chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
185 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hellish - Poison

Chronique

Hellish Poison (EP)
Poison fait partie de ces très rares sorties que j'ai dû acheter au format numérique, faute de mieux. Je n'achète que des CD et cet EP n'existant qu'au format vinyle sur Unspeakable Axe Records et en cassette chez Street Metal Blasphemy, tous les deux parus en novembre 2019, j'ai dû me rabattre sur de vulgaires MP3 via Bandcamp. Pour trois malheureux titres dont une reprise et une pochette aussi bof, j'aurais certes pu faire l'impasse. Mais Hellish étant un groupe talentueux, qui plus est chilien, que je suis depuis quelques temps, il me fallait absolument ce Poison.

Trois dollars on ne peut mieux investis. Rien de nouveau sous le soleil de Peñaflor néanmoins le quatuor confirme encore un peu plus qu'il fait partie du haut du panier en matière de (blackened) thrash old-school aux côtés de nombreux combos excellents que le Chili a à nous offrir tels Ripper, Parkcrest, Mayhemic, Venus Torment, Thirsty Demon, Critical Defiance, etc. On retrouve d'ailleurs chez Hellish des membres en commun puisque le guitariste Javier Salgado joue aussi dans Mayhemic, Parkcrest et en tant que musicien live pour Venus Torment et anciennement Critical Defiance et que le batteur Cristian León est membre de Mayhemic et Thirsty Demon, a fait partie de Ripper et est monté sur scène avec Venus Torment. Une grande et belle famille consanguine comme on les aime !

Un manque de brassage génétique qui a l'effet inverse de celui du nord de la France tant les trois morceaux proposés sur Poison se montrent convaincants. Hellish pratique toujours son thrash metal à l'ancienne rugueux et énergique  mâtiné d'influences black metal, porté par un chant écorché plein de delay à la rage typiquement sudaméricaine, sur une production crue et épurée qui rend le tout aggressif et authentique tout en laissant entendre chacun des instruments. Oui, même la basse qui ronronne juste derrière les guitares. Des guitares qui font plaisir aussi bien au niveau des riffs, très classiques mais affûtés et efficaces en diable, que sur les quelques solos bien menés. On l'avait déjà noté, Hellish possède un bon sens de la mélodie. Le premier titre, "Black Tower", propose d'ailleurs une belle progression en accentuant cet aspect au fur et à mesure. Le suivant, "Poison", n'en est pas non plus dénué, avec notamment un bon tremolo vers 1'20, mais se différencie plutôt du précédent fort pressé (2'13 !) par une variété rythmique un peu plus importante (quelques mid-tempos) étalée sur une durée plus longue, du moins plus académique (3'25). Cela dit, c'est surtout du tchouka-tchouka que nous balance la formation qui passe la plupart de ces même pas dix minutes la tête dans le guidon. Ça fonce et ça défonce ! Même si Hellish n'est clairement pas le groupe chilien de thrash le plus bourrin.

En guise de cerise sur le gâteau, les Sud-Américains nous gratifient d'une reprise de "Apocalyptic Revolution" de Protector. Le groupe nous avait déjà fait le coup avec Assassin, Sodom, Iron Angel et Warrant (eh oui, comme certaines jeunes Thaïlandaises, ils aiment les vieux Allemands !). On aurait peut-être préféré une composition originale, néanmoins le choix du groupe n'est pas commun. Ça change de Slayer ! Cette cover s'avère en plus fort bien exécutée. On sent que le riffing sonne un peu différent de ce que fait d'habitude Hellish, plus thrash/death, que certains rythmes vont plus vite (un peu de blastouille), mais les gars arrivent à se l'approprier en lui donnant une saveur plus blackisante. Du coup la reprise se fond sans problème dans le décor. De quoi faire de Poison une sortie indispensable ? Non, le format ultra court (8'46) le réserve à des maniacs comme moi obsédés par tout ce qui sort du Chili. L'EP, qui nous montre le visage le plus direct de ses auteurs, prouve juste une nouvelle fois que quand il s'agit de thrash metal vieillot, Hellish sait grandement y faire. Il peut aussi servir de porte d'entrée rapide à ceux qui ne connaîtraient pas encore le quatuor et qui pourraient s'en faire de nouveaux amis s'ils aiment Deathhammer et Hexecutor. Poison s'avère également la dernière collaboration avec le chanteur-bassiste d'origine Claudio Miranda alias Necromancer, parti cette année et remplacé par Cristopher Aravena de Necromantic Forces. Surtout, il permet de faire patienter un peu en attendant un enregistrement plus conséquent, pourquoi pas un éventuel troisième album, The Spectre of Lonely Souls datant déjà de 2018. Depuis la sortie de Poison, toujours pas de long-format toutefois. Juste un split avec son demi-jumeau Mayhemic paru fin d'année dernière en cassette chez Sick Rites puis en mai dernier en CD sur Hell Productions. Celui-ci comportant les trois pistes de Poison, je vais enfin pouvoir les avoir sur support physique, youhou ! Bah quoi, en ces temps troublés, oui, je me fais une joie d'un rien !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hellish
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hellish
Hellish
Thrash Metal - 2010 - Chili
  

tracklist
01.   Black Tower  (02:13)
02.   Poison  (03:25)
03.   Apocalyptic Revolution (Protector cover)  (03:08)

Durée : 08:46

line up
parution
29 Novembre 2019

voir aussi
Hellish
Hellish
Grimoire

2017 - Unspeakable Axe Records
  
Hellish
Hellish
The Spectre Of Lonely Souls

2018 - Unspeakable Axe Records
  

Essayez aussi
Annihilator
Annihilator
For The Demented

2017 - Neverland Music/Silver Lining Music
  
Destruction
Destruction
Infernal Overkill

1985 - Steamhammer Records (SPV)
  
Atrophy
Atrophy
Socialized Hate

1988 - Roadracer Records
  
Exumer
Exumer
Hostile Defiance

2019 - Metal Blade Records
  
Scornforger
Scornforger
Neighbours Are Livin' Dead

2011 - Autoproduction
  

Darkest Hour
Hidden Hands Of A Sadist Na...
Lire la chronique
Frightful
Spectral Creator
Lire la chronique
Aborted
Retrogore
Lire la chronique
Mortal Vision
Mind Manipulation
Lire la chronique
No Return
Fearless Walk To Rise
Lire la chronique
BLACK METAL : Les 100 groupes les plus influents des origines à nos jours !?
Lire le podcast
Destinity
In Continuum
Lire la chronique
Demolizer
Upgrade (EP)
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Criminal
Sacrificio
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Witching Hour
...and Silent Grief Shadows...
Lire la chronique
Metal Méan Festival 2021
Bütcher + Bölzer + Doodswen...
Lire le live report
La Voûte #8 - Monothéiste
Lire le podcast
Hellish
Poison (EP)
Lire la chronique
Best of BLACK METAL 1998 !
Lire le podcast
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Ekulu
Unscrew My Head
Lire la chronique
At The Gates
The Nightmare of Being
Lire la chronique
Sakrifiss, Une vision du black metal
Lire le présentation
Dead Heat
World At War
Lire la chronique