques dates ici et là s’étaient montrés plutôt discrets ces deux/trois dernières années. Vous préférez votre Thrash avec du cuir et des clous plutôt qu’avec des bandanas et des Adidas Americana ? Ce split est alors fait pour vous. Certes, l’objet n’est pas forcément donné mais au moins vous pourrez travailler vos cervicales comme bon vous semble (en plus de soutenir deux groupes du coin qui le méritent).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
16/01/2019 18:54
Excellent les extraits, les deux groupes confirment qu'ils font bel et bien partie du haut du panier dans l'hexagone ! Brut et sans prétention, ça fait le métier et on apprécie ce retour dans le passé !
dantefever citer
dantefever
16/01/2019 11:11
J'ai horreur des splits, mais je vais quand même aller écouter ça étant donné que j'aime ces deux groupes et le thrash cuir et clous.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mortal Scepter / Deathroned
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Mortal Scepter
Mortal Scepter
Thrash - 2012 - France
  
Deathroned
Deathroned
2012 - France
  

tracklist
Mortal Scepter
01.   Punitive Expedition  (04:57)
02.   Perish With The Flesh  (04:43)
03.   Left To Die (Death Cover)  (04:04)

Deathroned
04.   Speed Takeover  (01:45)
05.   Night Of The Sinner  (05:29)
06.   Sign Of Evil (Violent Force Cover)  (03:35)

Durée : 24:33

line up
parution
23 Décembre 2018

voir aussi
Mortal Scepter
Mortal Scepter
Where Light Suffocates

2018 - Xtreem Music
  
Mortal Scepter
Mortal Scepter
As Time Sharpens The Sentence (EP)

2015 - Unspeakable Axe Records
  

Essayez aussi
Exodus
Exodus
Shovel Headed Kill Machine

2005 - Nuclear Blast Records
  
Nuclear Assault
Nuclear Assault
Game Over

1986 - Combat Records
  
Bellator
Bellator
I (EP)

2017 - M.U.S.I.C. Records
  
One Man Army and the Undead Quartet
One Man Army and the Undead Quartet
21st Century Killing Machine

2006 - Nuclear Blast Records
  
Razend
Razend
White Goat 2

2016 - Autoproduction
  

Tankard
The Morning After
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique