chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
143 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Misanthrope - IrréméDIABLE

Chronique

Misanthrope IrréméDIABLE
Histoire de ne pas rallonger une chronique qui est déjà conséquente, je n'évoque pas le fait que IrréméDIABLE est un concept album autour de Baudelaire, pour plus de précisions à ce sujet, lisez donc cette interview préparée avec amour par votre serviteur.

Pour couper court à toute polémique je vous le dis : oui, depuis aussi longtemps que j'écoute Misanthrope (ce qui remonte à la sortie de Libertine Humiliations), j'aime ce groupe. Oui je m'entends bien avec Philippe, oui je pense que Jean Jacques Moréac est le meilleur bassiste metal d'Europe, oui je pense que Misanthrope est de loin le groupe le plus original de France, voire le meilleur de France tout court. Et décidément non, ce n'est pas ce nouvel album qui me fera changer d'avis.
Et ce qu'il y a de bien avec Misanthrope, c'est quoiqu'il arrive on sait que le groupe ne suivra pas les modes mais plutôt ses envies sans jamais mouiller son doigt pour voir dans quel sens le vent tourne, et c'est là la chose que je préfère dans ce groupe français culte. Croyez-moi, Misanthrope ce serait mis à faire de cet immonde « modern death » lancé par Gojira et dont l'intérêt musical est inversement proportionnel à la popularité (j'irais même jusqu'à dire inexistant), je ne me serais pas gêné pour leur mettre une note négative (Chris, on peut noter en dessous de 0 s'il te plaît ?) en leur renvoyant leurs digipacks dédicacés. Et bien évidemment, je ne me suis pas trop fait de soucis de ce côté-là, sachant toujours aussi pertinemment que Misanthrope fait plus que jamais du Misanthrope…

Difficile tâche que voilà pour ce IrréméDIABLE de succéder au parfait Metal Hurlant, qui marquait au même titre qu Visionnaire l'aboutissement d'une période au sein du groupe. Tout comme il y a eu un « après Visionnaire » et un « après Jean Baptiste Boitel », j'avais bien supposé qu'il y aurait un « après Metal Hurlant», et je ne m'étais pas trompé. Oh certes, il est bien difficile de rapprocher chaque album de Misanthrope avec l'autre, tant ils sont différents, mais tout comme certaines personnes sont plus égales que d'autres (j'espère que vous avez révisé vos classiques), celui-ci est peut être moins différent que les autres qui le sont tous (vous me suivez encore ?).
La première chose qui frappe à l'écoute de cette nouvelle œuvre, c'est l'impression d'écouter un best of de l'époque post-Visionnaire (malgré quelques similitudes avec leur troisième opus et même1666... Theatre Bizarre), un peu comme si Misanthrope avait voulu tirer la quintessence de son style inimitable. C'est là une impression à double tranchant, car même si le niveau de qualité est très élevé, IrréméDIABLE est peut être un peu moins surprenant que ses prédécesseurs, et possède une identité moins forte. N'allez pas croire pour autant qu'il n'en ait pas du tout, n'importe qui serait capable de le reconnaître dans la seconde, mais cet album est peut être le moins facilement identifiable de sa discographie (même si la production atypique apporte un peu de fraîcheur, j'y reviendrai plus tard).
La seconde chose qui frappe, c'est que IrréméDIABLE est probablement l'album le plus varié, tout en étant le plus brutal du groupe. Certains titres parmi les plus brutaux qu'ait composé Misanthrope (« l'Infinie Violence des Abîmes » et « Ixion » principalement) côtoient plus de mid-tempos que jamais proposé jusqu'alors avec « Prodigalité », « Plaisirs Saphiques » ou le très rock « 1857 », et tous les morceaux (mid-tempos exceptés) comportent leur lot de passages vindicatifs. S'y ajoutent des moments plus classiques dans la veine de ce que Misanthrope a toujours proposé comme « Phénakistiscope », « Les Limbes », « Le dandy de Bohème » ou « Névrose », le génial « Le Passager Du Hasard » qui aurait pu figurer sur Metal Hurlant ou le très varié « Le Maudit et son Spleen » avec son riff black metal, on obtient un excellent pot-pourri de ce que le groupe a fait jusqu'alors. Le revers de la médaille est que IrréméDIABLE est aussi l'album le plus difficile d'accès de Misanthrope tant il est varié, mais reste plus facile à assimiler que le style du début de leur carrière. Attention donc, ce nouvel album de Misanthrope n'est sûrement pas celui par lequel il faut commencer à écouter le groupe ! Même si il est une admirable synthèse de tout ce qu'il a pu faire par le passé, des albums comme Libertine Humilations ou le fabuleux Misanthrope Immortel sont bien plus faciles d'accès.

Impossible de parler de ce nouvel opus sans évoquer sa production. Misanthrope a en effet délaissé ses studios d'enregistrement habituels pour le Davout, un des trois studios les mieux équipés de France (si l'on en croît la brochure). Si vous êtes habitué aux immondes productions sous stéroïdes façon Daniel Bergstrand, vous risquez d'être déçus. Pas d'artifices, de grosse caisse en avant, ni de guitares sursaturées ici, la production de ce IrréméDIABLE se veut naturelle, et ça s'entend ! Le résultat est admirable : aéré, limpide au point que l'on pourrait reconnaître la marque de médiator d'Anthony, l'une des meilleures production qu'il m'ait été donné d'entendre tout simplement. Elle comporte néanmoins deux petits défauts : la caisse claire un peu avant peut en gêner certains (personnellement, je trouve que ça passe tout seul), idem pour les claviers un peu trop en avant à mon goût. Deux défauts vraiment mineurs pour une production quasi-parfaite.

Mais venons-en au faits, à savoir la qualité de cette nouvelle offrande. Misanthrope a-t-il une nouvelle fois sorti un album d'une trempe exceptionnelle ? La réponse est oui, pour peu que l'on soit fan de Misanthrope. Indéniablement, IrréméDIABLE fait partie des meilleurs albums du groupe, ce qui revient à dire à peu de choses près que c'est un album de Misanthrope. Même niveau de composition ou presque (Sadistic Sex Daemon restant pour moi un cran en deçà), de technique, même qualité de chant… seule la qualité sonore bien meilleure peut faire pencher la balance de l'objectivité en faveur de ce huitième opus. La seule véritable chose qui fait que l'on puisse apprécier ce Misanthrope plus qu'un autre, c'est que l'on est plus sensible au style qui y est développé. Et cette fois-ci, le groupe a joué la carte de la surenchère : plus long, plus varié, allant encore plus loin dans le concept que Misanthrope a toujours développé, IrréméDIABLE encore plus que ses prédécesseurs divisera les masses.
Les fans de l'époque Visionnaire ou Immortel qui ont déjà décroché ne retrouveront par leur compte ici, et les gens qui n'aimaient déjà pas Misanthrope apprécieront encore moins ! Mais ceux qui comme-moi ont toujours apprécié le travail du groupe continueront de le faire sans être déçus, car Misanthrope gagne encore en maturité et se fait toujours plus original. Des titres comme « Le Passager du Hasard », « Plaisirs Saphiques », « 1857 » ou « Ixion » font à mon sens partie des meilleurs titres du groupe, même si ils n'atteignent pas la perfection de « La Rencontre Rêvée », « L’Écume Des Chouans » et « Les Empereurs du Néant ».

Reste le point qui me gêne dans cet album, à savoir le dernier réel titre (« LXXXIV l'Irrémédiable » n'étant qu'une outro déclamée à la manière de « l'Antéchrist » sur Misanthro-Thérapie) qu'est « l'Oracle de la Déchéance ». On connaît l'amour de SAS pour le groupe Celtic Frost, et ce morceau racontant les dernières heures de la vie de Baudelaire le rappelle bien : tempo très lent, accords très graves, paroles posées… Probablement le morceau le plus surprenant de la discographie de Misanthrope. Je vais probablement me faire taper les doigts par Philippe le prochaine fois que je le verrai, mais n'appréciant guère Monotheist, il faut bien avouer que je n'aime pas ce morceau non plus, et que je décroche à ce niveau là de l'album, après pourtant plus d'une heure d'excellence. Je n'y trouve pas ce que je recherche dans Misanthrope, à savoir un souffle original et un travail mélodique époustouflant. C'est dommage, mais pas assez pour pouvoir me gâcher l'écoute de ce IrréméDIABLE, qui reste de très haute qualité.

Comment noter un pareil album ? Difficilement est la première réponse qui me vient à l'esprit. D'un côté on a là une œuvre extrêmement mature, originale, jouée et produite à la perfection, indubitablement faite pour contenter les fans du groupe, mais de l'autre côté elle est aussi moins surprenante que par le passé, tout en restant très difficile d'accès pour quiconque ne connaît pas Misanthrope. Personnellement, j'avoue préférer Visionnaire et Metal Hurlant à IrréméDIABLE, ne serait-ce que pour leur côté technico-expérimental plus développé, ainsi que Misanthrope Immortel pour un sens mélodique plus aigu et la cohésion admirable qu'a atteint cette œuvre… Si je suis ma logique, en mettant Metal Hurlant et Visonnaire sur un piédestal, ainsi qu'en mettant Immortel un cran en dessous, je devrais mettre 9/10 à IrréméDIABLE. Or 8,5/10, ce n'est sûrement pas rendre hommage à la qualité époustouflante de cet album, mais je vais devoir m'en contenter (et puis ce sera ma « punition » à « l'Oracle de La Déchéance »). Le seul moyen ce serait de noter Visionnaire au dessus de 10… dis Chris, on peut noter au dessus de 10 s'il te plaît ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Misanthrope
Metal Avant-Gardiste
2008 - Holy Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (12)  7.46/10
Webzines : (11)  8.44/10

plus d'infos sur
Misanthrope
Misanthrope
Metal Extrême Avant-Gardiste et Inclassable - 1988 - France
  

tracklist
01.   Les Retourneurs de Pierres
02.   Phénakistiscope
03.   Les Limbes
04.   Le Passager du Hasard
05.   L'infinie Violence des Abîmes
06.   Prodigalité
07.   Le Dandy de Bohême
08.   Fantasia Artificielle
09.   Le Maudit et son Spleen
10.   Plaisirs Saphiques
11.   Névrose
12.   1857
13.   Ixion
14.   L'oracle de la Déchéance
15.   LXXXIV L'IrréméDIABLE

Durée : 70:22

parution
21 Janvier 2008

voir aussi
Misanthrope
Misanthrope
Misanthrope Immortel

2000 - Holy Records
  
Misanthrope
Misanthrope
Libertine Humiliations

1998 - Holy Records
  
Misanthrope
Misanthrope
1666... Theatre Bizarre

1995 - Holy Records
  
Misanthrope
Misanthrope
Ænigma Mystica

2013 - Holy Records
  
Misanthrope
Misanthrope
Visionnaire

1997 - Holy Records
  

Album de l'année
Megadeth
Countdown To Extinction
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique