chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sepultura - Arise

Chronique

Sepultura Arise
En 1991 Sepultura sort Arise, premier succès du groupe avant Chaos AD et Roots. Le disque est dans la lignée direct du précédent, Beneath The Remains, à savoir du Thrash/Death inventif et sans concession.

On entre directement dans le vid du sujet avec le morceau éponyme ; après 30 secondes de bruits étouffés, la musique débarque : brute, violente et rapide. La batterie est impressionante, les riffs puissants et agressifs, et les changements de rythme sont parfaitement maitrisés, une des meilleures ouvertures de cd que j'ai pu entendre. Les morceaux suivant sont tous du même acabit, avec au menu des riffs véloces ou mid-tempo et bien lourds, de nombreux changements de rythme bien pensés, soutenu par une rythmique imparable, avec toujours le jeu de batterie magistral d'Igor Cavalera. Les chanson sont pleines de reliefs, pas une seule seconde à s'ennuyer à l'écoute de ce disque, les riffs assassins se succèdant sans temps mort, toujours impeccablement enchaînés.

Les paroles sont assez intérressantes et bien écrites, traitant d'une vison assez pessimiste de l'humanité, et le chant typique de Max Cavalera est bien agressif. Mais l'un des éléments les plus importants du disque est surtout l'atmosphère désolée et apocalyptique qui se dégage des chansons, renforcée par les solos toujours très justes de Andreas Kisser (Arise, Altered State, Meaningless Movement, ...), ainsi que par les petites mélodies aposées sur des passages mid-tempos. A l'écoute de chanson telles que Desperate Cry, Altered State ou Substraction on a vraiment l'impression de se rerouver dans un univers à la Mad Max, où le vents balaie les ruines d'une civilisation anéantie, et où les quelques survivants luttent pour survivre. L'excellente intro tribale de la splendide Altered State, où encore les intros acoustique de Desperate Cry et Under Siege (Regnum Irae) contribuent à donner à ce disque une atmosphère assez unique. On pourra aussi noter les effets de distortions de la voix posés sur des riffs plutôt malsains de Under Siege, les breaks mélodiques magnifiques de Altered State et Desperate Cry, et plein d'autres détails encore, ce disque est très travaillé.

Sans aucun doute mon cd de metal préféré, et l'un des meilleurs disques de metal de tout les temps (on notera aussi la très belle pochette).

PS : si vous voulez l'acheter, essayez donc de trouver l'édition remastérisée, elle rend encore plus honneur au jeu de basse de Paulo Jr, des photos sympathiques du groupes ont étés ajoutées dans le livret, et on retrouve en bonus la très bonne reprise de Orgasmotron de Motorhead, ainsi que 3 titres plus ou moins inédits assez sympas.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

zionlee citer
zionlee
21/05/2008 09:27
note: 10/10
PULTURA DO BRASIL FOREVER!!!!!!!!!!!!!
Tim citer
Tim
27/02/2008 21:05
note: 10/10
Putain viens de me me le réecouter pour revenir du boulot...
Et vraiment il est tres grand ce skeud !!!
Un seul regret...Ne plus avoir mes cheveux longs pour pouvoir secouer la touffe sur Arise (Maintenant je sais que j'aurai jamais du faire du commerce...Sniff !)
DarkLord citer
DarkLord
11/06/2006 14:59
Un putain d'album, mais je garde une légère préférence pour Chaos AD, qui est pour l'apogée du talent de sepultura.
Ander citer
Ander
12/02/2006 21:48
J.O a écrit : et l'un des meilleurs albums death-metal

C' est du death-metal maintenant Sepul'? Non thrash-metal tu veux "dire"... Sinon j' aime bien cet album...
slit your guts citer
slit your guts
18/06/2005 16:49
une tuerie cet album.dés le début t placardé o mur de ta chambre tellment sa charge mais je prefer quand meme beneath the remain
citer
J.O (invité)
21/03/2005 0:16
Tuerie sans contastation aucune! Max ne fera jamais mieux! les riffs de gratte, sans parler des solos s'enchainent san temps morts, cette album est une référence pour tous les batteurs pour les variations du tempo! bon le meilleurs Sepult, et l'un des meilleurs albums death-metal qui date de 14 ans matenant, à qui le tour?
Stanley Lubrick citer
Stanley Lubrick
06/03/2005 19:37
note: 9.5/10
Y'a pas photo, c'est mon ch'tit préféré, crépusculaire au possible, totalement speedé, etc...
C'était le bon temps....
Niktareum citer
Niktareum
22/02/2005
note: 9/10
proche de la perfection tout comme "beneath..." c'est vrai ke les riffs de cet album sont vraiment accrocheurs!!
"under a pale grey sky we shall arise!!" tin tin tin tin tin tin tin
Evil_Nick citer
Evil_Nick
15/09/2004
note: 9.5/10
complètement d'accord avec ta chronique, pour moi le meilleur sepultura, le groupe était au top, le live under siege en est d'ailleurs la preuve
Eyeless citer
Eyeless
06/05/2004
Un chef d'oeuvre, un de mes albums reference, Ecoutez desperate cry ou infected voice vous comprendrez
Chri$ citer
Chri$
12/03/2004
une méchante tuerie de la maman, du thrash totalement non linéaire, c gavé de breaks ds tous les sens, de mélodies qui vont bien, de riffs géniaux (Desperate Cry raaaah), et puis c Sepultura donc des zics d'exception et la voix de Max! indispensable classique pr tt les tHrasheurs du monde

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sepultura
Death / Thrash
1991 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (65)  9.31/10
Webzines : (16)  9.03/10

plus d'infos sur
Sepultura
Sepultura
Thrash - 1984 - Brésil
  

vidéos
Arise
Arise
Sepultura

Extrait de "Arise"
  
Dead Embryonic Cells
Dead Embryonic Cells
Sepultura

Extrait de "Arise"
  

tracklist
01.   Arise  (03:18)
02.   Dead Embryonic Cells  (04:52)
03.   Desperate Cry  (06:41)
04.   Murder  (03:26)
05.   Subtraction  (04:48)
06.   Altered State  (06:34)
07.   Under Siege (Regnum Irae)  (04:54)
08.   Meaningless Movements  (04:41)
09.   Infected Voice  (03:19)

Durée : 42:33

line up
parution
25 Mars 1991

voir aussi
Sepultura
Sepultura
Chaos DVD (DVD)

2002 - Roadrunner Records
  
Sepultura
Sepultura
Quadra

2020 - Nuclear Blast Records
  
Sepultura
Sepultura
Schizophrenia

1987 - Cogumelo Records
  
Sepultura
Sepultura
Dante XXI

2006 - SPV
  
Sepultura
Sepultura
Roorback

2003 - SPV
  

Essayez aussi
Soilwork
Soilwork
The Chainheart Machine

1999 - Listenable Records
  
Deadlock
Deadlock
Earth.Revolt

2005 - Lifeforce Records
  
The Crown
The Crown
Possessed 13

2003 - Metal Blade Records
  
Darkest Hour
Darkest Hour
So Sedated, So Secure

2001 - Victory Records
  
Darkane
Darkane
Rusted Angel

1999 - War Music
  

Misery Index
Overthrow (EP)
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Apprends le LATIN avec le Black Metal.
Lire le podcast
Bütcher
666 Goats Carry My Chariot
Lire la chronique
La Voûte #4 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Invincible Force
Decomposed Sacramentum
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique
Bilan 2020
Lire le bilan
BM : Les polémiques à deux balles (et un peu plus)
Lire le podcast
Darkness
Over And Out (EP)
Lire la chronique
Zombiefication
At The Caves Of Eternal
Lire la chronique
Messiah
Fracmont
Lire la chronique
Loudblast
Manifesto
Lire la chronique
Harlott
Detritus Of The Final Age
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique