chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
128 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Metallica - Hardwired... To Self-Destruct

Chronique

Metallica Hardwired... To Self-Destruct
Chroniquer un album de Metallica revêt toujours quelque chose de particulier pour moi, même un nouveau qui n'aura jamais l'aura des quatre premiers, si bon soit-il. On a tous un groupe fétiche, un groupe de cœur que l'on préfère à tous les autres pour différentes raisons (souvenirs, découverte, ou bien sûr juste musique). Un groupe dont seuls ses albums nous font un tel effet. Un groupe que l'on chérit et que l'on aime défendre, soutenir. Et pour moi ce groupe, c'est Metallica. J'ai beau écouter du bourrin, du Satan, du gore, de l'underground de chez underground, mes chouchous sont et resteront Metallica. Malgré mon statut de fan absolu, j'estime toutefois avoir le recul et la maturité nécessaires pour émettre un jugement le moins biaisé possible. Mais de toute façon, qui a envie de lire un avis tiède et réservé plutôt qu'un écrit vivant et passionné, même si l'on est absolument pas d'accord avec ce que ce con écrit?! Ce Hardwired... To Self-Destruct, je l'ai accueilli comme un fan, avec toute l'émotion que cela implique, mais un fan critique qui sait faire la part des choses. Ce Hardwired... To Self-Destruct, je vais le descendre, je vais le flatter. Je vais le repousser, je vais l'embrasser. Des attitudes contradictoires qui reflètent mes sentiments contrastés mais honnêtes.

Et on va commencer par la descente. Car c'est bien ce que j'ai ressenti aux premières annonces concernant ce nouvel album de Metallica, huit ans après le sympathique Death Magnetic et que l'on ne pensait plus voir sortir un jour (Lulu ne compte pas, on est d'accord?). Il y a d'abord eu ce titre d'album bien pourri. Hardwired... To Self-Destruct, non mais sérieux?! Qu'est-ce que ça sonne mal! Il y a ensuite eu la pochette dévoilée. Et là, ce fut vraiment le drame. Jamais vu quelque chose d'aussi immonde! Et pourtant j'ai déjà vu mon arrière grand-mère à poil! Comment peut-on pondre un artwork pareil pour un groupe de la trempe des Américains? Concept nul, couleurs dégueulasses qui font saigner les yeux et j'en passe! Dire qu'il y a eu en plus une polémique sur un plagiat éventuel d'une pochette de Crowbar! Même l'honneur du vieux logo a été bafoué avec cet effet brouillé ultra moche! Le livret ne sauvera même pas les meubles une fois l'opus sorti et acheté le 18 novembre jour de sa sortie puisqu'il reprend le thème atroce de la pochette. Il y a enfin eu la nouvelle de la tracklist répartie sur deux CDs pour quasi une heure vingt de musique (une version deluxe en contiendra même trois avec "Lord Of Summer", des reprises et du live!). Là, on comprend que Metallica n'est pas guéri de sa manie de faire durer ses morceaux. Ça va être long!

Puis il y a eu la musique. Des premiers extraits très encourageants. Thrashy, pêchus, efficaces, inspirés, avec une production claire et puissante. Metallica poursuit son retour vers ses terres d'origine après un Death Magnetic qui allait déjà dans le bon sens (à peu près). L'enthousiasme revient. Satisfait des avant-premières, je n'en écouterai plus une seule malgré les nombreuses critiques tombées sur les suivantes. Je verrais bien par moi-même!

Et, en effet, j'ai vu. Ou plutôt écouté. Je n'ai même fait que ça pendant presque un mois! Au fil des écoutes, mon avis évoluait. Négatif au début, positif ensuite puis de nouveau négatif puis plus contrasté, que ce soit sur le disque dans son ensemble ou au sein même des douze morceaux. Mon opinion change d'ailleurs toujours encore un peu aujourd'hui! Pas facile donc de se forger un avis définitif sur le dixième (eh oui!) album des Four Horsemen. La seule chose sur laquelle tout le monde tombe d'accord (hormis la laideur de la jaquette), c'est la longueur excessive de l'œuvre. C'est qu'il y a à boire et à manger sur ce Hardwired... To Self-Destruct qui nous fait passer par tous les états. Alors oui le retour au old-school se voit confirmer. Au thrash aussi mais que sur quelques morceaux minoritaires. Metallica fait ainsi plus souvent dans le mid-tempo heavy que dans le tchouka-tchouka intensif. La différence entre les deux disques se fait d'ailleurs flagrante, avec un premier CD bien plus enlevé que le deuxième qui attend seulement la dernière piste, l'excellent "Spit Out The Bone", pour envoyer la sauce et rappelle même parfois l'époque Load et Reload (certains riffs et lignes vocales). Ce déséquilibre de vitesse (et de qualité, on va le voir) entre les deux parties rend l'album un peu bancal et trop hétérogène. On se dit du coup que Hardwired... To Self-Destruct aurait fait un très bon opus de sept morceaux.

D'autant plus frustrant que la galette s'ouvre de fort belle manière sur un "Hardwired" des plus énergiques, mon titre préféré. Du pur riffing thrash qui balance comme Metallica n'en avait pas fait depuis un moment. Comme quoi le groupe peut encore composer des titres courts (3'09!), qui plus est savoureux! Ce sera toutefois le seul. "Atlas, Rise!" lève déjà le pied et baisse en qualité après ce départ en fanfare, avec un chant pas toujours génial de James Hetfield (1'15...). Ce morceau plus ou moins mid-tempo à la saveur heavy old-school (le premier riff, c'est presque du Satan!) et aux mélodies sympathiques reste toutefois appréciable. "Now That We're Dead" se fait lui encore moins thrash avec quasiment que du gros mid-tempo appuyé. Le pattern de batterie à 4'57 pourrait même faire penser à l'intro d'"Enter Sandman". Pas du tout mauvais cela dit après les premières écoutes décevantes, le refrain simple s'avère même plutôt entêtant. On change de catégorie avec "Moth Into Flame" qui revient à un son plus thrashy et propose de bonnes séquences mélodiques tout comme des lignes de chant bien rythmées. Un morceau percutant et inspiré qui fait partie sans conteste du top 3. On n'aura pas la même chance avec "Dream No More", la piste la plus faible du premier CD. L'intro lourde à la lead sombre et menaçante ainsi que le riff mid-tempo principal pas dégueu passent encore. Par contre, le chant un peu distordu qui suit fait très mal, à tel point qu'on dirait une vieille chute de Load et Reload. Difficile d'accrocher malgré une bonne lead mélodique à mi-parcours et un passage en twin guitars sur la dernière partie. Heureusement, "Halo On Fire" rectifie de suite le tir. Une power ballade à arpèges qui fait mouche grâce entre autres à un bon feeling mélodique et à la justesse du chant de Hetfield. Pas thrash pour un sou mais tout à fait touchant afin de finir la première moitié sur une bonne note. Il fallait bien ça pour encaisser le deuxième CD, de loin le moins bon. "Confusion" en ouverture aurait pourtant pu récolter mes louanges car cette chanson comporte quelques bonnes idées (ambiance sombre, dissonances, un chant intéressant sur les couplets, un riff mid-tempo simple et efficace, etc.) mais elle ne décolle jamais vraiment. Sans la trouver nulle, on a du coup du mal à s'enthousiasmer vraiment à son écoute. Ce sera aussi le cas de "ManUNkind", en pire. Un des morceaux les plus poussifs de Hardwired... To Self-Destruct qui n'a pas grand chose pour lui si ce n'est une introduction douce avec de la basse ainsi qu'un passage très honorable au chant après la quatrième minute (le seul...). Sinon, trop mollasson, trop long (près de sept minutes) et les vocaux se révèlent limite ratés. "Here Comes Revenge" vient remonter la pente malgré un effet de gratte risible sur l'intro plombée qui essaye de faire menaçant. L'atmosphère sombre s'avérera par la suite mieux retranscrite, un des principaux atouts du titre avec du bon riff mid-tempo pêchu thrashy, notamment sur le refrain. Dommage qu'il s'étende beaucoup trop, au-delà des sept minutes, ce n'était pas nécessaire. La qualité chute à nouveau ensuite sur "Am I Savage?". S'il y a un clin d'œil à "Am I Evil?", il ne se trouve que dans le titre car les deux compos ne jouent pas dans la même cour. Hormis l'intro douce en son clair, un riff principal pachydermique pas mauvais et une séquence heavy old-school faisant penser à Night Demon tant dans le riff que le chant (Am I Savage? Scratching At The Door), ce morceau reste relativement inintéressant, à commencer par certaines lignes de chant moisies à effets très Load et Reload (je précise que j'aime bien ce double-album mais que ce n'est pas ce que je veux écouter sur cet album censé revenir à un son à l'ancienne). Il y a même presque de la mosh-part à 4'13 et 6'13 (il y en aura une autre sur "Spit Out The Bone" à 5'23)! Le pire sera toutefois atteint sur "Murder One", sans doute le plus mauvais titre de Hardwired... To Self-Destruct. Passée l'intro en arpèges correcte, le riff lourd dans tous les sens du terme qui suit sent déjà moins bon. Le chant pas du tout inspiré de Hetfield viendra anéantir tout espoir. Quelle mollesse, que c'est poussif! Et dire qu'il s'agit d'un hommage à Lemmy Kilmister de Motörhead! Ils ne pouvaient pas écrire quelque chose de plus rock 'n roll que ce titre mou du genou?! On finit par se dire que ce CD2 n'est vraiment pas terrible quand "Spit Out The Bone" retentit. Enfin un morceau qui envoie! Riffing thrash agressif, mélodies inspirées (twin guitars vers 4'00 même!), du tchouka-tchouka entraînant, un chant rageur, de la double et de la basse enfin mise en avant, "Spit Out The Bone" rejoint le top 3 de l'album sur la dernière marche derrière "Hardwired" et "Moth Into Flame" (ou la deuxième devant ce dernier, ça dépend des jours).

Voyez qu'il y a vraiment de tout sur ce Hardwired... To Self-Destruct en dents de scie. Ça méritait bien un petit track-by-track explicatif (et si vous n'êtes pas content, je vous emmerde!). Certaines caractéristiques (les défauts principalement) se retrouvent toutefois dans chaque morceau. La longueur en premier lieu, sauf pour ce "Hardwired" direct dans ta face qui ouvre tellement bien l'album qu'on ne peut qu'être déçu par la suite. Moins flagrant, des introductions similaires à base de roulements de caisse claire plus ou moins rapides par exemple. Cela dit la performance de Lars Ulrich reste encourageante. Je n'ai d'ailleurs jamais compris cet acharnement contre le batteur d'origine danoise. Ce n'est pas Buddy Rich ou Max Roach mais il fait convenablement le taf et l'a toujours fait en ce qui me concerne. Il luttera peut-être en live sur les passages les plus rapides à la double mais tant pis, le voir avec la patate sur les morceaux les plus vivaces me comble de joie. Robert Trujillo, lui, reste sous-exploité même si sa basse se fait plus entendre que sur Death Magnetic grâce à un mix plus avantageux. Il a même le droit aux honneurs lors d'un passage, certes court, sur "Spit Out The Bone". Quant à James Hetfield, sa performance reflète bien l'album. Des lignes vachement cools et des séquences beaucoup plus poussives. Le sujet qui fâche, c'est plutôt Kirk Hammett. On peut nous raconter qu'il a perdu son téléphone avec des tonnes d'idées de riffs dedans et qu'il a eu pas mal de problème dans sa vie ces dernières années, rendant sa contribution à la composition de l'album minime. Il n'empêche que sa prestation reste très en-deçà du grand Hammett que l'on a connu bien plus inspiré sur ses solos. Ceux-ci se basent davantage sur des effets de wah-wah à outrance que sur de véritables lignes mélodiques mémorisables. Certains ne s'en sortent pas trop mal ("Now That We're Dead" à 4'26, "Halo On Fire" à 2'11, "Confusion" à 5'31, "Am I Savage?" à 4'17, "Spit Out The Bone" à 5'57) mais comparés à ce que le bonhomme nous sortait à l'époque magique dès Kill 'Em All, il n'y a pas photos. Rien qui me fait vibrer ici alors qu'il savait me transporter comme personne (surtout pas la SNCF).

Un nouvel album de Metallica, c'est toujours un événement. Parce que c'est rare déjà, mais aussi parce que les Mets restent le plus important groupe de metal du monde. Il n'y a qu'à voir les milliers de commentaires à travers le monde entre ceux qui applaudissent et ceux qui sifflent. Après trente-cinq ans de carrière, Metallica déchaîne toujours les passions, pour le meilleur et pour le pire. Et quoiqu'il advienne, le quatuor de San Francisco restera mon groupe ultime pour quatre raisons nommées Kill' Em All, Ride The Lightning, Master Of Puppets et ...And Justice For All. Hardwired... To Self-Destruct n'y changera donc rien, qu'il ait été génial ou raté, ce qu'il n'est ni l'un ni l'autre. Mais vous savez quoi? Ça fait plus de trente fois que je l'écoute et il passe bien finalement, même le deuxième disque. J'ai beau émettre tout un tas de critiques à son égard je ne peux m'empêcher de bien l'aimer, tout en restant lucide sur sa qualité. Oui, il est trop long, il n'y a pas assez de vrai thrash alors que quand ils balancent c'est excellent, ils abusent des gros mid-tempos balourds, Kirk ne s'est fait chier pour ses solos et certaines lignes de chant de James sont juste beurks. Mais il contient quelques très bons morceaux ("Hardwired", "Moth Into Flame", "Halo On Fire", "Spit Out The Bone" ou encore un cran en-dessous "Atlas, Rise!", "Now That We're Dead" et "Here Comes Revenge") avec de vrais bons riffs et de vraies bonnes mélodies. Les revoir thrasher encore plus que sur Death Magnetic, même si pas tout le temps et pas aussi bien qu'avant, suffit à mon bonheur. Et puis bon, Metallica quoi merde!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

Funky Globe citer
Funky Globe
08/05/2019 10:47
Complètement d'accord avec toi. Metallica reste également mon groupe de cœur et ma madeleine de Proust dans le metal par lequel je suis entré avec Ride the Lightning. Et depuis, soutien indéfectible à ce groupe. Oui certes c'est mou, moyen, parfois bon, Kirk n'existe plus, mais putain cette voix, ces riffs, cette batterie (moi j'aime bien Lars qui est un excellent compositeur !), c'est la patte Metallica.
Vus il y a une semaine à Lisbonne, ils envoient encore bien la sauce et Kirk était plutôt très présent. Sûrement un bel album à venir !
Mera citer
Mera
09/01/2017 13:40
Avis de la part d'un mec qui connais très peu le groupe :
Écouté à sa sortie, j'avais trouvé ça mou et chiant.
Réécouté ce matin après avoir lu ta chro, c'est toujours mou et chiant mais je suis d'accord avec ton "top 3", elles s'écoutent plutôt bien ! Enfin bon, ça fait pas lourd sur 1h20 de musique quand même...
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
09/01/2017 12:59
note: 7.5/10
Tout a été dit par Keyser, les Mets semblent s'être fait plaisir en tapant dans toute leur discographie (Saint-Anger a été soigneusement évité...). "Hardwired", "Moth into flame", "Confusion" et "Spit Out the bone" remportent ma préférence, un peu comme tout le monde. Puis ce "Halo in fire", pas super thrash d'accord mais je trouve que James chante super bien dessus, la 1ère partie de la chanson me rappelle le Black Album !! Me voici donc reconcilié avec Metallica après un Death Magnetic foireux au possible (et sa production totalement insupportable !!), les plans plus Load/Reload ne me dérangent pas plus que ça... Je m'attendais à bien pire de leur part !!
Fabulon citer
Fabulon
09/01/2017 10:06
note: 5.5/10
Pour la faire courte, en ce qui me concerne, y a du mieux mais c'est quand même pas encore ça!

Au rang des réjouissances:

- enfin un son potable,
- un cd n° 1 qui tient bien la route si on vire Dream no more , avec même quelques fulgurances inespérées (refrain de Now that we're dead, Atlas rises...),
- un peu moins cette impression de morceaux interminables que sur DM,
- Un Hetfield que je trouve bien en voix!

Mais tout de même :

- Un cd 2 qui confère à l'inutilité (juste Spit out the bone à sauver)
-trop de riffs bateaux
- tout de même pas mal de longueurs...
- une pochette infâme.

Bref, c'est pas un naufrage comme certains ont semblé le dire/souhaiter, mais on a quand même cette impression désagréable qu'avec ce qu'ils avaient en mains, en faisant juste un petit effort, ils auraient pu faire une vraie sélection et nous sortir un album de 45 mn vraiment pas dégueu.

Si on doit faire un comparatif des albums sortis par les mastodontes du thrash US en 2016, force est tout de même d'admettre que cet album est nettement inférieur à ceux sortis par DEATH ANGEL et dans une moindre mesure MEGADETH.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
09/01/2017 09:05
note: 7.5/10
Pour ma part je trouve que c'est un bon album qui continue la voie de "Death Magnetic". Le cd1 est vraiment très bon avec des titres qui vont avoir leur succès en live, en revanche sur le cd2 le souci est le manque relatif d'inspiration (reprise d'idées et riffs déjà présents par le passé) sans surprises et par une durée bien trop longue.

Le groupe aurait gagné en densité en ne proposant qu'un seul disque et en raccourcissant certains passages, cependant l'ensemble reste plus que convenable avec des classiques en devenir, le tout servi par une production impeccable que l'on avait plus entendu chez eux depuis longtemps.

Ce qui ne change pas également ce sont les pochettes, de pires en pires chez eux, et celle-ci mérite le prix de l'horreur de l'année.
InnerDam citer
InnerDam
08/01/2017 23:19
note: 5/10
Quelle déception... un mois qu'il tourne sur ma platine et mon constant est le même; morceaux beaucoup trops longs, riffs basiques, les solos de Hammett plus insignifiants que jamais, sans inspiration, limite pondus en fin de repet':
- Tiens il est pas mal ce riff!
- Ca n'a pas déjà été joué 1000 fois ça?
- Meuh non, on est Metallica, t'es con ou quoi?.

Metallica m'avait redonné espoir avec Death Magnetic, plus incisif et inspiré. Tant mieux s'il a trouvé grâce aux oreilles de certains mais là je passe.
Sinon, très bonne prod', le son est top et mention spéciale à "Spit out the Bone". Putain de morceau! Le reste m'emmerde.
RBD citer
RBD
08/01/2017 19:54
Bien sûr qu'un nouvel album de MetallicA est un objet particulier ! En ce qui me concerne je suis mitigé, après un "Death Magnetic" que j'avais vraiment bien aimé.

Au moins le son est parfait, mais on retombe dans l'excès de longueur. Certains titres pourraient être raccourcis et d'autres tirent la moyenne vers le bas. Heureusement y'en a de bien bons dans le tas. Hammett semble absent et Trujillo reste sous utilisé, c'est évident.

On passera sur l'indigestion de clips plus ou moins heureux et cette jaquette de best of cheap de stars de la Pop...

Ils ont commis pire par le passé, mais il faut que je me force un peu à chaque fois pour le sortir et le réétudier, c'est parlant.
Dark Nico citer
Dark Nico
08/01/2017 16:07
Pas grand chose à ajouter : un putain de bon son enfin ! et complétement d'accord avec ton Top3 !
Il y avait de quoi faire un bon album de 40 minutes...
Keyser citer
Keyser
08/01/2017 14:32
note: 7/10
gulo gulo a écrit : C'est Crowbar, pas Cro-Mags... mais chez eux, la laideur grotesque de la pochette est une tradition qui n'admet que de très rares incartades.

Crowbar bien sûr, quel imbécile! Modif faite, merci de suivre!
Ichabold citer
Ichabold
08/01/2017 14:17
note: 8.5/10
Alors que je n'attendais absolument plus rien de Metallica, ce nouvel album m'a pris par surprise, le coquin. J'oublie totalement les débuts du groupe et me contente d'écouter ces nouveaux titres sans me demander si les gars font encore du thrash, si ça ressemble à "And Justice For All", etc.

Pour la première fois depuis très longtemps, je ne suis pas gêné par la longueur des morceaux, l'ensemble passe plutôt (très) bien et surtout je sens que les mecs se font plaisir en jouant exactement ce qu'ils ont envie de jouer sans s'obliger à coller à la première période du groupe.

Vraie bonne surprise pour ma part, et mention spéciale à ce titre que personne ne semble aimer, "Dream No More", rampant et surpuissant avec un James au top !
gulo gulo citer
gulo gulo
08/01/2017 13:56
C'est Crowbar, pas Cro-Mags... mais chez eux, la laideur grotesque de la pochette est une tradition qui n'admet que de très rares incartades.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
08/01/2017 09:16
note: 7/10
D'accord sur l'essentiel. James tient l'album à bouts de bras, il est malheureusement bien seul lorsque l'inspiration vient à manquer (Kirk Hammett est fantômatique). Je ne l'ai pas campé autant que toi mais déjà une bonne dizaine d'écoutes au compteur, c'est déjà 2 fois plus que l'oublié Death Magnetic. Une prod enfin correcte, 4 ou 5 très bons titres qu'on prendra plaisir à entendre sur scène et plus de plaisir que de grimaces au final! L'improbable chaînon manquant entre Reload et Kill'em All a plutôt de la gueule.
MoM citer
MoM
07/01/2017 22:27
Pour commenter le pourquoi du bash contre Ulrich... C'est un enculé, un sacré connard. C'est une personne que j'ai toujours trouvée antipathique, ultra imbu de lui-même et plutôt feignasse niveau créativité.
Je pensais ça avant de voir "Some Kind of Monster" qui m'a fait me dire "ah mais ouais, il passe vraiment pour un enculé".

Du coup, je ne sais pas si c'est la manière doont les gens veulent qu'on le perçoive, je sais pas si c'est vraiment un con, mais il dégage quelque chose de négatif dont je ne parviens pas à me défaire.

Retour à l'album : réflexion faite, je ne l'écouterai pas... Tout du moins, pas avant deux-trois ans. Parce que trop de hype, parce que trop d'avis et de bavardages. Je vais attendre que ça se tasse un peu. Cette hype m'a fait surtout me dire que, finalement, Metallica est devenu ce qu'était Led Zep lorsque les Horsemen ont débuté : du Rock à papa.
Et les papas défendent à fond ça en disant : "Tu vois, ça, c'est d'la musique !"

Et ça m'a amusé Gros sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Metallica
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (19)  5.84/10
Webzines : (11)  6.94/10

plus d'infos sur
Metallica
Metallica
Thrash - 1981 - Etats-Unis
  

vidéos
Hardwired
Hardwired
Metallica

Extrait de "Hardwired... To Self-Destruct"
  
Moth Into Flame
Moth Into Flame
Metallica

Extrait de "Hardwired... To Self-Destruct"
  
ManUNkind
ManUNkind
Metallica

Extrait de "Hardwired... To Self-Destruct"
  

tracklist
CD1:

01.   Hardwired
02.   Atlas, Rise!
03.   Now That We're Dead
04.   Moth Into Flame
05.   Dream No More
06.   Halo On Fire

CD2:

01.   Confusion
02.   ManUNkind
03.   Here Comes Revenge
04.   Am I Savage?
05.   Murder One
06.   Spit Out The Bone

Durée : 77'28

line up
parution
18 Novembre 2016

voir aussi
Metallica
Metallica
Kill 'Em All

1983 - Megaforce Records
  
Metallica
Metallica
...And Justice For All

1988 - Elektra Records
  
Metallica
Metallica
Metallica

1991 - Elektra Records
  
Metallica
Metallica
St Anger

2003 - Mercury Records
  
Metallica
Metallica
Master Of Puppets

1986 - Elektra Records
  

Essayez aussi
Warrel Dane
Warrel Dane
Praises To The War Machine

2008 - Century Media Records
  
Tool
Tool
Opiate (MCD)

1992 - Volcano Entertainment
  
Audrey Horne
Audrey Horne
No Hay Banda

2005 - Dogjob
  
Ugly Kid Joe
Ugly Kid Joe
Menace To Sobriety

1995 - Mercury Records
  

Children Of Bodom
Hatebreeder
Lire la chronique
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Les belles gueules du Black Metal
Lire le podcast
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast
BLACK METAL 1990-1994 : Le top 10 / Le pas-top 3
Lire le podcast
Affront
World in Collapse
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Spécial 20 ans de Thrashocore : Interview de Chris le fondateur !
Lire le dossier
Misery Index
Rituals of Power
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique