chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Testament - Souls Of Black

Chronique

Testament Souls Of Black
Exercice délicat pour un chroniqueur que de livrer son sentiment sur un skeud fondateur au niveau personnel, tout en gardant à l'esprit que tout n'est sans doute pas aussi parfait que dans son souvenir. La méthode du Dr. Benton, prêt à renvoyer sur le billard tout candidat crédible à la dissection sur Thrashocore peut s'avérer légitime, mais les oreilles affutées par bientôt quatre années de dur labeur en salle d'op ne peuvent pas grand-chose contre ce virus tenace qui sommeille en chaque œuvre culte, surtout lorsqu'il s'agit d'un incontournable. Objectivement, c'est loin d'être le cas du quatrième full length de TESTAMENT, décrié en son temps pour le manque d'envergure de ses compositions et qui amorçait le déclin d'un groupe parti en trombe avec l'excellent « The Legacy » (1987).

Un premier sang mémorable bientôt suivi par « The New Order » (1988) et « Practice What You Preach » (1989), soit un rythme infernal d'un album par an qui contraint le groupe à composer « Souls Of Black » en tournée, l'essoufflement du trio Peterson/Skolnick/Clemente se faisant parfois sentir sur un titre anecdotique comme « Absence Of Light », mollement interprété par un Chuck Billy qu'on a connu largement plus inspiré. Objectivement toujours, avant d'insister plus volontiers sur les qualités de la galette, le plus gros reproche qu'on puisse faire à « Souls Of Black » reste sa trop grande homogénéité, Eric Peterson donnant souvent l'impression de livrer une variation du même riff sur une série de morceaux plus ou moins interchangeables (« Love To Hate », « Malpractice », « One Man's Fate »). L'absence de classiques ? Assez criante au vu du tracklisting même si deux ou trois hits maison mériteraient meilleur sort, « Face In The Sky » et « Falling Fast » en tête. Assez peu porté sur la rapidité au regard de ses devanciers, « Souls Of Black » bénéficie par contre d'une production enfin significative signée Michael Rosen (VIO-LENCE, BONDED BY BLOOD et surtout « The Formation Of Damnation ») qui confère au heavy thrash classieux des américains un tranchant inédit : ç'en est provisoirement terminé des adjuvants groovy/rock n' roll mal branlés du boiteux « Practice What You Preach » (le TESTAMENT new look de « Low » fera nettement mieux dans le genre) au profit de compos très percutantes, mettant en valeur le chant clair absolument superbe d'un Chuck Billy qui a gagné en maîtrise dans ce domaine. Même Louis Clemente, à la ramasse techniquement sur l'effort précédent, surmonte ses limites du moment et parvient à se faire oublier, bien aidé par un Alex Skolnick bonifiant chaque morceau de ses interventions lumineuses. Et si le caractère monolithique de la deuxième moitié de « Souls » est à peine troublé par une « The Legacy » en forme power ballad de luxe, les quatre premières salves justifient à elles seules la sanctification d'une rondelle ayant tournée un an et demi non stop chez votre serviteur.

Et comme j'ai réussi l'exploit de me contenir deux paragraphes durant sur ce qui reste un de mes albums préférés tous styles confondus, allons y pour le concert de louanges ; le flamenco en forme de trompe l'oreille introductif signé Eric Peterson ? Exceptionnel. La rythmique brise nuque de « Face In The Sky » sur laquelle Skolnick renvoie Moïse à ses chères tablettes en marchant sur l'eau, la terre et le vent réunis ? Tout bonnement monstrueux, à l'instar des solis sur « Falling Fast », sans conteste ce que j'ai entendu de meilleur dans le genre avec ceux signés Andreas Kisser (sur « Arise ») et Allen West (sur « Solid State »). Subjectif toujours avec un niveau de jeu moyen si élevé qu'il change le metal plombé de « Malpractice » et « One Man's Fate » en or heavy thrash à porter sous forme de chaînes qui brillent, torse bombé et chemise ouverte, en priant pour que les marseillais foulent un jour la pelouse du vel' au son d'un title track on ne peut plus bondissant et charmeur. Les hurlements à glacer le sang du grand Chuck sur « Falling Fast » (encore elle !) ponctués de quelques growls délicicieux ? Du plus bel effet, à l'image de ce mal aimé du back catalogue des américains qui mérite clairement meilleur sort qu'un 6/10 et une chronique lapidaire de dix lignes. Les standards type « Over The Wall » ou « Into The Pit » ne figurent pas sur ce disque ? Paradoxalement, ça n'empêche pas « Souls Of Black » d'être l'album le plus plaisant du TESTAMENT de la première heure.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
02/12/2010 07:35
note: 9/10
cglaume a écrit : Un album dont je suis très très peu fan perso ... Et sinon, question "technique": tu as fait quoi, un erase total de l'ancienne chro ?

Yep, destroy erase improve.
Niktareum citer
Niktareum
23/08/2011 17:23
note: 8/10
J'aime bien cet album mais je ne partage pas à 100% ton engouement, notamment en raison de ce que tu évoques dans ton 2eme paragraphe (trop homogène, titres interchangeables). C'es pas celui que je réécoute le plus souvent mais c'est vrai que les 4 premiers titres sont très bons.

edit: j'avais oublié, j'adore cette pochette!
cglaume citer
cglaume
01/12/2010 21:34
Un album dont je suis très très peu fan perso ...
Et sinon, question "technique": tu as fait quoi, un erase total de l'ancienne chro ?
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
01/12/2010 21:19
note: 9/10
Chro de "Souls Of Black" version 2.0!
citer
sylvain24 (invité)
20/07/2005 10:13
C'est le 4ième album, pas le 3ième Clin d'oeil
citer
pingu sanguinaire
04/04/2004
bah faut aimer le style parce qu'il est loin d'être mauvais cet album, meme si c'est clair que low est bien meilleur. réécoute le encore un peu, ça en vaut quand meme la peine.
citer
FRançoi$
04/04/2004
Je l'ai écouté ya un petit moment, et j'avais pas du tout accroché, notamment parce que j'avais écouté Low juste après...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Testament
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (10)  8.15/10
Webzines : (9)  7.25/10

plus d'infos sur
Testament
Testament
Thrash Metal - 1987 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Beginning of the End (intro)
02.  Face in the Sky
03.  Falling Fast
04.  Souls of Black
05.  Absence of Light
06.  Love to Hate
07.  Malpractice
08.  One Man's Fate
09.  The Legacy
10.  Seven Days of May

Durée : 39:17

line up
voir aussi
Testament
Testament
The Gathering

1999 - Spitfire Records
  
Testament
Testament
Live At The Fillmore (Live)

1995 - Burning World Records
  
Testament
Testament
Brotherhood Of The Snake

2016 - Nuclear Blast Records
  
Testament
Testament
Low

1994 - Megaforce Records / Atlantic Records
  
Testament
Testament
First Strike Still Deadly (Compil.)

2001 - Spitfire Records
  

Essayez aussi
Cryonic State
Cryonic State
Voice Of The Insane (Démo)

2008 - Autoproduction
  
Malmonde
Malmonde
Eva

2005 - Musicast
  
Anthrax
Anthrax
Persistence Of Time

1990 - Island Records
  
Nevermore
Nevermore
The Obsidian Conspiracy

2010 - Century Media Records
  
Metal Church
Metal Church
XI

2016 - Nuclear Blast Records
  

Mahatma
Perseverance
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique