chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
103 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Detherous - Hacked To Death

Chronique

Detherous Hacked To Death
Parmi la masse de labels dédiés à l’underground il y’en a qui se distinguent plus que d’autres, car si certains ont la fâcheuse réputation à signer tout (et surtout) n’importe quoi au détriment de la qualité, à l’inverse il y’en a un petit nombre dont on peut acheter les yeux fermés leurs dernières sorties en date, sans risque de se tromper. En matière de Death-Metal les Américains de Redefining Darkness font partie de cette seconde catégorie (où l’on peut citer aussi les Allemands de Testimony Records, les Français de Dolorem Records et les Italiens d’Everlasting Spew) et bien qu’étant relativement nouveaux sur le marché ils commencent à posséder un catalogue qui a fière allure, et ce ne sont pas les Canadiens de DETHEROUS qui vont faire baisser cette moyenne impressionnante. Si jusqu’à présent le groupe mené par Damon MacDonald était passé totalement inaperçu nul doute que ce premier opus va lui amener une vraie notoriété, tant il frappe fort d’entrée et va marquer les esprits de tout amateur de bon gros son rétro à la fois gras et morbide. Après avoir mis le temps pour trouver les bons compagnons de route à ses côtés son leader a depuis enchaîné les concerts sous cette forme, avant d’enfin donner vie à ce long-format qui a de bonnes chances d’être dans les bilans de fin d’année, et qui en à peine plus d’une demi-heure va laisser l’auditeur à genoux et épuisé par ce qu’il a entendu.

Car malgré sa relative jeunesse le quatuor fait preuve d’un vrai vécu musical où l’on sent qu’il a bouffé beaucoup d’OBITUARY et de DEATH période Bill Andrews, ainsi qu’un soupçon de MALEVOLENT CREATION époque Roadrunner, le tout mis en boîte avec une production typiquement 80’s et une batterie à la frappe très sèche. Rien d’étonnant donc qu’on se retrouve ainsi plongé trois décennies en arrière, mais là où certains comme MORFIN et GRUESOME sont à la limite du plagiat (voire carrément) d’autres au contraire s’inspirent de cet âge d’or pour signer des compositions originales où l’influence initiale n’empiète pas sur une écriture personnelle. Proposant des morceaux relativement courts qui ne dépassent jamais les cinq minutes le combo ne révolutionne rien mais cherche juste à faire passer un bon moment à son auditoire, tout en rendant hommage à sa période fétiche. Cela explose directement avec l’excellent « Smouldering Ashes » qui privilégie l’efficacité à la technique (un crédo que les gars conserveront jusqu’à l’ultime seconde de cette galette), vu qu’ici comme sur le reste de l’album nulle trace de blasts ou de branlette de manche car ça privilégie l’accroche et le sens du riff qui est parfaitement exécuté. Sur ce titre d’ouverture l’homogénéité est de mise entre parties rapides et passages plus lents qui ne cessent de s’enchaîner l’un après l’autre de façon certes prévisible, mais quand même redoutablement efficace. La variété des tempos va d’ailleurs être présente sur la majeure partie des compos, que ce soit sur le très court « Practitioners Of Pain » ou le plus dépouillé « Monstrosity » l’ensemble fait mouche à chaque fois et va à l’essentiel. Cependant afin d’éviter un sentiment de linéarité la bande a également mis en bonus sur ce schéma quelques subtils ajouts, comme sur le monstrueux « From Hell They Rise » où la longue introduction particulièrement lourde est ensuite complétée par du mid-tempo remuant à souhait, parfait pour headbanguer et au rendu imparable.

Ces écarts de rythme vont d’ailleurs s’intensifier sur le suffocant et très brutal « NIRC » où la vitesse va être ici prédominante et ne ralentir qu’en rares et courtes occasions, afin d’obscurcir encore un peu plus une musique qui était déjà intensément noire et dont la longue plage laissée au solo va ajouter à ce sentiment. D’ailleurs il faut saluer le boulot accompli dans ce domaine par Dylan Spicer qui durant tout ce long-format les distille avec classe et fluidité, en leur faisant conserver leur agressivité et en étant totalement raccord avec le reste du son de ses acolytes. Ce point est d’ailleurs plus poussé plus loin sur le tentaculaire « Brain Death » réenregistré pour l’occasion (il figurait sur la démo éponyme de 2017) où les variations entre lenteur et explosivité sont plus accentuées, afin de briser définitivement les nuques les plus fragiles. Quant au surpuissant « Ridden » là-encore la réussite est au rendez-vous et il se fend d’un hommage (plus appuyé que jusque-là) à Chuck Schuldiner, car ici on se croirait revenu dans « Leprosy » tant le jeu du batteur et les riffs proposés par la paire de guitaristes semblent tout droit sortis de ce mythe absolu, sans cependant tomber dans la redite facile.

Autant dire qu’à l’instar de SKELETAL REMAINS la formation de Calgary a signé un sans-faute dans un style revenu en force, mais où les écueils sont nombreux et où tout semble avoir été dit il y a longtemps de cela. Pourtant elle parvient à les éviter et à ne pas tomber dans la facilité en équilibrant son propos au maximum malgré une trame générale relativement semblable d’un bout à l’autre. Décidemment la Floride continue d’inspirer toute une cohorte de jeunes loups aux dents longues, signe que son empreinte et ce qu’elle a apporté au Metal de la mort demeure immortelle pour la nouvelle génération, qui arrive encore à la faire vivre en y apportant une touche bien à elle mais sans dénaturer ce qui a fait (et fait encore) son charme inimitable. Si ce « Hacked To Death » était sorti il y’a trente ans nul doute qu’il ferait encore aujourd’hui office de classique absolu, cependant même s’il déboule de notre époque actuelle où internet et les fléaux sociaux ont remplacé le magazine papier et le tape-trading il serait dommage de ne pas se jeter dessus, surtout qu’il a suffisamment d’arguments pour qu’on y revienne régulièrement grâce à une durée de vie copieuse. Il est en effet difficile de décrocher une fois l’écoute lancée et de ne pas taper du pied au même rythme que le frappeur derrière son kit, autant dire que pour toutes ses raisons ce disque est fortement conseillé et doit être acquis de toute urgence, tant il est bénéfique aux oreilles et aux amateurs de bon goût et parfait pour filer une pêche d’enfer même aux râleurs de compétition !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
19/08/2019 14:26
Une bonne surprise effectivement ce Detherous. Redefining Darkness est vraiment un label à suivre de près. J'ai d'ailleurs quelques exemples encore dont je dois m'occuper dans les prochaines semaines.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Detherous
Death/Thrash Old-School
2019 - Redefining Darkness Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  5/10

plus d'infos sur
Detherous
Detherous
Death/Thrash Old-School - 2014 - Canada
  

tracklist
01.   Smouldering Ashes
02.   Practitioners Of Pain
03.   Ridden
04.   NIRC
05.   Hacked To Death
06.   Monstrosity
07.   From Hell They Rise
08.   Brain Death

Durée : 33 minutes

line up
parution
16 Août 2019

Exodus
Let There Be Blood (Réenr.)
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique