chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
129 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nightbringer - Terra Damnata

Chronique

Nightbringer Terra Damnata
Cinquième album déjà pour les américains de Nightbringer, Terra Damnata devait les placer plus haut dans le classement des groupes trop méconnus, dont le BM ambiancé et technique passe bien trop fréquemment hors des radars en dépit de son évidente qualité. L’impression est pourtant en demi-teinte.

Les premières notes de As Wolves Amongst Ruins renvoient, par instants, subrepticement, à Deathspell Omega, notamment sur les accents dissonants et la volonté de proposer une structure très évolutive, un brin chaotique mais toujours très axée prog’. Mais on note déjà que le côté occulte du groupe, celui qui infectait Death And The Black Work, son premier méfait, traîne un peu la patte. Les quelques notes au pinao qui parsèment le titre ne donnent pas le change, ne créent pas l’illusion. Dommage. Car si la tension qui caractérise le groupe constitue toujours le fil rouge de ses morceaux (Misrule et son départ déchainé), elle est aussi redondante et, à force, en devient inoffensive. La faute, peut-être, à une voix devenue passe-partout et à un son plus net, moins sale, moins occulte. Dommage là encore car les arrangements sont nombreux et souvent pertinents (les lead entêtants sur Misrule, en fil conducteur du titre ; l’ouverture au pinao sur Let Silence Be His Sacred Name ; toujours les lead en pont central sur Let Silence Be His Sacred Name). L’impression globale reste toutefois tenace : l’efficacité prime sur l’ambiance, ce que l’on pourra regretter pour un groupe qui, précisément, a dès le départ presque tout misé sur cet aspect. Les ralentissements sont presque inexistants (sauf sur Inheritor of a Dying World, qui prend le temps de se poser pour exprimer son propos et dont les accélérations, à deux minutes du terme, prennent tout leur sens, tout leur relief).

Il convient de ne pas se tromper. Terra Damnata demeure d’un niveau tout à fait respectable. Mais le manque d’atmosphères livre un bloc plus ou moins compact qui, à mon sens, pourrait déranger l’amateur du groupe. Midnight’s Crown et Of the Key and Crossed Bones tentent d’inverser la tendance mais là encore, si l’ouverture des morceaux renvoie aux classiques du groupe, notamment cette voix incantatoire, cette dynamique est brisée assez rapidement par la recherche de vitesse, d’efficacité encore une fois, qui tombe un peu comme une mouche dans la bière (Let Silence Be His Sacred Name par exemple où le départ au piano, fragile, est totalement détruit par l’intervention de grattes hallucinées/déstructurées qui déboulent de nulle part). Le côté chaotique des titres accentue encore, par ailleurs, cette folie destructrice qui laisse peu de moments de respiration.

Mais, à mon sens, le problème essentiel tient dans le caractère assez interchangeable des titres, la faute précisément aux manques précédemment évoqués. DSO, pour n’en revenir qu’à eux, parvient à développer ces deux aspects – atmosphères de mort et vitesse destructrice – d’une manière parfaitement équilibrée. Tel n’est pas, clairement, le cas ici.

C’est d’autant plus regrettable que les habitués du groupe avaient loué l’aspect occulte, sale, souterrain du combo ricain lors de ses premiers méfaits sonores. Le groupe avait trouvé sa patte, un son aussi, beaucoup trop propre ici… comme une recherche de performance à tout prix mais hors de son authenticité. Il est étonnant de noter que ce sont quasiment les trois derniers titres, ceux qui, précisément, prennent le temps de ralentir, de peser sur l’auditeur, d’alourdir la structure en amorçant une décrue des éléments surchargeant la musique, qui tapent le plus au but. Inheritor of a Dying World comme, surtout, le très beau The Lamp of Inverse Light restaurent un paysage de désolation, de pleine lune qui sied bien mieux au groupe que du tabassage en règle non stop.

L’amateur, notamment celui qui découvre le groupe, trouvera naturellement son compte sur Terra Damnata. L’album reste de belle qualité. Mais le fan, celui qui, comme moi, attendait une évolution, un album marquant, restera sur sa faim. Dommage.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nightbringer
Black metal
2017 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (12)  7.8/10

plus d'infos sur
Nightbringer
Nightbringer
Black metal - 1999 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   As Wolves Amongst Ruins
02.   Misrule
03.   Midnight's Crown
04.   Of the Key and Crossed Bones
05.   Let Silence Be His Sacred Name
06.   Inheritor of a Dying World
07.   The Lamp of Inverse Light
08.   Serpent Sun

Durée : 52:15

line up
parution
14 Avril 2017

Essayez aussi
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Henbane

2013 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Glaciation
Glaciation
Ultime éclat

2020 - Osmose Productions
  
Infinity
Infinity
Hybris

2017 - New Era Productions
  
Lord Ketil
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves

2018 - Ogmios Underground
  
Pendulum
Pendulum
Les Fragments du Chaos

2012 - Hass Weg Productions
  

Chryseis
Planet Dead
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique