chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
118 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Quo Vadis - Defiant Imagination

Chronique

Quo Vadis Defiant Imagination
Tout le monde connaît – au moins en France – l'histoire de Couillu le Caribou dans le grand nord, contée par Laurent Gerra, tournant en dérision l'idole de tout un peuple : Céline Dion. Il faut dire qu'avec leur accent bizarre, les goûts culinaires étranges et leurs chanteuses ignobles qu'ils nous envoient par paquet de douze, on a de quoi se moquer de nos cousins québécois. Mais quand en l'espace de deux ans – entre 2004 et 2005, on s'est pris consécutivement Augury, Quo Vadis et Neuraxis entre les oreilles, on a eu de quoi les envier ces apprentis hockeyeurs. Car redisons-le, en matière de death technique, la scène québécoise est la meilleure du monde. Et Quo Vadis en est un des plus vieux et plus illustres représentants : formé en 1993 le groupe avait déjà sorti à l'époque Forever en 1996 et Day Into Night en 2000 et a connu quelques changements de line-up dont le départ de Arie Itman, un des fondateurs du groupe, avant de se stabiliser autour de Bart Frydrychowicz, Yanic Bercier et Stéphane Paré. Manque de bol, il manquait encore un bassiste brillant pour se charger de porter Defiant Imagination dans une dimension encore plus recherchée que ses prédécesseurs. Le plus naturellement du monde, Quo Vadis s'est donc adjoint les services d'un des meilleurs bassistes du metal : le légendaire Steve Di Giorgio.

Fondamentalement, le style de Quo Vadis n'a pas évolué entre Day Into Night et Defiant Imagination, et l'identité du groupe est demeurée intacte. Pourtant, là où seul l'excellent « On The Shores Of Ithaka » – qui se trouve être mon morceau préféré sur le précédent album – était composé par Bart, l'entière paternité de l'opus lui échut cette fois-ci. Logiquement, Defiant Imagination est globalement plus rapide que son prédécesseur, mais il est surtout beaucoup plus technique, se focalisant moins sur des rythmiques presque thrash auquel le groupe nous avait habitué, comme le refrain de « I Believe ». Bref, Quo Vadis plonge encore plus dans un death technique à la fois très rapide et mélodique, alternant riffs extrêmement efficaces et lignes mélodiques plus développées magnifiquement soutenues par la basse de Steve Di Giorgio. Imaginez un Individual Thought Patterns (qui a dit Steve Di Giorgio ?) à un tempo moyen de 220 et avec la voix très profonde de Stéphane Paré, qui arrive à tenir des growls impressionnants de plusieurs dizaines de secondes de long sur « Silence Calls The Storm » et « Break The Cycle », et vous aurez une petite idée de ce à quoi vous attendre. Pour ne rien gâcher, les solos de Bart sont encore plus magnifiques et étoffés qu'avant, et l'excellent jeu, très énergique, de Yanic Bercier impressionne autant que l'endurance qui lui est nécessaire pour jouer aussi vite aussi longtemps.

Aucun risque d'être déçu par un tel line-up, tout comme il est impossible d'être déçu par un des titres de Defiant Imagination. On sent que Bart a pris du temps pour composer l'album, étoffer les mélodies, étudier les transitions, la longueur des morceaux... Très vite, toutes les compositions s'imposent comme une évidence, le résultat est là : tout coule de source. Quo Vadis arrive à conjuguer à merveille l'aspect brutal et incisif du death classique avec le travail mélodique et les subtilités du death technique, sans s'enfermer une seconde dans le carcan d'un style prédéfini. Impossible de résister au très véloce « In Contempt », à un « To The Bitter End » aux guitares chantantes presque lyriques, ou au sublime « Dead Man's Diary », le mid-tempo de l'album qui laisse une grande place au clavier et à la basse. La basse parlons-en d'ailleurs, car si tous les musiciens sont en état de grâce ici, Steve Di Giorgio livre une prestation magistrale. S'il se contente avec intelligence d'être au second plan – tout en restant audible – pendant les accélérations, ses interventions quasi-divines sur les passages plus calmes ne peuvent laisser indifférent, et égalent en qualité celles qu'il a pu faire avec Control Denied, en particulier sur les intros de « Silence Calls The Storm » et « Break The Cycle », ainsi que sur l'ensemble de « Dead Man's Diary ». Son travail époustouflant finit de convaincre les sceptiques que Defiant Imagination est bel et bien le meilleur album du groupe, en plus d'un bijou de death technique et du meilleur album de death metal que le Canada ait engendré.

Pourquoi seulement 9,5/10 alors, si les compositions sont si parfaites ? Déjà à cause du chant de Oscar Souto de Anonymus sur « Tunnel Effect », trop proche du hardcore pour moi, mais dont je dois tout de même dire qu'on s'en accommode vite. Mais c'est surtout à cause de sa faible durée qu'il rate la note maximale : 39 minutes c'est trop court, surtout quand deux minutes sont constituées d'interludes avec « In Articulo Mortis » et « Ego Intuo et Servo Te », tous deux composés pour l'essentiel de chœurs et de violons. Honnêtement, dix minutes de plus n'auraient pas été de trop pour faire définitivement passer Defiant Imagination au stade de chef d'œuvre du death technique. C'était le début de la période du retour en force du style que nous connaissons, et que nous devons pour beaucoup au succès de la scène québécoise et des sorties des labels Galy Records ou Willowtip. Ce n'est d'ailleurs qu'avec l'effort qu'a fait Underclass que le disque s'est fait connaître en France, évitant à un tas de metalleux désireux de trouver le successeur de Death de passer à côté d'un pareil bijou.

Presque cinq ans plus tard, le tableau a bien changé pour Quo Vadis. Si Defiant Imagination a connu un beau succès d'estime dans les milieux connaisseurs, que le formidable DVD Defiant Indoctrination a contribué à fortifier, mais le line-up du groupe n'est pas resté stable pour autant. Tout comme Arie Itman en 2002, c'est Yanic Bercier, autre membre fondateur, qui a quitté le navire en juillet 2008. Seulement cette fois-ci Stéphane Paré et Dominic Lapointe l'ont suivi aussi, marquant ainsi la fin d'une dream-team du death canadien qui ne fût guère égalée que par Augury. Goût amer dans la bouche des fans, qui signifiait d'une part que tout un pan de l'identité du groupe (le jeu inimitable de Yanic Bercier) ainsi que le meilleur vocaliste qu'il ait eu s'en étaient définitivement allés, et que l'on aurait jamais l'occasion d'entendre le formidable Forest sur un album de Quo Vadis. Mais ça n'a pas empêché Bart de continuer de travailler sur un nouvel album qui devrait normalement sortir dans pas trop longtemps, bien que le groupe ne joue toujours pas de nouveaux titres en live. Malgré tout, si le futur album de Quo Vadis est aussi bon que Defiant Imagination, je pourrais supporter que les Natasha St Pierre et autres Isabelle Boulay soient matraquées sur les ondes françaises encore quelques années.

DOSSIERS LIES

Death Technique : les indispensables
Death Technique : les indispensables
Décembre 2011
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Quo Vadis
Death Technique
2004 - Skyscraper Music
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (20)  9.18/10
Webzines : (10)  8.44/10

plus d'infos sur
Quo Vadis
Quo Vadis
Death Technique - 1993 - Canada
  

tracklist
01.   Silence Calls the Storm
02.   In Contemp
03.   Break the Cycle
04.   Tunnel Effect (Element of the Ensemble IV)
05.   To the Bitter End
06.   In Articulo Mortis
07.   Fate's Descent
08.   Dead Man's Diary
09.   Ego Intuo et Servo Te

Durée : 39:22

line up
voir aussi
Quo Vadis
Quo Vadis
Day Into Night

2000 - Skyscraper Music
  

Essayez aussi
Inanimate Existence
Inanimate Existence
A Never-Ending Cycle Of Atonement

2014 - Unique Leader Records
  
Deeds Of Flesh
Deeds Of Flesh
Of What's To Come

2008 - Unique Leader Records
  
Veil Of Maya
Veil Of Maya
The Common Man's Collapse

2008 - Sumerian Records
  
Theory In Practice
Theory In Practice
Colonizing The Sun

2002 - Listenable Records
  
Gorod
Gorod
Transcendence (EP)

2011 - Autoproduction
  

Overkill
Immortalis
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique
Les belles gueules du Black Metal
Lire le podcast
PPCM #17 - I have a THRASH, I have a DEATH... HAN ! THRASH DEATH !!
Lire le podcast
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast
BLACK METAL 1990-1994 : Le top 10 / Le pas-top 3
Lire le podcast
Affront
World in Collapse
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Spécial 20 ans de Thrashocore : Interview de Chris le fondateur !
Lire le dossier
Misery Index
Rituals of Power
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique