chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
180 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lecherous Nocturne - The Age Of Miracles Has Passed

Chronique

Lecherous Nocturne The Age Of Miracles Has Passed
Le temps des miracles est révolu, à voir car je ne sais pas s'il est vraiment question d'actions divines mais il est indéniable que l'année 2008 semble avoir été bénie par les dieux en matière de brutal death technique avec les méfaits dévastateurs de Decrepit Birth, Origin, Brain Drill ou encore Deeds Of Flesh, mais ce serait une erreur que de ne pas citer l'excellent second opus des américains de Lecherous Nocturne, malheureusement passé à la trappe pour beaucoup face à une telle concurrence. Ce n'est pourtant pas l'attrait qui manque : formé à Greenville (Caroline du Sud) en 1997, le groupe fait parler de lui neuf ans plus tard lors de la sortie de son premier album Adoration Of The Blade, fort d'un contrat avec le label Deep Send mais comptant surtout dans ses rangs Chris Lollis et Dallas Toller Wade de Nile respectivement à la guitare et à la batterie ainsi que Mike Poggione (Monstrosity, Capharnaum entre autres) à la basse. C'est enfin en début d'année 2008 que Lecherous Nocturne reprend la route des studios Sound Lab accompagné de Bob Moore et de son nouveau batteur Jeremy Nissenbaum, débouchant sur la sortie de ce fameux The Age Of Miracles Has Passed qui confirme en quelques instants tous les espoirs que certains avaient placé en son prédécesseur, impressionnant de maîtrise mais souffrant de sa très courte durée et d'un léger manque de maturité.

À peine son introduction passée que "Just War Theory" vient, tel un rouleau compresseur, ouvrir les hostilités avec une férocité remarquable et pose effectivement une ambiance apocalyptique et chaotique qui laisse bien peu de place à l'optimisme. Muni d'une section rythmique redoutable portée par le jeu véloce et précis de Jeremy Nissembaum ainsi que la présence et la complexité des lignes de basse de Mike Poggione, le duo Chris Lollis / Christian Lofgren peut alors s'occuper d'achever l'auditeur en toute liberté, à grands coups de riffs aussi meurtriers que techniquement hallucinants. Le peu de travail restant revient alors à Jason Hohenstein qui force malgré tout le respect à l'aide de ses gutturaux puissants et haineux, à mi chemin entre le chant typiquement death et des vocaux plus criards. Le tout étant admirablement mis en valeur par la production de Bob Moore, connu pour son travail avec Nile, qui trouve un bon équilibre en gardant l'aspect intenable des compositions sans pour autant laisser une impression de brouillon, avec un son propre et précis mais jamais aseptisé, collant même admirablement avec l'avenir sombre qu'annoncent les paroles sans pitié et la pochette inquiétante.

Manifeste de brutalité et de violence pure, la musique de Lecherous Nocturne ne tombe pourtant jamais dans la facilité d'une simple débauche d'hémoglobine et de riffs bêtes et méchants, diversifiant intelligemment ses morceaux à l'aide de nombreux changements de tempo et de quelques breaks monstrueux comme sur l'excellent "We Are As Dust" qui enfonce un peu plus le clou avec son refrain meurtrier ou "When Single Shines The Tripled Sun" dont le riffing vient immédiatement se coller au fond du crâne pour un moment. D'une richesse et d'une technicité admirable, le jeu des deux guitaristes s'accorde toujours à merveille, parfois tout en finesse où renforçant l'intensité de certains passages comme lors de la montée en puissance précédant le break mémorable de "Edict Of Worms" ou sur le riffing groovy d'un "Death Hurts Only The Living". Seule l'absence totale de soli peut paraître quelque peu déroutante quand on connaît la capacité des musiciens, manque qui vient cependant renforcer l'atmosphère sombre et pesante qui règne sur tout l'album mais plus particulièrement sur le long pont de l'excellent titre éponyme. Le groupe donne souvent l'impression de ne jamais jouer deux fois la même chose dans un seul et même morceau tant les riffs, en perpétuelle évolution, s'enchaînent à une rapidité affolante tout en gardant toujours une grande cohérence. C'est probablement cet équilibre trouvé entre Lollis et Lofgren qui fait la principale force Lecherous Nocturne, conférant qui plus est une durée de vie conséquente à l'opus. Une envie d'appuyer encore et encore sur la touche « lecture » qui vient heureusement relativement compenser le seul réel point du méfait à mon sens, à savoir ses vingt-huit pauvres petite minutes qui semblent d'autant plus courtes que la musique des américains est énergique et mouvementée.

The Time Of The Miracles Has Passed s'avère être en tout point plus abouti que son déjà très bon prédécesseur, jouissant notamment d'une maturité qui manquait à Adoration Of The Blade. Parfois proche d'un Hate Eternal ou d'un Origin (et je pèse le poids de ces comparaisons élogieuses), Lecherous Nocturne se donne enfin les moyens de tout détruire sur son passage, s'affirmant comme une des formations de brutal death technique les plus dévastatrices et les plus talentueuses. Un groupe sur la pente ascendante sur lequel il faudra incontestablement compter dans les années à venir qui impose sans l'ombre d'un doute son méfait parmi les sorties les plus redoutables du genre de l'année 2008, au même titre que les Diminishing Between Worlds, Anthitesis, Apocalyptic Feasting et Of What's To Come des noms sus cités. Injustement méconnu jusqu'ici, jetez vous sur ce disque si la lecture des quelques noms présents dans cette chronique vous a un tant soit peu alléché, il y a peu de chance que vous le regrettiez.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lecherous Nocturne
Brutal Death Technique
2008 - Unique Leader Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  7.7/10
Webzines : (7)  7.03/10

plus d'infos sur
Lecherous Nocturne
Lecherous Nocturne
Brutal Death Technique - 1997 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Just War Theory
02.   We Are As Dust
03.   When Single Shines The Tripled Sun
04.   Edict Of Worms
05.   The Age Of Miracles Has Passed
06.   Requiem For The Insects
07.   Death Hurts Only The Living
08.   The Preponderance Of Fire

Durée : 27:47

parution
4 Novembre 2008

Essayez aussi
Viraemia
Viraemia
Viraemia (EP)

2009 - Autoproduction
  
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Fearmonger

2020 - Century Media Records
  
Cryptopsy
Cryptopsy
None So Live (Live)

2003 - Century Media Records
  
Suffocation
Suffocation
Souls To Deny

2004 - Relapse Records
  
Reciprocal
Reciprocal
Reciprocal

2009 - Autoproduction
  

Gorod
Neurotripsicks
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Exumer
Hostile Defiance
Lire la chronique
Annihilator
Sadistic Ballistic
Lire la chronique
Algebra
Pulse?
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier
Galaxy
Lost from the Start (EP)
Lire la chronique
Voice Of Ruin
Acheron
Lire la chronique
The Black Dahlia Murder
Verminous
Lire la chronique
Aborted
La Grande Mascarade (EP)
Lire la chronique
Testament
Titans of Creation
Lire la chronique
Laceration
Remnants (Compil.)
Lire la chronique
SUMMONING ! Les reprises les plus WTF !!!
Lire le podcast
Hellgarden
Making Noise, Living Fast
Lire la chronique
Antagonism
World On Disease
Lire la chronique
Sadus
A Vision Of Misery
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast
Take Offense
Keep An Eye Out
Lire la chronique
BLACK METAL : les looks atypiques (voire improbables)
Lire le podcast
Dead Heat
Certain Death
Lire la chronique