chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
164 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Coroner - Grin

Chronique

Coroner Grin
S'il y a un groupe dont la disparition m'a toujours attristé, c'est bien CORONER. Combo hors norme, à part dans l'échiquier metal, catalogué valeur montante du thrash européen au début de sa carrière avant de se défaire d'influences rythmiques trop identifiables (leur techno-thrash, comme on disait à l'époque, empruntait à MEGADETH sa virtuosité instrumentale) pour voler de ses propres ailes et s'orienter, de "Mental Vortex" à "Grin", vers des sonorités plus mécaniques, modernes et spatiales. Ce cinquième (et malheureusement dernier à ce jour) album est l'aboutissement d'une évolution accélérée (ouais, j'aime bien Devin aussi) qui verra le groupe passer d'un registre agressif basé sur la vitesse d'exécution (proprement ahurissante pour l'époque) à un metal groovy ambiancé à forte teneur émotionnelle. Alors des cinq albums studio (six, si l'on ajoute l'excellente compilation sortie en 1995 sous le titre très sobre de "Coroner"), "Grin", par sa singularité, n'est peut être pas le skeud idéal pour faire connaissance avec le trio helvète (oui, je suis également fan de NASUM), "Mental Vortex" et "No More Color" étant plus immédiatement accrocheurs. Mais si la musique de CORONER me hante depuis des années, les meilleurs extraits de "Grin" eux, me pourchasseront jusqu'à la maison de retraite, où je compte bien tyranniser mes voisins de chambrée en passant en boucle l'énormissime "Internal Conflicts".

La frappe lourde de Marky Edelmann, la sècheresse des riffs de Thomas Vetterli et le registre vocal inclassable du frontman Ron Broder (ni thrash ni death, un peu dans la même veine que Vorph de SAMAEL. Suisse quoi !), on retrouve d'emblée ce qui fait la grandeur de CORONER. Combinée à des solos magiques et aériens dont seul Tommy T. Baron (nom de scène du gratteux) a le secret, voici grosso modo la recette du succès d'un titre d'une puissance incroyable, d'assez loin le plus proche du registre thrash des albums précédents. Plus viscéral encore, le monstreux "The Lethargic Age" avec sa basse tournoyante, son tempo martial et ses leads ô combien divines, d'un groove extatique à asseoir Austin Powers en personne. Bien que moins rapides que ce à quoi les suisses nous avaient habitués, ces deux titres correspondent à l'image que CORONER avait laissée sur "Mental Vortex", à savoir un groupe de thrash froid, mécanique, racé et lumineux, dont l'horlogerie interne semble le fruit d'une alchimie propre à ses principaux protagonistes. Puis, très tôt, on bascule dans l'imaginaire fécond d'un groupe affranchi de toutes entraves, porté par la grâce d'un "Serpent Moves" au déhanché énivrant, à la réverbération aveuglante et une fois encore porté par un solo d'anthologie, comme celui, orgasmique, de "Caveat (To The Coming)", pure invitation au voyage dans les contrées encore inexplorées d'un metal d'une rare puissance évocatrice.

Difficile d'extraire un passage en particulier de ce "Grin" au parfum unique, tant les morceaux de bravoure se succèdent. "Status : Still Thinking", et son mid tempo addictif, est un parfait condensé de ce qui vous attend sur l'album : un riff tétanisant répété à l'envi, un leitmotiv scandé par le chanteur (Why do I Hate You !) et un climax soloïsant en forme de figure imposée aux deux tiers du parcours, histoire d'achever les derniers réfractaires au spirithrash planant de 3 suisses définitivement incatalogables. Reste que les derniers moments passés en compagnie de CORONER, pas des meilleurs, laissent un arrière goût plus amer. Que ce soit la glaciale "Host" (aux relents electro), la languissante "Paralized, Mesmerized" ou encore le title-track "Grin", par trop répétitif, toutes donnent l'impression de passer d'un rêve éveillé aux effluves d'un songe d'une nuit d'hiver. Treize ans que CORONER est en sommeil. Le cauchemar continue.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

14 COMMENTAIRE(S)

alkemist citer
alkemist
28/04/2021 13:51
note: 9.5/10
en voilà un qui, au contraire de No more color, m'a semblé parfait et puis au final non, trop scientifique! il manque de cohérence pour moi, mais le côté je change de face toutes les dix minutes y fait beaucoup. Par contre No more color me reste dans la tête depuis 89, tant musicalement que visuellement (ah et ce travail de logo de Dr Good mmmh)
sucresalesucre citer
sucresalesucre
14/04/2012 19:56
note: 10/10
Il y a des albums "jetables", et il y a ceux qui restent gravés et qu'on écoute même 20 ans après ! Grin est pas facile d'accès, mais toutes ses richesses le rendent inestimable. c'est un classique.
zardabio citer
zardabio
09/01/2012 14:05
note: 10/10
Rien à redire. Un album parfait que je me suis envoyé à très haute dose lors de sa sortie. Puis presque 20 ans après ça n'a pas pris une ride.
BBB citer
BBB
14/11/2011 18:15
note: 9.5/10
Sans aucune hésitation mon album préféré de Coroner.
Le côté rythmique bien marqué, les subtilités au niveau des sonorités, les plans de guitares, etc. Un petit côté presque indus, si je puis me permettre. Un monstre!
Je les avais d'ailleurs vu lors de leur dernière tournée avant split (faute à un label pourri?...).
Je rêve de les revoir prochainement (Roadburn qui sait?).
hurgh citer
hurgh
13/11/2011 09:54
note: 8.5/10
Album acheté en 1995 que je n'ai pas trop aimé à la première écoute, j'ai même été franchement déçu. Puis, après plusieurs écoutes, je suis rentré à 100 % dans l'univers froid, voir "synthétique" (comme la kro l'explique très bien) de ce disque à part dans le monde du métal. Me souviens qu'à l'époque, les 2 gratteux du groupe de death au sein duquel je matraquais ma batterie se masturbaient la tête à essayer de reproduire le fabuleux solo de "internal Conflict"...
Tout de même un défaut que je relève concernant ce disque : la batterie manque de feeling, d'un poil de groov. Le style de Marky sur cette galette est vraiment trop mécanique (tout comme le son de son instrument). Certes, ça colle bien à l'ambiance de l'album, mais bon, c'est au final un détail qui me gêne un chouilla...
Christophe1974 citer
Christophe1974
27/02/2009 11:06
note: 9/10
Ce Grin est pour moi un album culte. CORONER va jusqu'au bout de ses idées pour nous livrer une mystique thrash marquante. L'originalité de cet album est une qualité première mais au-delà de tout aspect technique, cette musique est prenante et le plaisir indescriptible de l'écouter est d'une force rarement perçue chez moi.
SaTan Claus citer
SaTan Claus
13/12/2008 00:13
Ouais, effectivement assez énorme Internal Conflict.
Coroner est pour moi une des découvertes les plus marquante faite sur Thrashocore. Sans aucun doute.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
22/11/2008 11:17
note: 8.5/10
Múthjs_K a écrit : Vraiment un bon album. Belle chronique !
Grin est un disque unique d'un groupe déjà unique, et s'il est difficile à assimiler aux premières écoutes, on finit par par se laisser happer par les ambiances hypnotiques et les solos sublimes qui parsèment l'album.
15 ans plus tard je trouve que l'album n'a vraiment pas vieilli.
Cependant, je le trouve quand même (légèrement) en dessous de No More Color et Mental Vortex, qui restent les deux albums ultimes de Coroner pour moi.


Merci ! J'ai tendance moi aussi à préférer "Mental Vortex", plus puissant et martial mais pas "No More Color" car la prod de ce dernier a vraiment mal vieilli.
Múthjs_K citer
Múthjs_K
21/11/2008 19:17
Vraiment un bon album. Belle chronique !
Grin est un disque unique d'un groupe déjà unique, et s'il est difficile à assimiler aux premières écoutes, on finit par par se laisser happer par les ambiances hypnotiques et les solos sublimes qui parsèment l'album.
15 ans plus tard je trouve que l'album n'a vraiment pas vieilli.
Cependant, je le trouve quand même (légèrement) en dessous de No More Color et Mental Vortex, qui restent les deux albums ultimes de Coroner pour moi.
citer
(ancien membre)
11/07/2008 22:37
note: 9/10
No More Color, Mental Vortex et Grin sont pour moi les indispensables de ce groupe. Quelle richesse, quelle feeling incroyable, Coroner ne ressemble à aucun autre...
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
10/07/2008 16:33
note: 8.5/10
Je l'attendais celle là ! Je sens qu'on va bien se marrer le jour ou la chro de TSOP va débouler, record de com' en vue.

Sinon moi c'est tout l'inverse, je préfère nettement les deux derniers, bien plus originaux et attachants. J'aime bien le côté thrash des 1er aussi, mais c'est pas le même plaisir.
von_yaourt citer
von_yaourt
10/07/2008 14:39
J'aime bien qu'un type dise qu'il n'aime pas TSOP à cause "du côté technique" alors qu'il est fan de Coroner. Mr Green

Bon, ceci dit je suis fan de Death, mais de Coroner il n'y a que les premiers qui me bottent vraiment, après je trouve ça beaucoup plus quelconque, Grin en tête.
Silenced-Self citer
Silenced-Self
10/07/2008 12:50
note: 8.5/10
Le seul reproche que je fais à cet album concerne son indisponibilité à un prix raisonnable. (Personne ne veut le rééditer ???)
cglaume citer
cglaume
10/07/2008 11:05
note: 9/10
Merci de chroniquer du Coroner Thomas !
Nom de Dieu quel groupe !! Effectivement, cet album n'est pas le premier que les thrashers devront écouter au risque d'être grandement surpris voire rebutés (si si, des thrashers pas suffisament ouverts pour digérer cet album, ça s'est vu !). Mais putain quelle patte, quelle maitrise, quel feeling ! 9/10 parce que c'est un peu dur à avaler au premier abord, mais tellement inimitable, tellement intense, tellement ... culte !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Coroner
Techno thrash
1993 - Noise Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (23)  8.98/10
Webzines : (7)  9.22/10

plus d'infos sur
Coroner
Coroner
Techno thrash - 1983 - Suisse
  

tracklist
01.  Dream Path
02.  The Lethargic Age
03.  Internal Conflict
04.  Caveat (To The Coming)
05.  Serpent Moves
06.  Status : Still Thinking
07.  Theme For Silence
08.  Paralized, Mesmerized
09.  Grin (Nails Hurt)
10.  Host

Durée : 57:47

line up
voir aussi
Coroner
Coroner
No More Color

1989 - Noise Records
  
Coroner
Coroner
Coroner (Compil.)

1995 - Noise Records
  
Coroner
Coroner
Mental Vortex

1991 - Noise Records
  

Essayez aussi
Sadist
Sadist
Sadist

2007 - Beyond... Productions
  
Mekong Delta
Mekong Delta
Wanderer On The Edge Of Time

2010 - Aaarrg Records
  
Mekong Delta
Mekong Delta
Lurking Fear

2007 - AFM Records
  
Chryseis
Chryseis
Presence Of The Past

2007 - Autoproduction
  
Believer
Believer
Sanity Obscure

1990 - Roadrunner Records
  

Callenish Circle
[Pitch.Black.Effects]
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Les Blackholics ANONYMES
Lire le podcast
Nekromantheon
Visions Of Trismegistos
Lire la chronique
Spellforger
Upholders Of Evil (EP)
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Apprends le LATIN avec le Black Metal.
Lire le podcast
Bütcher
666 Goats Carry My Chariot
Lire la chronique
La Voûte #4 - Gormenghast
Lire le podcast
The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Invincible Force
Decomposed Sacramentum
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast