chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
167 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Body Count - Body Count

Chronique

Body Count Body Count
Fondé en 1989 à l’initiative du célèbre rappeur Ice-T, Body Count n’est pas à proprement parlé un groupe de Rap teinté de Metal comme on pourrait intuitivement le penser quand on connaît les origines des musiciens qui constituent le groupe. Premièrement, même si Ice-T n’a pas complètement fait table rase de son phrasé Hip-Hop, l’utilisation qu’il en fait est ici bien différente de celle adoptée sur ses albums solo. En effet, ce n’est pas son flow qui imprime le rythme des chansons mais, au contraire, sa dextérité vocale est surtout mise à contribution pour « coller » au tempo (souvent enlevé) imprimé par ses musiciens.

Car ce qui fait, dans un deuxième temps, l’originalité de Body Count, c’est également le background des musiciens dont Ice-T s’est adjoint les services pour former ce groupe. Ceux-ci revendiquent en effet des influences ancrées tout en autant dans le Metal, le Hardcore voire le Punk que dans le Rap. Et ceci se ressent tout de suite dans le musique pratiquée par Body Count sur ce premier album. Ainsi, les riffs élaborés par les deux guitaristes Ernie C et D-Roc (celui au masque pour le situer) sonnent résolument Punk-Hardcore tandis que les soli (ou certains passages comme celui très calme sur « Body Count) sont clairement d’inspiration Heavy-Hard à l’ancienne (le groupe montrera ouvertement cette influence en reprenant le « Hey Joe » d’Hendrix sur le disque suivant). Je voudrais d’ailleurs souligner la maîtrise des deux gratteux dans l’art de composer tour à tour des riffs ultra efficaces, des soli collant parfaitement à l’atmosphère des morceaux (écoutez un peu « The Winner Loses ») ou des arpèges de toute beauté comme sur « C-Note » ou « The Winner Loses ». Il suffit aussi d’écouter ce morceau (une pseudo ballade traitant de l’addiction à la drogue) pour se rendre à l’évidence : Ice-T sait faire bien autre chose que du chant rappé. Ce titre est également un des nombreux « hits » de ce disque, chaque morceau puisant son attrait, soit dans l’énergie (« Body Count », « KKK Bitch », et « Voodoo ») ou la mélancolie véhiculées (« C-Note », « The Winner Loses), soit dans les textes fandards (« KKK Bitch » et « Voodoo » encore) au refrain imparable (le « Tell us what to do … Fuck you ! » sur « Body Count). D’ailleurs, il n’y a bien que les textes de Ice-T (jalonnés de nombreux « Fuck », « Muthafuckin », « Bitch », « Dick » et j’en passe), alliés à des interludes parlés ou samplés, pour nous rappeler que le chanteur vient du milieu Rap : la brutalité policière ou l’injustice (particulièrement orientées vers la communauté noire), les gangs et le sexe constituent les thèmes principaux des paroles même si celles-ci revêtent parfois un caractère plus personnel comme dans « Momma's Gotta Die Tonight » dans lequel il condamne, à sa manière, sa mère pour avoir tenté de lui inculquer des idées racistes.

En fait, la seule réelle critique que l’on peut émettre à l’égard de ce disque provient justement de l’ambivalence des textes d’Ice-T. D’un côté, il se plait à faire la morale en fustigeant la drogue mais de l’autre, il incite gentiment à flinguer du flic (chose qu’il met en scène dès l’intro « Smoked Pork »). D’ailleurs, quand on sait qu’il a incarné des rôles de policier dans au moins deux séries TV, son attitude porte un peu à rire avec le recul. Je reste donc perplexe devant cette provocation plus ou moins gratuite qui nuit un peu à l’ensemble, la musique et l’atmosphère de ce disque étant suffisamment « parlantes » et percutantes pour ne pas avoir besoin de cet appel à la violence gratuite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

hammerbattalion citer
hammerbattalion
17/05/2017 22:41
note: 7.5/10
Super album à l'époque, même si pas trop dans le trip des textes proposés, comme pour Rage Against The Machine.

Depuis, une boucherie au Hellfest et..... BLOODLUST L'ALBUM DE LA DECENNIE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Dead citer
Dead
08/12/2005 8:25
Malheureusement, c'est un milieu où beaucoup de gens meurent Moqueur
binsentsu citer
binsentsu
07/12/2005 20:59
BeatMaster V était puissant aussi.
c'est vraiment dommage.
r.i.p
binsentsu citer
binsentsu
07/12/2005 20:48
punaise!!! D-ROC est mort!!! je savais meme pas!!!
j'adorais ce guitariste. et son masque me fesait trop tripper.
c'est vraiment dommage...
r.i.p
Body Count citer
Body Count
14/08/2005 22:28
note: 9.5/10
Ben ça fait toujours plaisir de lire les kro, de voir que d'autres on kiffé tel ou tel truc comme toi.

Et puis y'a des chefs d'oeuvres incontournables, non mais Reign In Blood quand même ! :-D :-D :-D
Raoul citer
Raoul
14/08/2005 17:41
Body Count, le mec qui se tappe tous les albums chroniqués sur Thrasho en demandant encore plus de chros... oO

d'ailleurs j'ai une question à ce propos: si t'es déjà fan absolu d'un album, ça te sert à quoi de vouloir en lire une review de plus? Moqueur
Body Count citer
Body Count
14/08/2005 12:13
note: 9.5/10
La 1ère fois que j'ai entendu Momma's Gotta Die Tonight, j'ai pas compris et j'ai vraiment flippé ! :-D :-D :-D
Body Count citer
Body Count
28/07/2005 15:34
note: 9.5/10
Depuis le décès de D-Roc ils ont rejoué avec le guitar tech d'Ernie-C qui remplace D-Roc, y'a eu quelques dates en novembre 2004 aus States, et un nouvel album doit sortir...
Niktareum citer
Niktareum
29/06/2005 5:27
note: 8/10
et waip! paix a son âme!
nan0 sinon cet album a vraiment une ambiance particulière, on s'imagine vraiment à l'arrière de sa aisse paupé dans Sout Central...excellent!
Silenced-Self citer
Silenced-Self
25/06/2005 4:00
note: 8/10
Comment parler de cet album sans parler du fabuleux BeatMaster V ts ts ts .
Jee citer
Jee
23/06/2005 1:58
album plus que culte pour moi.
je ne pense pas que les paroles soient un appel gratuit a la violence. Certes, elles restent gratuites mais plus ds le sens: et oué, on est black, on fait du metal et mets des lyrics de ce style juste pour faire chier parce que vs (les blancs notamment, rappelez vs le contexte de sortie de cet album: les emeutes de Watts) ns cassez les couilles avec la violence, le racisme, etc...
ICE T est bien connu pour avoir des lyrics assez rentre dedans mais il savait aussi bien etre tres 2nd degres ("KKK Bitch", "Evil Dick", et même "Strippers" sur le dernier)
Bref, tt ça pour dire que les lyrics de BC c'est clair c'est gratuit mais juste ds le but de choquer, de faire chier et de faire marrer ceux qui avaient pigé rapidement le délire. Qd ils ont essayé d'etre plus serirux sur Born Dead, ils se sont fait moisir...c'est ce qu'explique ICE T ds l'intro de "Violent Demise".
je sais pas si j'ai été clair mais ds tt les cas, BC ça reste la légende pour moi et j'etais plus que dégouté d'apprendre la mort de D-ROC l'été dernier, surtt qu'ils avaient decidé de se remettre au boulot les BC...
$am citer
$am
22/06/2005 20:06
Yeah BC RISE, comment je kiffe ce groupe, une de mes premières émotions métalliques (mais à l'époque sur Born Dead, évidemment.)
Evil_Nick citer
Evil_Nick
22/06/2005 15:06
note: 9/10
40 ème chro - yeahhhhhhh !

et puis vous saurez enfin d'où je tire mon pseudo à la con Gros sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Body Count
Rapcore
1992 - WEA
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (12)  7.83/10
Webzines : (8)  7.9/10

plus d'infos sur
Body Count
Body Count
Rap Metal Urbain - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Smoked Pork
02.   Body Count's In The House
03.   Now Sports
04.   Body Count
05.   A Statistic
06.   Bowels Of The Devil
07.   The Real Problem
08.   KKK Bitch
09.   C Note
10.   Voodoo
11.   The Winner Loses
12.   There Goes The Neighborhood
13.   Oprah
14.   Evil Dick
15.   Body Count Anthem
16.   Momma's Gotta Die Tonight
17.   Freedom Of Speech

line up
voir aussi
Body Count
Body Count
Born Dead

1994 - Virgin Records
  
Body Count
Body Count
Bloodlust

2017 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Smash Hit Combo
Smash Hit Combo
Playmore

2015 - Dark Tunes
  

Arsis
A Diamond For Disease (EP)
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique
METALHERTZ - Bilan 2019
Lire le podcast
Sodom
Out Of The Frontline Trench...
Lire la chronique
BLACK METAL 1995-1996 : Top 10 et Pas top 3 !
Lire le podcast
Bilan 2019
Lire le bilan
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Oath Of Cruelty
Summary Execution At Dawn
Lire la chronique
Les Sakrif'or 2019 (Et compo inédite de Véhémence)
Lire le podcast
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast