chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
186 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Suicidal Angels - Profane Prayer

Chronique

Suicidal Angels Profane Prayer
S’il y’a des groupes qui provoquent régulièrement une certaine frustration celui mené par Nick Melissourgos peut facilement faire partie de cette liste, tant il est capable d’offrir d’excellents moments mais qui sont malheureusement contrebalancés par d’autres nettement plus quelconques voire même ratés. Pourtant à l’origine on avait de quoi être optimiste tant ses trois premiers albums étaient franchement réussis avant qu’ensuite les choses ne commencent à s’enrayer... car entre une baisse d’inspiration de plus en plus marquée, des mouvements réguliers de personnel et des disques de plus en plus longs sans raison apparente, il n’y avait plus vraiment de raison pour s’enflammer. Il est vrai que depuis le très bon « Dead Again » les motifs de satisfaction se sont faits très rares (même si « Division Of Blood » avait quelques hymnes imparables), et cela a continué jusqu’au très moyen « Years Of Aggression » aux accents mélodiques trop prononcés, et qui avaient parfois du mal à s’intégrer à la structure générale des compositions. Si le quatuor avait réduit la durée de cet opus en revanche on s’est immédiatement aperçu qu’il n’était pas si facile que ça de se la jouer KREATOR période « Outcast » et « Endorama, et de fait on n’a donc pas été surpris qu’il lui ait fallu presque cinq ans (un record dans sa carrière) pour pondre ce nouveau long-format, dont on se demandait s’il allait continuer dans cette voie ou revenir aux fondamentaux.

Et finalement ce qu’on peut dire c’est qu’il joue ici sur les deux tableaux et que cela ne va pas se faire sans heurts, tant on avait déjà remarqué que quand il complexifie son propos les choses sont plus difficiles à être cohérentes et surtout à être digérées par les gars comme les auditeurs. En effet il va falloir se farcir les huit minutes interminables de « Deathstalker » (où Sakis Tolis de ROTTING CHRIST et d’autres invités locaux viennent pousser la chansonnette derrière le micro) où les ambiances lumineuses, acoustiques et éthérées sonnent de façon trop surfaites en tombant comme un cheveu sur la soupe, pour un titre qui manque franchement de couilles et sonne clairement bancal et inintéressant. Cela sera également le cas de « The Fire Paths Of Fate » au chant féminin apaisant (entre celui des sirènes et quelques accents arabisants orientaux) qui se mêle à des passages tribaux ou encore un piano désaccordé, tout ça avant quelques plans plus classiques mais au rendu là-encore inégal et où il est compliqué de trouver quelque chose à s’accrocher... confirmant définitivement que les hellènes feraient mieux de rester sur un versant classique et sans fioritures qui leur sied parfaitement.

Car sans offrir un visage transcendant et indispensable le reste des compositions de cette galette sont d’un tonneau nettement plus convaincant (si l’on excepte également l’indigeste et lourd « Crypts Of Madness » qui s’embourbe à cause d’un criant manque d’idées), que ce soit l’ouverture efficace et variée intitulée « When The Lions Die » ou le grand-écart simple et direct de « Purified By Fire » bien calé entre violence primaire et lourdeur intense. D’ailleurs à partir du dynamique et remuant « Profane Prayer » (excellent d’ailleurs !) l’intensité et l’accroche vont aller crescendo, et en premier lieu sur le Heavy « The Return Of The Reaper » hyper accrocheur et qui reste bien calé en continu sur du mid-tempo imposant et propice au headbanging, notamment via un riffing précis et aiguisé. Et histoire de continuer sur cette bonne lancée « Guard Of The Insane » va mettre en avant le côté groovy de l’entité où l’entrain communicatif passe comme une lettre à la poste, avant que le débridé et burné « Virtues Of Destruction » ne retentisse et fasse de suite un carton de par sa radicalité et son côté primitif qui fait corps avec ce que proposait la bande à ses débuts. Du coup à vouloir être le cul entre deux chaises celle-ci va devoir faire un choix tôt ou tard entre mélodie plaintive ou explosivité frontale, même s’il y’a tout à parier qu’elle n’y parviendra pas dans le futur... et que de fait elle va continuer à nous livrer des enregistrements agréables et sincères, mais qui manquent cruellement d’homogénéité. Restant ainsi calibré pour les premières parties SUICIDAL ANGELS continue à vivoter loin du niveau des vétérans allemands et américains, sans pour autant se remettre réellement en question et il fait ainsi peu de doutes que sa prochaine livraison contiendra les mêmes qualités comme les défauts... les paris sont ouverts.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
03/05/2024 16:20
J'ai toujours trouvé ce groupe extrêmement poussif, les extraits présents ici ne changent rien à mon opinion !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Suicidal Angels
Thrash Metal
2024 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.72/10

plus d'infos sur
Suicidal Angels
Suicidal Angels
Thrash Metal - 2001 - Grèce
  

tracklist
01.   When The Lions Die
02.   Crypts Of Madness
03.   Purified By Fire
04.   Deathstalker
05.   Profane Prayer
06.   The Return Of The Reaper
07.   Guard Of The Insane
08.   Virtues Of Destruction
09.   The Fire Paths Of Fate

Durée : 48 minutes

line up
parution
1 Mars 2024

voir aussi
Suicidal Angels
Suicidal Angels
Sanctify The Darkness

2009 - Nuclear Blast Records
  
Suicidal Angels
Suicidal Angels
Dead Again

2010 - Noiseart Records
  

Essayez plutôt
Black Mass
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree

2021 - Redefining Darkness Records
  
Exa
Exa
Left in Shards

2024 - Indépendant
  
Essence
Essence
Lost In Violence

2011 - Ultimhate Records
  
Electrocutioner
Electrocutioner
False Idols

2023 - Autoproduction
  
Hellish
Hellish
The Spectre Of Lonely Souls

2018 - Unspeakable Axe Records
  

Overkill
The Years Of Decay
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Phantom
Handed To Execution
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Mai 2024
Jouer à la Photo mystère
Assylum
Far Beyond Madness
Lire la chronique
Karabiner
Unbeaten (EP)
Lire la chronique
Aborted
Vault Of Horrors
Lire la chronique
Atrophy
Asylum
Lire la chronique
Battlecreek
Maze of the Mind
Lire la chronique
Le DSBM, c'est RASOIR ou tu as ça dans les VEINES ?
Lire le podcast
Suicidal Angels
Profane Prayer
Lire la chronique
Fatal Collapse
Fatal Collapse
Lire la chronique
Reavers
Violator (EP)
Lire la chronique
Forbidden
Twisted Into Form
Lire la chronique
European Assault 2024
Diocletian + Hexekration Ri...
Lire le live report
Darkest Hour
Perpetual | Terminal
Lire la chronique
Terravore
Spiral of Downfall
Lire la chronique
Diabolus In Musica - Exposition Philharmonie de Paris
Lire le dossier
Forbidden
Forbidden Evil
Lire la chronique
Brodequin
Harbinger Of Woe
Lire la chronique
Invocator
Excursion Demise
Lire la chronique
Necromanteum EU/UK Tour 2024
Aborted + Carnifex + Revoca...
Lire le live report
Headless Hunter
The Undertaker
Lire la chronique
Exa
Left in Shards
Lire la chronique
Master
Saints Dispelled
Lire la chronique
Cryptosis + Cynic + Obscura
Lire le live report
Deliver the Suffering
Unleash the Chaos (EP)
Lire la chronique
Dissimulator
Lower Form Resistance
Lire la chronique
The Focus of a Valediction European Tour 2024
Cryptosis + Cynic + Obscura
Lire le live report
No Mercy
Widespread Bloodshed... Lov...
Lire la chronique
Nuclear Eric 50th anniversary show
Blackened + Funeral Desekra...
Lire le live report