chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
79 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Slayer - South Of Heaven

Chronique

Slayer South Of Heaven
Bien qu'imparfait, « South Of Heaven » est sans nul doute l'un des albums de SLAYER les plus intéressants à chroniquer. Au centre du fameux tryptique « Reign In Blood »/ « South Of Heaven » / « Seasons In The Abyss », trois albums isolés dans la discographie des américains pour d'évidentes raisons d'interactions stylistiques (avec entre autres liens l'artwork du peintre Larry Carroll, connu pour ses illustrations à caractère politique dans Newsweek et le New York Times – pour n'en citer que deux - et récemment revenu dans le giron du groupe le temps d'un « Christ Illusion » assez éloigné de ses grands frères), le successeur de l'inégalable « Reign In Blood » hérite du plus mauvais rôle, celui de l'album de transition conçu pour prendre le contre pied d'une pierre angulaire du thrash ne jurant que par l'agression frontale et la rapidité d'exécution.

En découle logiquement le premier titre d'ouverture à vocation non offensive de SLAYER, un title track mythique signé Jeff Hanneman, le grand gagnant de l'album en terme de jeu et d'exposition. Kerry King empêtré dans des histoires de couple et dans un grand bas sur le plan de l'inspiration (le futur chauve se bornant à co-signer les seuls « Silent Scream », « Mandatory Suicide » et « Ghosts Of War »), il revient donc à Hanneman de réorienter la carrière d'un groupe où les véléités de changement commencent à se faire sentir, notamment chez Dave Lombardo, lequel finira par plier bagages après le sommet « Decade Of Aggression » sorti en 1991. Premier album ayant prêté à discussion avant son écriture, « South Of Heaven » cultive donc les paradoxes avec deux indéboulonnables de la setlist du groupe en live, « South Of Heaven » et « Mandatory Suicide », deux chef d'œuvres d'obédience mid tempo (une première chez SLAYER) à forte connotation mélodique (des leads entêtantes comme on en retrouvera rarement par la suite, « Seasons In The Abyss » mis à part) qui permettent à Tom Araya de changer radicalement de registre. Terminé ou presque le chant en cadence et les hurlements de damné poussé de force vers l'antichambre de la mort, place à des refrains plus traditionnels et à une interprétation plus posée en opposition frontale avec les vestiges rythmiques du SLAYER d'avant – jeu de contraste saisissant sur la speedée « Silent Scream » - toujours présents malgré une volonté de changement très affirmée sur les titres les plus mélodiques. Ce qui n'empêche pas le Chilien de pousser quelques cris dont il a le secret comme à 2 :14 sur « Live Undead », sonnant une des charges les plus satisfaisantes de l'album avec le riff sans concession de l'inégale « Ghosts Of War ».

Un titre redoutable deux minutes durant, qui reprend à son compte le final titanesque de « Chemical Warfare » avant de plonger dès le ralentissement du tempo à mi parcours. Ce qui fonctionne dans un sens (démarrage mid tempo suivi d'une redoutable accélération sur « Behind The Crooked Cross » ou « Live Undead ») ne marche pas dans l'autre comme le prouve encore une « Cleanse The Soul » qui pique rapidement du nez – Kerry King dit détester viscéralement ce titre pour le caractère chantant, presque joyeux du riff principal – juste avant la seule cover de l'histoire du groupe à figurer sur un album, le « Dissident Aggressor » de JUDAS PRIEST (extraite de « Sin After Sin », 1977). Placée en avant dernière position dans le tracklisting, cette reprise presque incongrue renforce le désagréable sentiment de remplissage né de la succession de morceaux dispensables (une bonne moitié de « Ghosts Of War », « Read Between The Lies », « Cleanse The Soul »), SLAYER redorant in extremis son blason à l'aide de « Spill The Blood » et son excellente intro en arpèges. Bon brouillon de « Seasons In The Abyss » (remarque applicable à l'ensemble de l'album), « Spill The Blood » ne pêche que par la faiblesse de son refrain et le caractère un peu passe partout des solis de la paire King/Hanneman. Le ralentissement généralisé de l'ensemble, couplé à la démission temporaire d'un Kerry King pas concerné, fait de ce quatrième full length un entre deux parfois frustrant (les irréductibles bourrins en seront quitte pour réécouter « Reign In Blood » ou « Hell Awaits ») aux qualités aussi nombreuses que ses défauts : on mettra ainsi en avant la partition sans faille d'un Dave Lombardo - bien aidé par le mix et une production d'une grande clarté à nouveau signée Rick Rubin - faisant valoir la facette groovy de son jeu sur les cinq premiers titres (les meilleurs), deux classiques inoxydables dont un « Mandatory Suicide » repris par pléthore de groupes des générations suivantes (LOUDBLAST et DECAPITATED en tête) et un élargissement de leur palette de jeu qui aboutira deux ans plus tard au chef d'œuvre « Seasons In The Abyss ». A l'inverse, on regrettera des solis globalement peu inspirés, des parties de chant clair pas toujours très heureuses et un certain manque d'intensité malgré l'abattage de Lombardo derrière le kit. Pour achever cette chronique sur des considérations toutes personnelles, c'est malgré tout sur ce terrain là que j'attendais SLAYER au sortir du tunnel de cinq années séparant « God Hates Us All » de « Christ Illusion ». Mais plutôt que de remettre les mélodies au premier plan et de soigner à nouveau les lignes de chant d'un Tom Araya ayant beaucoup tiré sur la corde, King et consorts ont choisi de se mesurer à leur chef d'œuvre de 1986 alors qu'ils n'avaient clairement plus les moyens de leurs ambitions. C'est d'autant plus regrettable qu'avec le retour d'un Dave Lombardo ayant expérimenté à tout va chez FANTOMAS et GRIP INC., ils auraient pu sortir de schémas de jeu convenus n'ayant abouti qu'à un bien pâle erzatz de « Reign In Blood » sur le terriblement décevant « World Painted Blood ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Squirk citer
Squirk
15/08/2010 15:10
Je ne sais pas pourquoi car ce n'est absolument pas leur album le plus populaire ou le plus connu, mais c'est avec ce disque que j'ai découvert le groupe !

Les cinq premiers albums de Slayer sont incontestablement les meilleurs, et même s'il écope d'une place difficile entre "Reign In Blood" et "Seasons In The Abyss", ce "South Of Heaven" n'en reste pas moins un album culte de plus dans leur discographie.
D'une lourdeur et d'une puissance remarquable à laquelle s'ajoute aujourd'hui la touche nostalgie, je place cet album à la même hauteur que ses trois prédécesseurs et il m'arrive souvent de le réécouter.
Dark Nico citer
Dark Nico
14/08/2010 13:06
note: 9/10
C'est vrai que la 2e face du 33t est un peu faible mais la 1e face est au top !
Je sais que j'ai tendance avec tous les albums que j'écoute de zapper les chansons les moins bonnes du coup je les oublie et j'en arrive à sur-estimer parfois certains album. C'est sans doute le cas avec celui-ci.
hurgh citer
hurgh
13/08/2010 16:55
note: 8/10
Faut qand même admettre que cet album vaut bien mieux que tout ce qui suivra "Divine intervention", le dernier skeud écoutable de Slayer. Même si quelques titres paraissent un poil faibles et trop "gentils", ça reste du thrash de haute volée. Bien sûr, après le monumental Reing in blood, difficile de proposer un album du même accabit, mais Slayer s'en sort plutôt bien en proposant une musique plus posée (tout est relatif) pour un album qui renferme tout de même quelques grands classiques du thrash.
En ce temps là le groupe était sincère et avait encore la fois...
Chri$ citer
Chri$
13/08/2010 12:52
note: 7.5/10
D'accord avec toi TJ du début à la fin. Ca commence à fatiguer fort à la fin de Mandatory Suicide, et à part Spill the Blood je ne retiens pas grand chose de cette seconde moitié d'album..Il n'empêche que j'ai toujours préféré Hanneman à King niveau composition, même si South est un demi-ratage c'est quand même le blondinet qui a écrit la plupart des tubes de Slayer lorsqu'on y regarde bien. Par contre quelle pochette fabuleuse, la presta de Lombardo est exemplaire, et je ne regrette pas les infidélités d'Araya au chant du diable sur "Live Undead", "Silent Scream" et "Spill the Blood", quand il chante un peu plus mélodiquement ça passe fort bien...en 88, mais plus en 2010 malheureusement.
Keyser citer
Keyser
13/08/2010 10:46
note: 7/10
Un bon album de Slayer mais inégal et trop mid-tempo. Après la triplette Show No Mercy/Hell Awaits/Reign In Blood, Slayer commence déjà à devenir un peu moins intéressant (certes pas autant que ces dix dernières années). Seasons sera quand même plus inspiré même si pour moi les chef d'oeuvre du groupe sont derrière lui.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Slayer
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (43)  8.69/10
Webzines : (12)  8.09/10

plus d'infos sur
Slayer
Slayer
Thrash - 1981 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   South Of Heaven  (04:58)
02.   Silent Scream  (03:06)
03.   Live Undead  (03:50)
04.   Behind The Crooked Cross  (03:14)
05.   Mandatory Suicide  (04:05)
06.   Ghosts Of War  (03:53)
07.   Read Between The Lies  (03:20)
08.   Cleanse The Soul  (03:02)
09.   Dissident Aggressor (Judas Priest Cover)  (02:35)
10.   Spill The Blood  (04:51)

Durée : 36:54

line up
parution
5 Juillet 1988

voir aussi
Slayer
Slayer
Still Reigning (DVD)

2004 - American Recordings
  
Slayer
Slayer
Decade Of Aggression (Live)

1991 - American Recordings
  
Slayer
Slayer
Christ Illusion

2006 - American Recordings
  
Slayer
Slayer
Repentless

2015 - Nuclear Blast Records
  
Slayer
Slayer
Undisputed Attitude

1996 - American Recordings
  

Essayez aussi
Gorod
Gorod
Kiss The Freak (EP)

2017 - Autoproduction
  
Heathen
Heathen
Victims Of Deception

1991 - Roadrunner Records
  
Razend
Razend
White Goat 2

2016 - Autoproduction
  
Mortal Scepter
Mortal Scepter
Where Light Suffocates

2018 - Xtreem Music
  
Kreator
Kreator
Renewal

1992 - Noise Records
  

Kreator
Outcast
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique