chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Despise You / Agoraphobic Nosebleed - And On And On ...

Chronique

Despise You / Agoraphobic Nosebleed And On And On ... (Split-CD)
Envie de varier les plaisirs au sein d'une même galette tout en assurant ses arrières ? Faites comme au resto et commandez une pizza mi-arménienne mi norvégienne pour assurer le quota de grindcore viandard symbolisé par les toujours consistants AGORAPHOBIC NOSEBLEED. Et pour la prise de risque culinaire, les obscurs DESPISE YOU (essayez un peu de pêcher des infos sur leur compte, prise de tête garantie !) feront bien l'affaire avec leurs 19 titres de grind/hardcore punkisant à la sauce powerviolence.

Despise you.

Les californiens (Inglewood), formés en 1995 et on n'en saura guère plus pour l'appellation d'origine font donc dans l'incontrôlable avec un grind hybride mixant pèle mêle éléments doomy (« Cedar Ave. »), rythmiques punk à l'ancienne pour mieux savater into the pit et furia grindcore unisexe façon cabinet Cage & Fish dans Ally McBeal : au menu donc, pléthore de gueulantes féminines aussi tétanisantes que des cris d'élèves de sixième coursés pour leur téléphone portable, composante rigolarde façon BLOOD DUSTER du pauvre (« Fear's Song ») à peine réhaussée par du chant un poil plus velu mais trop hardcore pour virer du côté death de la force. Les amateurs de core seront sans doute aux anges mais les gorets nourris au porn grind façon JIG-AI trouveront ça bien léger.

Agoraphobic Nosebleed.

Reste heureusement un plat de résistance riche en BPM qui fait regretter illico la répartition de titres à l'avantage de DESPISE YOU (19 contre 6 !) tant l'agressivité dont font preuve Scott Hull (PIG DESTROYER, ANAL CUNT) et ses sbires fait plaisir à entendre, dans la lignée d'un « Agorapocalypse » qui défouraillait tout de même sévère : hurlements du sexe dit faible à faire rougir de honte un cochon sauvage, fulgurances lead qui confèrent à l'ensemble un côté thrash on ne peut plus incisif et approche frontale (l'enchainement « Miscommunication »/« Los Infernos »/« Ungrateful » émarge à 1 :02 !) à grand renfort de blasts et de double pédale, un massacre alimentaire en règle qui trouve son apogée sur une « Burlap Sack » doomisante faisant amèrement regretter l'abus de sauce barbecue.

Bien qu'auréolé d'une faim heureuse, ce split pas désagréable mais trop déséquilibré ne squattera pas longtemps la carte de votre enseigne grindcore. La faute à un DESPISE YOU trop chiche en blastouille et aux trois pauvres bouchées d'un AGORAPHOBIC NOSEBLEED qu'on attendra plutôt sur album, dans l'espoir de se remplir à nouveau la panse façon « Altered States Of America » !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
16/05/2011 17:28
Half Dead est limite énorme ; le reste ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Despise You / Agoraphobic Nosebleed
Grindcore
2011 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.5/10

plus d'infos sur
Agoraphobic Nosebleed
Agoraphobic Nosebleed
Cyber grind/thrash - Etats-Unis
  
Despise You
Despise You
Grindcore - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
Despise You :

01.  Bereft
02.  Repeat Until you Fail
03.  Roll Call
04.  3/26/2000
05.  Three Day Hold
06.  Yes Officer/No Officer
07.  Fear's Song
08.  Two or Ten Faces
09.  Shit Goes in, Shit Comes out
10.  You Can't Fix Me, Don't Trip
11.  Painted Gray
12.  All the Regimes You Hold Most Dear
13.  Destinial
14.  Bankrupt Social Code
15.  Seven Funerals
16.  They All Died Is What Happened
17.   ...And Expirations
18.  Cedar Ave. (Was the Best Place to Watch People Ascend to Heaven)

Agoraphobic Nosebleed :

19.  Half Dead
20.  As Bad as It Is...
21.  Miscommunication
22.  Los Infernos
23.  Ungrateful
24.  Possession
25.  Burlap Sack

parution
9 Mai 2011

voir aussi
Agoraphobic Nosebleed
Agoraphobic Nosebleed
A Joyful Noise (EP)

2011 - Relapse Records
  
Agoraphobic Nosebleed
Agoraphobic Nosebleed
Agorapocalypse

2009 - Relapse Records
  
Agoraphobic Nosebleed
Agoraphobic Nosebleed
Arc (EP)

2016 - Relapse Records
  

Essayez plutôt
Brutal Truth
Brutal Truth
Need To Control

1994 - Earache Records
  
Noisear
Noisear
Subvert The Dominant Paradigm

2011 - Relapse Records
  
Meth Leppard
Meth Leppard
Woke

2020 - Wise Grinds Records / Bloody Scythe Records
  
Terrorizer
Terrorizer
World Downfall

1989 - Earache Records
  
Nasum
Nasum
Helvete

2003 - Relapse Records
  

Pestilence
Testimony Of The Ancients
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique
Bilan 2020
Lire le bilan
BM : Les polémiques à deux balles (et un peu plus)
Lire le podcast
Darkness
Over And Out (EP)
Lire la chronique
Zombiefication
At The Caves Of Eternal
Lire la chronique
Messiah
Fracmont
Lire la chronique
Loudblast
Manifesto
Lire la chronique
Harlott
Detritus Of The Final Age
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Töxik Death
Sepulchral Demons
Lire la chronique
Deathstorm
For Dread Shall Reign
Lire la chronique
S.D.I.
80s Metal Band
Lire la chronique
Mors Principium Est
Seven
Lire la chronique
French Black Metal : Nouveaux groupes ! Pas que de la MERDE !
Lire le podcast
Paradox
Product Of Imagination
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
Demolizer
Thrashmageddon
Lire la chronique
Heathen
Empire Of The Blind
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique