chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
137 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abandoned - Thrash You!

Chronique

Abandoned Thrash You!
Abandoned n'est certainement pas le groupe allemand de thrash le plus connu. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'ils sont abandonés parce que ce serait vraiment un jeu de mot de merde et ça, cglaume le fait bien mieux que moi. Non, juste que la formation de Darmstadt n'a pas la reconnaissance qu'elle mérite et c'est bien dommage. Il faut cependant préciser que Thrash You! n'est que le 2ème album d'Abandoned, après un premier essai, Thrash Notes, plus que convaincant.

Et heureusement, Abandoned continue sur sa lancée, ce qui ne peut que lui promettre des jours heureux. Abandoned, c'est déjà un groupe qui ne se prend pas du tout au sérieux (cf. les photos promos) et qui pratique même l'auto-dérision (cf. la mention des BPMs sur le livret pour chaque chanson) et l'humour bon enfant (cf. dt). Attention, Abandoned ne pourrait se voir affubler l'étiquette de l'Ultra Vomit du thrash, il s'agit ici seulement de souligner une attitude, un état d'esprit à l'opposé de l'habituelle evilitude/trueness du genre parce que la musique s'avère on ne peut plus sérieuse. Plus que ça, elle démonte des culs (et non pas des cubes, le groupe a passé l'âge de jouer au légo).

Du thrash. Pas original mais du putain de bon thrash. Voilà le crédo d'Abandoned qui remplit son rôle à la perfection et bien mieux que des groupes supposés être des fers de lance (cf. les dernier Exodus ou Testament). Les points forts du groupe: des riffs jouissifs percutants et entraînants typiquement thrash, une utilisation parfaite et bien proportionnée de la rythmique thrash, une relative diversité pour ne pas tomber dans la monotonie même si le pied reste souvent collé à l'accélérateur, un dynamisme prenant idéal pour le pit ou le headbanging (de bonnes phases de mid-tempo pour l'entraînement de la nuque), de belles mélodies savamment distillées (avec en point culminant la géniale instrumentale "Repentance" et ses leads maideniennes, ainsi que la magnifique reprise acoustique du titre "Visions Of Death" en titre final (dommage qu'elle ne dure qu'une minute)) et, last but not least, des soli jubilatoires à tire-larigot pour les fans de shred. En gros tout ce qu'il faut pour faire un album de thrash réussi!

Les points faibles: euh...hmmm...*cough*...*sifflote*...*se gratte la tête*...*les couilles* (moins à voir avec une quelconque perplexité qu'à une hygiène déplorable). Bah non, je ne vois pas. Enfin si, je vois. Sinon je serais aveugle, ce qui n'est pas le cas. Disons que je sèche et boire trois litres d'eau n'y changera rien. Non, en fait, il n'est pas bien difficile de comprendre ce qui pourrait empêcher des abrutis tels que vous de ne pas apprécier Abandoned: le chant, plus mélodique que ce qu'on peut entendre habituellement dans le thrash. Eric "Kalli" Kaldschmidt sonne en effet à mi-chemin entre un chanteur de thrash (voix grave à moitié criée) et chanteur de power/heavy (paroles réellement chantées de façon mélodique). Personnellement j'adore (et ça le fait grave sur les refrains) et celà confère au groupe une personnalité en se démarquant de la masse, mais je comprends que ça puisse rebuter. Et puis ce n'est pas toujours juste ausssi. Agrémenté parfois de choeurs hardcore à la Exodus, le chant fait vraiment partie des grosses qualités des Allemands pour moi en tout cas.

Finalement, la seule chose que je pourrais reprocher à Abandoned, serait de faire un thrash relativement mélodique alors que le thrash pur et dur se doit d'être hargneux, crade, malsain et antijésusien. A moins que ce ne soit le black métal, je ne sais plus. Mais là encore de toute façon, je m'en cogne, je prends un pied de dingue à chaque écoute de ce Thrash You!! Pareil pour la production un peu trop propre (mais pas autant que les derniers Testament ou Exodus, complètement aseptisées) à laquelle je préfèrerai toujours un son old-school agressif et crachotant.

Si vous réussissez à adopter le chant spécial, nul doute que ce deuxième opus des Teutons d'Abandoned vous donnera beaucoup de plaisir. Il n'apporte certes rien de bien nouveau mais au moins, on ne pourra insulter le quatuor de clone de Kreator, Slayer ou Exodus, le groupe ayant sa propre patte. Dynamique, violent, mélodique, varié et inspiré, entre old-school (soli, riffs) et modernité (production), c'est une petit perle que nous a sorti la formation d'outre-Rhin. A tel point qu'Abandoned se place ni plus ni moins comme l'une des meilleurs écuries thrash mondiales. Ouais, rien que ça!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

crowysterik citer
crowysterik
24/10/2016 11:53
note: 8.5/10
Une bonne surprise pour moi ! Du Thrash sans surprise mais comme on l'aime ! Le chant est particulier mais comme tout nouveau chant Thrash en fait, une sorte de Mix entre Slayer et Metallica Moqueur

Des bons passages mélodiques qui font que j'apprécie encore plus ! Bref, un très bon album, Solide !
cglaume citer
cglaume
12/08/2008 08:43
Citation : ... parce que ce serait vraiment un jeu de mot de merde et ça, cglaume le fait bien mieux que moi

Par contre pour ce qui est des blagues à chier, tu me tiens la dragée haute ! Mr Green

Citation : antijésusien

J'adore !! Sourire
citer
(ancien membre)
08/08/2008 16:53
je navai jamais entendu parlez de ce groupe, g ékoutez lalbum é g adoré !!! Mais je ne c pa si c moi... mai musicalement, abandoned me fait 1 pe penssé a slayer...
Keyser citer
Keyser
01/08/2008 12:12
note: 8.5/10
Du son sur MySpace.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abandoned
Thrash Metal
2007 - Dockyard 1
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (13)  7.02/10

plus d'infos sur
Abandoned
Abandoned
Thrash Metal - 2000 - Allemagne
  

tracklist
01.   Incantation
02.   Visions of Death
03.   We Are Hell
04.   Disorder
05.   Die In Dignity
06.   Sands Of Time
07.   Feel The FIre
08.   Damned For All Time
09.   This Is The End
10.   Repentance
11.   Too Blind To See
12.   In Search Of Sanity
13.   Trapped
14.   V.O.D. Reprise

Durée : 48'13

line up
parution
11 Juin 2007

voir aussi
Abandoned
Abandoned
Thrash Notes

2006 - Dockyard 1
  

Essayez aussi
Blood Feast
Blood Feast
Kill For Pleasure

1987 - New Renaissance Records
  
Annihilator
Annihilator
Carnival Diablos

2001 - SPV
  
Sodom
Sodom
Sodom

2006 - Steamhammer Records (SPV)
  
Atrophy
Atrophy
Socialized Hate

1988 - Roadracer Records
  
Tankard
Tankard
Fat, Ugly And Live (Live)

1991 - Noise Records
  

Aborted
The Archaic Abattoir
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique