chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
178 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cataract - Killing The Eternal

Chronique

Cataract Killing The Eternal
Depuis la sortie du très efficace « With Triumph Comes Loss » en 2004, CATARACT nous revient régulièrement avec un nouveau full length sous le bras, fidèle à une ligne de conduite brutale à cheval entre vélocité thrash et férocité hardcore. Deux ans entre « Kingdom » (2006) et un album éponyme qui voyait les Suisses marquer le coup avec une poignée de reprises bien rentre dans le lard et l'intention louable d'élargir leur panel de coups, et donc deux ans et des poussières entre « Cataract » et ce « Killing The Eternal » à l'artwork pour le moins significatif ; les Helvètes annoncent donc clairement la couleur ici, ce sixième pugilat riche en bourre-pifs promettant au moins autant qu'un duel Balboa/Drago ou qu'un combat fratricide entre Dwight « Bucky » Bleichert et Lee Blanchard.

Et puisque les couteaux sont également de sortie, coupons court à toute forme de suspense : aussi passionnant que les prises de becs entre Canal + et les frangins Acariès, « Killing The Eternal » n'a absolument aucun intérêt, sinon celui d'assouvir quelques pulsions primaires au détour des quelques rares uppercuts bien balancés (« Lost Souls » et son démarrage obituaresque). Revenue aux sources d'une musique frontale, violente et basique, la section rythmique Mäder/Dürst/Kuzmic/Schläpfer défend avec un acharnement virant à l'obstination la plus complète sa vision du thrashcore en pilonnant l'auditeur à qui mieux mieux, chacun des douze rounds n'ayant pour raison d'être que la mise en œuvre de la spéciale CATARACT, à savoir le toupa toupa sévèrement appuyé façon THE HAUNTED période Marco Aro. Tabassage en règle dès les premières secondes (« Failed », « Urban Waste », « Drain, Murder And Loss »), contre attaque à mi parcours pour déstabiliser l'adversaire (« Lost Souls », « Black Ash ») ou final en fanfare après un travail au corps en saccades (« The Faith You Have Misused »), voilà pour l'essentiel du programme, le plan B se résumant à une morsure à l'oreille pour éviter l'humiliation d'un K.O. technique. Par ailleurs aussi limitée qu'un Ricky Hatton, la brute Carminitana rugit avec conviction mais ses intonations à la limite de la gerbe finissent par écoeurer un public fatigué de voir son poulain brasser du vent, les membres de son clan n'ayant pour serviette à jeter qu'une poignée de solis faméliques et une série de mid tempis ultra chiants pour tenir jusqu'à la limite. A ce stade d'indigence et devant une préparation physique aussi tronquée (des riffs plus communs tu mets un genou à terre), on relèguera donc CATARACT au rayon d'aimable faire valoir pour cogneurs d'envergure à la relance passé une vilaine défaite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

pj666 citer
pj666
27/09/2010 11:05
OK merci !
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
20/09/2010 06:26
note: 5/10
pj666 a écrit : La prod de Madsen m'avait l'air assez monstrueuse sur le 1er extrait de l'album, c'est bien le cas ?

Prod passe partout, aucune faille mais sans cachet particulier. La même que sur l'album précédent en somme ...
pj666 citer
pj666
19/09/2010 20:18
La prod de Madsen m'avait l'air assez monstrueuse sur le 1er extrait de l'album, c'est bien le cas ?
Chri$ citer
Chri$
19/09/2010 18:52
En effet...rien de bien mémorisable, pas mauvais pour autant, l'archétype du 5/10 en somme!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cataract
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (15)  6.35/10

plus d'infos sur
Cataract
Cataract
Thrashcore - 1998 † 2013 - Suisse
  

tracklist
01.  Never
02.  Lost Souls
03.  Reap The Outcasts
04.  Killing The Eternal
05.  Failed
06.  Urban Waste
07.  Makind's Burden
08.  Hollow Steps
09.  Drain, Murder And Loss
10.  The Faith You Have Misused
11.  Black Ash
12.  Allegory To A Dying World

Durée : 39:00

line up
parution
24 Septembre 2010

voir aussi
Cataract
Cataract
Cataract

2008 - Metal Blade Records
  
Cataract
Cataract
Kingdom

2006 - Metal Blade Records
  

Essayez plutôt
Brick Bath
Brick Bath
I Won't Live The Lie

2001 - Crash Music
  
Arise And Ruin
Arise And Ruin
The Final Dawn

2007 - Victory Records
  
Sepultura
Sepultura
Kairos

2011 - Nuclear Blast Records
  
Demonbreed
Demonbreed
Closer To God

2005 - Casket Music
  
Austrian Death Machine
Austrian Death Machine
Total Brutal

2008 - Metal Blade Records
  

Amoral
Reptile Ride
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique
METALHERTZ - Bilan 2019
Lire le podcast
Sodom
Out Of The Frontline Trench...
Lire la chronique
BLACK METAL 1995-1996 : Top 10 et Pas top 3 !
Lire le podcast
Bilan 2019
Lire le bilan
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Oath Of Cruelty
Summary Execution At Dawn
Lire la chronique
Les Sakrif'or 2019 (Et compo inédite de Véhémence)
Lire le podcast