chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
102 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Zubrowska - Zubrowska Are Dead

Chronique

Zubrowska Zubrowska Are Dead
Alors que nous avons déjà plus d'un pied en 2011, je vous propose aujourd'hui de faire un petit pas en arrière et de retourner en 2010 afin d'évoquer en ces pages l'un des albums qui m'aura personnellement le plus marqué en cette année qui célébrait, non sans beaucoup d'émotion, mon passage chez les trentenaires. « Zubroswka Are Dead », troisième effort de mes toulousains préférés, a pourtant bien failli ne jamais voir le jour. Problèmes de line-up, galère de label (cf interview)... Zubrowska, un genou à terre, a bien failli tomber, mais a su s'en sortir de la plus belle des façons. Le groupe s'est totalement sublimé, renaissant de ses cendres tel l'oiseau légendaire afin de repartir plus motivé encore. « Zubrowska Are Dead » c'est ça: un testament au recto et un faire-part de (re)naissance au verso.

Pour entamer ce panégyrique totalement assumé, commençons par ce qui saute aux oreilles dès la première écoute: le son! Malgré leurs galères, les zubro ont quand même réussi à s'offrir un petit plaisir en allant enregistrer au Fascination Street Studio en Suède avec Jens Bogren (Amon Amarth, Paradise Lost, Soilwork), et comme ils ont bien fait! « Zubrowska Are Dead » bénéficie en effet d'un son chaud et organique qui colle totalement aux compos avec notamment un son de batterie absolument divin, naturel et à mille années-lumière des prods modernes sans âme. Ce premier atout est à l'image de l'album: franc du collier, sincère et sans fioriture.

Si la musique de Zubrowska n'a cessé d'évoluer au fil des albums, leur patte est immédiatement reconnaissable: ce mélange de grind, d'un soupçon de death, d'influences hardcore, mathcore voire carrément rock, le tout exécuté avec une fougue et une envie remarquablement communicatives. Et si les éléments hardcore ou rock (voire même post-machin) semblent plus présents encore que par le passé (certains passages ne seront pas sans évoquer Every Time I Die ou dEFDUMp, tant au niveau de la musique que des voix), « Zubrowska Are Dead » n'oublie pas pour autant d'envoyer la sauce quand c'est nécessaire (il y a toujours du blast ne vous inquiétez pas!). Après une petite mélopée vocale en guise d'intro, la folie éclate avec un « Wake Me Up When I'm Dead » tonitruant et compilant tout ce que le groupe sait faire de mieux, alternant accalmies passagères et déferlement de violence hystérique. L'enchaînement avec « Satan Is Love » est si naturel que l'on y voit que du feu, et on touche là l'un des autres gros points forts de cet opus: une homogénéité parfaite. « Zubrowska Are Dead » se consomme d'une traite, comme on regarde un bon film, tous les titres se suivant sans aucune solution de continuité, quelques petits interludes mélodiques venant servir de liant à cette oeuvre (« A Journey Begins », « Solitude »). On aurait presque l'impression d'écouter une seule piste dantesque de 42 minutes. « From Beginning... » « ...To End ».

Cette folie qui se dégage de la musique du quintette doit évidemment énormément au duo vocal de Julien ''Nutz'' Deyres (nouveau chanteur de Gorod, pour ceux qui auraient raté un épisode) et Claude Abi Rached qui n'ont de cesse de s'époumonner comme deux beaux diables et dans deux registres sensiblement différents et complémentaires, éraillé pour le premier, guttural pour le second. Toutefois si agressivité et déchaînement sont au rendez-vous, Zubrowska laisse également parler sa fibre plus sensible grâce à quelques mélodies qui parsèment cet opus encore plus que les précédents. Ici encore on nage en pleine dualité, le meilleur exemple étant la géniale « The Memorial Part II First Death Experience » dont les mélodies écorchées vous étalent les tripes sur la table (à partir de 14'') avant de vous laisser un sourire béat et une larme à l'oeil (à 1'06).

Zubroswka avait donc un pied dans le cercueil, il danse aujourd'hui sur ses cendres fumantes. Fidèles à leur style si particulier aux guitares hystériques (ce joyeux bordel à 2'34 sur « Drop The Shell And Climb The Mountain ») , aux riffs hypnotiques, aux accents hardcore (« Drop The Shell And Climb The Mountain » encore à 1'44), aux cassures rythmiques permanentes, les toulousains ont fait de « Zubrowska Are Dead » le meilleur pied de nez aux difficultés qui semblaient s'obstiner à vouloir les enterrer. Doté qui plus est d'une production quasi parfaite et sur mesure, où tous les instruments prennent leur place admirablement (miam cette basse!), cette galette à l'artwork soigné (signé Maël De Narval) trônera crânement aux côtés de « One On Six » et « Family Vault ». Zubrowska est bel et bien vivant et il le montre de la plus belle des manières: en réalisant ni plus ni moins que leur meilleur album à ce jour et certainement l'une des plus belles sorties de 2010. Vive Zubrowska!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Zubrowska
Grind/Death/Math/Rock
2010 - Bollocks Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (4)  8.75/10
Webzines : (10)  7.5/10

plus d'infos sur
Zubrowska
Zubrowska
Grind/Death/Math/Rock - 2001 † 2013 - France
  

tracklist
01.   From Beginning...
02.   Wake Me Up When I'm Dead
03.   Satan Is Love
04.   A Journey Begins
05.   Drop The Shell And Climb The Mountain
06.   Sleeping Rug
07.   The Memorial Part I: Obisidian Age
08.   The Memorial Part II: First Death Experience
09.   Six Billion White Stains
10.   I Believe In Ghosts
11.   Leila
12.   Solitude
13.   Women Are Dead
14.   ...To End

Durée : 42'48

line up
parution
6 Novembre 2010

voir aussi
Zubrowska
Zubrowska
One On Six

2004 - Xtreem Music
  
7th Nemesis / Klone / Zubrowska
7th Nemesis / Klone / Zubrowska
Reader's Choice (Split-CD)

2009 - VS Webzine Records
  
Zubrowska
Zubrowska
The Canister (EP)

2012 - Bollocks Records
  

Essayez aussi
Harlots
Harlots
Betrayer

2008 - Lifeforce Records
  
Inevitable End
Inevitable End
The Oculus

2011 - Relapse Records
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique