chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pantera - Vulgar Display Of Power

Chronique

Pantera Vulgar Display Of Power
Je pense qu'il est inutile de vous présenter Pantera, le groupe des 4 texans de l'enfer. En 1992, soit 2 ans après le sympathique Cowboys From Hell ils sortent leur deuxième cd (en occultant la première partie glam-rock de leur carrière, plus ridicule qu'autre chose), un disque qui fera date dans l'histoire du metal, Vulgar Display Of Power.

Le disque s'ouvre sur le titre Mouth For War, gros riff mid-tempo, rythmique lourde et bien calée, avec le chant énervé de Phil Anselmo pour accompagner le tout, le solo de Dimebag, plein de feeling, est parfaitement exécuté, et quelques accélérations bien senties sur la fin du morceau viennent compléter le tout. Le morceau suivant, A New Level, est du même acabit, puis vient Walk, avec son célèbre riff ultra-simple et bien efficace pour headbanger, et le refrain killer "Re-Spect, Walk !!!". S'ensuit alors Fucking Hostile, bien violent et rapide, avec une double pédale comme il se doit. This Love commence de manière calme et alterne couplets mélodiques et refrains rentre-dedans, avant de finir de façon énervée. Le solo de la chanson est vraiment magnifique et permet bien d'apprécier tout le talent de Dime à la guitare.

On repart ensuite de plus belle avec Rise et son démarrage en trombe, morceau bien agressif et intense, où le groupe alterne avec brio passages rapides et plus mid-tempos. Viennent ensuite No Good, brûlot antiraciste, et Live In A Hole, qui développe une ambiance assez noire et torturée pour le plus grand plaisir de l'auditeur. Les morceaux Regular People et By Demons Be Driven contiennent leur dose de riffs bien sentis et de vocalises énervées sur fond de double pédale, histoire de bien satisfaire les amateurs de gros décibels que nous sommes.
Enfin le disque se finit sur la magistrale Hollow, qui commence presque comme une ballade, avec un début qui retourne aux influences bluesy du groupe, puis au milieu du morceau ça s'énerve, la musique se fait bien heavy et implacable, histoire de finir le tout en apothéose.

La production du disque était assez énorme pour l'époque, conférant un gros son bien abrasif aux musiciens, et l'aspect puissant et groovy qui se dégage des chansons à leur écoute illustre parfaitement le titre et la pochette de l'album : un gros pain dans ta gueule cousin !!! Mention spéciale à Dime et à son jeu de guitare aux riffs tranchants et aux solos inspirés, toujours avec un bon feeling.

En résumé un bon gros cd de metal, bien accrocheur et trippant, avec une bonne quantité de riffs headbaguants à souhaits, parfait pour mettre la bonne ambiance dans une soirée où la bière coule à flots, les gros spliffs se roulent vite et où les filles se laissent aller :D, histoire de secouer la tête béatement sur les rythmiques imparables de Rex Brown et Vinie Paul.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

crowysterik citer
crowysterik
04/11/2016 11:22
note: 9/10
Un indispensable pour un disco digne de ce nom, l'album qui fait le même effet que la pochette, gros coup de poing dans la face !!
citer
justice
06/06/2008 03:05
De: Hellswrath
2 ans avant ? Si on se rappelait un peu des dates, hm ? Cowboys est de 90, Slaughter In THe Vatican aussi, Vulgar est de 92 et The Law aussi. Je vois pas d'écart décisif.

Au contraire il y a un écart décisif. Le démo Slaughter in the Vatican date de 1988 et il est à peu près identique à l'abum de 1990. Ce qui semble donner une avance à Exhorder.

Mais bon peu importe je m'en branle un peu de ces trucs à la con mais c'est probablement pour ça que les gens disent cela.
Hellswrath citer
Hellswrath
14/09/2005 0:03
note: 9/10
sylvain24 a écrit : Hellswrath a écrit : Et le vieux débat Exhorder/Pantera repart... Exhorder ça défonce mais c'est bien plus près de la scène death de l'époque que Pantera ne le sera jamais.
Exhorder l'influence majeure de Pantera ? Ha.
Kyle Thomas, l'influence principale de Phil Anselmo, là oui.
Judas Priest, Van Halen, Randy Rhoads, Black Sabbath & KIss les influences principales de Dime, Rex et Vinnie, là encore oui.
Alors, je suis fan de Pantera mais aussi d'Exhorder et bien que je comprenne pourquoi on peut dire que Pantera doive tout à Exhorder, il faut arrêter un peu l'esprit gueguerre "mon groupe est mieux que le tien"...
On a tout les droits du monde de ne pas aimer Pantera mais nier l'impact et le talent de Pantera c'est simplement être de mauvaise foi.
M'enfin.


Non non, ce n'est pas une gueguerre; c'est une constatation, tout lez monde dit que c'est Pantera qui à inventer le power alors que Exhorder jouait la même musique 2 ans avant, les riffs certes sont différents, mais le son, juste ce putain son, c'est Exhorder pas Pantera merde.
Alors, tout le monde oubli Exhorder mais tout le monde parle de Pantera, c'est pas logique.

2 ans avant ? Si on se rappelait un peu des dates, hm ? Cowboys est de 90, Slaughter In THe Vatican aussi, Vulgar est de 92 et The Law aussi. Je vois pas d'écart décisif. Il est de notoriété publique que les 2 groupes sont contemporains et que l'un et l'autre se sont vus en concerts, Exhorder étant en plus de louisianne, Phil connaissait forcément bien (cf cette photo de lui avec un TS Exhorder). Entendre des similitudes dans la musique des 2 groupes est bien légitime mais de là à dire que Pantera doit son son à Exhorder, y'a trop de différences évidentes pour que ça tienne la route.
Arretons nous là.
citer
sylvain24 (invité)
13/09/2005 20:20
Hellswrath a écrit : Et le vieux débat Exhorder/Pantera repart... Exhorder ça défonce mais c'est bien plus près de la scène death de l'époque que Pantera ne le sera jamais.
Exhorder l'influence majeure de Pantera ? Ha.
Kyle Thomas, l'influence principale de Phil Anselmo, là oui.
Judas Priest, Van Halen, Randy Rhoads, Black Sabbath & KIss les influences principales de Dime, Rex et Vinnie, là encore oui.
Alors, je suis fan de Pantera mais aussi d'Exhorder et bien que je comprenne pourquoi on peut dire que Pantera doive tout à Exhorder, il faut arrêter un peu l'esprit gueguerre "mon groupe est mieux que le tien"...
On a tout les droits du monde de ne pas aimer Pantera mais nier l'impact et le talent de Pantera c'est simplement être de mauvaise foi.
M'enfin.


Non non, ce n'est pas une gueguerre; c'est une constatation, tout lez monde dit que c'est Pantera qui à inventer le power alors que Exhorder jouait la même musique 2 ans avant, les riffs certes sont différents, mais le son, juste ce putain son, c'est Exhorder pas Pantera merde.
Alors, tout le monde oubli Exhorder mais tout le monde parle de Pantera, c'est pas logique.
Body Count citer
Body Count
13/08/2005 21:14
Far Beyond Driven les gars putain la kro !!!!!! :-D :-D :-D
Hellswrath citer
Hellswrath
20/07/2005 19:38
note: 9/10
Et le vieux débat Exhorder/Pantera repart... Exhorder ça défonce mais c'est bien plus près de la scène death de l'époque que Pantera ne le sera jamais.
Exhorder l'influence majeure de Pantera ? Ha.
Kyle Thomas, l'influence principale de Phil Anselmo, là oui.
Judas Priest, Van Halen, Randy Rhoads, Black Sabbath & KIss les influences principales de Dime, Rex et Vinnie, là encore oui.
Alors, je suis fan de Pantera mais aussi d'Exhorder et bien que je comprenne pourquoi on peut dire que Pantera doive tout à Exhorder, il faut arrêter un peu l'esprit gueguerre "mon groupe est mieux que le tien"...
On a tout les droits du monde de ne pas aimer Pantera mais nier l'impact et le talent de Pantera c'est simplement être de mauvaise foi.
M'enfin.
citer
sylvain24 (invité)
20/07/2005 10:11
Machinehead a écrit : C koi cette note de merde !! fo mettre bien plus c tt de meme lalbum ki crea le power metal !!

mdr de mdr, Pantera qu'a inventé le thrash

mwahahahahahahahahahahahaha

Sache que Exhorder jouait déjà du power metal (au sens thrash du terme) quand "Cowboys From Hell" est sorti, ce groupe est d'ailleurs l'influence majeur du groupe.
Dez Fafara citer
Dez Fafara
12/07/2005 17:14
Ah Pantera comment Phil as-tu pus flinguer ta bande ?
vraiment cette album déchire avec le single Walk. Dimebag (R.i.P) en envoie plein de la gueule avec ces riffs destructeurs et ces solos de tueur. Pantera restera un grand groupe de metal , un groupe un peu à l'image des Rolling Stones version métal ou encore au puissant Iron Maiden dommage que Phil Anselmo n'a pas compris le chance qu'il avait avec Pantera .
slit your guts citer
slit your guts
13/06/2005 17:40
note: 9/10
yaaaaaa peut etre pas le meilleur pantera mais c quand meme un putain d'album.r.i.p dimbag
citer
Machinehead
16/12/2004
C koi cette note de merde !! fo mettre bien plus c tt de meme lalbum ki crea le power metal !!
kollapse citer
kollapse
09/05/2004
trop bon cet album , pantera rentre ds le panthéon des grands du metal avec cet album (grosse phrase cliché je sais lol....) les riffs sont betons et inoubliables tt comme tous les titres , anselmo impose son style si particulier bref un album culte meme si je lui prefere legerement far beyond driven , le suivant Clin d'oeil 17.5/20
citer
pingu sanguinaire
09/05/2004
oooooouuuuups !! honte sur moi, je fais mon mea-culpa Moqueur
m'enfin j'avais un certain degré de substance dans le sang quand j'ai posté ma chro, j'ai pas fais gaffe.
Dead citer
Dead
09/05/2004
Power/trash ? Attention pingu, tu as oublié le 'h' de Thrash. Chris va te refaire le derrière Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pantera
Power/Thrash
1992 - Atlantic Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (56)  8.7/10
Webzines : (22)  8.9/10

plus d'infos sur
Pantera
Pantera
Power/Thrash - 1981 † 2003 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Mouth For War  (03:56)
02.   A New Level  (03:57)
03.   Walk  (05:15)
04.   Fucking Hostile  (02:48)
05.   This Love  (06:32)
06.   Rise  (04:38)
07.   No Good (Attack The Radical)  (04:48)
08.   Live In A Hole  (05:00)
09.   Regular People (Conceit)  (05:27)
10.   By Demons Be Driven  (04:40)
11.   Hollow  (05:44)

Durée : 52:45

line up
parution
25 Février 1992

voir aussi
Pantera
Pantera
Far Beyond Driven

1994 - EastWest Records
  
Pantera
Pantera
Cowboys From Hell

1990 - Atlantic Records
  
Pantera
Pantera
The Great Southern Trendkill

1996 - Elektra Records
  

Essayez aussi
Nevermore
Nevermore
The Obsidian Conspiracy

2010 - Century Media Records
  
Kaizen
Kaizen
Clear The Path

2003 - XIII Bis Records
  
Cliché Boys
Cliché Boys
Overstated (EP)

2007 - Autoproduction
  
Demonica
Demonica
Demonstrous

2010 - Massacre Records
  
Grip Inc.
Grip Inc.
Solidify

1999 - Steamhammer Records (SPV)
  

Skeleton Wolf
Skeleton Wolf
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Detherous / Stench Of Death
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
French Black Metal : La collec' plus lourde que ton père !!!
Lire le podcast
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique