chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Trastorned - Into The Void

Chronique

Trastorned Into The Void
Découvert lors d’une campagne de promotion effectuée en fin d’année dernière par le label Dying Victims Productions à l’adresse des différents médias et autres gratte-papiers susceptibles de couvrir au moins une partie de ses sorties de l’époque, je n’avais pas (re)posé mes oreilles sur ce premier album de Trastorned depuis au moins un an et cela même si j’en ai pourtant fait l’acquisition il y a de cela quelques mois déjà. Si je suis donc là ce matin à écrire ces lignes et celles qui vont suivre c’est tout simplement parce que je me suis fait gentiment remettre les idées en place après une réécoute récente des plus concluantes.
Formé en 2009 à Santiago, Chili, Trastorned n’est pas ce que l’on peut appeler un groupe particulièrement pressé. Il lui aura fallu en effet quatorze ans pour sortir son premier album. Un disque paru en janvier 2023 sur le label allemand évoqué plus haut et dont l’excellente réputation n’est clairement pas prête de faiblir avec des sorties de ce calibre. Un flair indiscutable pour un groupe qui aurait donc mérité d’être exposé ici il y a déjà un petit moment. Mais bon, comme souvent, mieux vaut tard que jamais...

Faisant suite à trois démos parues entre 2009 et 2014 puis à deux singles plus récents que l’on va d’ailleurs retrouver ici au tracklisting ("Witch Hunt" (2019) et "Insanity" (2020)), Into The Void reste un album relativement modeste, en tout cas en termes de chiffres puisque celui-ci ne compte que huit morceaux pour une durée peu excessive de seulement vingt-neuf minutes et quelques secondes. Les plus mauvaises langues diront que cela ne fait pas beaucoup de la part d’un groupe qui a quand même mis quatorze ans pour sortir son premier album mais à quoi bon cracher dans la soupe lorsque l’on tient entre les mains un disque de cet acabit ?

Illustré par leur compatriote Marcelo Miranda qui exerce cette activité artistique sous le nom de Made In Darkness Design (on lui doit quelques réalisations pour d’autres groupes du coin tels que Force Of Darkness, Hellavenger, Putrid Coffin...), ce premier album voit les Chiliens s’adonner à la pratique d’un Thrash particulièrement sauvage et intense. Un pléonasme pour un groupe sud-américain mais qu’il est parfois bon de rappeler à une époque où tout se perd, même le plus important...
Ainsi, comme beaucoup d’autres formations avant elle, Trastorned puise une partie de son influence du côté de la scène allemande des années 80, Kreator, Sodom et Destruction en tête. Un héritage qui se manifeste essentiellement à travers l’urgence qui anime chacune de ces huit compositions menées effectivement le couteau entre les dents. Un rythme soutenu associé à un jeu un brin foutraque qui donne l’impression d’un groupe constamment sur le fil. Sans surprise, on va donc retrouver chez les Chiliens une bonne partie des éléments qui caractérisent ces monuments du Thrash que sont par exemple Pleasure To Kill, Persecution Mania et Eternal Devastation. De ces guitares qui fusent et tricotent à toute berzingue ("Witch Hunt", "Metal Violence", "Black Fire", "Miasma Of Death"...) à ces excellent solos mélodiques ("Witch Hunt" à 2:07, "Black Fire" à 2:16, "Miasma Of Death" à 2:22, "Reborn Through Hate" à 2:20) en passant par cette batterie hystérique menée à coups de cavalcades incessantes sans oublier ces sonorités parfois plus légères à l’image de ces transitions Rock’n’Roll entamées à 2:22 sur "Miasma Of Death" et à 1:32 et 2:30 sur "Insanity" ou de ce riff Classique / Baroque emprunté à Jean-Sébastien Bach et à sa célèbre "Toccata And Fugue In D Minor" et entendu sur "Reborn Through Hate" à 1:38, difficile de faire plus allemand que tout ça (même si je ne crois pas avoir entendu de rototom).
Malgré le poids de ces influences, Trastorned n’en oublie pas son ADN sud-américain pour autant. Outre l’intensité et le caractère plus ou moins bordélique que j’évoquais plus haut, Into The Void est également marqué par la présence particulièrement forte d’une basse au jeu pour le moins varié entre rondeurs absolument délicieuses ("Witch Hunt" à 0:35, "Miasma Of Death" à 2:13, les premières secondes de "Reborn Through Hate"...) et attaques piquées / pincées un poil plus surprenantes ("Metal Violence" à 0:48, à plusieurs reprises sur "Miasma Of Death" ou "Insanity"...). On y trouve également cet interlude instrumental de rigueur chez presque toutes les formations de Thrash chiliennes chroniquées ici. Intitulé "Dreadful Fate (Interlude)", celui-ci sans être mauvais (loin de là) n’est pourtant pas le meilleur que l’on ait pu entendre et ceci parce qu’il tranche de manière significative avec le reste de ce premier album en termes de rythme. Là où nous aurions tous aimé que Felipe González (guitare), Fabián Piña (guitare) et Inti Astudillo (basse) s’en donnent à cœur joie, ces derniers ont préférés la jouer beaucoup plus timidement quitte à rompre effectivement avec la dynamique haletante des compositions qui l’entourent. Certes, cela permet il est vrai de varier les plaisirs et d’apporter un peu de nuances à l’ensemble mais je ne sais, je trouve l’exercice trop timoré ici pour être tout à fait convaincant.

Si Into The Void n’est donc pas exempt de défaut, il n’en reste pas moins une belle leçon de Thrash à l’ancienne. Un disque ultra efficace torché en moins d’une demi-heure et qui à l’exception de cet interlude sympathique mais pas transcendant se concentre effectivement sur l’essentiel à savoir savater comme il se doit l’auditeur à coup de riffs Thrash particulièrement incisifs, d’accélérations à perdre haleine, de lignes de chant énervées et plus ou moins à bout de souffle le tout saupoudré d’une bonne grosse dose de groove à laquelle il semble vain de vouloir résister. Une formule qui ne date pas d’hier et que les Chiliens reprennent ici à leur compte sans chercher à y apporter de grandes modifications. Quoi qu’il en soit, le résultat est on ne peu plus probant et il n’y a maintenant plus qu’à espérer qu’il ne faille pas à nouveau quatorze ans aux garçons de Trastorned pour donner une suite à ce premier album absolument redoutable.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Trastorned
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Trastorned
Trastorned
Thrash - 2009 - Chili
  

tracklist
01.   Witch Hunt  (03:56)
02.   Metal Violence  (03:06)
03.   Black Fire  (03:21)
04.   Miasma Of Death  (04:01)
05.   Into The Void  (03:04)
06.   Dreadful Fate (Interlude)  (04:17)
07.   Insanity  (04:29)
08.   Reborn Through Hate  (03:12)

Durée : 29:26

line up
parution
27 Janvier 2023

Essayez aussi
Sadus
Sadus
A Vision Of Misery

1992 - Roadracer Records
  
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned (Split 12")

2018 - Dying Victims Productions
  
Overkill
Overkill
The Electric Age

2012 - Nuclear Blast Records
  
Kreator
Kreator
Pleasure To Kill

1986 - Noise Records
  
Forbidden
Forbidden
Twisted Into Form

1990 - Combat Records
  

Sepulcher
Mausoleum Tapestry
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Vigilante
V
Lire la chronique
Cosmic Jaguar
El era del jaguar
Lire la chronique
Darkness
Blood On Canvas
Lire la chronique
Lethal Blaster
Velocidad sangrienta
Lire la chronique
LIXIVIAT FESTIVAL #2
Blockheads + Feastem + P.L....
Lire le live report
La photo mystère du 16 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Extinct
Incitement Of Violence
Lire la chronique
Phantom
Transylvanian Nightmare (EP)
Lire la chronique
Alpha Warhead
Code Red
Lire la chronique
Agressor
Neverending Destiny
Lire la chronique
Strivers
Precious Core
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Tommyknockers
Mean Things
Lire la chronique
Verbal Razors
By Thunder and Lightning
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Phantom
Handed To Execution
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Assylum
Far Beyond Madness
Lire la chronique
Karabiner
Unbeaten (EP)
Lire la chronique
Aborted
Vault Of Horrors
Lire la chronique
Atrophy
Asylum
Lire la chronique
Battlecreek
Maze of the Mind
Lire la chronique
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Suicidal Angels
Profane Prayer
Lire la chronique