chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
134 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tankard - Chemical Invasion

Chronique

Tankard Chemical Invasion
1988 : rejetant l'avenir funeste qui nous tend les bras, entre industrialisation sauvage et réchauffement climatique, cinq musiciens de Frankfurt deviennent les porte-drapeaux de la cause écologique à travers l'Allemagne, et bientôt, le monde. Soutenus financièrement par Daniel Cohn-Bendit himself, les petits jeunes rentrent en studio pour enregistrer un deuxième album très green peace & love, le pamphlétaire "Chemical Invasion". Le message se veut responsable et en appelle à la conscience collective : sus aux dérives de la civilisation moderne, halte à la prolifération du nucléaire et à la déforestation de la forêt amazonienne. Bref, pour que les générations futures puissent encore casquer 35 euros la demi journée de ski, un seul mot d'ordre : Stop the Chemical !!!

Ce postulat aussi crédible que l'élection de Voynet à la Présidence de la République fait long feu, le temps d'une intro aussi subtile qu'efficace ; une bière décapsulée et un rot plus tard, le programme politique de TANKARD devient limpide : non à l'invasion des bières d'origine étrangère !!
Vous me direz, c'est bien joli comme slogan mais ça ne fait pas un programme. En bons gestionnaires du parti des thrasheurs, les allemands ont donc rajouté une mesure pour sauver la jeunesse en perdition ("Total Addiction", qui propose de substituer riffs et moshing à la fumette), un soutien appuyé à la cause féministe ("Farewell to a Slut", je détaille ?) et au ministère de la culture ("For a Thousand Beers", en hommage au grand Sergio), sans oublier une campagne de sensibilisation aux bienfaits de l'alcoolémie ("Tantrum", "Alcohol").

Aussi attractives que soient ces propositions, tout ceci serait bien vain sans un show à l'allemande, susceptible de convaincre les indécis qui hésitent encore entre SODOM et KREATOR. Les deux poids lourds du genre jouant sur les mêmes plates bandes, TANKARD décide d'accélérer le tempo jusqu'à ce que mort s'en suive, braconnant pour le coup sur les terres de KREATOR. Beaucoup plus rapide que "Zombie Attack", "Chemical Invasion" rivalise d'agressivité avec l'illustre "Pleasure to Kill" à travers neuf titres de fast thrash totalement irrésistibles. Le niveau de jeu s'est sensiblement élevé, que ce soit au niveau rythmique ou sur le plan des leads, et Gerre se révèle un orateur de premier ordre en poussant des gueulantes à vous retourner aussi sec une opinion publique. Particularisme politique de taille, le groupe n'hésite pas à inclure dans ses propositions une bonne dose de fun pour se différencier des suiveurs. Et si la prod de Harris Johns accroche un peu le palais, c'est bien dans les vieux pots qu'on fait les meilleures recettes électorales : textes hilarants, compos hystériques et surenchère dans l'excès à tous les niveaux pour un projet jugé crédible par les plus grands métallurgistes. Poussé par une marée grandissante de sympathisants, TANKARD peut désormais croire à l'impossible ; les indétrônables SLAYER, si loin dans les sondages, seraient ils à portée de voix ?

TANKARD FOR PRESIDENT

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
11/04/2007 20:47
note: 8/10
cglaume a écrit : Thomas Johansson a écrit : Pas fan de Two-Faced par contre, vraiment mou du genou.

J'ai honte mais j'aime beaucoup le "slow" "Days Of The Gun" :

Call for your wife, call for your mother
In the end the days of the gun will change your life

Sourire


Pas mal ce morceau ouais, le reste étant vraiment du réchauffé de Stone Cold Sober en beaucoup moins bon, ce "slow" a le mérite d'être surprenant. Enfin bon, ils ont eu du mal dans les années 90 nos amis biéreux je trouve !
cglaume citer
cglaume
11/04/2007 19:26
Thomas Johansson a écrit : Pas fan de Two-Faced par contre, vraiment mou du genou.

J'ai honte mais j'aime beaucoup le "slow" "Days Of The Gun" :

Call for your wife, call for your mother
In the end the days of the gun will change your life

Sourire
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
11/04/2007 17:34
note: 8/10
The Meaning of Life et Beast of Bourbon font partie des meilleurs albums du groupe, Stone Cold Sober est le plus technique du lot. Pas fan de Two-Faced par contre, vraiment mou du genou. Bon sinon t'as quand même 4 albums des biéreux, ça va, t'échapperas au pilori !
cglaume citer
cglaume
11/04/2007 17:25
Thomas Johansson a écrit : cglaume a écrit : Je l'ai pas celui-là: grosse lacune dans ma CDthèque ! Sourire

Tu seras pardonné si tu possèdes "The Morning After", l'album ultime de TANKARD.


Groumpf ... je n'ai que:
* Beast of bourbon
* Stone cold sober (4e CD que j'ai jamais eu ! Snif, c'était en 2nde ...)
* The meaning of life
* Two-faced
Ca va être la fessée là ... Sourire
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
11/04/2007 15:13
note: 8/10
cglaume a écrit : Je l'ai pas celui-là: grosse lacune dans ma CDthèque ! Sourire

Tu seras pardonné si tu possèdes "The Morning After", l'album ultime de TANKARD.
cglaume citer
cglaume
11/04/2007 11:08
Je l'ai pas celui-là: grosse lacune dans ma CDthèque ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tankard
Thrash metal
1987 - Noise Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (9)  7.79/10

plus d'infos sur
Tankard
Tankard
Thrash - 1983 - Allemagne
  

tracklist
01.  Intro
02.  Total Addiction
03.  Tantrum
04.  Don't Panic
05.  Puke
06.  For a Thousand Beers
07.  Chemical Invasion
08.  Farewell to a Slut
09.  Traitor
10.  Alcohol

Durée : 39:28

line up
voir aussi
Tankard
Tankard
Fat, Ugly And Live (Live)

1991 - Noise Records
  
Tankard
Tankard
Kings Of Beer

2000 - Century Media Records
  
Tankard
Tankard
B-Day

2002 - AFM Records
  
Tankard
Tankard
The Morning After

1988 - Noise Records
  
Tankard
Tankard
Alien (EP)

1989 - Noise Records
  

Essayez aussi
Dekapitator
Dekapitator
We Will Destroy...You Will Obey!!! (Rééd.)

2011 - Relapse Records
  
Rumpelstiltskin Grinder
Rumpelstiltskin Grinder
Living for Death, Destroying the Rest

2009 - Relapse Records
  
Destruction
Destruction
Infernal Overkill

1985 - Steamhammer Records (SPV)
  
Warbringer
Warbringer
Woe to the Vanquished

2017 - Napalm Records
  
Testament
Testament
The Formation Of Damnation

2008 - Nuclear Blast Records
  

She Said Destroy
This City Speaks in Tongues
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Les belles gueules du Black Metal
Lire le podcast
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast
BLACK METAL 1990-1994 : Le top 10 / Le pas-top 3
Lire le podcast
Affront
World in Collapse
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Spécial 20 ans de Thrashocore : Interview de Chris le fondateur !
Lire le dossier
Misery Index
Rituals of Power
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique
Jt Ripper
Gathering Of The Insane
Lire la chronique