chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Revocation - The Outer Ones

Chronique

Revocation The Outer Ones
Il en fait, du chemin, le remarquable David Davidson, depuis ses débuts avec son premier album, Sanity's Aberration, lorsque Revocation s'appelait encore Cryptic Warning! Et si, du haut de sa petite vingtaine d'années, on lui aurait dit que plus tard, son groupe ferait office de figure de proue d'un death thrash tantôt prog tantôt tech, enchaînant les sorties intéressantes, je pense qu'il n'y aurait pas cru un instant - malgré son talent inné pour la guitare et ses études au prestigieux Berkley College of Music. Et pour cause: il fallut attendre l'EP parfait - n'ayons pas peur, osons utiliser ce mot - Teratogenesis pour voir le groupe prendre un vrai envol et se démarquer de ses compères. Faisons un bref rappel succinct des précédents albums: Summon the Spawn puis Empire of the Obscene servent de brouillon à un groupe qui a encore du mal à se trouver une identité. La donne change un an plus tard avec Existence is Futile, où le groupe n'a désormais plus peur d'afficher son amour pour le jazz, bien que l'idée qui s'en dégage est encore immature: jouer un thrash exceptionnellement agressif, parfois trop, et montrer que leur jeu est au-dessus de la moyenne. Chaos of Forms se repose un peu plus, dans le sens où il s'apparente à un album de thrash plus classique, sans grande importance mais sans grand défaut non plus. C'est donc à partir de Teratogenesis que l'on sentit le groupe diversifier ses compositions et complexifier son jeu, alternant entre les riffs brutaux totalement gratuits de "Bound by Desire" et le jazz allumé de "Teratogenesis". Inutile de vous détailler la suite car nous le verrons après: le groupe était lancé et tira par la suite de nombreuses leçons de leurs premiers essais.

C'est donc fort d'une carrière qui a su prendre un excellent tournant que le groupe sortit son neuvième effort (comptons, dans l'ensemble, Sanity's Aberration et l'EP original Teratogenesis, Summon the Spawn étant intégré à Empire of the Obscene) le 28 Septembre dernier. Le sieur Davidson nous l'avait dit: il s'agit du plus "death metal" de leurs albums et on veut bien le croire quand on prend deux ans de recul! Pour rappel, l'icônique batteur Phil Dubois-Coyne a laissé sa place au tout aussi talentueux Ash Pearson, passant ainsi d'un jeu tirant pleinement ses racines dans le jazz et dans la funk à un jeu bien plus agressif et extrême. Bien que l'excellent Deathless (personnellement mon album préféré du quatuor) semblait déjà donner ses lettres de noblesse à ce death mature et riche, il faudra attendre l'album suivant, Great is Our Sin, pour pleinement ressentir la différence. Et ]The Outer Ones n'aime pas patienter: fort de cette formule, il démarre sur les chapeaux de roues avec un riff composé à 100% de tremolo picking très catchy et agressif, soutenu par une batterie qui ne lésine pas sur les blast beats ("Of Unwordly Origin", donc). Répétez ce riff une deuxième fois (il est si bon, autant carrément l'intégrer plus tard dans le refrain!) et enchainez avec un autre riff beaucoup plus rythmique, essentiellement basé sur la technicité et les dissonances au travers de la méthode du "let ring": et aussi surprenant que cela puisse paraître, le groupe venait subtilement de nous révéler l'intégralité du ton de leur nouvel opus en trente secondes. Tu parles d'une efficacité!

"Of Unworldly Origin" pose donc les bases de l'album. Rapide, efficace, ne s'arrêtant à aucun moment, alternant entre une intro agressive et une partie instrumentale/solo plus posée, il s'apparente sur bien des points à l'opener de leur précédent album, "Arbiters of the Apocalypse". Rien n'est particulièrement prog: la construction est relativement standard et c'est tant mieux, car il est inutile de noyer l'auditeur avec des signatures alambiquées dès le premier morceau. Le piège se referme alors sur nous: le premier titre terminé, la sorcière nous ayant envoûté, nous voulons en savoir plus et sommes désormais condamnés à entamer une lente descente vers un monde horrifique, sombre, dont on ne ressort qu'au bout d'une petite heure.

Vous l'aurez compris: le groupe se replonge dans l'horreur lovecraftienne, timidement amorcée sur Existence is Futile. Great is Our Sin, lui, avait plus pour but de nous faire prendre conscience des méfaits de l'homme tout au long de l'Histoire de l'humanité (une autre forme de l'horreur, en quelques sortes), le nom de l'album étant lui-même tiré d'une phrase de Charles Darwin dans son Voyage of the Beagle: "If the misery of the poor be caused not by the laws of nature, but by our institutions, great is our sin". Le prolifique guitariste souhaitait simplement utiliser son imagination d'une façon différente, sans pour autant trahir l'essence de sa musique (si j'en crois ses paroles dans une interview pour Distorted Sound Mag). On replonge ici dans une forme d'horreur brute, premier plan, qui s'illustre dès la pochette exceptionnellement macabre dont on jurerait qu'il s'agit d'une représentation de quelqu'un décrivant de manière spontanée le mot "horreur".

La musique, dès lors, se fait beaucoup plus atmosphérique (et cela peut être amusant de parler d'atmosphérique pour du death metal, mais poussez votre lecture quelques lignes plus loin!). Exit les riffs efficaces et alambiqués, partant un peu dans tous les sens, de Deathless ou même parfois de Great is Our Sin et ses morceaux rapides. Place maintenant à des chansons au riffing très lourd, mid-tempo voire low-tempo, qui servent d'appui pour placer une atmosphère particulièrement macabre (on se souviendra des toutes premières notes de "The Outer Ones", qui annoncent d'emblée quelque chose de mauvais). Les exemples sont légions: "That Which Consumes All Things", et son passage hypnotique à la fin, "Fathomless Catacombs" et ses riffs dissonnants et sa construction chaotique, "Vanitas" et "A Starless Darkness", qui conclut l'album de manière intéressante puisqu'on a clairement ici une ouverture vers le death progressif (on est à des kilomètres du thrash), plus réfléchi et mature. Et, au fur et à mesure que nous nous plongeons dans l'horreur de l'album, la musique nous accompagne et se densifie: on commence donc l'écoute par un morceau très efficace, à la construction relativement simple, et transitons lentement vers quelque chose de plus poussé: une construction chaotique dans "Fathomless Catacombs", une instrumentale dense avec "Ex Nihilo" et une sensation progressive dans "A Starless Darkness", le tout présenté de plus en plus lentement. Le piège s'est refermé et nous a emporté avec lui.

N'allez pas croire que cet album joue exclusivement la carte du mid-tempo: on retrouvera quelques irréductibles gaulois avec "Of Unworldly Origin" et surtout "Blood Atonement", qui voit le tremolo picking faire son grand retour avec des mélodies venues d'un autre monde, imposant une étrange atmosphère, mélancolique, faisant par plusieurs fois penser à "Witch Trials" sur l'album Deathless. Cette atmosphère, les musiciens y sont bien habitués, puisqu'on la retrouve déjà sur l'excellent "The Tragedy of the Modern Ages" dans Existence is Futile il y a presque dix ans. Un mélange de dynamisme, de mélodie mais, quelque part, de tristesse timide dont on aurait vraiment du mal à mettre des mots dessus.

Revocation nous offre donc, en cet an de grâce 2018, un septième album, au rythme d'un album tous les deux ans voire tous les ans, qui se démarque par une emphase sur le mot "death" de leur étiquette maintenant compliquée à décrire tant ils accumulent les influences. Thrash metal? Plus vraiment, même si la production laisse encore le doute planer. Technical? Assurément. Progressive? Ce n'est pas incohérent. Jazz-like? Totalement. Funk-like? Pourquoi pas (peut être pas sur ce disque, cependant). Death? Bien sûr! Bref, vous voyez, les influences sont nombreuses, ce qui complexifie la dissection du disque. D'autant plus que le groupe aime osciller entre ces influences et c'est ce qui le rend très intéressant à suivre. Cette fois-ci, c'est le death qui est à l'honneur, entre les blast beats, les voix gutturales ou l'absence de chant clair - le plus gros contraste avec le précédent album puisque Dave déclarait en avoir mis plus que jamais -, la seule trace se trouvant dans "Luciferous" et qui donne un aspect maléfique et presque incantatoire. Bref, le groupe semble décidément être résolu à exploiter jusqu'à la moëlle la moindre de leurs influences, toujours en ajoutant cette méthode de composition unique qui dénote presque complètement le groupe de ses comparses. Ce nouvel album ne révèle rien d'autre que l'aisance stupéfiante avec laquelle David Davidson maîtrise à sa guise les styles qui lui sont à coeur, pour l'adapter à sa formule, créant toujours ainsi quelque chose d'unique, inlassable. Tout autant de raisons qui me forcèrent à soupirer la chose suivante, une fois ma première écoute terminée: "Bon, vous en avez pas marre de produire l'album de l'année à chaque fois les gars?"

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Batu citer
Batu
15/11/2018 22:18
J'étais complètement passé à côté en voyant la note plutôt sévère de AMG (2.5/5), ce test me donne davantage envie de me pencher dessus. Sourire
andreas_hansen citer
andreas_hansen
12/11/2018 22:24
note: 9/10
Pas mal d'avis intéressants ici, merci de vos retours les gars. Sourire

Le chant clair n'a jamais été le fort de Davidson ça c'est sûr, mais il a toujours apporté une nuance intéressante à sa musique, je trouve.
Un Chevelu citer
Un Chevelu
12/11/2018 15:09
note: 9/10
Je te rejoins sur cette album (même si contrairement à toi je trouve que deathless étai le plus mauvais album de groupe, je garde quand-même un préférence pour la palette plus "jazz" du groupe). L'album est une petite bombe de bout en bout, avec toujours ces solos d'une autre Galaxy (le solo de "Blood Atonnement" bordel !) . Revocation à enfin trouvé sa patte, chapeau bas !
mayhem13 citer
mayhem13
12/11/2018 14:38
Hâte de l'écouter, car j'ai eu les mêmes ressentis que toi sur les anciens. En espérant, comme tu le dis, que tout soit plus cohérent et homogène dans celui-ci.
N4pht4 citer
N4pht4
12/11/2018 12:05
"Absence de chant clair". Allez rien que pour ca, ca mérite une écoute attentive.
En tout cas la chronique donne envie, sur le papier ca m'a l'air bien. Musicalement j'ai toujours trouvé que Revocation avait un talent certain mais le chant "clair" justement venait toujours, comme d'habitude, tout gâcher.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
12/11/2018 09:14
note: 8/10
Un très bon album qui arrive enfin à concilier toute la palette de jeu du groupe, chose qui n'étais pas le cas sur les deux précédents plutôt décevants.

Cohérent et accrocheur de bout en bout il s'agit sans doute de la meilleure du groupe depuis l'éponyme en 2013.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Revocation
Technical Thrash/Death Metal
2018 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (4)  8/10
Webzines : (9)  8.42/10

plus d'infos sur
Revocation
Revocation
Technical Thrash/Death Metal - 2006 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Of Unworldly Origin  (04:29)
02.   That Which Consumes All Things  (05:29)
03.   Blood Atonement  (04:44)
04.   Fathomless Catacombs  (05:34)
05.   The Outer Ones  (05:42)
06.   Vanitas  (05:54)
07.   Ex Nihilo (Instrumental)  (04:24)
08.   Luciferous  (04:49)
09.   A Starless Darkness  (07:15)

Durée : 48:20

line up
parution
28 Septembre 2018

voir aussi
Revocation
Revocation
Chaos Of Forms

2011 - Relapse Records
  
Revocation
Revocation
Revocation

2013 - Relapse Records
  
Revocation
Revocation
Teratogenesis (EP)

2012 - Scion Audio Visual
  

Annihilator
Refresh The Demon
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
French Black Metal : des découvertes et les réponses
Lire le podcast
Le Canyon - Épisode 21 - Ballade Luciférienne.
Lire le podcast
Truent
To End an Ancient Way of Li...
Lire la chronique
Les sorties de 2018
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Metalhertz #2 - "Vers l'infini et au-delà!"
Lire le podcast
High On Fire
Electric Messiah
Lire la chronique
Prezir
As Rats Devour Lions
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Sepulcher
Panoptic Horror
Lire la chronique
Deathhammer
Chained To Hell
Lire la chronique
Arsis
Visitant
Lire la chronique
Le black metal : un monde d'autistes !
Lire le podcast
Darkness
First Class Violence
Lire la chronique
Autumn Insanity Tour 2018
Raining Bombs + Satsuma 薩摩 ...
Lire le live report
Gorod
Æthra
Lire la chronique
Le Canyon - Spécial 2 + Concours - Le Dernier Sabbath
Lire le podcast
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le podcast
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast
Voivod 35th Anniversary European Tour
Bio-Cancer + Hexecutor + Vo...
Lire le live report
Aborted
Terrorvision
Lire la chronique
Pig Destroyer
Head Cage
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast