chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
49 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tankard - R.I.B.

Chronique

Tankard R.I.B.
Mine de rien, ça faisait un moment que TANKARD ne nous avait pas régalé avec un de ces albums de thrash festif dont il a le secret. Pas que les Allemands soient restés sur la touche des années durant, non, le combo de Frankfurt respectant scrupuleusement des temps de passage élevés depuis l’arrivée d’Andy Gutjahr en 2000 (sur l’oubliable « Kings Of Beer »). Un album tous les 18 mois, voilà le tarif pour les adhérents, que l’inspiration des inséparables (line-up inchangé en quinze ans, on n’est pas chez EXODUS) soit ou non au rendez-vous. Et sur ce plan là, on ne peut pas dire que TANKARD ait fait forte impression depuis « The Beauty And The Beer », dernier bon album en date suivi d’une série de skeuds trop mous (« Vol(l)ume 14 »), trop sérieux (« Thirst ») ou caricaturaux (« A Girl Called Cerveza »). Tout ça pour dire qu’à première vue, on n’aurait pas signé un chèque en blanc à Gerre et ses boys pour la sortie de ce « R.I.B. » estampillé Nuclear Blast.

Heureusement pour les vieux fans crochus s’agrippant à leur relique « The Meaning Of Life », Gerre et sa bande d’ex-joyeux drilles reviennent ici animés des meilleures intentions. Evacuons d’emblée les tares récurrentes du TANKARD Mark III comme un trop plein d’urine dans l’arrière boutique : oui, Andy nous ressert encore et toujours le même solo néoclassique du pauvre à base de montée descente (c’est ça de supporter l’EIntracht, un club qui fait l’ascenseur entre l’antichambre de l’élite et la Bundesliga) et comme souvent, dès que le tempo ralentit, on se fait chier comme pas permis sur « Hope Can’t Die » et « No One Hit Wonder ». Mais pour le reste, excepté un titre d’ouverture un brin gentillet, reconnaissons à TANKARD le mérite de capitaliser sur ce qu’il a toujours fait de mieux : du gros speed qui tache ponctué de refrains fédérateurs façon « Wonderful Life » ou « Frankfurt We Need More Beer ». Dès l’entame de la furieuse « Fooled By Your Guts », on se croirait revenu au bon vieux temps de « Chemical Invasion »avec ses excès de vitesse en tous genres, ses riffs de bûcherons et son Gerre au taquet, qu’on n’avait pas connu en si bonne forme vocale depuis pas loin de dix ans. Une première bonne surprise qui en appelle d’autres, comme cette relecture réussie de l’inégale « Kings Of Beer » sur « R.I.B. (Rest In Beer) » et ses wo-ho-ho de moines trop saouls pour quitter l'abbaye en flammes. Comme la majorité des dix titres qui composent la galette, ce réjouissant title track (chouettes variations de tempi) profite à plein d’un excellent refrain, à l’image de ceux de « Riders Of The Doom » et « Enemy Of Order ».

Histoire de varier les plaisirs, TANKARD n’oublie pas de piocher dans le répertoire heavy des collègues HELLOWEEN (la fédératrice « Riders Of The Doom ») et d’offrir à qui veut sa science de l’hymne de stade (« Breakfast For Champions », et son fil rouge lead faisant la différence). Vous êtes en manque de thrash basique fonçant tête baissée sans se poser de questions ? « Enemy Of Order » et sa punchline scandée cinq cent fois en trois minutes trente vous rappellera le bon vieux temps de « Beast Of Bourbon », quand TANKARD prouvait qu’il valait mieux que sa réputation de groupe de seconde zone en éclatant SODOM en long large et travers. Et dans le genre, « Clockwise To Deadline » qui voit Andreas Geremia rendre tripes et boyaux dans son final n’est pas mal non plus (riff principal proche du "Endless Pain" de KREATOR, appréciable!), comme ce « R.I.B. » que l’on positionnera au niveau d’un « B-Day » ou d’un « The Beauty And The Beer », dans la catégorie très bons albums de complément. The party ain't over!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
15/06/2014 14:07
hurgh a écrit : Haaaaa, j'ai la banane en lisant ta chro. Du vrai bon Tankard avec de la niak, du bon riff et du fun ? Parfait, je range ma pelle, fallait pas les enterrer trop vite les teutons...

Comme quoi! Faut jamais désespérer mais là j'y croyais vraiment plus. Bonne surprise!
hurgh citer
hurgh
14/06/2014 12:46
Haaaaa, j'ai la banane en lisant ta chro. Du vrai bon Tankard avec de la niak, du bon riff et du fun ? Parfait, je range ma pelle, fallait pas les enterrer trop vite les teutons...
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
13/06/2014 09:58
coreandcoupdate a écrit : Déjà sorti ? 'faut que je le chope (de bière) !


Il sort dans une semaine lapin Clin d'oeil
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
13/06/2014 07:54
Déjà sorti ? 'faut que je le chope (de bière) !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tankard
Thrash metal
2014 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (24)  7.42/10

plus d'infos sur
Tankard
Tankard
Thrash - 1983 - Allemagne
  

vidéos
R.I.B. (Rest In Beer)
R.I.B. (Rest In Beer)
Tankard

Extrait de "R.I.B."
  

tracklist
01.  War Cry
02.  Fooled By Your Guts
03.  R.I.B. (Rest In Beer)
04.  Riders Of The Doom
05.  Hope Can't Die
06.  No One Hit Wonder
07.  Breakfast For Champions
08.  Enemy Of Order
09.  Clockwise To Deadline
10.  The Party Ain't Over Till We Say So

Durée : 40:06

line up
parution
20 Juin 2014

voir aussi
Tankard
Tankard
The Tankard

1995 - Noise Records
  
Tankard
Tankard
Fat, Ugly And Live (Live)

1991 - Noise Records
  
Tankard
Tankard
Zombie Attack

1986 - Noise Records
  
Tankard
Tankard
A Girl Called Cerveza

2012 - Nuclear Blast Records
  
Tankard
Tankard
One foot in the Grave

2017 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Witchery
Witchery
Witchkrieg

2010 - Century Media Records
  
Overkill
Overkill
The Electric Age

2012 - Nuclear Blast Records
  
Atrophy
Atrophy
Socialized Hate

1988 - Roadracer Records
  
Exodus
Exodus
The Atrocity Exhibition
(Exhibit A)

2007 - Nuclear Blast Records
  
Exodus
Exodus
Impact Is Imminent

1990 - Capitol Records
  

Sarke
Aruagint
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique