chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nightbringer - Apocalypse Sun

Chronique

Nightbringer Apocalypse Sun
Fatiguant, éprouvant. Comme l'Alpe d'Huez en vélo ou comme un examen sur table de six heures chrono. Voilà comment apparaît de prime abord « Apocalypse Sun », second full-lenght des américains mystérieux (et aimant mettre des capuches noires dans le désert visiblement...) de Nightbringer.

Rarement il m'aura été donné de voir un disque aussi long, impénétrable et presque pénible lors des premières écoutes. Soixante-six minutes de voyage dans un enfer lissé et incantatoire d'une exigence à toute épreuve. Prenons un exemple : Nightbringer est le chauffeur d'un bus dans le Colorado, de dernier part avec cinquante fans de Black Metal au début du trajet. À la fin, il n'en restera plus que cinq. Pourquoi ? Parce que la formation a le don pour volontairement larguer ses auditeurs au fil de l'album. Un trip totalement « Attrape-moi si tu peux » que n'aurait certainement pas renié Leonardo Di Caprio.

Et c'est bien pour cette raison qu'il est exténuant d'écouter « Apocalypse Sun », de chercher dans le son quelque chose d'attirant ou au moins quelque chose de connu à quoi nous raccrocher. Il faut s'investir, ne pas se laisser décourager alors que pourtant on a farouchement l'impression de chercher un MacDonald en plein Sahara. Le plus fourbe dans toute cette histoire, c'est qu'on ne trouvera rien mais qu'on y retournera bien content de tenter une nouvelle fois l'épreuve colossale et labyrinthique que nous propose le quartet.

Si on aime être largué alors on aimera Nightbringer pour cette sécheresse et cette absence totale d'attrait qui paradoxalement nous pousse à remettre le couvert. C'est en cela que beaucoup de mélomanes vous dirons que « Nightbringer est un groupe qui chercher à percer mais ne réussit pas ». Et bien non. « Apocalypse Sun » teste son auditeur. « Tu aimes Marduk ? Darkthrone ? Tu vas voir ailleurs parce que si tu m'écoutes, c'est pour m'aimer moi... » pourrait presque nous dire le CD. C'est sûr, la musique est élitiste, à tel point qu'elle semble pousser le pauvre auditeur à bout jusqu'à ce qu'il revendique le plaisir masochiste qu'il éprouve à se perdre dans cette procession volontairement chaude, hallucinée et occulte.

« I Am I », premier titre, introduit en lui seul ce concept de Black Metal semblant ralentir le temps et l'espace. Alors qu'il dispose d'une longueur certes conséquente sans être pour autant énorme, « Apocalypse Sun » paraît infini : croupi, déshydraté et asservi comme un rituel millénaire qui semble ne jamais finir. Certains diront tout simplement qu'on s'emmerde et ils n'auront à mon sens pas compris que c'est l'essence même d'un titre comme « Found The Ninted God-Head » de donner ce sentiment d'infinie temporalité. « Réussiras-tu notre test, résisteras-tu au temps qui s'écoule ? », il m'est avis que c'est là que la formation veut aller comme si elle était à la fois contemplative et contemplée par le sablier lui-même.

Dans cette nuit blanche hors de tout repères connus, ne comptez pas sur la lumière. Comme l'indique son patronyme, l'entité mise absolument tout sur un univers seulement éclairé par les reflets de la lune sur les pierres arides ou sur le sol craquelé. « Serpent of The Midnight Sun » ou encore «  Goblet of Sulphur And Poison » illustrent à mon sens parfaitement cet image de groupe dont le côté nocturne est impénétrable.

Alors certes, au bout d'un nombre conséquent d'écoutes et d'une plongée plus précise et contrôlée dans le disque, ce dernier vous révélera quelques secrets, quelques mélodies que vous pourrez identifier facilement. Comme le riff de départ qui est identique au riff final de l'opus, un détail qui ne vous frappera qu'au bout de deux ou trois écoutes. Néanmoins, « Apocalypse Sun » restera toujours un disque flou, étouffé et compacté sans quoi il perdrait bien évidemment son intérêt.

Qu'est-ce que tu veux que je te dise de plus ? Ce disque est particulier, complexe et c'est éreintant de s'y plonger sans être lassé par ses multiples passages complexes et rébarbatifs. Si tu aimes te perdre dans tes pensées, dialoguer avec ton cerveau en regardant par ton Velux les nuages qui défilent ou t'allonger dans la terre quand il fait trente-cinq degrés : « Apocalypse Sun » est fait pour toi. Pour le reste, je pense que tu dois passer ton chemin...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nightbringer
Black Metal Occulte
2010 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (6)  6.25/10
Webzines : (11)  7.71/10

plus d'infos sur
Nightbringer
Nightbringer
Black metal - 1999 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   I Am I
02.   Supplication Before the Throne of Tehom
03.   Serpent of the Midnight Sun
04.   Upturning the Seventh Chalice
05.   Excitium: Litany of the Devouring Earth
06.   Goblet of Sulfur and Poison
07.   The Coils of Sevekh
08.   Nephal: the Seat of Pan-Daimonium
09.   The Utterance of Kasab'el
10.   Fount of the Nighted God-Head

Durée : 66.13 min.

line up
parution
18 Juin 2010

Essayez aussi
Gehenna
Gehenna
Unravel

2013 - Indie Recordings
  
Kvalvaag
Kvalvaag
Noema

2014 - Werewolf Records
  
Bloodhammer
Bloodhammer
Kuusi hymniä syvyyksistä

2016 - Northern Heritage
  
Cult of Fire
Cult of Fire
Triumvirát

2012 - Demonhood Productions
  
Abhor
Abhor
Ritualia Stramonium

2015 - Moribund Records
  

Sepultura
Chaos DVD (DVD)
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Les belles gueules du Black Metal
Lire le podcast
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast