chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
174 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gorod - A Perfect Absolution

Chronique

Gorod A Perfect Absolution
Je déteste quand mes prédictions se réalisent. Si seulement j'avais terminé la chronique de Transcendence par « mais je suis sûr que le prochain album sera aussi bon que les précédents » au lieu de quelques lignes d'appréhension sur la qualité des vocaux et la sagesse des riffs, je serais peut être en train d'écouter autre chose qu'un A Perfect Absolution avec de fades riffs bien trop sages et des vocaux merdiques. Mais il faut croire que les moins bons moments du titre éponyme de l'EP annonçaient parfaitement ce qu'il y aurait de meilleur sur ce quatrième album des Français dont je n'aurais pas cru, même avec toute l'appréhension qu'ont suscité en moi les départs de Guillaume et Arnaud, qu'il me décevrait autant.

Au contraire de mon camarade Niktareum, Process Of A New Decline m'avait mis une telle baffe, et marquait un tel pas en avant dans l'évolution de Gorod que je le juge non seulement comme le meilleur album du groupe, mais aussi et surtout comme le meilleur album de death metal jamais paru dans l'Hexagone. Vous n'imaginez donc sans doute pas à quel point ce nouvel album me file des boutons ! Passé un morceau correct en « Elements And Spirits » il ne reste guère que quelques riffs et des solos heureusement toujours inspirés pour m'évoquer la grandeur du Gorod d'antan. Entre un « Sailing Into The Earth » tout de même passablement ennuyeux – malgré des solos très bien amenés grâce à un pont de fort belle facture, c'est d'ailleurs le seul motif de satisfaction récurrent de ce nouvel opus– un « 5000 At The Funeral » où il ne s'y passe rien pendant plus de trois minutes trente et un « Tribute Of Blood » pénible dès la deuxième minute j'ai suffisamment de motifs pour me cogner la tête dans le mur en criant mon désarroi.
Pourtant la patte Gorod est bien là et rend la musique du groupe reconnaissable entre mille, ce qui donne au moins à A Perfect Absolution le mérite d'être aussi original que les autres albums du groupe. Néanmoins, l'impression d'écouter un ersatz de Gorod ne me quittera jamais tant j'ai l'impression que tous les riffs sont beaucoup plus faciles et moins travaillés qu'auparavant. Le riff de « Carved In The Wind » à 3:30 est symptomatique d'un groupe en roue libre : pourtant typiquement Gorodien avec une guitare rythmique ultra groovy et une guitare lead qui joue une mélodie en tapping virevoltante, il déçoit par sa sagesse, une absence de prise de risque et un manque d'évolution qui rendent l'ensemble plat, à mille lieues de l'explosion de mélodies épiques subtilement combinées qui marquait auparavant l'apogée de tout bon titre des Bordelais. Car en définitive ce nouvel album est beaucoup trop sage et surtout bien moins intéressant sur le plan des mélodies que ses prédécesseurs – et je dis bien tous ses prédécesseurs, pas uniquement Process Of A New Decline. Où sont passés les longs plans en tapping du dernier album qui me faisaient décoller au plafond, ou la constance mélodique de Leading Vision qui rendait le groove du groupe si unique ? Même le très bon interlude samba de « Varangian Paradise » souffre d'un manque d'ambition flagrant, alors qu'il y aurait eu moyen de teinter tout le titre de sa texture à la manière de ce qu'a pu faire Atheist par le passé.

C'est donc clairement « Elements And Spirits » qui tire son épingle du jeu, puisque c'est le seul titre qui ose suivre la voie tracée sur Process Of A New Decline, avec ses progressions harmoniques très intéressantes et ses mélodies ultra prenantes, même s'il n'arrive jamais à égaler la magie d'un « Disavow Your God » ou d'un « The Path ». Mais ce troisième titre est aussi celui où le nouveau vocaliste de Gorod, tout droit venu de Zubrowska, oublie totalement son peu glorieux registre death metal qui demeure pourtant incomparablement plus supportable que la diarrhée sonore qu'il déverse dans un raclement de gorge typé power thrash voire hardcore, ou bien quand il s'essaye au chant clair... À lui seul, Julien parvient à me rendre un album de Gorod pratiquement inécoutable – vous pouvez rayer le pratiquement pour un « The Axe Of God » – et pour cela je lui tire mon chapeau car je ne pensais pas la chose possible ; mais il ne fait que souligner les défauts de compositions moins inspirées tout en en gâchant définitivement les meilleurs moments. Au moins les râleurs qui se plaignaient des vocaux death metal de Guillaume vont être ravis de constater que ses influences sont plutôt à aller chercher du côté de Machine Head ou Devin Townsend.

La conjugaison d'un registre vocal vomitif et de compositions à l'inspiration clairement en berne me donne parfois l'impression d'écouter du deathcore à la mode, ou bien du metal moderne qui oriente tout sur la rythmique comme sait si bien en faire la scène française avec la Klonosphere ou Trepalium. Jamais je n'ai retrouvé le groupe au death technique personnel et flamboyant qui a réussi à allier mélodie et groove comme seuls les grands anciens savaient le faire. J'admets volontiers que Gorod puisse évoluer, et ce nouvel album n'est en aucun cas une régression ou une volonté de revenir à l'essence de la musique de leurs débuts, c'est simplement le nouveau visage d'un groupe qui suite à des changements de line-up a pris une tournure légèrement différente en imprimant un virage sans doute trop doux pour s'aliéner totalement sa fan base conséquente mais suffisant pour que les plus pointilleux comme moi ne s'y retrouvent pas complètement. Il m'est difficile de prétendre que A Perfect Absolution est un mauvais album car il demeure au dessus des standard de qualité du genre, musicalement il est même plutôt pas mal et teinté des sonorités habituelles de Gorod ; mais ses trop nombreux défauts et ses immondes vocaux font que je ne le sortirai sans doute plus jamais du placard, ce qui justifie que je le sanctionne à la hauteur de la déception qu'il me procure. Tout dépend en définitive de ce que vous attendez des Bordelais, et si vous appréciez avant tout le groove, l'efficacité et que vous vous nourrissez plus volontiers de Benighted que de Death, alors vous abonderez sans doute beaucoup plus dans le sens de Niktareum que dans le mien. Je le redis : je suis fan de Gorod, qui est un groupe que je connaissais alors qu'il s'appelait encore Gorgasm et que j'ai appris à aimer et à chérir comme le bijou de la scène death metal française au fil des années... Mais A Perfect Absolution est sans doute le premier essai d'une nouvelle ère qui consommera définitivement mon divorce avec eux.

von_yaourt - Note 5,5/10


La pluie qui choit, quelques cris d'oiseaux, comme un nouveau jour qui se lève, et cette montée en puissance jusqu'à l'éructation  « Redemption always comes from the skyyyyyy! ». Si les quelques secondes d'introduction de ce tant attendu quatrième album des frenchies de Gorod résonnent comme l'aube d'un nouveau jour ce n'est peut-être pas une simple coïncidence tant les changements se sont accumulés depuis quelques temps déjà et pouvaient laisser craindre à certains un inexorable délitement de la musique des bordelais. Heureusement, même après le départ de Guillaume (chant) puis d'Arnaud (guitare), il n'en est rien. Rassurez-vous braves métalleux, « A Perfect Absolution » est bel et bien marqué du sceau de Gorod au même titre que ses prédécesseurs, et quand bien même quelques évolutions évidentes se feront sentir par rapport notamment à « Process Of A New Decline » il n'y a pas de quoi en rendre la mixture immangeable, tout juste de quoi faire tourner un yaourt.

Impossible en effet de ne pas reconnaître dès le début de « Birds Of Sulphur » la patte de Gorod, ces lignes de guitare reconnaissables entre mille, ces riffs plein de groove... On est vite rassuré. Rassuré de voir que les bordelais n'ont rien laissé de ce qui faisait leur marque de fabrique, ces quatre éléments de leur musique que sont la technique, la brutalité, les mélodies et le groove. Ce carré magique à géométrie variable qui a permis à chaque album d'arborer un visage différent tout en gardant une cohérence d'ensemble indiscutable. Et s'il est également indiscutable que « Process Of A New Decline » constituait une acmé en terme de technicité et de rapidité (pour certains leur meilleur album, et il faut avouer que c'est quand même un sacré monument), ce petit dernier pourrait bien alors être vu comme un certain rééquilibrage des quatre forces. Si Gorod fait toujours montre d'une technique instrumentale au-dessus de la moyenne, « A Perfect Absolution » redonne sa place au groove responsable en grande partie du coup de coeur que j'avais eu pour « Leading Vision » il y a déjà six ans de cela. « Birds Of Sulphur » à 1'45, ce passage rythmico-groovy à 2'22 puis rehaussé à 2'43 sur « 5000 A The Funeral » ou encore le début de « Tribute Of Blood » (titre qui n'aurait pour sûr pas fait tache sur le deuxième album du groupe), de nombreux passages nous ramènent à ce que le quintette sait faire de mieux en terme de rythmiques irrésistibles. Mais que serait Gorod sans ces mélodies entêtantes et ces leads magistraux? Même si elles pourront laisser un petit goût de moins abouti par rapport aux deux albums précédents sur lesquels elles frisaient la perfection, il faudrait être sacrément difficile pour faire la fine bouche! « Sailing Into The Earth » à 3'15 puis ce contrepoint à 3'35, « 5000 At The Funeral » à 3'26 (et rebelotte à 4'07!), les lignes accompagnant ce break jazzy sur « Carved In The Wind », « Tribute Of Blood » à partir de 2'26... Mathieu et Nicolas nous gratifient de quelques moments de pure jouissance auditive. Comme à son habitude le groupe se laisse encore une fois aller à quelques arrangements bienvenus (les claviers d' « Elements And Spirits » qui ne seront pas sans rappeler « The Path », l'intro parfaite de « 5000 At The Funeral ») ou expérimentations intéressantes et fort bien intégrées à la charpente des morceaux (ce passage jazzy sur « Carved In The Wind » illuminé par le solo de Christian Muezner ou le break aux sonorités samba sur « Varangian Paradise »). Bref « A Perfect Absolution » comporte tout ce qui jusqu'ici nous a fait adorer Gorod, un Gorod dont la patte reste reconnaissable entre mille (le début de « Birds Of Sulphur », « Sailing Into The Earth » à 24'' ou encore ce passage génial de 39'' à 1'06 sur « Carved In The Wind »).

Il serait cependant hypocrite de prétendre que le Gorod 2012 n'a pas changé d'un iota, évidemment « A Perfect Absolution » est loin d'être un « Process Of A New Decline » bis, et ce à plusieurs points de vue. Pour commencer et quand bien même cet aspect peut paraître pour beaucoup secondaire, le concept de ce nouvel album a totalement abandonné la société secrète Obsequium Minaris pour nous transporter dans un tout autre univers, nous ramenant en l'an 945 durant lequel Olga, veuve d'Igor roi de Kiev, assouvit sa vengeance dans un bain de sang. Encore une fois tout un programme! Et bien sûr ces lyrics nous ramènent inéluctablement au gros changement intervenu au sein du groupe. Julien (également hurleur chez les excellents Zubrowska) a donc remplacé Guillaume. Evoluant dans un registre sensiblement différent, plus varié et moins frontalement guttural, le frontman apporte plus de couleurs à la musique du groupe. Même si Julien possède indéniablement un timbre moins imposant que son prédécesseur, sa palette vocale plus large permet au groupe de varier quelque peu les plaisirs. Gutturale tout en restant assez sèche, plus hardcore par moments (« Elements And Spirit »), parlée ou même en chant clair à l'occasion (« The Axe Of God »), sa voix confère à ce nouvel album une dimension que les précédents n'avaient pas (ce chanté/hurlé à la fin de « Birds Of Sulphur » qu'on croirait sorti d'un album de Gojira et sur lequel mon collègue au bifidus à probablement dû avaler sa langue). Certains aspects viendront pourtant obscurcir un chouïa le tableau. Rien de rédhibitoire heureusement mais peut-être révélateurs d'un léger manque d'ambition. Ces leads, pour commencer, qui au vu de leur immense qualité auraient largement mérité d'être plus étirées et aventureuses. Quelle frustration que d'entendre ce passage si bon à partir 2'26 sur « Tribute Of Blood » s'interrompre si rapidement! On pourra de même regretter quelques passages moins intéressants comme celui un peu trop facile pour du Gorod à 2'20 sur « Carved In The Wind » ou le début assez moyen de Varangian Paradise (la première minute et demie), probablement le moins bon titre en ce qui me concerne. Concernant la prod de Frédéric ''El Mobo'' Motte, puissante au demeurant, elle met bien trop en retrait la basse à mon goût (on est presque obligé d'attendre le début de « Carved In The Wind » pour enfin voir Barby sortir de son terrier!) ainsi que les cymbales (à moins que ce ne soit lié à l'encodage pourri des mp3 sur lesquels cette chronique se base).

En ce qui me concerne ce nouveau bébé m'a totalement comblé, malgré ses quelques défauts somme toute soutenables, et ce dès les premières écoutes me ramenant notamment à ce côté rythmique et groovy un peu délaissé sur « Process Of A New Decline ». Les écoutes ultérieures n'ont fait que confirmer ce sentiment: Gorod a certes évolué (qui pourra les en blâmer?) mais tout en préservant son identité musicale. D'aucuns seront peut-être déçus par « A Perfect Absolution » (j'en connais déjà au moins un) mais que voulez-vous, il y aura toujours des insatisfaits.

Niktareum - Note 8,5/10

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

21 COMMENTAIRE(S)

Jotun35 citer
Jotun35
17/03/2012 14:25
note: 8/10
@ Seb : Nop ce n'était pas Lash By Lash, ils l'ont plutôt joué à la fin celui là. De mémoire ils ont aussi joué "Solemn They Await", "Render My Prey", "Dead & Grotesque", "Spawn of Possession" (clairement le meilleur morceau du set), "Church of Deviance", "Hidden in Flesh" plus les deux premiers morceaux que je n'ai pas reconnus (et "Where Angels Go Demons Follow" donc).

Et pour Gorod, ils ont ouvert les hsotilités avec "Birds of Sulphur" (évidemment), ensuite ils ont enchaîné sur deux "vieux" morceaux (dont je ne suis pas certains) puis ensuite ils ont joué "The Axe of God", "Carved in the Wind" et ils ont fini par le combo imparable "Programmers of Decline" + "Disavow Your God".
Invité citer
Seb`
17/03/2012 11:10
Merde, j'avais lu "le morceau où il s'est planté est le deuxième titre de Noctambulant."
Sorry Gros sourire
Invité citer
Seb`
17/03/2012 11:09
Jotun35 a écrit : En parlant de bon batteur, sur la date de Stockholm (le 13 mars) le batteur de SoP s'est planté de manière magistrale sur le deuxième morceau (je crois que c'était un morceau de Noctambulant) : perte de baguette (ca arrive), ensuite il était complètment paumé (Jonas Bryssling s'est retourné vers lui dans le genre "WTF ?!") et ils ont arrêté le morceau là... sauf le bassiste qui a continué de jouer tout seul pendant quelques secondes. XD
Gros bémol par contre : ils ont juste joué un morceau de Incurso (Where Angels Go Demons Follow) mais bien 4 ou 5 de Noctambulant (et 3 ou 4 de Cabinet).


En même temps, ça m'étonne pas trop de la setlist de non axée sur Incurso, vu la longueur et la complexité des morceaux :/

Sinon, le titre que tu veux dire où il s'est planté, c'est Lash By Lash ?
Jotun35 citer
Jotun35
16/03/2012 15:09
note: 8/10
von_yaourt a écrit : Je l'ai déjà dit et je me répète : Outcast est à mon avis le seul groupe de modern death digne d'intérêt. Je n'ai pas écouté d'extraits de leur nouvel album mais je le ferai, par curiosité.

Oh ? Pourtant il y a un gros côté mathcore meshuggesque chez Outcast (en tout cas sur le dernier), je pensais que ce genre d'élément dans le tech death te rebutais.

En parlant de bon batteur, sur la date de Stockholm (le 13 mars) le batteur de SoP s'est planté de manière magistrale sur le deuxième morceau (je crois que c'était un morceau de Noctambulant) : perte de baguette (ca arrive), ensuite il était complètment paumé (Jonas Bryssling s'est retourné vers lui dans le genre "WTF ?!") et ils ont arrêté le morceau là... sauf le bassiste qui a continué de jouer tout seul pendant quelques secondes. XD
Gros bémol par contre : ils ont juste joué un morceau de Incurso (Where Angels Go Demons Follow) mais bien 4 ou 5 de Noctambulant (et 3 ou 4 de Cabinet).
von_yaourt citer
von_yaourt
16/03/2012 00:14
Je l'ai déjà dit et je me répète : Outcast est à mon avis le seul groupe de modern death digne d'intérêt. Je n'ai pas écouté d'extraits de leur nouvel album mais je le ferai, par curiosité.

Sinon je rejoins globalement l'avis de Jotun sur un album. J'ai peur, bientôt je vais me mettre à détester les bons batteurs et les mecs qui savent composer des riffs intéressants. Mr Green
Jotun35 citer
Jotun35
15/03/2012 23:55
note: 8/10
cglaume a écrit : Ca me désole, mais je ne vois pas ce que vous lui trouvez tous, à  ce dernier Outcast !!!!!

Bon y'a quand même le début et la partie centrale "Spin Angular Momenta" (ce final atmosphérique avec le chant féminin ! Raaaah lovely !), "Unspoken" et "Isolation" qui font très mal... et mon font juste voyager en fait. Et même les parties qui tabassent ne sonnent pas déjà  entendue 100 fois (contrairement à  Gorod sur cet album, Ca me fait chier de dire ça). Le seul point noir c'est que ça s'essouffle un peu sur la fin de l'album qui manque de moments forts.
Après c'est difficile de comparer le Gorod et le Outcast dans le sens ou le second est presque deux fois plus long que le premier.

Cela dit je suppose que le dernier Outcast n'a pas non plus trouvé grâce aux yeux de note Yaourt préféré (vu le style pratiqué).
cglaume citer
cglaume
15/03/2012 21:37
note: 9/10
Jotun35 a écrit : Excepté Outcast qui du coup à sorti un album bien plus intéressant que Gorod ("Awaken The Reason" n'est pas exempt de défauts, mais Outcast a pris des risques qui s'avèrent payant).

???? Tu trouves ????????
Putain cet album (le dernier Outcast) je l'ai précommandé, je l'ai écouté et ré-écouté, j'étais tout prêt à en être amoureux, même mes 1eres impressions étaient plutôt bonnes ... Et au final rien n'en reste. C'est très bien quand tu en chopes une minute au hasard, mais, à qq passages près, ça te glisse dessus sans rien laisser. C'est vraiment moins accrocheur que des dizaines de trucs qui me passent entre les mains chaque mois. Ca me désole, mais je ne vois pas ce que vous lui trouvez tous, à ce dernier Outcast !!!!!
Jotun35 citer
Jotun35
15/03/2012 14:06
note: 8/10
Bon, j'avoue être également un peu partagé et je penche plutôt du côté du yahourt cette fois, non pas au niveau de la note mais du ressenti général (quoique je n'ai pas de réaction épidermique aux passages un peu "core" de l'album ou à la voix de Julien que je trouve parfait sur cet album).
En effet je trouve que cet album ne se démarque pas assez de la concurence. Bien sûr on a toujours droit ici où là à des passages groovy/jazzy/progressifs bien sentis comme sur "Elements and Spirits", "Carved in the Wind" ou le break salsa au milieu de "Varangian Paradise" (je trouve d'ailleurs que ces trois morceaux sont nettement au dessus du lot, alors que sur "Process of a New Decline" chaque titre était une tuerie), mais les parties les plus brutales ne sont pas hyper inspirées (un peu "génériques") et un peu trop nombreuses à mon goût.

Et comme pas mal d'entre vous je m'attendais à une orientation résolument plus progressive avec plus de morceaux à la "Watershed" ou "The Path"... Ben non, j'ai été un peu décu.

Alors si je devais lui coller une note par rapport aux autres Gorod, ce serait plutôt un 6,5 ou un 7 (là où "Process" aurait un 11/10), mais Gorod étant déjà un groupe de tech death évoluant au dessus de la mêlée, disons 8 par rapport "aux autres"... Excepté Outcast qui du coup à sorti un album bien plus intéressant que Gorod ("Awaken The Reason" n'est pas exempt de défauts, mais Outcast a pris des risques qui s'avèrent payant).

P.S : Et oui le SoP est vraiment bon, la preuve : J'ai détesté "Noctambulant" mais je trouve que "Incurso" corrige toutes les "erreurs" de son prédécesseur.
Oh ! Et pour la basse, ca vient de vos mp3 ou de votre système, parce qu´avec mon casque je l'entend parfaitement la basse (bien plus que sur "Process" d'ailleurs !).
pj666 citer
pj666
14/03/2012 23:44
Pourtant Mobo aime bien la basse et les cymbales dans le mix !
valdre citer
valdre
14/03/2012 18:16
Avec Transcendence, je pensait que Gorod se cheminait vers une musique encore plus fascinante que Process Of A New Decline. Cet EP m'avait tellement mis dans la tête que leur nouvel opus irait vers une musique qui ne se fixe pas uniquement à jouer ''métal'' mais aussi a incorporé de nouveaux éléments dans leur musique! Ecouter un renouveau classic m'a tout de suite déçu.

J'avoue que l'on retrouve de bons moments bien groovys et techniquement intéressants, mais je trouve cet album trop facile dans ses compositions
Invité citer
Darkmorue
13/03/2012 21:07
Pfouah toujours pas écouté ce Gorod moi, enfin un peu et je pars sur de mauvais à prioris, leur science de la mélodie qui poutre et les longues séances de tapping of the mort semblent s'être un peu fait la malle...
Bon sang le mois de Mars est dur avec le porte-monnaie on dirait, avec la tuerie totale de Spawn Of Possession et le Hour Of Penance qui va arriver aussi, woulalah...
von_yaourt citer
von_yaourt
13/03/2012 20:00
Seb` a écrit : Pas encore écouté, ça ne saurait tarder. Mais concernant Von_Yaourt, il pourra se "rattaper" avec le dernier Spawn Of Possession qui est THE tuerie. =D

T'inquiète pas, je n'ai pas attendu pour apprécier le dernier SoP, qui finira de toute façon dans le top de la rédac'. La chronique arrive bientôt. Clin d'oeil
Invité citer
Seb`
13/03/2012 19:29
Pas encore écouté, ça ne saurait tarder. Mais concernant Von_Yaourt, il pourra se "rattaper" avec le dernier Spawn Of Possession qui est THE tuerie. =D
hurgh citer
hurgh
13/03/2012 13:15
Ben moi avec seulement 2 écoutes au compteur pour l'instant, je dois dire que j'ai un peu le cul entre 2 chaises. Y'a toujours de très bonnes parties musicales, y'a des trouvailles rythmiques épatantes, mais à côté de ça y'a pas mal de longueurs j'ai l'impression. Comme si le death de Gorod commencait un poil à s'assagir. Mais bon, 2 écoutes seulement, j'ai largement le temps de changer d'avis...
cglaume citer
cglaume
13/03/2012 12:16
note: 9/10
Niktareum a écrit : Pour le chant oui il me semblait bien que c'était le mec de Jenx

En effet !
Momos citer
Momos
13/03/2012 11:49
Keyser a écrit : The Shining a écrit : Je ne connais le groupe que de nom, pas d'oreille. Et j'ai trop de choses à écouter, hélas.
Je venais donc juste pour dire que j'aime la pochette.
Voilà, c'est dit, je peux mourir tranquille maintenant.


C'est pourtant une abomination cette pochette!

C'est peut-être le fait que je ne la vois qu'en -miniature sur mon ordi, et pas en grandeur nature. Sourire
En attendant, elle me donnerait presque envie d'écouter l'album. Presque, par ce que je suis feignant.
Niktareum citer
Niktareum
13/03/2012 10:16
von_yaourt a écrit :
Quant aux vocaux Gojira-esque ils sont du fait d'un guest, mais effectivement je me suis étranglé dessus plus d'une fois ! Mr Green

Pour la production je n'en ai pas parlé mais je trouve qu'on entend plutôt bien la basse, personnellement plus j'ai l'impression que Matthieu a modifié son son de guitare qui est devenu plus grave (il a changé de matériel peut être ?). Mais effectivement, difficile de juger sur des fichiers encodés...

Pour le chant oui il me semblait bien que c'était le mec de Jenx mais j'en étais pas sûr à 100% et puis dans l'idée ça pourrait très bien être Julien. Mr Green

Pour la basse j'espère que ça vient du son des mp3 mais c'est vrai que je me suis dit au début de CITW, "Tiens y'a de la basse?!"... Bon j'éxagère un peu mais dans l'idée c'était ça quoi. Mr Green
Keyser citer
Keyser
13/03/2012 08:53
note: 7/10
The Shining a écrit : Je ne connais le groupe que de nom, pas d'oreille. Et j'ai trop de choses à écouter, hélas.
Je venais donc juste pour dire que j'aime la pochette.
Voilà, c'est dit, je peux mourir tranquille maintenant.


C'est pourtant une abomination cette pochette!

Quant à la musique, c'est un bon album mais loin du niveau des deux précédents. On sent une volonté de rentrer dans le rang.
Momos citer
Momos
13/03/2012 02:20
Je ne connais le groupe que de nom, pas d'oreille. Et j'ai trop de choses à écouter, hélas.
Je venais donc juste pour dire que j'aime la pochette.
Voilà, c'est dit, je peux mourir tranquille maintenant.
von_yaourt citer
von_yaourt
13/03/2012 01:29
C'est marrant, quand j'écoute les bons moments que tu énumères, Nikta, je comprends vraiment qu'on aime pas Gorod pour les mêmes raisons (signe de la qualité d'un groupe aux multiples visages). La deuxième minute de "5000 At The Funeral" c'est vraiment une purge pour moi, l'archétype de la trop grande facilité que je reproche à une partie de cet album.

Quant aux vocaux Gojira-esque ils sont du fait d'un guest, mais effectivement je me suis étranglé dessus plus d'une fois ! Mr Green

Pour la production je n'en ai pas parlé mais je trouve qu'on entend plutôt bien la basse, personnellement plus j'ai l'impression que Matthieu a modifié son son de guitare qui est devenu plus grave (il a changé de matériel peut être ?). Mais effectivement, difficile de juger sur des fichiers encodés...
cglaume citer
cglaume
13/03/2012 00:59
note: 9/10
Le lapin jaune est une fois encore du côté Nikta de la balance (bien qu'il écoute plus souvent Death que Benighted ...)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gorod
Death Metal Technique
2012 - Listenable Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (22)  7.98/10
Webzines : (32)  7.87/10

plus d'infos sur
Gorod
Gorod
Death Metal Technico-Mélodique - 2005 - France
  

vidéos
Elements and Spirit
Elements and Spirit
Gorod

Extrait de "A Perfect Absolution"
  

tracklist
01.   Birds of Sulphur
02.   Sailing Into the Earth
03.   Elements and Spirit
04.   The Axe of God
05.   5000 at the Funeral
06.   Carved in the Wind
07.   Varangian Paradise
08.   Tribute of Blood

Durée : 39'03

line up
parution
12 Mars 2012

voir aussi
Gorod
Gorod
Process Of A New Decline

2009 - Listenable Records
  
Gorod
Gorod
Kiss The Freak (EP)

2017 - Autoproduction
  
Gorod
Gorod
A Maze Of Recycled Creeds

2015 - Listenable Records
  
Gorod
Gorod
Neurotripsicks

2005 - Willowtip Records
  
Gorod
Gorod
Æthra

2018 - Overpowered Records
  

Essayez aussi
Codeon
Codeon
Source

2008 - Drakkar Entertainment
  
Severed Savior
Severed Savior
Servile Insurrection

2008 - Willowtip Records
  
Non-Human-Level
Non-Human-Level
Non-Human-Level

2005 - Listenable Records
  
Fleshwrought
Fleshwrought
Dementia / Dyslexia

2010 - Metal Blade Records
  
Decrepit Birth
Decrepit Birth
Diminishing Between Worlds

2008 - Unique Leader Records
  

Skinbleed
Starving And Burning (Démo)
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
Swarm
Anathema
Lire la chronique
Power Trip
Opening Fire: 2008​-​2014 (...
Lire la chronique
PPCM #24 - A Link to the Past (les groupes de mes poésiques)
Lire le podcast
Exhorder
Mourn The Southern Skies
Lire la chronique
BLACK METAL ! Le TOP de...
Lire le podcast
Division Speed
Division Speed
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2019 / The Decompomorphosis
Lire le dossier
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
LORDS OF CHAOS : La Sakranalyse
Lire le podcast
Inculter
Fatal Visions
Lire la chronique
Hatriot
From Days Unto Darkness
Lire la chronique
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Tantara
Sum of Forces
Lire la chronique
Sacred Reich
Awakening
Lire la chronique
Retour de vacances, et ZOU !
Lire le podcast
Enforced
At The Walls
Lire la chronique
Death Angel
Humanicide
Lire la chronique
USBM is SH*T
Lire le podcast
Metal Magic XII
Lire le dossier
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique