chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
67 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pig Destroyer - Head Cage

Chronique

Pig Destroyer Head Cage
Bon.

On ne fera pas l'affront de présenter Pig Destroyer, tant le groupe a su se poser en pilier d'un genre entier, leur recette de Grindcore acide ayant fait ses preuves et laissé une marque indélébile sur de nombreux auditeurs. Depuis le sommet absolu qu'était, et reste, "Terrifyer", on sentait bien que le groupe cherchait à progresser, JR et sa bande étant probablement frustrés de n'être bons qu'à balancer la sauce - ce qui est, je le rappelle, tout ce que l'on peut attendre d'un groupe de Grindcore, le genre étant plus que limité. Ainsi, notre petite bande a commencé, tout doucement, à arpenter des chemins différents, à infuser quelques menues nouveautés dans leur musique de sauvage. Une progression dans le mauvais, malheureusement... Du bon ("Phantom Limb") en terminant sur de l'anecdotique ("Book Burner"), le groupe s'est fatigué, ne détruisant plus grand chose sinon mon envie de me pencher sur leurs nouvelles sorties. Têtu, j'avais envie d'y croire, surtout six ans après leur dernier full-length. Je m'accrochais encore à l'espoir de revoir le groupe au meilleur de sa forme, rageur, furieux, hystérique, bref, le PxDx comme je les aime. Et ce malgré la voix de JR, flinguée par des années de concerts où il donnait toujours tout, de la première à la dernière date; Malgré leurs expérimentations pas toujours heureuses, j'espérais un "Head Cage" à la hauteur de la légende du combo : une galette qui me donne à nouveau envie de donner des coups de latte dans mon mobilier.

Et finalement, assez logiquement, j'ai été déçu.

Le premier extrait dévoilé, "Army of Cops" et son groove pépère, mais surtout sa production proprement ignoble, cette batterie gonflée artificiellement au mixage pour combler le vide de la composition, aura rapidement eu raison de la maigre flamme d'espoir que j'entretenais. Puis vint le merch. Et j'ai vu le t-shirt reprenant l'iconique scène du très discutable "The Wicker Man" où Nicolas Cage, pris la tête dans une cage (que c'est fin), hurlait "Not the beeees ! Not the beeeees !". D'abord consterné, j'ai finalement trouvé le visuel assez raccord avec le regard que je porte sur "Head Cage", une fois un peu de recul pris. Pas une parodie, pas de second degré, mais un groupe qui prend très au sérieux son évolution pourtant discutable, une sorte d'Uwe Boll qui croirait dur comme fer à son navet sans jamais se rendre compte de l'horreur qu'il s'échine à tartiner.

En ce sens, la petit introduction bruitiste à base de "Nous ne saurions être tenus responsables des dommages causés à vos tympans par une écoute prolongée de ce disque" me fait sourire. D'une part, parce que ce petit prélude d'une minute est ce qu'il y a de plus extrême à se mettre sous la dent dans "Head Cage", d'autre part, parce qu'effectivement, j'aurais presque envie de me boucher les oreilles tant certains titres sont pénibles, masquant leur absence totale d'efficacité derrière la fameuse cachette du "Non mais tu comprends pas, on fait des constructions rythmiques un peu compliquées".

Ha, des constructions complexes ? Tu veux dire, comme "Concrete Beast" ? Son introduction poussive, sorte de prototype d'un Meshuggah déjà passé par quinze destockeurs et dont personne ne veut, n'est même pas sauvé par Kat, pourtant toujours aussi convaincante derrière un micro. Le reste du disque est fait du même bois, ne faisant qu'osciller entre le "mouais" et le franchement pénible. Les quelques petits sursauts du Grindeux d'antan, enfermé dans chacun des musiciens et qui s'arrache probablement les cheveux en entendant ce que le groupe a pu devenir, sont gâchés par cette production monolithique, manquant de précision et rendant les parties blastées aussi incompréhensibles que pénibles ("Terminal Itch", mais surtout les tartines éparses au sein de "The Adventures of Jason and JR"). "Terrifyer" était homogène dans la peur qu'il instillait dans l'auditeur. "Head Cage", lui, a choisi d'être constant dans l'ennui profond qu'il provoque chez moi. J'ai peine à isoler un titre qui m'aurait plus séduit qu'un autre, où même sorti de ma torpeur, puisque les parties qui foncent tête dans le guidon sont complètement gâchées par la production. Et les autres, qui se veulent être le "Pig Destroyer nouveau" sont franchement quelconques, piochant des idées à droite et à gauche sans jamais les exploiter à fond, se contentant d'empiler du riff déjà entendu cinquante fois ailleurs, d'y accoler - au choix - deux ou trois nappes de Noise, une rythmique un peu déconstruite, et de faire passer ça pour quelque chose de novateur. Plus qu'à attendre le pigeo... Client. Du vrai Juan Romano Chucalescu.

Ha, j'ai oublié de préciser que c'était le premier album de Pig Destroyer avec un vrai bassiste à l'intérieur, mince... Dans ce que j'ai pu lire, l'arrivée du bonhomme est un petit évènement. Pourtant, sa participation est aussi vaine que l'album auquel il participe, puisqu'on l'entend vaguement vrombir au démarrage, avant de se noyer dans le reste. Pig Destroyer se retrouve dans une position délicate, le cul entre deux chaises, ne sait plus vraiment s'il veut faire du Grindcore ou construire des compositions un peu plus complexes (hahaha). S'ensuit l'entre-deux qu'est "Head Cage", jamais vraiment mauvais, mais jamais bon non plus. Un disque à peine correct, un mauvais Pig Destroyer, mais dans les deux cas, une sortie absolument quelconque qui me laisse totalement indifférent... Ce qui est peut-être bien le pire qui puisse arriver à un groupe comme PxDx.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pig Destroyer
Grindcore
2018 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs : (3)  5.67/10
Webzines : (9)  8.13/10

plus d'infos sur
Pig Destroyer
Pig Destroyer
Grindcore - 1997 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Tunnel Under The Tracks  (01:21)
02.   Dark Train  (01:11)
03.   Army of Cops 03:18 vidéo
04.   Circle River  (02:45)
05.   The Torture Fields 02:55 vidéo
06.   Terminal Itch  (01:13)
07.   Concrete Beast  (03:21)
08.   The Adventures of Jason and JR  (02:12)
09.   Mt. Skull 01:37 vidéo
10.   Trap Door Man  (01:15)
11.   The Last Song  (02:40)
12.   House of Snakes  (07:07)

parution
7 Septembre 2018

voir aussi
Pig Destroyer
Pig Destroyer
Phantom Limb

2007 - Relapse Records
  
Pig Destroyer
Pig Destroyer
Terrifyer

2004 - Relapse Records
  
Pig Destroyer
Pig Destroyer
Book Burner

2012 - Relapse Records
  

Essayez plutôt
Blockheads
Blockheads
Shapes Of Misery

2006 - Overcome Records
  
Massive Charge
Massive Charge
Silence

2007 - Autoproduction
  
Napalm Death
Napalm Death
Scum

1987 - Earache Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Exit

2005 - Spinefarm Records
  
Phobia
Phobia
Unrelenting (EP)

2010 - Relapse Records
  

Kreator
Outcast
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique