chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Trench Hell - Southern Cross Ripper

Chronique

Trench Hell Southern Cross Ripper (EP)
Il est de bon ton, de nos jours, d'agrémenter son perfecto à patchs de blackeux avec des baskets blanches montantes des années 80. J’ai aujourd’hui l'irrépressible envie de rendre hommage à cette tendance de bon goût en chroniquant l'unique EP de Trench Hell, Southern Cross Ripper, un bijou de pantalons moulants en cuir, et de torses nus luisants.

Évoluant dans un univers mêlant des compositions Thrash à un son Black, on peut les rapprocher de leurs confrères australiens populaires de Destroyer 666 - en moins propre - ou des authentiques Hellhammer - en plus Rock'n Roll. Malgré la présence de Hexx, ex-Toxic Holocaust, on ne peut pas dire que la formation ait une renommée incroyable : Formé en 2004, le groupe n'a sorti qu'une démo, un EP, et un split en 5 ans, et depuis, plus rien. Pour autant, ce serait une bêtise de les bouder. Car ce que j'ai essayé de vous dire au travers de ce déballage de faits pompeux, c'est que, même si les Trench Hell bataillent dans l'ombre à coups de démo de 10 minutes, ils le font bien.

Même si, à l'image du titre éponyme « South Cross Ripper», la composition de l'album est d'inspiration Thrash, l'enregistrement de l'ensemble des titres est quant à lui estampillé "Black bien crade" : très saturé, trop grésillant, il nous promet une douce infusion de Doliprane à la fin de l'écoute. Notre appareil auditif se retrouve maltraité du début à la fin par l’omniprésence des cymbales qui rendent fou. Le volume des voix, des guitares et de la batterie est ramené à un même niveau sonore, donnant l’impression d’être confronté à un album live mal mixé, sans profondeur ni relief. Le titre « Last Rites » est particulièrement désagréable à écouter. Alors, certes, je veux bien que ce soit « un style », mais respectons un peu la musique, les enfants.

L’ambiance de Southern Cross Ripper n’en demeure pas moins intéressante, par son côté sombre et glauque, à l’instar de l’univers des australiens, élégamment portés sur les meurtres qui tâchent, les rituels sanglants, et les massacres en tous genres. Moult bruitages participent à nous faire nous sentir souillés au plus profond de notre âme. Ce qui est franchement une chose très agréable ! L’introduction de « Night Stalker », par exemple, semble nous catapulter tout bonnement dans les sous-sols peuplés de créatures blanches visqueuses des romans de Lovecraft. Quant à celle de « Armoured Fist », ce pourrait être la BO d’un vieux et mauvais film d’horreur.

Ce qu’on peut, au final reprocher au groupe, en plus d’un mixage médiocre, c’est le sentiment désagréable que chaque morceau est construit sur le même modèle. L’abus du « ctrl+C » « ctrl+V » est parfois tellement flagrant, qu’on se demande s’ils ne nous prennent pas pour des cons. Parfait exemple de la supercherie : les introductions de « Southern Cross Ripper » et de « Morbid Crimes ». D’autant que tout amateur de musique extrême est en droit de s’attendre à un peu de variété dans un EP de 6 titres.

Pourquoi faire l’effort d’aller l’écouter, alors, me direz-vous ? Tout bonnement parce qu’il est sans prétention et efficace. La composition des morceaux catchy en fait un album abordable dès la première écoute. Kellhammer, malgré la saturation de son chant, laisse saisir un agréable grain de voix, la guitare est finalement assez carrée dans son exécution, et si on a un gramme d’alcool de trop dans le sang, on se laissera aisément aller à remuer du bassin en rythme.

C’est pourquoi, si on chérit le Black, si on adore le Thrash, on appréciera forcément cet EP car il a tous les ingrédients de base pour ne pas se ramasser en beauté. Pour autant, il ne révolutionnera pas l’histoire du Black/Thrash, style déjà bien (trop ?) ancré dans ses classiques.

Et maintenant, cachez ce slim que je ne saurais voir, Monsieur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Trench Hell
notes
Chroniqueur : 2.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  3.57/5

plus d'infos sur
Trench Hell
Trench Hell
Black/Thrash - 2004 - Australie
  

tracklist
01.   Intro / Night Stalker
02.   Southern Cross Ripper
03.   Armoured Fist
04.   Morbid Crimes
05.   Last Rites
06.   Infernal Screaming

Durée : 22:04

line up
parution
13 Décembre 2008

Essayez plutôt
Skeleton Wolf
Skeleton Wolf
Skeleton Wolf

2016 - Autoproduction
  
Sacramentum
Sacramentum
Thy Black Destiny

1999 - Century Media Records
  
Frosthelm
Frosthelm
The Northwinds Rend Flesh (EP)

2012 - Autoproduction
  
Merciless
Merciless
The Awakening

1990 - Osmose Productions
  
Svart Crown
Svart Crown
Ages Of Decay

2008 - Rupture Music
  

Horrorscope
The Crushing Design
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Survive
Lire la chronique
Exmortus
The Sound Of Steel
Lire la chronique
Le NSBM... un thème arisk !
Lire le podcast
Nuclear Assault
The Plague (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Gravehill
The Unchaste, The Profane &...
Lire la chronique
French Black Metal : La communauté
Lire le podcast
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique