chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Invincible Force - Decomposed Sacramentum

Chronique

Invincible Force Decomposed Sacramentum
On continue dans les albums de 2020 encore non chroniqués ici avec le deuxième album des Chiliens d'Invincible Force, Decomposed Sacramentum, paru fin octobre chez Dark Descent Records. Alors que son prédécesseur aussi jouissif que régressif ,Satan Rebellion Metal, m'avait fortement emballé, j'avoue avoir eu plus de mal à m'enthousiasmer pour celui-ci. D'où le fait que j'ai traîné des pieds pour en parler quand tant d'autres sorties m'ont fait davantage d'effet.

Pourtant, ce Decomposed Sacramentum avait tout pour rencontrer le même succès que Satan Rebellion Metal. Une pochette classe, un logo plus extrême, un label réputé et l'annonce d'une évolution plus death metal entre Morbid Angel et Incubus (celui de Floride, pas les Brésiliens expatriés qui ont dû changer de nom). Alléchant, même si le style blackened death/thrash bas du front et ultra efficace à la Gravehill me convenait tout à fait. Et en effet, on peut noter quelques différences entre les deux opus. Moins de thrash, quasiment plus de black. Cela dit, il ne s'agit pas non plus d'un énorme bouleversement. Si Decomposed Sacramentum se montre plus strictement death metal, il s'agit du death metal naissant de la seconde moitié des années 1980, qui garde donc un riffing assez thrash. On pense au early-Morbid Angel, Master, Mortem ainsi que Slayer et Possessed pour la base. Cette nouvelle mouture de Invincible Force se montre du coup plus brutal et plus sombre. On y trouve davantage de blast-beats et de tremolos dark. Par contre, on reste dans l'urgence et l'expéditivité sur un format court cher à la formation avec neuf morceaux pour à peine vingt-sept minutes, soit souvent moins de trois minutes par piste.

Alors très bien. Sauf que le résultat, certes loin d'être dégueulasse, se montre moins efficace et moins jouissif que Satan Rebellion Metal. J'ai même pris peur à l'écoute du premier morceau "Doomed by the Vision" qui après son introduction guerrière, peine à convaincre malgré le côté violent et vindicatif. Ça se passe mieux sur les trois titres suivants "Perpetual Black Mass", "The Covenant" et "The Shadows over Canaan" plus percutants, avant de voir le soufflé retomber. C'est que les Chiliens ne varient pas des masses, que ce soit niveau riff (tremolo death, staccato thrash) ou rythmique (blasts ou tchouka-tchouka, et quasiment toujours un mid-tempo headbangant placé au milieu). On a ainsi l'impression d'entendre un peu toujours la même chose sur des morceaux interchangeables. Bref, c'est assez redondant et malgré la durée courte, on a vite tendance à ne plus se sentir trop concerné. Et ce ne sont pas les solos chaotiques à vibrato, tous inutiles, qui vont redonner de l'intérêt. Quant au chant du batteur Skullfukk (Praise the Flame, Ancient Crypts) qui prend le micro à la place du bassiste Holocausto remplacé par Cristian Contreras (Dekapited, Evil Madness), il s'avère lui aussi moins jubilatoire, plus générique, même si son timbre arraché marque bien la provenance sud-américaine.

Au final rien ici n'est mauvais (hormis ces solos vibrato qui ne servent pas à grand chose quoiqu'ils collent au style). Decomposed Sacramentum s'avère même un album correct. Le caractère old-school et expéditif, le riffing proto-death, la hargne palpable, le côté plus sombre, tout cela passe plutôt bien. Toutefois, le quatuor de Santiago ne propose plus rien qui pourrait lui permettre de se démarquer. Satan Rebellion Metal ne réinventait rien non plus mais il avait pour lui une efficacité de tous les instants et un haut degré de jouissance que l'on ne retrouve pas ou peu sur ce deuxième album qui tourne trop en rond. Ça ne se joue pas à grand chose, un manque de variété, un riffing moins prenant, un chant plus quelconque ou encore un son de batterie un peu trop synthétique mais on sent tout de même la différence. Du coup, sans crier au scandale car cela reste de qualité, je ne peux que ressentir une pointe de déception face à cette évolution légère mais suffisante pour faire rétrograder Invincible Force dans la top list des formations de death/thrash de la foisonnante scène chilienne.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
09/02/2021 14:22
note: 6.5/10
Oui, bonne déception cet album. C'est furieux et intense mais il ne se passe rien tout comme il ne se dégage pas grand chose de l'ensemble. Dommage...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Invincible Force
Death Metal
2020 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines : (4)  7.29/10

plus d'infos sur
Invincible Force
Invincible Force
Death Metal - 2007 - Chili
  

tracklist
01.   Doomed by the Vision  (03:03)
02.   Perpetual Black Mass  (02:52)
03.   The Covenant  (03:01)
04.   The Shadows over Canaan  (03:28)
05.   Illusion of Truth  (02:45)
06.   Damned by Noise and Lust  (02:49)
07.   Abufihamat  (02:22)
08.   Decompossed Sacramentum  (03:35)
09.   Hopeless Mortality  (03:01)

Durée : 26:56

line up
parution
22 Octobre 2020

voir aussi
Invincible Force
Invincible Force
Satan Rebellion Metal

2015 - Dark Descent Records
  

Essayez plutôt
Hail Of Bullets
Hail Of Bullets
...Of Frost And War

2008 - Metal Blade Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Honour - Valour - Pride

2001 - Metal Blade Records
  
Pissgrave
Pissgrave
Posthumous Humiliation

2019 - Profound Lore Records
  
Deserted Fear
Deserted Fear
Dead Shores Rising

2017 - Century Media Records
  
Massacre
Massacre
Back From Beyond

2014 - Century Media Records
  

The Burning
Storm The Walls
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Apprends le LATIN avec le Black Metal.
Lire le podcast
Bütcher
666 Goats Carry My Chariot
Lire la chronique
La Voûte #4 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Invincible Force
Decomposed Sacramentum
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique
Bilan 2020
Lire le bilan
BM : Les polémiques à deux balles (et un peu plus)
Lire le podcast
Darkness
Over And Out (EP)
Lire la chronique
Zombiefication
At The Caves Of Eternal
Lire la chronique
Messiah
Fracmont
Lire la chronique
Loudblast
Manifesto
Lire la chronique
Harlott
Detritus Of The Final Age
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique