chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Metallica - Reload

Chronique

Metallica Reload
Si la sortie de Load avait causé nombre d'infarctus dans la communauté metal, son frère jumeau Reload, né à la même époque mais présenté au public seulement fin 1997, n'aura pas été aussi meurtrier. Et pour cause, le monde savait déjà à quoi s'attendre puisque les deux opus devaient au départ être regroupés en un seul double-album. Metallica recharge donc avec le même type de balles, un heavy rock bluesy éloigné du metal et encore plus du thrash, influencé par le blues, le hard rock, le pop/rock, le bal-musette, le flamenco, le rap, la salsa et la musique folklorique lithuanienne.

Première bonne nouvelle, le livret est bien moins ridicule que celui de Load. Finis les clichés rock-star je-me-la-pète, bienvenues les photos du groupe en concert ou dans le vestiaire. Par contre, la pochette reste toujours aussi moche. Normal, il s'agit du même "artiste" Andres Serrano qui a cette fois remplacé son sperme par son urine, délicate attention, toujours mélangé à du sang. Quant aux paroles, les voilà encore tronquées. En ce qui concerne la musique en elle-même, même producteur, mêmes schémas, mêmes influences. Tout pareil, enfin presque. Car Reload se différencie par quelques subtilités qui en font, d'une courte tête, un meilleur album que Load.

Remarquez, si vous avez fait une réaction allergique à Load toutefois, il y a peu de chance que Reload vous soit bénéfique. Metallica continue dans son heavy blues rock pas forcément génial mais entraînant, efficace et touchant, ce qui est déjà pas mal. On reconnaît donc les riffs lourds, appuyés et mid-tempi à la cool du full-length précédent (et qui constituent le coeur de la musique), enrichis de plans bluesy à la lead. La production de Bob Rock restant bien évidemment la même, en tout point parfaite pour le genre: propre, nette, puissante et équilibrée. Rien à redire non plus sur le mix. La batterie de Lars Ulrich, à défaut d'être rapide, se fait groovy et appuie bien les riffs de la paire Hetfield/Hammett. La basse de Newsted conserve à peu près la même place, à savoir la meilleure qu'elle n'ait jamais connue en étant bien audible, en soutenant parfaitement les guitares et en prenant parfois un peu d'initiatives ("Devil's Dance", "Bad Seed", "Where The Wild Things Are" sur laquelle le bassiste est même crédité, "Fixxxer"). Les guitares, elles, sont limpides, entraînantes, lourdes et bluesy (cet aspect étant toutefois légèrement moins affirmé que sur Load. Bref, Reload porte bien son nom.

Ce qui fait la différence est à chercher ailleurs. Reload se fait en effet plus dynamique qu'un Load par moment un peu mollasson, il faut bien l'avouer. Il y a même une partie de double sur "Bad Seed"! Et Reload bénéficie également d'une meilleure tracklist, plus homogène. Comme sur Load, tous les titres ont leur charme mais les morceaux s'avérant excellents se font plus nombreux. S'il n'y en avait que quatre, ils se comptent ici au nombre de six (voire sept) alors que Reload ne comporte que treize titres, un de moins que Load. Reload s'ouvre ainsi de la plus belle des façons avec un "Fuel" pêchu qui sent bon l'huile de moteur et la graisse. Un titre que le groupe joue toujours en live d'ailleurs alors qu'il a pratiquement abandonné tous les autres. La suite se fait toute aussi excellente avec le hit "The Memory Remains", très efficace, balancé entre hard rock énervé et ballade nostalgique, et où Metallica accepte pour la première fois de son histoire un guest en la personne de Marianne Faithfull, ex-égérie des Rolling Stones, qui pose quelques "lalalala" énervants pour beaucoup mais que personnellement j'adore. On saute un "Devil's Dance" plein de groove mais pas vraiment mémorable pour assister à "The Unforgiven II", suite de "The Unforgiven" de Metallica. Manque d'inspiration? Au contraire, "The Unforgiven II" surpassant presque son frère aîné en inversant judicieusement le shéma couplet énervé/refrain mélodique. Splendide !

Trois titres formidables sur quatre, ça commence très fort! Malheureusement, la suite se fait moins prenante et les tubes moins fréquents. "Better Than You" et son sample infâme d'intro/outro plus adapté à un jeu vidéo n'est ainsi sauvé que par un solo magistral. En parlant de solo, on note que ceux de Reload se révèlent plus nombreux, plus développés et plus inspirés que ceux de Load, bien pauvre de ce côté. On ne retrouve pas le Kirk Hammett de Kill 'Em All, Master Of Puppets ou ...And Justice For All mais la performance s'avère très satisfaisante. "Slither", quant à lui, est un des morceaux les plus dispensables de l'opus excepté là encore un solo bluesy fort appréciable. "Carpe Diem Baby"" vient remonter le niveau grâce à des riffs percutants et des lignes de chant remarquables. On passera vite sur un "Bad Seed" trop enjoué et sans passages mémorables, même au chant, pour retenir "Where The Wild Things Are" et ses vocaux doucereux, voire un "Prince Charming" presque dansant et au solo jouissif.

Arrive alors le titre le plus touchant de l'album, "Low Man's Lyric", avec orgue de Barbarie et violon (et oui on aura tout vu chez Metallica et ce n'est pas fini, dans deux ans débarque le S&M!). Une magnifique ballade où James Hetfield joue encore un grand rôle, que ce soit au niveau du chant mélodique triste qui me donne des frissons ou des paroles profondes. Ses interventions ne sont pas forcément toutes exceptionnelles ici (il sauve toutefois souvent des titres musicalement pas très inspirés) mais sur ce "Low Man's Lyric", le bonhomme est divin! De plus, on sera ravi de constater la moindre présence d'effets sur le chant qui avaient beaucoup de mal à passer sur Load. "Attitude" fait ensuite retomber le soufflet malgré un rythme entraînant mais sans séquence majeure. Le dernier titre, "Fixxxer", le fait vite oublier avec sa basse grondante, son riff bien heavy, et sa mélodie légère. Une très bonne conclusion malgré un effet vocal distordu assez inutile à un moment. "Fuel", "The Memory Remains", "The Unforgiven II" et "Low Man's Lyric" pour les plus reconnus, ainsi que "Carpe Diem Baby" et "Fixxxer" pour les morceaux bien trop sous-estimés, avec en numéro complémentaire "Where The Wild Things Are", voilà le ticket gagnant de ce Reload au tracklist certes encore déséquilibré mais beaucoup moins que Load.

Reload se sort plutôt bien de cette parenthèse dans la carrière des Mets, mieux que Load en tout cas, lui qui a malheureusement essuyé les plâtres à sa place en étant envoyé au front le premier. Il partage toutefois avec son frère siamois séparé à la naissance son défaut majeur: sa durée exagérée. Treize titres, soixante-seize minutes. C'est trois minutes de moins que Load qui comportait un morceau supplémentaire. Là aussi, les Mets auraient pu éliminer trois-quatre titres ou faire quelques coupes à des passages traînant en longueur et la pilule serait mieux passée. Celà dit, Reload paraît moins long grâce à son meilleur tracklisting. En tout cas, voilà, tout comme Load, un album injustement vilipendé car plein de qualités et de bonnes chansons. Les Four Horsemen ne font à l'époque plus de metal et même si d'un côté je le regrette en pensant à tout ce que m'ont apporté les quatre premiers opus, ce nouveau visage de Metallica n'est absolument pas déplaisant. Voilà un combo qui sait évoluer et dire merde à tout le monde. Rien d'étonnant, de toute façon, pour ce qui restera à jamais comme le meilleur groupe de tous les temps, metal ou non!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

heylel citer
heylel
17/11/2016 20:39
sans aimer vraiment, je l'ai préféré à load. un style différent des premiers, qui peut plaire (mais pas à moi).
Seb57 citer
Seb57
12/12/2011 01:37
note: 7/10
Suite logique d'un Load qui n'a pas fait l'unanimité auprès des fans .....
Pas un mauvais album, mais venant de Metallica, on s'attend toujours à mieux ....
the gloth citer
the gloth
23/08/2011 00:32
Tiens, moi non plus j'ai jamais écouté celui-là (St Anger j'ai quand même écouté le début de chaque morceau, mais aucun jusqu'au bout).
Dark Nico citer
Dark Nico
10/03/2009 08:47
note: 4.5/10
Pour moi c'est la même veine que Load et j''ai déjà dit ce que j'en pensais. Je n'arriverai jamais à m'y faire. De temps en temps (tous les 2-3 ans en moyenne quand même ) je me remets un de ces 2 albums en pensant que j'arriverai à y trouver qqchose. Mais non rien à faire cela ne passe pas. Et pourtant en 12-13 ans mes gouts ont fortement évolué....
Chri$ citer
Chri$
10/03/2009 07:44
note: 7.5/10
tout est dans la kro! quelques divergences d'opinions avec toi sur certains titres ("Unforgiven" qui n'atteint pas la grace du 1er; "Attitude" que j'adore) mais dans l'ensemble je m'y retrouve. En effet un album bien meilleur que "Load", avec plus de cohérence dans la tracklist, plus accrocheur et juste mieux! je l'écoute souvent avec plaisir meme encore aujourd'hui...et mention spéciale aux titres qui sortent de l'ordinaire et que tu as judicieusement pointé du doigt: "Where The Wild Things Are" et "Low Man's Lyrics" portés par la grace, et surtout "Fixxxer", qui avoisine l'épique durée d'un titre de "...And Justice For All" et qui sans en posséder le meme génie, possède quelques moments de bravoure. Un titre (et un album) sous estimé Sourire
Ant'oïn citer
Ant'oïn
09/03/2009 23:56
note: 8/10
Superbe chronique avec une analyse des plus justes. Les chroniques des autres Webzines sont toujours identique, c'est a dire en detruisant l'album et en regrettant les annees 80.

Et la Keyser avec une ouverture d'esprit primordial, arrive a ne pas regretter de blast et de batterie triggee en 250.

Plus serieusement, c'est le premier album des mets que j'ai entendu et que j'ai achete d'ailleurs, je suis d'accord avec tout ce que tu a dit, a part le fait que Prince Charming doit etre joue a chaque live, et je ne comprend pas qu'on ne le retrouve jamais dans les setlists.

Voili voilou bien joue Keyser comme d'habitude.
Saikicekon citer
Saikicekon
09/03/2009 18:45
note: 7.5/10
Keyser, c'est toi le meilleur !
cglaume citer
cglaume
09/03/2009 17:36
Le seul album de Metallica que je n'ai jamais écouté (je sais c'est pas bien ...)
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
09/03/2009 15:58
J'aime bien la rythmique de "Devil's Dance" et l'ambiance de "Where The Wild Things Are", je peux pas blairer le caméo de Marianne Faithfull. Après j'aurais du mal à le noter cet album vu que comme "Load", j'ai jamais réussi à le finir !
Dead citer
Dead
09/03/2009 15:49
note: 6/10
Moi j'ai toujours préféré Load.


/SAR

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Metallica
Heavy Blues Rock
1997 - Vertigo
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (21)  6.05/10
Webzines : (14)  5.72/10

plus d'infos sur
Metallica
Metallica
Thrash - 1981 - Etats-Unis
  

vidéos
The Memory Remains
The Memory Remains
Metallica

Extrait de "Reload"
  

tracklist
01.   Fuel
02.   The Memory Remains
03.   Devil's Dance
04.   The Unforgiven II
05.   Better Than You
06.   Slither
07.   Carpe Diem Baby
08.   Bad Seed
09.   Where The Wild Things Are
10.   Prince Charming
11.   Low Man's Lyric
12.   Attitude
13.   Fixxxer

Durée : 76'06

line up
voir aussi
Metallica
Metallica
Kill 'Em All

1983 - Megaforce Records
  
Metallica
Metallica
St Anger

2003 - Mercury Records
  
Metallica
Metallica
Metallica

1991 - Elektra Records
  
Metallica
Metallica
Load

1996 - Vertigo
  
Metallica
Metallica
...And Justice For All

1988 - Elektra Records
  

Vader
Iron Times (EP)
Lire la chronique
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique
Sadus
Swallowed In Black
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
God Dethroned
Illuminati
Lire la chronique
Mörbid Carnage
Glory To Satan Soldiers (EP)
Lire la chronique
METALHERTZ - Bilan 2019
Lire le podcast