chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
83 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tankard - Fat, Ugly And Live

Chronique

Tankard Fat, Ugly And Live (Live)
En ce beau mois de juin où j'ai déjà vidé trois tubes d'aspirine suite à l'abus de vuvuzelas perceptibles jusque dans les retransmissions radio – et c'est là qu'on voit les limites de la technique dite d'esquive Balbirienne ou Sauzéenne, qui consiste à regarder Orange Sport avec le son de RMC pour éviter de proférer trop d'insultes 1h30 durant – et où je compte les jours avant d'avoir enfin l'opportunité de caillasser Joey Belladonna en Suisse, voilà t-y pas qu'entre d'eux purges mondialesques de rang type Slovénie – Algérie ou France – Uruguay, j'ai trois quarts d'heure à perdre pour vous vanter les mérites d'un oublié de la nation thrash qui n'intéressera que les endurcis de la feuille allergiques au foot et trop anéantis par la profonde nullité du dernier NEVERMORE pour se rendre à Clisson, terre de vin blanc et d'enculage de Christine Bou(que)tin par les apôtres de la goat sodomie. Et comme en ce beau mois de juin personne ne lit ni ne commente mes chros, le « Fat, Ugly And Live » de TANKARD a le profil idoine pour occuper l'espace le temps d'une pause ravitaillement dans le garage de Bernard, oui, votre pote bedonnant qui n'a toujours pas compris la différence de classe entre une Grimbergen et un vilain pack de 33 Export.

TANKARD donc, qui a récemment réédité un de ses concerts cultes en DVD avec le son line-up classique (« Open All Night Reloaded ») mais qui présentait jusqu'alors un CV fort d'un premier DVD (« Fat, Ugly And Still (A)live ») chroniqué par notre boss chéri adoré – surtout lorsqu'il finance l'alcoolisme latent de ses hommes de main – et ce « Fat, Ugly And Live » donc, millésime 90 pour une setlist limitée aux quatre premiers albums du groupe et à l'EP « Alien », intercalé entre les deux meilleures productions des soiffards de Frankfurt. Pas grand-chose à redire sur le choix des titres, c'est du lourd avec du bon vieux toupa toupa des familles comme on l'aime (« The Meaning Of Life », « Total Addiction », « The Morning After »), du riff rapide, racé et bien grassouillet délivré avec amour par l'inégalable duo de guitaristes Axel Katzmann/Andy Bulgaropulos, très en place niveau riffs et convaincant rayon solis, encore que ceux-ci soient moins définitifs que sur albums et surtout un poil sous mixés par rapport au reste. Ce n'est pas le cas de la basse, bien présente, d'un Frank Thorwarth dont on commençait à croire qu'il était en réalité préposé au ravitaillement de houblon dans le studio/local/garage/cagibi ? d'enregistrement d'un TANKARD plutôt en bonne forme ici, malgré l'abattage somme toute moyen de son brailleur en chef. Et c'est le principal reproche qu'on puisse faire à l'encontre de ce live satisfaisant sur à peu près tous les autres points. Car si la plupart des compos bénéficient d'un meilleur traitement sonore que sur leur galette d'origine, on n'en dira pas autant du chanteur Gerre, bien emmerdé à l'heure de reproduire les hurlements surhumains auxquels il nous a habitué sur disque au début de sa carrière. Il n'essaye même pas à vrai dire et gueule systématiquement un ton en dessous, quand il ne massacre pas littéralement un « We Are Us » à sauver entre potes le temps d'une session karaoké à ne pas mettre entre toutes les oreilles. Les beeromaniacs les plus éclairés noterons également une cadence moindre niveau gueulantes, ainsi qu'un ralentissement généralisé de la section rythmique malgré la fougue du tout nouveau pas franchement tout beau Arnulf Tunn, deuxième batteur historique de la formation teutonne.

Au rayon satisfactions, on relèvera tout de même une bonification certaine des titres de « Zombie Attack », les versions live de « Mercenary », « Poison » et « Maniac Forces » étant infiniment supérieures à leurs devancières studio. Bon embonpoint également pour le medley de la mort subite « Alcohol/Puke/Mon Chéri/Wonderful Life », plus efficace que James Cameron et son « Abyss » pour expérimenter l'ivresse des profondeurs d'un témoignage live où le public clame sa soif de bière à de nombreuses reprises et se prend au jeu d'une « (Empty) Tankard » en forme de pochtronnade généralisée. C'est toujours plus festif que le bourdonnement intolérable digne de L'Attaque des Abeilles Tueuses qui nous fait d'ores et déjà guetter avec fébrilité le mondial 2014, avec Alain Perrin sur le banc de touche et Hatem Ben Arfa, étincelant les trois derniers mois à Wolverhampton, à la pointe de l'attaque. Tremblez, îles Féroé !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
14/06/2010 21:19
Grimbergen rules !!!!!!!!!!!
Quoique ce soir, pour supporter l'addiction de ma belle-famille au foot (foot = beuark, qu'on se le dise !!!), c'était plutôt St Estèphe et Gewurtz' ... Mr Green
Ah et sinon, ce Tankard là ? Euh bah non, je ne le connais pas Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tankard
Thrash metal
1991 - Noise Records
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  3.57/5

plus d'infos sur
Tankard
Tankard
Thrash - 1983 - Allemagne
  

tracklist
01.  The Meaning Of Life
02.  Mercenary
03.  Beermuda
04.  Total Addiction
05.  Poison
06.  We Are Us
07.  Maniac Forces
08.  Live To Dive
09.  Chemical Invasion
10.  The Morning After
11.  Space Beer
12.  Medley (Alcohol/Puke/Mon Chéri/Wonderful Life)
13.  (Empty) Tankard

Durée : 64:21

line up
voir aussi
Tankard
Tankard
Alien (EP)

1989 - Noise Records
  
Tankard
Tankard
B-Day

2002 - AFM Records
  
Tankard
Tankard
The Morning After

1988 - Noise Records
  
Tankard
Tankard
R.I.B.

2014 - Nuclear Blast Records
  
Tankard
Tankard
Kings Of Beer

2000 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Testament
Testament
Dark Roots Of Earth

2012 - Nuclear Blast Records
  
Overkill
Overkill
The Electric Age

2012 - Nuclear Blast Records
  
Overkill
Overkill
The Killing Kind

1996 - Edel Music
  
Exumer
Exumer
The Raging Tides

2016 - Metal Blade Records
  
Death Angel
Death Angel
Humanicide

2019 - Nuclear Blast Records
  

The Harrowed
The Harrowed
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique