chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Crusadist - The Unholy Grail

Chronique

Crusadist The Unholy Grail
Depuis quelques temps REVOCATION a fait des émules aussi bien à l’étranger qu’au sein de son propre pays, mais là où David Davidson et ses acolytes ont parfois pêché par des excès techniques en tous genres ce nouveau venu de Chicago semble bien décidé à ne pas reproduire les mêmes erreurs. Car le quintet sur ce premier opus propose une musique plus frontale et directe, sans pour autant oublier de mettre de la variation et des cassures rythmiques à tire-larigot, chose qui était déjà perceptible sur sa Démo sortie en 2018 (et dont les trois morceaux présents ont été pour l’occasion réenregistrés), qui montrait de belles promesses ne demandant qu’à être validées au format supérieur. Bénéficiant pour l’occasion d’une pochette magnifique signée Par Olofsson CRUSADIST a sur le papier tout ce qu’il faut pour réussir cet examen de passage, ce qui est effectivement le cas même si tout n’est pas parfait, vu que quelques défauts de jeunesse vont ressortir de façon systématique ou presque.

On avait en effet remarqué sur ces trois compos originelles que le combo avait tendance à les rallonger inutilement, ce qui finissait par affaiblir un ensemble pourtant bien en place et cohérent. Car sur « The Noble Savage » et « Only The Fearless Ride », à l’instar des derniers EXODUS les plans et riffs s’étiraient à n’en plus finir, faisant ainsi décrocher l’auditeur en route alors que l’écriture et l’exécution étaient absolument impeccables, portées notamment par un groove imparable et une puissance implacable. C’est d’ailleurs le gros point fort de « A Moonlit Brigade » où l’alternance des vitesses est de mise, même si elles restent calées majoritairement sur les plus élevées afin de donner du volume à cette plage incandescente, particulièrement remuante et épique (qui dévoile meilleur du style des mecs), qui va exploiter cette sensibilité régulièrement sur les réalisations les plus récentes et actuelles, où le côté groovy intense déjà mis en avant précédemment va prendre encore plus de dimension. Preuve en est l’ouverture sous le nom de « For Blood And Conquest » donne déjà une idée de ce qui se prépare, et effectivement on ne va pas être déçu car toute la panoplie musicale est de sortie et va faire très mal. Boosté par une énergie débordante l’ensemble ne cesse de jouer les montagnes russes au niveau de l’intensité, vu que ça n’hésite pas à accélérer ou ralentir à foison, sans pour autant nuire à l’homogénéité foisonnante, et en y intégrant un soupçon de mélodie par des solos affûtés et nombreux. Ceux-ci sont d’ailleurs un autre vrai bon point tant ils apportent un vrai supplément d’âme au milieu de ces déferlantes, qu’elles soient menées tambour battant ou de façon plus massive, tout en étant inspirés par du bon vieux Heavy des familles.

Du coup ce sentiment de retour aux origines amène un vrai bénéfice au milieu de cette modernité affichée tout du long, via notamment la production équilibrée et chaude, à la basse bien présente dans le mix et qui renforce ainsi la sensation de force que l’on entend sans discontinuer jusqu’à l’ultime seconde. D’ailleurs il est difficile de résister à l’accroche immédiate de l’excellentissime « The Hammer At Dawn » plus sobre et condensé que ce qui a été proposé jusque-là, mais qui garde ses variations et son tempo majoritairement élevé (les ralentissements s’y font plus rares), à l’instar du redoutable « Beyond The Count Of Grief ». Là-encore tout va être mis à l’honneur de façon directe et sans chichis, et surtout en ne s’éternisant pas sur la durée, ce qui renforce l’impression de violence omniprésente qui laisse la part belle aux blasts et tabassage intensif, pour une des plus belles réussites de ce long-format. Toutes ces bonnes choses font donc oublier le léger passage à vide proposé par la doublette « The Unholy Grave »/« Tempered In Black Flame », où l’inspiration est légèrement mise à l’index provoquant donc la sensation justifiée de tourner en rond, point de vue renforcé par une durée excessive qui n’a franchement pas lieu d’être.

Néanmoins malgré ces petits bémols et une construction globale assez similaire d’une compo à l’autre il serait dommage de ne pas laisser sa chance à cette galette qui démontre plus de bonnes choses que l’inverse. Si ses géniteurs ont tendance parfois à en faire des caisses au niveau technicité comme du temps imparti (47 minutes c’est beaucoup trop !), on ne peut nier en revanche leur maîtrise instrumentale ainsi que le chant plus que convaincant de Shaun Albro au coffre conséquent. Techniquement irréprochable et donnant fréquemment l’envie d’en découdre et de headbanguer comme un dératé (avec un côté épique régulièrement mis en lumière) cette livraison à de vrais atouts à découvrir, tant ce qu’elle dégage en force de frappe ne peut que donner la pêche même auprès des plus réfractaires. Autant dire qu’avec ces débuts remarqués les Américains tapent fort et se placent déjà comme des outsiders sérieux et crédibles venus d’outre-Atlantique avec leur Death/Thrash Moderne et Technique qui ne laissera personne indifférent, même s’il faudra corriger les quelques faiblesses entrevues dans le futur et privilégier une plus grande sobriété afin de conserver un intérêt certain… mais ça l’avenir le dira.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Crusadist
Death/Thrash Technique Moderne
2019 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Crusadist
Crusadist
Death/Thrash Technique Moderne - 2017 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   For Blood And Conquest
02.   The Unholy Grail
03.   Tempered In Black Flame
04.   A Moonlit Brigade
05.   The Hammer At Dawn
06.   Triumph Through Torture
07.   Beyond The Count Of Grief
08.   The Noble Savage
09.   Only The Fearless Ride

Durée : 47 minutes

line up
parution
29 Novembre 2019

Essayez aussi
Codeon
Codeon
Source

2008 - Drakkar Entertainment
  
Expulsion
Expulsion
Wasteworld

2009 - Deepsend Records
  
Non-Human-Level
Non-Human-Level
Non-Human-Level

2005 - Listenable Records
  
She Said Destroy
She Said Destroy
Time Like Vines

2006 - Nocturnal Art Productions
  
Darkane
Darkane
Insanity

2001 - Nuclear Blast Records
  

Raise Hell
City Of The Damned
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Night In Gales
Dawnlight Garden
Lire la chronique
Obszön Geschöpf
Lire le biographie
Amorphia
Merciless Strike
Lire la chronique
Scène Franc-Comtoise
Lire le dossier
Dawnbreath
Creatures Of The Damned
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
French Black Metal : La collec' plus lourde que ton père !!!
Lire le podcast
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique