chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mortal Scepter - Where Light Suffocates

Chronique

Mortal Scepter Where Light Suffocates
On a récemment évoqué le cas des Français de Mortal Scepter pour la sortie d’un split en compagnie des Parisiens de Deathroned. Ceci étant dit, la principale actualité du groupe en ce début d’année, c’est bien la sortie de son premier album intitulé Where Light Suffocates sur le label espagnol Xtreem Music. Neuf titres d’un Thrash marchant dans les pas des premiers albums de Sodom, Destruction, Kreator, Volcano et autres Sepultura. Bref, rien de bien nouveau sous le soleil de Dunkerque si ce n’est la promesse d’une nouvelle leçon de Thrash dispensée ici en moins de trois quarts d’heure. Showtime !
A l’illustration, on retrouve monsieur John Whiplash pour une de ces œuvres les plus colorées et qui, à sa manière, me rappelle l’artwork du premier album des Américains de Forced Entry (Uncertain Future). Côté production, le groupe s’est terré quelques jours au Caveau Studio (Aum, Manzer, Hexecutor, Deathroned...) pour un résultat qui a le bon gout de conserver cette nature volontairement foutraque et bancale que se plait à cultiver Mortal Scepter depuis ses débuts tout en offrant davantage de coffre et de puissance à ces nouvelles compositions. Idéal pour convaincre tous ceux qui poseront pour la première fois leurs oreilles sur la musique des Français.

Mortal Scepter pratique donc un Thrash comme on le faisait dans les années 80. Un Thrash toujours un petit peu bancale et au bord de la rupture ayant pour lui une vitesse d’exécution qui frise l’hystérie et surtout une tripotée de riffs incroyables à rendre complètement zinzin. D’autant que Mortal Scepter a toujours eu l’envie, malgré une formule globalement assez peu originale, de surprendre l’auditeur à coup de séquences plus ou moins inattendues (qui l’a vu venir ce titre de clôture de plus de dix minutes ? Certainement pas moi...).

Passé cette longue introduction proposée sous la forme d’un titre instrumental mêlant dans un premier temps un soupçon de mélancolie avant une seconde partie plus rythmée ("A Ray Of Despair"), le groupe enchaîne alors les brûlots avec une aisance et une classe déconcertante. Il faut dire que le riffing de Lucas et de The Sorcerer se montre désormais un poil moins tarabiscoté que sur l’excellent As Time Sharpens The Sentence (même si on sent toujours cet amour pour les plans tricotés à toute berzingue comme sur ("Spear And Fang") par exemple) et donc tout simplement beaucoup plus immédiat. Et non, il ne s’agit pas là d’un pas en arrière pour le groupe de Dunkerque mais bien d’une certaine maturité tant il a su trouver davantage d’efficacité dans sa formule sans rien renier de son identité. Sérieusement, comment ne pas avoir envie de retourner les meubles de son salon sur des riffs comme ceux de "Where Light Suffocates" à 0:33, "Murder The Dawn" à 0:39 (argh !), "The Carpathian Castle" à 0:26, "Swallow Your Tongue" à 0:17 ou "...The Scepter Reigns" à 0:18 suivi de ces riffs typés Black Metal ? Personnellement, que je sois chez moi, dans le métro ou dans la rue, j’ai bien du mal à dissimuler mon enthousiasme face à ces riffs incroyablement efficaces. Et c’est bien évidemment sans compter sur les excellents solos et autres leads dispensés essentiellement par Lucas tout au long de ces quarante et une minutes qui vont apporter leur lot de mélodies empruntées pour beaucoup à l’univers du Heavy Metal ("A Ray Of Despair", "Murder The Dawn" à 2:13, "Lust Spells" à 0:15, la conclusion de "Perish With The Flesh", "The Carpathian Castle" à 2:26, "Spear And Fang" à 1:47...).
Tous ces riffs et tous ces solos viennent se poser sur une batterie au son toujours très naturel qui jamais ne s’arrête de cavaler. Derrière ses fûts, Guillaume cravache à perdre haleine le plus clair du temps sur du tchouka-tchouka qu’il délivre plus ou moins rapidement selon le moment. Une cadence tout de même très soutenue dans l’ensemble et dont l’urgence est d’ailleurs renforcée par le chant arraché et bardé de réverb’ de Valentin. Le seul petit truc qui me chagrine est la place accordée à cette basse qui aurait vraiment méritée d’être mise un peu plus en avant. Si on l’entend bien évidemment lorsqu’elle est évidement la seule à devoir s’exprimer (comme sur le break de "...The Scepter Reigns" entamé à 5:29), elle se fait en règle générale plutôt discrète et je trouve cela dommage.

Un bon cran au-dessus de son premier EP paru il y a un peu plus de trois ans et qui était lui-même déjà pourtant très bon, Mortal Scepter enfonce ici le clou le temps d’un premier album maîtrisé de bout en bout. Je vous avais prévenu en introduction, Where Light Suffocates est une leçon de Thrash comme on en fait peu. Un disque mené le couteau entre les dents par un groupe décidément plein de talent (ces riffs !) et, on l’espère, plein d’avenir. En attendant de voir ce que celui-ci leur réserve, j’ai hâte de les retrouver sur scène pour un bon moment de headbanging des familles !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
23/01/2019 09:07
note: 8.5/10
Le groupe confirme qu'il est bel et bien un de leaders du thrash hexagonal. Puissant et classique il sait envoyer la sauce tout en offrant un vrai récital de solos, incontournable !

Et en écoute intégrale ici :

https://xtreemmusic.bandcamp.com/album/where-light-suffocates

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mortal Scepter
Thrash
2018 - Xtreem Music
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (3)  7.67/10

plus d'infos sur
Mortal Scepter
Mortal Scepter
Thrash - 2012 - France
  

tracklist
01.   A Ray Of Despair  (02:24)
02.   Where Light Suffocates...  (05:05)
03.   Murder The Dawn  (03:55)
04.   Lust Spells  (04:10)
05.   Perish With The Flesh  (04:36)
06.   The Carpathian Castle  (03:46)
07.   Spear And Fang  (03:51)
08.   Swallow Your Tongue  (03:57)
09.   ...The Scepter Reigns  (10:07)

Durée : 41:51

line up
parution
22 Janvier 2019

voir aussi
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned (Split 12")

2018 - Dying Victims Productions
  
Mortal Scepter
Mortal Scepter
As Time Sharpens The Sentence (EP)

2015 - Unspeakable Axe Records
  

Essayez aussi
Moribund Scum
Moribund Scum
Only Death

2020 - Deviant Records
  
Nuclear Assault
Nuclear Assault
Game Over

1986 - Combat Records
  
Kreator
Kreator
Enemy Of God

2005 - SPV
  
Kreator
Kreator
Renewal

1992 - Noise Records
  
Zöldïer Noïz
Zöldïer Noïz
Regression Process

2014 - Unspeakable Axe Records
  

Soulfly
3
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique