chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
102 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Razor - Open Hostility

Chronique

Razor Open Hostility
"Thrashocore, le webzine qu'on ne sait pas pourquoi il s'appelle comme ça". "Thrashocore, le webzine qui ne chronique ni de thrash ni de hardcore". Histoire de faire mentir les nouveaux slogans auto-dérisoires de la page d'accueil (vous les aviez remarqués au moins?!), on va terminer la trilogie de rééditions Razor par Relapse avec Open Hostility sorti à l'origine en 1991 sur Fringe Product. Même traitement que Violent Restitution et Shotgun Justice: le son se voit remasterisé et l'artwork subit un ravalement de façade, pour une fois réussi grâce à l'ajout de couleurs plus chaudes et vives, de feu, de sang et de flics en uniforme plus fascistes, décuplant ainsi la violence visuelle en adéquation avec la violence musicale.

Parce qu'évidemment, Razor ne s'est pas calmé sur ce Open Hostility. Il y avait pourtant gros danger de plantage avec la non-participation du bassiste Adam Carlo (le frère de Dave), remplacé par un certain Jon Armstrong, et surtout l'utilisation d'une batterie programmée en lieu et place de Rob Mills, dans l'impossibilité d'enregistrer à cause d'un accident de voiture. Mais non! Razor, c'est un groupe de mecs, des vrais, qui écartent les obstacles placés par la vie à grands coup de rangeos! Résultat, la basse tient son rang et on ne sent pas trop la différence au niveau de la batterie. Le désormais trio balance ainsi son thrash virulent comme s'il ne s'était rien passé.

Du coup, difficile de parler d'évolution avec les deux derniers opus. Les Canadiens tracent tout droit sur la route empruntée depuis Violent Restitution, délaissant celle du speed de bikers des débuts pour celle du thrash à toute berzingue, ajouté au côté urbain de Shotgun Justice qui trouve son apogée sur ce Open Hostility, la bande-son parfaite d'une bonne grosse émeute. La cover n'a pas été faite par hasard après tout! Et l'album ne s'ouvre pas sur des bruits d'éclats de verre et ne se termine pas par des sirènes d'alarme pour rien! Si on doit vraiment trouver quelques différences, je dirais que Open Hostility se révèle légèrement plus varié que ses deux grands frères, dégage plus de groove et propose un peu plus de mélodie ("Mental Torture" et surtout "End Of The War" en clôture, le plus évident). Certains solos se font aussi plus aboutis et développés que d'habitude (surtout sur la première partie, "In Protest", "Sucker For Punishment", "Road Gunner" puis "I Disagree" dans la seconde), même si la plupart restent dans le pur style Razor à savoir courts, à l'arrache et distordus à mort à base de vibrato cacophonique. Tout ça est à prendre avec des pincettes toutefois car on reste loin du thrash à la mode en ce début des années 1990, plus poli et technique. Razor reste Razor. Soit du thrash de tough guys sans compromis (rha "Iron Legions"!) qui a les crocs et sort les brass knuckles, prêt à en découdre avec n'importe qui. "Cheers" s'avère d'ailleurs un putain d'hymne de hooligans avec son riff punky qui tourne en boucle et ses chœurs fédérateurs (il y en aussi sur "Mental Torture" et "I Disagree"). Un véritable appel à l'alcoolisme et au brotherhood! "Free Lunch" est un peu dans le même genre après son intro thrash plus typique. Deux morceaux un poil différents (surtout "Cheers") des autres mais qui collent tellement à l'identité du combo canadien! Pour le reste, c'est 80% de tchouka-tchouka sur des riffs incisifs à la Exodus, le tout porté par le chant râpeux et teigneux de Bob Reid, très bon remplaçant de Sheepdog dans un style plus grave mais moins psychopathe, et une production sèche et nerveuse on ne peut plus adaptée au style. Bref, ça riffe sévère, ça thrashe jusqu'à la mort et ça castagne à n'en plus finir, avec cependant un peu plus de groove pour encore davantage d'efficacité. Dès le début d'ailleurs sur "In Protest" qui nous fait tout de suite comprendre que Razor reste affûté puis sur l'enchaînement avec "Sucker For Punishment" et son riff principal ultra entraînant, mon morceau préféré du disque avec "Cheers". Quelques mid-tempos bien headbangants font aussi pas mal d'effets à la nuque. "Sucker For Punishment" encore, sur sa deuxième partie, mais aussi "Bad Vibrations" notamment.

Ce qui ressort comme d'habitude néanmoins, c'est bien sûr le festival de tchouka-tchouka et le jeu pied au plancher de Razor qui ne fait à nouveau pas dans la dentelle. Est-ce que ça ne finit pas par lasser? Non! Car l'ambiance de guérilla urbaine dégagée, la hargne qui en ressort et la qualité des riffs de la part d'un Dave Carlo en grande forme occultent le côté répétitif de l'ensemble qui existe bel et bien malgré quelques variations. Oui, c'est un peu toujours pareil mais on ne s'ennuie pas, d'autant que l'opus ne compte que 37 minutes réparties sur douze morceaux. Il n'y a guère que "Red Money" et "Psychopath" que je trouve plus anecdotiques. Par contre la réédition de Relapse, même si bienvenue car elle permet de déterrer un groupe connu uniquement dans les milieux avertis et de se procurer un album difficile à trouver à prix correct, prolonge la durée de l'œuvre à plus d'une heure. Et vous savez ce que je pense des albums à rallonge depuis le temps que je m'en plains! Rien moins que huit titres bonus. Alors c'est bien de proposer des trucs en plus mais franchement, seuls trois s'avèrent utiles. Les trois inédits en fait, "Tow The Line" et "Taking The Strain" (production raw mais tout à fait audible) et "Violent Propensity" (au son plus clair). À la rigueur, la version rehearsal de "End Of The War" avec Rob Mills aussi. Mais le reste, des versions instrumentales de compositions déjà présentes sur l'opus n'ont que peu d'intérêt et font perdre de l'efficacité à un opus dont la réussite réside principalement dans cette qualité.

Heureusement, on a inventé la touche stop! Mais je ne vais pas faire la fine bouche de toute façon. Relapse a très bien fait de rééditer Open Hostility et ses deux frangins de la trilogie vénère de Razor, même remplis de bonus inutiles. Razor n'a pas le même statut ni l'influence de plus gros noms comme Slayer, Kreator ou Exodus mais il mérite aussi sa place au panthéon du thrash. Il y a bien sûr ce côté groupe méconnu ou injustement considéré comme de seconde zone qui pousse à l'encensement mais pas que. Razor avait vraiment du talent et ce Open Hostility le prouve avec brio (et beaucoup de bleus!). Il fait d'ailleurs partie de mon trio magique de la formation aux côtés de Violent Restitution et Executioner's Song. C'était en 1991, il y a déjà 24 ans. L'année d'après, les Canadiens, réduits au duo Dave Carlo / Jon Armstrong, sortiront une démo instrumentale intitulée Decibels puis spliteront, comme quoi les coups durs de la vie ont même raison des plus coriaces. Une simple pause de cinq ans heureusement avant de revenir avec la version définitive de Decibels. Depuis, le groupe n'a rien sorti mais continue de donner quelques concerts par-ci par là. Une date à bien noter dans le calendrier aura d'ailleurs lieu au Fall Of Summer à la rentrée. Présence obligatoire pour ces légendes urbaines!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Razor
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.53/10

plus d'infos sur
Razor
Razor
Thrash Metal - 1983 - Canada
  

formats
  • CD / 2015 - Relapse Records

vidéos
Sucker For Punishment
Sucker For Punishment
Razor

Extrait de "Open Hostility"
  

tracklist
01.   In Protest
02.   Sucker For Punishment
03.   Bad Vibrations
04.   Road Gunner
05.   Cheers
06.   Red Money
07.   Free Lunch
08.   Iron Legions
09.   Mental Torture
10.   Psychopath
11.   I Disagree
12.   End Of The War

Bonus tracks réédition:

13.   Tow The Line (Unreleased Track Late 1990)
14.   Taking The Strain (Unreleased Track Late 1990)
15.   Violent Propensity (Unreleased Track Late 1990)
16.   Taking The Strain (Instrumental Version) (Unreleased Track Late 1990)
17.   End Of The War (Rehearsal with Rob Mills)
18.   Tow The Line (Instrumental Demo with Programmed Drums)
19.   Red Money (Instrumental Demo)
20.   Iron Legions (Instrumental Demo)

Durée : 37'18 / 63'57 (réédition)

line up
voir aussi
Razor
Razor
Shotgun Justice

1990 - Fringe Product
  
Razor
Razor
Violent Restitution

1988 - Steamhammer Records (SPV)
  

Essayez aussi
Witchburner
Witchburner
Demons

2010 - Evil Spell Records
  
Rumpelstiltskin Grinder
Rumpelstiltskin Grinder
Living for Death, Destroying the Rest

2009 - Relapse Records
  
Distillator
Distillator
Summoning the Malicious

2017 - Empire Records
  
Xanadoo
Xanadoo
This Demo Is Shit (Démo)

2009 - Autoproduction
  
Annihilator
Annihilator
All For You

2004 - AFM Records
  

Ripping Corpse
Dreaming With The Dead
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Les belles gueules du Black Metal
Lire le podcast
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast