chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Suppression - The Sorrow Of Soul Through Flesh

Chronique

Suppression The Sorrow Of Soul Through Flesh
Malgré quelques changements de line-up et autres bouleversements internes (eh oui, exit Claudio Rojas (chant) et Felipe Zará (batterie)), nombreux sont ceux qui attendaient néanmoins de pied ferme la sortie du premier album des Chiliens de Suppression. Il faut dire que le groupe originaire de Santiago avait placé la barre relativement haute il y a près de trois ans avec la sortie d’un EP absolument redoutable (Repugnant Remains) que l’on n’avait bien évidemment pas manqué d’encenser ici même.

Intitulé The Sorrow Of Soul Through Flesh ce premier album s’apprête à voir le jour sur le label américain Unspeakable Axe Records chez qui était déjà sorti en vinyle ce précédent EP évoqué un petit peu plus haut. Pour l’occasion, les Chiliens sont allés toquer aux portes de Colin Marston (mixage et mastering) et Paolo Girardi (artwork) pour s’assurer que leur musique soit correctement mise en boîte et illustrée. Si on laissera chacun juger du travail de l’Italien capable du meilleur comme du pire, la production de monsieur Marston s’avère quant à elle sans faille. D’une puissance et d’une clarté alliant caractère et modernité, celle-ci va servir comme il se doit le propos d’un Suppression qui ne s’est vraisemblablement pas assagit avec les années et ainsi donner à chaque instrument les moyens de s’exprimer pleinement. Bref, d’emblée les choses semblent particulièrement bien engagées.

La seconde bonne nouvelle à la découverte de The Sorrow Of Soul Through Flesh est que ces changements de line-up n’ont eu que très peu d’incidence sur la formule des Chiliens et leur Death / Thrash particulièrement virulent. Alors là vous vous dites que je suis bien gentil mais que lorsqu’un chanteur en remplace un autre et bien généralement cela s’entend… Eh bien non, pas tant que ça puisque dans le cas présent, Alejandro Cruz (Ancient Crypts, ex-Unaussprechlichen Kulten) fait parfaitement illusion à tel point que sans véritable confirmation si ce n’est celle offerte par Metal Archives qui m’assure que celui-ci a bien intégré les rangs de Suppression en 2021, j’en viens à douter de sa présence derrière le micro. Si c’est effectivement bien lui, ce dernier possède à la manière d’un Claudio Rojas une voix âpre et rugueuse dont les intonations évoquent celles d’un Chuck Schuldiner ou d’un Martin Van Drunen des débuts. Un growl arraché et intelligible rappelant ainsi ce qui se faisait à la fin des années 80 et sied à ravir à ce Death / Thrash furieux, intense et technique aux fortes réminiscences floridiennes.

La dernière bonne nouvelle, surtout, est qu’après un Repugnant Remains extrêmement prometteur, les Chiliens ne déçoivent pas et confirment même d’une bien belle manière l’énorme potentiel aperçu le temps de ces quatorze minutes beaucoup trop frustrantes. En effet, The Sorrow Of Soul Through Flesh s’apparente à la démonstration d’un groupe en pleine possession de ses moyens et dont les influences certes toujours évidentes n’ont jamais semblé aussi bien digérées. Encore une fois, l’auditeur attentif se régalera de la délicieuse basse de l’ex-Ripper Pablo Cortés qui, sans en faire des caisses, placé légèrement en retrait dans le mix, laisse libre court à sa créativité avec des lignes voluptueuses rappelant la scène Tech Death floridienne, d’Atheist à Death en passant par Cyni, Nocturnus ou Monstrosity. Bref, un véritable régal qui apporte groove et mélodie à un album mené le couteau entre les dents.
Car ne vous y trompez pas, Suppression n’est pas là pour enfiler des perles et le prouve grâce à une succession de compositions toutes plus jouissives les unes que les autres. Eh oui, s’il arrive parfois que l’on puisse trouver un ou deux titres moins convaincants sans pour autant que cela nuise à l’homogénéité d’un album quelqu’il soit, il n’en est rien ici puisqu’il n’y a tout simplement rien à jeter, même pas cet interlude acoustique de cinquante-deux secondes ("Arrowheads") qui, en plus d’un peu d’air, vient apporter des sonorités latines inattendues rappelant l’identité même de Suppression. Pour le reste, outre cette basse hyper sexy aux rondeurs affolantes, on va retrouver tout ce qui rendait déjà Repugnant Remains aussi convaincant. Cette intensité typique de la scène sud-américaine et qui fait de Suppression un digne héritier de groupes tels que Sadus, Sepultura, Demolition Hammer, Morbid Saint et autres formations toutes aussi pleines de rage. D’ailleurs, histoire de nous mettre les points sur les "i" dès le départ, Suppression va nous cueillir avec un "Lifelessness" sans équivoque. Une synthèse en trois minutes et quarante-neuf secondes de ce que nous réserve l’album dans sa globalité : Enchainements particulièrement rapides de riffs complexes et aux formes multiples et changeantes, nombreuses variations de rythmes à travers notamment une alternances de franches accélérations parfois très brutales, passages plus en retenus marqués comme toujours par cette excellence technique (une excellence jamais pompeuse et toujours au service des compositions et de l’efficacité générale) et séquences pleines de groove taillées pour briser des nuques et donner littéralement envie de tout casser. Le tout est naturellement souligné par quelques solos mélodiques inspirés et bien sentis qui apportent là encore davantage de relief au Death / Thrash furibard des Chiliens et par cette basse avec laquelle je vous bassine depuis le début de cette chronique. Bref, c’est un véritable sans faute de A à Z.

Alors oui, ce serait vous mentir que de vous dire que je n’en attendais pas tant de la part de Suppression. La vérité c’est que comme tous ceux ayant précédemment chauffé leurs cervicales sur l’excellent Repugnant Remains, j’attendais beaucoup des Chiliens. Malgré les quelques changements de line-up, ces derniers ne déçoivent en aucun cas et confirment même qu’ils sont effectivement aujourd’hui l’un des meilleurs groupes de Death / Thrash en activité dans le circuit. Tout y est parfaitement maîtrisé, de ces puissants et nombreux relents issus d’une ancienne école toujours aussi vivace à une certaine modernité, notamment dans la manière dont est restitué le propos, Suppression brille par sa capacité à rendre sa formule à la fois brutale, agressive, lisible, mélodique et débordante de groove. Un sans faute particulièrement enthousiasmant qui en fait d’ores et déjà l’un des finalistes à l’album de l’année 2022. Enfin, comme pour Mortify et son dernier album, saluons l’intérêt porté par les Sud-Américains à ces morceaux instrumentaux qui donnent à mesurer tout le talent de ces derniers sans cette distraction que peut porter la présence de lignes de chant ("Unwinding Harmonies"). Ouais, je suis sous le charme et vous devriez l’être vous aussi !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Suppression
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Suppression
Suppression
Death Metal - 2012 - Chili
  

nouveaute
A paraître le 25 Avril 2022

tracklist
01.   Lifelessness  (03:49)
02.   Overfeeding Gaps  (04:29)
03.   Monochromatic Chambers  (04:28)
04.   Unperpetual Misery  (05:29)
05.   Unwinding Harmonies  (04:05)
06.   Lost Eyes  (03:36)
07.   Misunderstanding Reality  (04:11)
08.   Self-Eaten Alive  (03:40)
09.   Arrowheads  (00:52)
10.   Extortion Behaviors  (04:00)

Durée : 38:39

line up
voir aussi
Suppression
Suppression
Repugnant Remains (EP)

2019 - Unspeakable Axe Records
  

Essayez aussi
Dismember
Dismember
Indecent & Obscene

1993 - Nuclear Blast Records
  
Cystic
Cystic
Incineration Rites (EP)

2020 - Autoproduction
  
Father Befouled
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)

2019 - Dark Descent Records
  
Supreme Pain
Supreme Pain
Cadaver Pleasures

2008 - Comatose Music
  
Utumno
Utumno
Across The Horizon (EP)

1993 - Cenotaph Records
  

Annihilator
Bag Of Tricks (Compil.)
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Miseration
Black Miracles and Dark Won...
Lire la chronique
Suppression
The Sorrow Of Soul Through ...
Lire la chronique
Chemicide
Common Sense
Lire la chronique
Synesthésie #1 - Elden Ring
Lire le dossier
Blackened
Voices From The Void
Lire la chronique
Le black metal rend-il FOU ? Ou juste zinzin ?
Lire le podcast
BAUDELAIRE dans le Black Metal
Lire le podcast
La Voûte #10 - Imperator
Lire le podcast
Mortuary
Blackened Images
Lire la chronique
Sakrifiss dans "Le Secret des Dieux".
Lire le podcast
Plague Years
Circle Of Darkness
Lire la chronique
Exodus
Persona Non Grata
Lire la chronique
Primal Rage
Awakening The Masses
Lire la chronique
Deranged
Place Of Torment (Démo)
Lire la chronique
Le best of BLACK METAL 2021
Lire le podcast
Bilan 2021
Lire le bilan
Estertor
Tales From The Ancient Grave
Lire la chronique
La Voûte #9 - Hvis Lyset Tar Oss
Lire le podcast
Les sorties de 2021
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Aborted
Retrogore
Lire la chronique
Mortal Vision
Mind Manipulation
Lire la chronique
No Return
Fearless Walk To Rise
Lire la chronique
BLACK METAL : Les 100 groupes les plus influents des origines à nos jours !?
Lire le podcast
Destinity
In Continuum
Lire la chronique
Demolizer
Upgrade (EP)
Lire la chronique