chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
60 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Rapture - Paroxysm Of Hatred

Chronique

Rapture Paroxysm Of Hatred
Un groupe qui porte le nom d'un des meilleurs morceaux de Morbid Angel, ça ne peut qu'être bon, non? C'est ce que je me suis dit en apprenant l'existence de ce combo formé en 2012 avec la sortie de son deuxième album Paroxysm Of Hatred en début d'année chez les fins limiers espagnols de Memento Mori. Le groupe vient de Grèce en plus, pays que j'affectionne particulièrement pour sa scène death metal de grande qualité. La pochette est plutôt cool aussi. Bref, cet opus se montrait alléchant avant même d'en entendre la moindre note. Ne manquait plus qu'à écouter tout ça!

Et il n'aura pas fallu quinze écoutes pour confirmer l'intérêt de la chose. On le comprend dès l'énorme titre d'ouverture "Thriving On Atrocity". Foutre Satan ce que ça bute! Ce qui est intéressant en plus c'est que Rapture ne fait pas du death metal comme ses talentueux camarades. Enfin pas tout à fait puisque la formation athénienne possède bien une grosse facette death mais fait plutôt dans le death/thrash. Un death/thrash old-school très typé début des années 1990 qui tabasse grave et groove à mort, modernisé par une production claire et puissante sans sonner synthétique. On pense à Demolition Hammer, Malevolent Creation, Solstice, Dark Angel, old-Sepultura, Morbid Angel, Slayer, avec une voix arrachée râpeuse bien vicieuse et vénère qui rappelle celle d'Anton Reisenegger (Criminal, Pentagram Chile), de temps en temps associée à du growl en backing vocals. Imaginez le truc! Une grosse déculottée death/thrash ultra efficace! Ça joue vite la plupart du temps, entre tchouka-tchouka à la frappe lourde et blast-beats qui font le ménage. Et quand Rapture ralentit un peu la cadence c'est pour nous asséner du mid-tempo bien headbangant. Vous l'avez compris, ça envoie du bois et le batteur ne fait pas semblant, martelant sa pauvre caisse claire avec une intensité qui ne faiblit pas et envoyant de la double à tout-va. Tout le monde suit le rythme, y compris le chanteur dont le débit vocal se fait parfois bien rapide.

Nous voilà déjà très satisfait question rythmiques, le groupe balance la sauce. Sauf que pour faire un album marquant sur la durée, il faut aussi, et surtout, un riffing de qualité. Pas de problème à ce niveau-là non plus, bien au contraire! Le duo de guitaristes nous sort du riff incisif et inspiré à tour de bras, notamment pas mal d'excellents tremolos aux mélodies plus ou moins sombres. Ça riffe sévère, ça n'arrête pas! Putain que c'est jouissif! On a aussi le droit aux solos chaotico-mélodiques que les deux compères maîtrisent également fort bien. Ouais, il y a tout ce qu'il faut sur ce Paroxysm Of Hatred, même de la bonne basse! On se retrouve dès lors face à huit brûlots death/thrash sans faiblesse, sur quarante minutes que l'on ne sent pas passer. Aucune lassitude à prévoir en effet malgré le manque d'originalité ou de variation du chant toujours sur le même ton, ou le style thrash qui peut parfois vite tourner en rond. Ça, c'est quand on n'est pas doué! Le talent des Grecs leur permettent de composer des morceaux aux riffs et mélodies distincts qui bourrent mais restent suffisamment variés pour captiver leur auditoire jusqu'au bout de cet opus à la qualité on ne peut plus homogène. Pas de séquences qui font grincer des dents ou même simplement froncer un peu les sourcils. Juste des préférences sur tels ou tels morceaux, tels ou tels passages. En ce qui me concerne, si je devais choisir les titres et moments les plus marquants, mon choix se porterait sur "Thriving On Atrocity" qui m'a mis la première mandale en donnant le ton, "Vanishing Innocence" bien zinzin, le jubilatoire "Redemption Through Isolation" (le plus bourrin de la bande), "Paroxysm Of Hatred : Procreation" bien thrashy et sombre avec des lignes de chant ultra bonardes, les petites harmoniques diaboliques à la Slayer sur la séquence casse-nuque de "Misanthropic Outburst", "Taken By Apathy" ou peut-être bien la meilleure piste qui reprend tous les atouts de Rapture avant d'atteindre son apothéose sur le break à 3'33 où un riff mid-tempo slayerien annonce seul non pas une partie de headbanging frénétique comme on aurait pu s'y attendre mais une séquence de blasts du feu de Satan portant un tremolo tout aussi orgasmique avant de groover méchant à la double, le riff thrash bien dark sur du tchouka-tchouka qui démonte suivi d'un solo savoureux sur "Quintessence Of Lunacy", ou encore "Paroxysm Of Hatred : Revelation" qui montre que les Hellènes peuvent même se permettre de pousser la durée d'une compo à plus de sept minutes tout en restant intéressants sur un final grandiose qui vient clore l'album de façon magistrale en vous laissant à genoux la bave aux lèvres. J'ai cité tous les morceaux, normal c'est buterie sur buterie ici!

Grosse découverte que Rapture et son deuxième full-length Paroxysm Of Hatred. Le genre de truc inconnu qui te prend par surprise et te met une bien plus grosse mandale que bien des groupes plus connus. Dans un genre death/thrash 90s ultra costaud et pas le plus joué ces dernières années en plus, Rapture enchaîne les tueries sur presque trois quarts d'heure de démonstration impressionnante. Tremolos death succulents, brisage de cervicales en règle, riffing nerveux qui fait dresser les poils et donne envie de tout péter, concassage de bûches à la douzaine, tchouka-tchouka entraînant, blastouille jouissive, groove méchant, solos chaotico-mélodiques inspirés, le combo grec enchaîne les bons points sur ce disque qui ne souffre d'aucun gros défaut. Les amateurs de Malevolent Creation, Demolition Hammer, Dark Angel, Morbid Saint, Sadus, Kreator et de tout ce qui sonne américain (floridien et californien) et allemand (la frange dure) devraient partager cet avis. À l'aise un de mes albums de l'année, même si on n'est que début mai. Et encore une preuve qu'en Grèce, ça ne rigole pas du tout! Ελευθερία ή θάνατος!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

DEMONIKA citer
DEMONIKA
08/05/2018 18:07
En même temps y'avait gars d'Ectoplasma chez Rapture alors ça ne pouvait être que bon, et là aussi bon batteur mais j'aurais pas dit non s'ils avaient repris Maelstrom présent dans de nombreuses formations et pas pour rien!
AxGxB citer
AxGxB
06/05/2018 22:59
note: 8/10
Très bonne découverte en effet. Idem, l'artwork m'a attrapé l'oeil et une seule écoute à suffit à me convaincre de la qualité de l'ensemble. Bonne pioche de la part de memento Mori qui enchaîne les sorties de qualité.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rapture
Death/Thrash
2018 - Memento Mori
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (1)  3/10

plus d'infos sur
Rapture
Rapture
Death/Thrash - 2012 - Grèce
  

vidéos
Thriving On Atrocity
Thriving On Atrocity
Rapture

Extrait de "Paroxysm Of Hatred"
  

tracklist
01.   Thriving On Atrocity  (04:38)
02.   Vanishing Innocence  (05:22)
03.   Redemption Through Isolation  (04:47)
04.   Paroxysm Of Hatred: Procreation  (05:34)
05.   Misanthropic Outburst  (04:03)
06.   Taken By Apathy  (05:27)
07.   Quintessence Of Lunacy  (03:51)
08.   Paroxysm Of Hatred: Revelation  (07:18)

Durée : 41:00

line up
parution
22 Janvier 2018

Essayez aussi
Descending
Descending
Enter Annihilation

2008 - Massacre Records
  
Incubus
Incubus
Beyond The Unknown

1990 - Nuclear Blast Records
  
Exmortus
Exmortus
Slave To The Sword

2014 - Prosthetic Records
  
God Dethroned
God Dethroned
The Lair of the White Worm

2004 - Metal Blade Records
  
Codeon
Codeon
Source

2008 - Drakkar Entertainment
  

Vulture
The Guillotine
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Panzer Squad
Ruins
Lire la chronique
Dreadful Fate
Vengeance
Lire la chronique
Nuclear Assault
Handle With Care
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 16 - And the Legend Leaves Town ...
Lire le podcast
Black Metal de Pologne, mais pas Behemoth, ni Graveland, mais plutôt....
Lire le podcast
Hellish
The Spectre Of Lonely Souls
Lire la chronique
Skeletonwitch
Devouring Radiant Light
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Survive
Lire la chronique
Exmortus
The Sound Of Steel
Lire la chronique
Le NSBM... un thème arisk !
Lire le podcast
Nuclear Assault
The Plague (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique