chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
199 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Savagery - Off The Ruins...

Chronique

Savagery Off The Ruins... (EP)
Né des ruines de Deathroned (vous l’avez ou pas encore ?), Savagery est un groupe parisien qui a sorti en septembre dernier son tout premier EP. Intitulé Off The Ruins... (là c’est bon, vous l’avez quand même ?) Ce dernier est paru sous l’étendard du label allemand Dying Victims Productions, petite structure de qualité chez qui ont également trouvé refuge quelques groupes français tels que Hexecutor, Mortal Scepter et même Perversifier à l’époque où le groupe était encore actif.

Au programme de cette courte mise en bouche illustrée avec goût par le Polonais de Dark Dungeons Atelier, quatre titres dont une reprise de Toxic Holocaust ("Awaken The Serpent") ancrée dans un Speed/Thrash rétrograde n’ayant absolument pas pour objectif de bouleverser les fondements du genre. À cela rien d’étonnant puisque les trois garçons qui composent Savagery ont fait leurs armes au sein d’un groupe de Thrash puisant déjà l’essentiel de son inspiration dans la scène allemande de la fin des années 80.

Bref, outre le fait que Savagery est un groupe qui porte décidément très bien son nom, Off The Ruins… s’inscrit sans surprise dans une tradition elle aussi largement héritée des premiers albums de Kreator, Violent Force, Destruction, Assassin et toute cette prolifique scène d'outre-Rhin déjà évoquée un peu plus haut. On laissera donc de côté l’originalité pour se concentrer sur le reste et croyez-moi, il y a de quoi faire malgré les quinze petites minutes affichées au compteur.
Pas plus vite qu’à fond, Savagery va choisir de ne pas perdre de temps en introduction inutile, préférant effectivement passer aux choses sérieuses d’entrée de jeu à coup de riffs Speed/Thrash cuir, clous, moustache aussi simples qu’efficaces, de tchouka-tchouka effrénés, de solos à l’esprit mélodico-foutraque évident et bien entendu de vocalises arrachées imprégnées de cette urgence et de cette intensité qui caractérise ici chaque titre. Un chant qui d’ailleurs, outre ce fameux accent français inimitable, n’est pas sans rappeler celui de Jey Deflagratör d'Hexecutor, notamment lors de ces envolées stridentes typiques du genre. Bref, le cahier des charges est ici respecté à la lettre et l’amateur de Speed/Thrash ne sera certainement pas dépaysé par ce que Savagery a à lui proposer.

Si à vrai dire je pourrais en rester là tant la musique ds Parisiens encapsule tout ce qui se cache derrière le terme Speed/Thrash, on peut tout de même préciser que les Français ont plus d’une corde à leur arc pour leur permettre de se distinguer. Aussi, à l’exception de cette reprise de Toxic Holocaust qui se fond parfaitement dans le paysage, on remarque assez vite que les titres composés par Savagery sont dans l’ensemble relativement longs, entre trois et six minutes. De quoi varier les plaisir avec quelques breaks particulièrement bien sentis ("Chapel In Ruins" à 3:41 ou sur ce passage entamé à 5:12 qui pue à plein nez les Finlandais de Foreseen ou bien encore "The Curse Of Power" et sa cowbell de l’enfer à 2:57) ou un riffing (voir une écriture) à l’inspiration Punk/Hardcore évidente (flagrant sur l’excellent "Instant Lunacy" mais néanmoins plus subtile sur "Chapel In Ruins" et "The Curse Of Power"). Bref, derrière ses airs de groupe ultra classique suivant rigoureusement une formule bien plus vielle que lui, Savagery a su apporter une pointe de personnalité à travers notamment quelques éléments empruntés à la scène Punk/Hardcore. C’est léger mais suffisamment évidement pour être remarqué.

Quatre petits morceaux et puis s’en vont. Il faudra donc attendre la suite des aventures du trio parisien pour se faire une idée un peu plus concrète de leur plein potentiel. En l’état, cela semble tout de même plutôt bien engagé dans la mesure où le groupe, en plus d’être particulièrement efficace, a réussi à mettre le doigt sur quelque chose qui devrait lui permettre de faire légèrement la différence. En attendant d’en avoir davantage à se caler sous la dent, on continuera de faire tourner Off The Ruins..., une première sortie Speed/Thrash rétrograde des plus réussies.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Savagery
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Savagery
Savagery
Speed / Thrash - 2020 - France
  

tracklist
01.   Chapel in Ruins  (05:59)
02.   Instant Lunacy  (03:13)
03.   Awaken The Serpent (Toxic Holocaust Cover)  (01:41)
04.   The Curse Of Power  (04:56)

Durée : 15:49

line up
parution
25 Septembre 2020

Essayez aussi
Evil One
Evil One
Militia Of Death

2010 - Manitou Music
  
Dreadful Fate
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)

2019 - I Hate Records
  
Slayer
Slayer
Show No Mercy

1983 - Metal Blade Records
  
Chainbreaker
Chainbreaker
Lethal Desire

2019 - Hells Headbangers Records
  
Kalmah
Kalmah
12 Gauge

2010 - Spikefarm Records
  

Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Töxik Death
Sepulchral Demons
Lire la chronique
Deathstorm
For Dread Shall Reign
Lire la chronique
S.D.I.
80s Metal Band
Lire la chronique
Mors Principium Est
Seven
Lire la chronique
French Black Metal : Nouveaux groupes ! Pas que de la MERDE !
Lire le podcast
Paradox
Product Of Imagination
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
Demolizer
Thrashmageddon
Lire la chronique
Heathen
Empire Of The Blind
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Night In Gales
Dawnlight Garden
Lire la chronique
Obszön Geschöpf
Lire le biographie
Amorphia
Merciless Strike
Lire la chronique
Scène Franc-Comtoise
Lire le dossier
Dawnbreath
Creatures Of The Damned
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
French Black Metal : La collec' plus lourde que ton père !!!
Lire le podcast